Feather of Truth

Poltergeist

03/07/2020

Massacre Records

Quatre ans après être revenus nous hanter, les suisses de POLTERGEIST nous chatouillent avec la plume de la vérité, comme s’il en existait une dans la légende du Thrash capable d’expliquer la mystique d’une musique qui nous agite les zygomatiques depuis près de quarante ans. Quatre ans de silence, c’est beaucoup, et certains craignaient même que la bande n’ait encore une fois disparu corps et baskets, mais c’était sans compter sur l’opiniâtreté des musiciens de Liestal, accrochés comme des tiques à leur envie d’en découdre, et ce second retour en fanfare est un des hauts-faits de la production actuelle. Entendons-nous bien, POLTERGEIST n’a jamais fait partie de la première division extrême européenne, émergeant un peu tard pour ça, avec un premier LP sous ce nom publié en 1989 alors que le genre supportait ses dernières explosions. Mais n’oublions pas que quelques années avant de se rebaptiser, le combo officiait déjà sous le nom de CARRION, et avait lâché un excellent Evil is There, que tous les thrasheurs se rappellent avec affection. N’oublions pas non plus qu’André Grieder fut en son temps membre de DESTRUCTION, le temps d’un Cracked Brain que le temps justement à pris pour ériger en tant qu’œuvre culte du combo allemand. Alors, acteur de seconde division certes, mais acteur fameux, qui n’a jamais vraiment déçu, et alors que peu de fans s’attendaient à un comeback en 2016, les suisses nous avaient surpris d’une offrande de bonne qualité, et nous étions assez pressés de savoir ce qui nous attendait par la suite. Voici donc la réponse sous la forme d’un cinquième LP parrainé par la maison de disque référentielle Massacre Records, un cinquième LP qui affiche une très grande forme, et qui semble se poser en synthèse majeure de toutes les écoles de violence des années 80, avec de fréquentes allusions à la scène US, allemande et plus généralement européenne.

Reçu d’un accueil dithyrambique par la presse internationale, Feather of Truth est en effet un modèle de variété dans l’agression, et aère les compositions pour leur offrir une diversité qui manque à bien des cadors Thrash plus établis. On trouve sur cet album une légèreté qui fait souvent défaut à des albums plus cloisonnés par une production trop étouffante, mais surtout, un enthousiasme que les plus grosses pointures laissent souvent au vestiaire. Bien décidés à se faire remarquer pour leur talent actuel et non leur passé plus ou moins illustre, les membres de POLTERGEIST, regroupés autour des deux leaders historiques (V.O. Pulver - guitare, André Grieder - chant, depuis les débuts en 1986, Chasper Wanner - guitare depuis 2013, Ralf W. Garcia - basse depuis 2016 et Reto Crola - batterie depuis 2017) lâchent donc une salve de chansons solides, aux rythmiques diverses mais toujours puissantes, ont travaillé leur ambiances, le moindre des chœurs, et s’en sont remis à un groove solide pour persuader le thrasheur des années 2000 de la pertinence de leur présence dans les bacs. D’ailleurs, toutes les nuances sont passées en revue pour offrir à l’auditeur un voyage dans les arcanes du temps, avec des arrêts incongrus mais valables sur la case Power Metal, avec un clin d’œil à la vague allemande des SCANNER et autres RISK sur le trépidant « Saturday Night's Alright For Rockin' », et son clin d’œil à Elton JOHN qui s’épanouit d’un tempo virevoltant et d’une ambiance joyeuse, mais au rendu effectif. Sur de son fait, le quintet s’est même dispensé d’une quelconque intro en rentrant directement dans le vif du sujet d’un très nerveux et saccadé « Time At Hand », qui rappelle quel groupe fluide et malin POLTERGEIST a toujours été.

