Volition

Mordred

18/06/2020

Autoproduction

En voilà un que je n’attendais plus. Enfin si, mais depuis quelques semaines, alerté par un ami chroniqueur qui avait déjà eu l’occasion d’écouter l’objet en question. Mais depuis 2015 et la parution d’un single avant-coureur, nous étions nombreux à nous dire que l’affaire d’un comeback était passée de mode, et que nous n’avions plus rien à attendre de MORDRED. MORDRED, le nom magique que les fans de Fusion se refilent comme un virus contagieux au moment de faire le bilan de la mode qui a secoué les nineties. Les américains, comme les BEASTIE BOYS, LIVING COLOR, et quelques autres étaient en avance sur le train de la mode, et proposaient déjà sur leur premier album des samples, des scratches, des reprises de Rick James et autres friandises sans doute un peu trop sucré/salé pour les thrasheurs. Mais si Fool’s Game avait éveillé les consciences à d’autres possibilités, c’était bien évidemment In This Life qui avait tout fait exploser à l’orée des années 90, avant que le groupe ne glisse dans un anonymat honteux au vu de leurs qualités. Après un EP et un ultime album, le destin eut raison du combo qui s’en alla vers de nouvelles aventures, mais comment vivre dans le souvenir sans parler d’occasions manquées, et de manque plus généralement, puisque depuis 1994 et l’au-revoir The Next Room, nous n’avions plus de contact avec le groupe de la Bay-Area, qui nous avait quitté avec classe. Et de la même façon que le miraculeux WATCHTOWER nous étaient revenus avec un EP magique mais éminemment prévisible dans les faits, MORDRED nous délivre avec Volition le message que nous attendions d’eux, presque mot pour mot. Un message communiqué par les mêmes musiciens qui nous avaient offert le magique In This Life, à peu de choses près, et c’est donc avec grand plaisir que nous retrouvons aujourd’hui Scott Holderby (chant), James Sanguinetti (guitare), Danny White (guitare), Art Liboon (basse), Aaron (Pause) Vaughn (clavier, chant, samples) et Jeff Gomes (batterie), pour un petit show d’un quart d’heure, qui vaut bien des tournées mondiales.

Pas de surprise majeure donc, le groupe fait ce qu’il a toujours su faire avec brio, et balance la sauce sur quatre morceaux aussi enthousiasmants (relativement) que différents. Si « The Baroness », annoncé en 2015 repointe le bout de son Metal en fin de parcours, c’est surtout « Not for You » qui apporte une plus-value incroyable à ce format court. Dès ses premières mesures et ce riff si caractéristique, nous voilà replongés en 1991 lorsque MORDRED se voyait attribuer des 10/10 par les Jacques Martin du Metal, la presse internationale acceptant à l’époque la suprématie du combo sur la scène Fusion qui allait vite devenir une norme. Tout est là, vous pouvez compter, les guitares alternant la puissance et la souplesse, la rythmique mi Bay-Area mi Chicago, le chant un peu roublard de Scott Holderby, l’ambiance festive, et si ce morceau s’était retrouvé dans les bonus tracks d’In This Life à l’époque, personne n’aurait trouvé à y redire. Mais autant jouer la franchise pour ne heurter et flouer personne, c’est principalement ce morceau qui accorde à Volition du crédit, le reste oscillant entre le déjà connu, le hasardeux, ou le trop classique. Les fans, même habitués à l’ouverture d’esprit des sagouins auront peut-être du mal à digérer le pur Hip-Hop sombre de « What Are We Coming To », qui évoque plus la West-Coast des nineties que le Metal des eighties. D’ailleurs, ce morceau occulte complètement les guitares pour s’en remettre aux claviers et aux samples, et sonne comme un leftover Rap un peu trop hors contexte pour vraiment nous concerner.

De l’autre côté du spectre, « The Love of Money » joue le classicisme rassurant, et éponge notre sueur avec son riff formel mais agréable. Si le chant un peu trop timide nous fait parfois regretter la folie d’antan, si l’approche sécuritaire du groupe empêche toute montée d’adrénaline, on apprécie tout de même l’intention, même si ce troisième morceau sonne plus volontiers comme du FAITH NO MORE un peu fatigué que comme du MORDRED inspiré. « The Baroness », déjà écouté pour la plupart d’entre nous revient comme le boomerang jeté en 2015 pour nous laisser espérer un LP qu’on attend toujours, mais sonne sympathique dans son chaloupé prévisible. L’ensemble, à la production un peu compacte manque de respiration, et le chant souffre d’un timbre trop linéaire, mais en un seul morceau, le groupe parvient à nous persuader du bien-fondé de sa démarche. Mais je préfère prévenir les MORDRED que ce joli cadeau nous laisse attendre un LP du niveau de « Not for You », sous peine de se voir accorder une fin de non-recevoir. La nostalgie OK, mais pas sans le talent ou la créativité. Pour le moment, et aussi géniale soit cette chanson, le tout est encore un peu léger.     

