Depuis l'édition 2016, le festival Lezard'Os Metalfest est organisé dans le cadre de l'Eclectic Rock, une période de quelques jours où la mairie de Saint-Dizier et son service culturel organise des concerts de tous genres sur plusieurs scènes de la ville, une belle initiative qui mènera notamment Olivia Ruiz à se produire en Haute-Marne mais aujourd'hui c'est plutôt la date Metal qui nous intéresse avec les Allemands d'EQUILIBRIUM et des groupes Français comme NO RETURN, EMBRYONIC CELLS, BLEED ou CARBON pour un équilibre entre groupes confirmés et groupes en devenir. On l'a déjà dit et répété, organiser des concerts Metal dans ce coin est toujours une partie de pile ou face, pour ce 11 novembre, la pièce est tombée sur la tranche, pas un flop, loin de là mais pas non plus une forte adhésion d'un public dont une partie non négligeable est venu en curieux. La scène Metal commence à vibrer, il ne manque que l'étincelle pour que l’engouement soit véritablement ancré, alors une forte pensée pour l'association Lezard'Os qui organise ces dates ainsi que les bénévoles qui sont engagés, de notre côté notre soutien vous est acquis ! 


Après cette introduction sur la forme, voyons maintenant le fond. THE FALL OF SILENCE monte sur scène à 17h15, le groupe propose un Metal moderne chargé en voix Hardcore / Metalcore pour une performance manquant encore d'assurance. Le groupe fait là ses premiers pas sur une aussi grande scène et on perçoit cette fragilité, section rythmique hésitante, chanteur semblant chercher sa place sur cette grande scène, difficile de se faire une idée donc des capacités de ce groupe qu'il faudra revoir pour se faire une opinion plus précise. On va laisser mijoter comme disait Maïté !


On va très vite monter d'un cran avec CARBON, le groupe qui officie à 4 présente un Post Metal plutôt bien construit, le bassiste est omniprésent dans le son et pour cause, le bonhomme assure et assume un rôle de lead récurrent qui rend extrêmement bien. Dans la droite lignée d'un CULT OF LUNA, le groupe utilise une voix Post Hardcore sur fond d'un Hardcore Metal ambiancé et particulièrement fin. Les Champenois défendent leur album The Fall Of Humanity et le fait avec conviction. La section rythmique est en place et assure le groove tantôt posé, tantôt nerveux alors que la guitare plante une ambiance plus aérienne. Étant donné que le groupe commence à tourner pas mal dans la région, on sera amené à recroiser ces 4 gars qui nous ont montré ce soir un beau visage !













Le groupe suivant nous vient de Paris et ils ont fait des p*tains de kilomètres pour nous comme nous le dira le chanteur pour faire bouger le public en début de show, ce à quoi j'ai envie de répondre que personne ne l'y a obligé mais laissons le plutôt s'exprimer musicalement. C'est donc BLEED qui prend la suite avec un Hardcore Metal, bandana vissé sur la tête de deux des membres, petite valise au sol pour que le chanteur puisse monter dessus, c'est certain on est en terrain banalisé qui ne parle malheureusement pas beaucoup à votre serviteur du soir, ce qui est outrageusement appelé Thrash/Death Metal. On reconnaît toutefois que le groupe tient scéniquement la route, l'implication des membres est totale mais voilà, à mes oreilles, tous les titres sont interchangeables et manquent cruellement d'atomes crochus avec ma sensibilité musicale, ce n'est pas un drame mais je vais en profiter pour m’éclipser et discuter un peu avec Yannick qui organise cette soirée avec Lezard'Os pour comprendre un peu comment fonctionne l'organisation de cette soirée en collaboration avec la mairie. L'occasion également de lui glisser de ne pas lâcher l'affaire car ce soir, bon nombre de personnes sont venues juste parce qu'il se passe un truc Metal à Saint Dizier indépendamment de l'affiche et en cela c'est encourageant car c'est qu'il y a une demande solide par ici.

EMBRYONIC CELLS nous vient de Troyes, le département à côté, et si le groupe existe depuis 20 ans, je n'avais eu l'occasion de les voir qu'à très peu de reprises, une ou deux fois tout au plus. Et, allez savoir pourquoi, je n'avais pas gardé un souvenir impérissable de ces passages et pourtant ce soir, le show proposé par le quatuor va bien plus me parler. 

Le Death Black Metal ambiant du groupe prend ce soir une dimension très épique et si, au premier regard, la tenue de scène jean/t-shirt des membres du groupe peuvent désorienter nos habitudes imposant des carcans et des clichés, lorsque l'on s’immerge dans la musique du groupe on apprécie la place des claviers supportant les riffs mélodiques de guitare et un esprit Black Metal loin du guignolesque cirque pour quelque chose de plus terre à terre. Le public réagit très bien et nombreux sont ceux qui semblent être venus pour ce groupe, un bel accueil qui fait plaisir au groupe. Quelques gimmicks au deuxième degré marqueront le rythme de ce concert comme l'appel du dieu Azathoth dont le chanteur fait crier le nom au public durant de longues minutes pendant une rythmique basse/batterie qui reste en place, allant même jusqu'à faire bouger la mâchoire d'un crane en rythme pour un effet aussi hilarant que bien vu. Bon comme le dieu le plus bête de la mythologie ne daigne pas se montrer, EMBRYONIC CELLS va nous conter l'histoire de Conan que le chanteur présentera épée à la main. Les Troyens viennent de nous servir là la vraie belle surprise du festival avec un Black Metal tout droit venu des années 90, où les claviers ne dominaient pas les débats et qu'une part d'ombre était encore présente dans cette musique. Un nouvel album est prévu pour début 2018, on aura l'occasion de recroiser ce groupe et se faire confirmer ce que l'on a vu ce soir.