Cet album est en fait à l’image d’un esprit frappeur s’en prenant à votre pas si innocente maison en bougeant les meubles, et faisant valser les chaises, et en multipliant les apparitions nocturnes. Mais un esprit bienveillant, ne souhaitant que vous apporter le bonheur d’une violence positive, via des plans heureux et souriants, et un allant général le confinant à l’euphorie la plus totale. Produit de main de maître et évitant le son générique trop compressé des grosses sorties de ces dernières années, Feather of Truth supporte très bien les écoutes répétéesmême lorsque la grosse caisse allume les doubles croches. Les soli plus que compétents sont évidemment une plus-value mélodique d’importance, et le chant toujours hargneux mais jamais stéréotypé d’André Grieder ne fatigue pas les oreilles. Multipliant les plans, le groupe assure être en pleine possession de ses moyens, et virevolte, plane, fonce en piqué, nous gratifiant de morceaux assez longs dépassant souvent les cinq minutes, mais ne manquant jamais d’idées. Parfois Heavy et harmonique sans verser dans la niaiserie d’Europe centrale (« Feather Of Truth »), parfois méchamment Thrash et unissant la solidité d’un TANK et la hargne d’un DESTRUCTION ou d’un EXODUS (« The Attention Trap »), POLTERGEIST balance l’air de rien un survol exhaustif de quarante ans de Thrash et se montre plus que crédible dans son esprit de synthèse. A l’aise dans le médium teigneux, terrain de chasse d’EXODUS (« Phantom Army »), tranquille dans les évolutions plus progressives et mélodiques à la KREATOR contemporain (« The Godz Of The Seven Rays »), le quintet suisse enthousiasme de son aisance et nous ramène aux grandes heures de notre adolescence tourmentée, sans trop emprunter aux maîtres, mais en récitant des leçons bien apprises à leur façon.

Résultat, les cinquante minutes passent très vite, entre déroulés de basse hypnotiques sur fond de syncopes diaboliques (« The Culling »), charges frontales avec un batteur qui multiplie les figures de style (« Megalomaniac », le plus radical du lot et assez proche d’un EXUMER vraiment énervé), accalmies en Speed majeur, mais en tout honneur (« Ambush »), pour un résultat qui approche de très près la perfection d’un genre exubérant ne supportant que très peu les approximations timorées. Avec ce cinquième album, les suisses se replacent donc au centre des débats, évoquent un EXODUS en plein retour de forme, mais assument pourtant leur passé en regardant vers un avenir brillant. Une bouffée d’oxygène dans l’ambiance anxiogène de nostalgie actuelle, et plus simplement, quarante-sept minutes de leçon d’un Thrash à l’aise dans ses baskets et en phase avec sa créativité.                                                            

          

                                                

Titres de l’album :

01. Time At Hand

02. Saturday Night's Alright For Rockin'

03. Feather Of Truth

04. The Attention Trap

05. Phantom Army

06. The Godz Of The Seven Rays

07. The Culling

08. Megalomaniac

09. Ambush

10. Thin Blue Line


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/02/2021 à 17:58
85 %    232

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chief Rebel Angel

D'habitude les trolls c'est rigolo, mais là non. Pathétique.

26/05/2022, 09:52

NecroKosmos

J'aimais beaucoup MORTILLERY. Là, même si la voix est toujours là, c'est musicalement assez décevant, ça ne décolle pas trop.

26/05/2022, 07:20

NecroKosmos

Evidemment, quand on ne sait pas lire, il est plus facile de cracher son fiel. Le niveau ici est consternant. De pire en pire.

26/05/2022, 06:23

chantal

Un super groupe qui mérite d'être écouté, laissez vous tenter vous ne le regretterez pas, vos oreilles vous dirons merci.

25/05/2022, 20:23

Moshimosher

RIP...

25/05/2022, 19:20

Deathcotheque

Je n'en reviens pas, je suis bouche bée. Un personnage de notre scène metal française parti bien trop tôt. J'étais moi aussi étonné de ne plus entendre parler de lui et ses divers projets depuis un moment. Qu'est-ce qu'il va nous(...)

25/05/2022, 14:56

Jus de cadavre

Ben bordel ! Que de souvenirs avec Scarve (le reste beaucoup moins)... 

25/05/2022, 14:23

RBD

C'est terrible. C'est surtout son travail pour Mnemic qui m'avait plu mais Scarve restera probablement le plus marquant pour la scène Metal française. Je m'étais étonné de remarquer qu'il ne faisait plus rien depuis quelque temps, m&ecir(...)

25/05/2022, 12:09

Gerggg

Avec le misgivings qui arrive, il a pas chômé Stéphane 

24/05/2022, 20:45

Jus de cadavre

Féroce comme toujours. Un des groupes les plus bestial du pays... Vivement cette sortie !

24/05/2022, 20:04

ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23