Feather of Truth

Poltergeist

03/07/2020

Massacre Records

Quatre ans après être revenus nous hanter, les suisses de POLTERGEIST nous chatouillent avec la plume de la vérité, comme s’il en existait une dans la légende du Thrash capable d’expliquer la mystique d’une musique qui nous agite les zygomatiques depuis près de quarante ans. Quatre ans de silence, c’est beaucoup, et certains craignaient même que la bande n’ait encore une fois disparu corps et baskets, mais c’était sans compter sur l’opiniâtreté des musiciens de Liestal, accrochés comme des tiques à leur envie d’en découdre, et ce second retour en fanfare est un des hauts-faits de la production actuelle. Entendons-nous bien, POLTERGEIST n’a jamais fait partie de la première division extrême européenne, émergeant un peu tard pour ça, avec un premier LP sous ce nom publié en 1989 alors que le genre supportait ses dernières explosions. Mais n’oublions pas que quelques années avant de se rebaptiser, le combo officiait déjà sous le nom de CARRION, et avait lâché un excellent Evil is There, que tous les thrasheurs se rappellent avec affection. N’oublions pas non plus qu’André Grieder fut en son temps membre de DESTRUCTION, le temps d’un Cracked Brain que le temps justement à pris pour ériger en tant qu’œuvre culte du combo allemand. Alors, acteur de seconde division certes, mais acteur fameux, qui n’a jamais vraiment déçu, et alors que peu de fans s’attendaient à un comeback en 2016, les suisses nous avaient surpris d’une offrande de bonne qualité, et nous étions assez pressés de savoir ce qui nous attendait par la suite. Voici donc la réponse sous la forme d’un cinquième LP parrainé par la maison de disque référentielle Massacre Records, un cinquième LP qui affiche une très grande forme, et qui semble se poser en synthèse majeure de toutes les écoles de violence des années 80, avec de fréquentes allusions à la scène US, allemande et plus généralement européenne.

Reçu d’un accueil dithyrambique par la presse internationale, Feather of Truth est en effet un modèle de variété dans l’agression, et aère les compositions pour leur offrir une diversité qui manque à bien des cadors Thrash plus établis. On trouve sur cet album une légèreté qui fait souvent défaut à des albums plus cloisonnés par une production trop étouffante, mais surtout, un enthousiasme que les plus grosses pointures laissent souvent au vestiaire. Bien décidés à se faire remarquer pour leur talent actuel et non leur passé plus ou moins illustre, les membres de POLTERGEIST, regroupés autour des deux leaders historiques (V.O. Pulver - guitare, André Grieder - chant, depuis les débuts en 1986, Chasper Wanner - guitare depuis 2013, Ralf W. Garcia - basse depuis 2016 et Reto Crola - batterie depuis 2017) lâchent donc une salve de chansons solides, aux rythmiques diverses mais toujours puissantes, ont travaillé leur ambiances, le moindre des chœurs, et s’en sont remis à un groove solide pour persuader le thrasheur des années 2000 de la pertinence de leur présence dans les bacs. D’ailleurs, toutes les nuances sont passées en revue pour offrir à l’auditeur un voyage dans les arcanes du temps, avec des arrêts incongrus mais valables sur la case Power Metal, avec un clin d’œil à la vague allemande des SCANNER et autres RISK sur le trépidant « Saturday Night's Alright For Rockin' », et son clin d’œil à Elton JOHN qui s’épanouit d’un tempo virevoltant et d’une ambiance joyeuse, mais au rendu effectif. Sur de son fait, le quintet s’est même dispensé d’une quelconque intro en rentrant directement dans le vif du sujet d’un très nerveux et saccadé « Time At Hand », qui rappelle quel groupe fluide et malin POLTERGEIST a toujours été.

Cet album est en fait à l’image d’un esprit frappeur s’en prenant à votre pas si innocente maison en bougeant les meubles, et faisant valser les chaises, et en multipliant les apparitions nocturnes. Mais un esprit bienveillant, ne souhaitant que vous apporter le bonheur d’une violence positive, via des plans heureux et souriants, et un allant général le confinant à l’euphorie la plus totale. Produit de main de maître et évitant le son générique trop compressé des grosses sorties de ces dernières années, Feather of Truth supporte très bien les écoutes répétéesmême lorsque la grosse caisse allume les doubles croches. Les soli plus que compétents sont évidemment une plus-value mélodique d’importance, et le chant toujours hargneux mais jamais stéréotypé d’André Grieder ne fatigue pas les oreilles. Multipliant les plans, le groupe assure être en pleine possession de ses moyens, et virevolte, plane, fonce en piqué, nous gratifiant de morceaux assez longs dépassant souvent les cinq minutes, mais ne manquant jamais d’idées. Parfois Heavy et harmonique sans verser dans la niaiserie d’Europe centrale (« Feather Of Truth »), parfois méchamment Thrash et unissant la solidité d’un TANK et la hargne d’un DESTRUCTION ou d’un EXODUS (« The Attention Trap »), POLTERGEIST balance l’air de rien un survol exhaustif de quarante ans de Thrash et se montre plus que crédible dans son esprit de synthèse. A l’aise dans le médium teigneux, terrain de chasse d’EXODUS (« Phantom Army »), tranquille dans les évolutions plus progressives et mélodiques à la KREATOR contemporain (« The Godz Of The Seven Rays »), le quintet suisse enthousiasme de son aisance et nous ramène aux grandes heures de notre adolescence tourmentée, sans trop emprunter aux maîtres, mais en récitant des leçons bien apprises à leur façon.

Résultat, les cinquante minutes passent très vite, entre déroulés de basse hypnotiques sur fond de syncopes diaboliques (« The Culling »), charges frontales avec un batteur qui multiplie les figures de style (« Megalomaniac », le plus radical du lot et assez proche d’un EXUMER vraiment énervé), accalmies en Speed majeur, mais en tout honneur (« Ambush »), pour un résultat qui approche de très près la perfection d’un genre exubérant ne supportant que très peu les approximations timorées. Avec ce cinquième album, les suisses se replacent donc au centre des débats, évoquent un EXODUS en plein retour de forme, mais assument pourtant leur passé en regardant vers un avenir brillant. Une bouffée d’oxygène dans l’ambiance anxiogène de nostalgie actuelle, et plus simplement, quarante-sept minutes de leçon d’un Thrash à l’aise dans ses baskets et en phase avec sa créativité.                                                            

          

                                                

Titres de l’album :

01. Time At Hand

02. Saturday Night's Alright For Rockin'

03. Feather Of Truth

04. The Attention Trap

05. Phantom Army

06. The Godz Of The Seven Rays

07. The Culling

08. Megalomaniac

09. Ambush

10. Thin Blue Line


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/02/2021 à 17:58
85 %    148

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52