Place désormais à NO RETURN, une valeur sure du Metal Français et autant vous l'avouer de suite, si le premier album du groupe a des allures d'incontournable pour moi, l'évolution du groupe m'a beaucoup moins parlé par la suite et le chanteur Mick ne possède pas une voix qui me transporte et que ce soit sa voix "Death" très moderne ou sa voix claire qui me semble plutôt banale pour un groupe de cette trempe mais passons car sur scène, ça défouraille, c'est en place, même si le son est assez brouillon, trop pour comprendre les subtilités lancées par les 2 guitaristes dont le niveau technique n'est plus à démontrer. 

Les Parisiens défendent ce soir leur nouvel album, The Curse Within et va nous en envoyer quelques extraits qui s'inscrivent dans la droite lignée de ce que le groupe a pu faire récemment. Le public répond présent et les circle pits commencent à se former dans les rangs. "Despise Your Heroes", que Mick présente comme son titre préféré, ou "Serpent's Curse" représente ce nouvel album alors qu'"Inquisitive Hegemony" nous renvoie vers Inner Madness (2012) et "Paint Your World" vers Fearless Walk To Rise (2015). Après 50 minutes de show, le groupe s'en retourne non sans avoir pris une photo avec le public pour la postérité mais les membres du groupe viendront ensuite à la rencontre de leur public auprès de leur stand et/ou du bar, NO RETURN ayant amené dans ses bagages le nouvel album en avant-première puisque The Curse Within ne devrait être disponible que le 17 novembre. Un groupe très disponible et très pro qui emmène avec lui une bonne partie du public dans son sillage. Confirmation d'un statut loin d'être usurpé !


Groupe de tête d'affiche de cette nouvelle édition du Lezard'Os Metalfest, les Allemands d'EQUILIBRIUM jouissent déjà du soutien de 70% du public avant même la première note, comme quoi l'association ne s'est pas trompée en choisissant ce groupe en point d'orgue de la soirée. Le Metal extrême des Allemands, que l'on pourrait qualifier de Black Metal mais sans la noirceur et la crasse, combine des éléments Folk plutôt celtiques, du Heavy, du Power Metal, et cela réunit les jeunes comme les plus anciens à en voir l'assemblée représentée ce soir. Là aussi, quelques mouvements de foule s'enclenchent régulièrement, toujours avec la bienveillance que le Folk Metal d'EQUILIBRIUM véhicule. 

Les hymnes plus joyeux les uns que les autres rappellent un IN EXTREMO qui a la même démarche, une musique parfaite pour le festival, le Drinking Metal est encore un fois ici très calibré, les interventions, les positions sont étudiées, répétées et millimétrées mais le manque de spontanéité est compensé par un aspect carré renvoyé par le groupe, c'est une machine efficace qui opère sous nos yeux. Le regret est que l'ensemble des mélodies est envoyé par des samples, certes une guitare lead appuie quelques fois les mélodies joyeuses mais l'apport d'un claviériste donnerait peut-être moins l'impression d'écouter un disque. Mais, ne nous y trompons pas, les membres du groupe donnent tout ce qu'ils ont, vivent leur Folk Metal avec conviction, Robse donnera rapidement des signes de faiblesse dans sa voix typée Black mais avec l'expérience, il assure tout de même l'essentiel et lorsque l'on se trouve dans l'ambiance, ce petit point de détail passe assez vite. EQUILIBRIUM donne ce soir une bonne vision de sa déjà longue carrière débutée en 2001 avec 3 titres extraits de Sagas, le deuxième album (2008), trois d'Erdentempel, le quatrième album (2014) et pas moins de 7 issus du petit dernier Armageddon publié en 2016 chez Nuclear Blast pour une 1h15 de concert dont 4 rappels. EQUILIBRIUM aura conquis de nouvelles terres dans l'est ce soir, de nouveaux terrains de jeu où le public lui était acquis de toute façon.


Setlist EQUILIBRIUM : Intro / Prey / Heimat / Waldschrein / Blut Im Auge / Karawane / Zum Horizont / Born To Be Epic / Der Sturm / Helden / Ubesiegt / Rappels : Rise Again / Freiflug / Heimwärts / Eternal Destination.   

Comme déjà évoqué plus haut, un grand bravo à Lezard'Os Association de tenir bon la barre de ce navire, aidé notamment par L.A. Events (une organisation de Chalons En Champagne), et aussi à la mairie de Saint-Dizier de laisser la place à la musique Metal pour s'exprimer au sein des festivités Eclectic Rock, on espère bien que pour 2018, l'opération sera renouvelée, en tout cas si tel est le cas, on y sera sans hésitation ! Merci à Yannick et à toute l'équipe pour l'accueil.


Pour découvrir :

CARBON - "Together We Cry"

BLEED - "Chaos Impact"

EMBRYONIC CELLS - "Azathoth"


par Simony le 13/11/2017 à 02:14
   689

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)