Fresh From The Can

Backwood Spirit

23/04/2021

Pride And Joy Music

Petit coup de gueule ? Ras le bol ? Sentiment de frustration, d’infériorité ? Mais résumons la situation pour expliquer cette intronitruante. Dans les années 80, la Suède est le pays qui maîtrise le Hard Rock mélodique, le Heavy et le Hard FM, via EUROPE, 220 VOLTS, et beaucoup d’autres. Toujours dans les années 80, la Suède réinvente le Doom de SABBATH via CANDLEMASS, et se permet au passage d’inventer le Black Metal grâce au génie bruitiste malfaisant de Quorthon et BATHORY. Dans les années 90, pour ne pas être à la traîne, le pays se réapproprie le Death Metal pour accoucher du Melodeath, et partage avec la Norvège l’héritage BM qu’il a lui-même fait fructifier. Depuis plus de dix ou quinze ans, il se pavane en habit nostalgique, ridiculise les autres pays par son talent de reproduction bluffant, réécrit l’histoire de l’AOR, du Thrash, du Speed, du Black, en gros, devient le premier pays exportateur de Hard et de Metal divers. Et aujourd’hui, non contente de synthétiser le génie des américains, des anglais, des allemands et de son propre flair, la Suède débarque au sud de l’Amérique pour lui donner des leçons de Southern Rock. Non mais sérieux, vous imaginez Yngwie se pointer à l’ouverture d’un supermarché pour reprendre du Aimable à la guitare en déclarant « adorer les films des Charlots et les chipos »?

Non, moi non plus.

Pourtant, les BACKWOOD SPIRIT, depuis quelques années, dispensent des cours de Hard bluesy tel qu’on le jouait dans les années 70 quand on s’appelait LYNYRD SKYNYRD ou ALLMAN BROTHERS BAND. Rien à branler que depuis des pointures comme les BLACK CROWES, DRIVE-BY-TUCKERS en aient redéfini les codes, ou que MOUTAIN, FREE, BLACKFOOT et des dizaines d’autres n’aient popularisé le style il y a des décennies. Non, vraiment, rien à foutre. Il faut dire qu’avec un line-up pareil, il y a de quoi plastronner, surtout avec un ancien Malmsteen/Norum au micro. En 2021, BACKWOOD SPIRIT impose donc sa vision rétrograde, et signe l’un des albums les plus bourrés de feeling de ces premiers mois.

Kent Engström (guitar), Joje Lindskoog (batterie), Göran Edman (chant), Peter Emilson (claviers) et Mats Berglund (basse) reprennent donc les recettes de leur premier album, qui les avait méchamment fait remarquer de la communauté Rock internationale, colmatent les quelques brèches, et signent l’hommage le plus parfait à l’histoire musicale du sud des Etats-Unis, sans avoir besoin de drapeau confédéré. Mais comment jouer du Southern Rock à la perfection quand on est suédois, et qu’il fait nuit la moitié de l’année ? Simple, en prenant sa source chez les instigateurs du genre, et en respectant leur approche à la croche près, tout en s’offrant quelques libertés au niveau de l’interprétation. Au menu donc, des mélodies pastorales et couchantes, des parties de slide, quelques accents plus modulables à la DEL AMITRI, des accords qui jouent sur la corde des sentiments, et un chant, de ces chants qui vous prennent aux tripes et qui ont parfaitement compris le sens du mot « respiration ».

Toutefois, ne comptez pas sur ces cinq-là pour vous refiler une resucée de « Sweet Home Alabama ». Copier oui, mais plagier non, et parfois, le quintet suédois se souvient de la douceur de John Cougar, pour mieux retrouver la puissance des triplettes trois guitares. On pense aussi parfois au Coverdale d’avant le bronzage californien, mais dès « Catch Your Fire », l’ambiance est là, cosy, l’alcool est servi virilement, et la guitare saccade un de ces riffs typiques pour porter le morceau à bout de bras. Produit par Kent Engström, Joje Lindskoog et Kari Malm, enregistré et mixé par Kari Malm, masterisé au Nevo Mastering, Fresh From The Can dispose d’un son chaud d’ampli à lampes, et n’agresse jamais les oreilles. La basse est ronde, mais pas trop, la batterie est sèche mais amicale, et les claviers retrouvent l’impulsion magique de Nicky Hopkins. Bien évidemment, l’osmose entre les musiciens est immédiate, mais l’interprétation individuelle est exceptionnelle, et pas seulement celle plus  évidente de Göran Edman.

Bien sûr, BACKWOOD SPIRIT joue du véritable Rock sudiste Bluesy, et pas son équivalent Hard un peu FM sur les bords. Ici, tout sent la Louisiane, la Nouvelle Orléans, les bayous, les fêtes entre amis après un bon après -midi de pêche, l’amitié, et le plaisir de jouer. C’est en tout cas ce qu’on ressent en écoutant le superbe « Rainbow (Full Circle) », qui suinte les bars du vendredi soir, et les discussions à bâtons rompus. Chœurs gospel de premier choix, reprise en diable, breaks simples mais efficaces, et surtout, une mélodie centrale épurée à l’extrême. Pas de trompe-l’œil, pas de gimmicks faciles, juste des chansons vraies, sincères et une communion magique entre des musiciens parlant le même langage. Celui parlé sur « Sweet in the Evening (Lullaby) » est absolument divin, doux, rappelant même la Soul la plus pure des sixties, avec ces couches de voix se superposant comme dans un rêve. On est submergé par la beauté du tableau, et on se fiche bien de savoir qu’on a déjà entendu ça des milliers de fois, puisque l’effet est toujours le même.

Pourtant, le groupe n’a pas choisi la facilité avec deux morceaux seulement sous les quatre minutes. Mais heureusement, la variété apportée par l’expérience et les soudaines montées en pression permettent de tenir le coup sans efforts, et « Witchwood » de proposer un enchaînement parfait. S’il est toujours difficile d’expliquer une musique basée sur le feeling et la perception personnelle, il n’est pas vain de souligner que ce second album des suédois est un modèle du genre qui ne heurtera pas les puristes et qui pourra séduire les néophytes. Ces néophytes et puristes qui se retrouveront autour du groove suintant de « On Through the Night », et du final en bougie de « Mayflower » qui évoque à merveille les voyages vers un ailleurs sur ce bateau. Il était impensable que BACKWOOD SPIRIT ne nous propose pas un épilogue à la hauteur du reste de son histoire, et le Blues, inévitablement, clôt les débats avec pudeur et puissance.

Ces suédois…incroyables. Un si petit pays abritant autant de talents est une chose qui peut sembler difficilement concevable, mais il convient de se faire une raison. Depuis longtemps, la Suède est LE grand pays du Rock, et du reste aussi.

   

                                                                                                                                                                                                           

Titres de l’album:

01. Catch Your Fire

02. Rainbow (Full Circle)

03. Celebration

04. Sweet in the Evening (Lullaby)

05. Witchwood

06. Leavin'

07. On Through the Night

08. Something About You

09. Mayflower


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/05/2021 à 15:34
88 %    106

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35