                                                              

Titres de l’album:

                 01. Not for You

                 02. What Are We Coming To

                 03. The Love of Money

                 04. The Baroness

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/07/2020 à 18:03
80 %    174

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Hum c'est terrible...

Ça vaut pas mieux niveau mentalité que le nazisme...

03/08/2020, 19:18

Kerry King

RIP.

Bordel tout les membres d'origine de Molly Hatchet sont morts...

Les 3 chanteurs surtout en plus, plus aucun des 4 premiers albums, triste.

03/08/2020, 19:05

LeMoustre

Quel pays d'arriérés. Honte à ces abrutis.

03/08/2020, 12:08

Humungus

Et du titre et de sa police de caractère...

03/08/2020, 09:36

Jus de cadavre

Interment juste excellent, la quintessence du Swedish Death. Et sur scène c'est la branlée aussi. Terrible !

02/08/2020, 20:19

Humungus

Me suis fait la même réflexion Gargan...

02/08/2020, 08:53

NecroKosmos

Deux albums absolument fabuleux. J'ai découvert ce groupe dans un magazine à l'époque qui ne savait trop que dire sur le deuxième album des canadiens dans sa chronique à sa sortie. Du coup, ça a attiré ma curiosité. J'ai la version CD avec les deux albums sur le même disque. Et je suis d'ac(...)

02/08/2020, 07:56

Kairos

J’aime assez le retour des sonorité gothiques, bon album, PL en a encore un peu sous le coude finalement.

01/08/2020, 23:29

Gargan

"cancer danger"

01/08/2020, 23:02

zsad

enfin une great news

01/08/2020, 22:36

LeMoustre

Quels souvenirs ces photos. Putain de crabe...

31/07/2020, 17:10

LeMoustre

Ah, tiens, sympa, j'avais bien apprécié les deux derniers albums, voyons ce que celui-ci nous réserve. Surprise, les Louds ne faisant jamais deux fois le même disque

31/07/2020, 17:08

Humungus

"Qui passent comme un avis de passage du facteur dans la boite aux lettres alors que vous êtes bien chez vous"
Oups !!!
Si j'oublie la partie la plus drôle du bazar... ... ...

30/07/2020, 20:33

Humungus

"Qui passent comme un avis de passage du facteur dans la boite aux lettres"
AH AH AH !!! !!! !!!
Apparemment, on a tous vécu ça : On attend un collector quelconque avec la fébrilité d'un jeune puceau et le mec des PTT qui nous rajoute de l'attente bordel de merde !

30/07/2020, 20:30

Jus de cadavre

Haha excellent Raumsog... La même pour moi : le fan absolu à la recherche de la moindre miette de ces géants... Mais la plupart des "chutes" de studio de l'époque Pantera ont été utilisées par Damageplan je pense...

30/07/2020, 19:35

JTDP

Oui, très très bon disque. Je ne suis pourtant pas le plus grand fan de ce style à la base, mais bon dieu, que c'est efficace ! Ça donne envie de mosher sévère avec son canapé !

30/07/2020, 16:24

Humungus

Hé hé hé + 1 Raumsog !

30/07/2020, 15:08

Simony

Je me suis fait la même réflexion que toi RBD, je trouve que la scène commence à s'exporter gentiment et avec de très bons groupes bien furax !

30/07/2020, 10:45

LeMoustre

Dead Brain Cells, bravo pour ce papier d'un groupe trop méconnu. Je trouve que la chronique analyse avec justesse le positionnement de ce disque, un peu le cul entre plusieurs chaises sans arriver à définir par lui-même un sous genre ou rendre l'album incontournable, ce qu'il n'est pas. Je le ra(...)

30/07/2020, 10:05

Raumsog

Si seulement il restait quelques inédits de cette période (on peut rêver)... Même Dimebag qui s'accorde pendant 10 minutes je prends!

30/07/2020, 09:49