Revival Thrash ou Third Wave of Thrash Metal ? La question semble anecdotique, mais est pourtant d’importance. Car depuis plus d’une dizaine d’années, des dizaines de groupes s’ingénient à recréer l’atmosphère de la Bay Area et de la Ruhr à grands coups de rythmiques franches et de riffs qui ne le sont pas moins, alors, le moins que l’on puisse faire en effet, n’est plus de les considérer comme d’indécrottables nostalgiques, mais comme des acteurs majeurs du créneau sans autre forme de procès.

Certains s’en tirent avec les honneurs, d’autres se contentent de suivre le mouvement, et une poignée d’entre eux font figure de leaders, un peu comme à l’époque des SLAYER, EXODUS, LIVING DEATH, SACRILEGE BC et autres DEATHROW.

Les HAVOK font clairement partie de la troisième catégorie, et leur carrière longue de treize ans parle pour eux. A leur actif, quatre longue-durée et pas mal de démos et autres EPs, mais surtout, une réputation sans faille acquise à la force du médiator et des baguettes.

Et si certains de leurs efforts semblaient marquer le pas, admettons qu’ils repartent du bon avec ce Conformicide qui mérite son nom tout en rentrant en conflit avec son concept.

Non que les originaires de Denver rentrent dans le rang, mais il est certain qu’ils ont trouvé une formule qui leur convient très bien, et qu’ils appliquent à la perfection d’album en album. Au point d’atteindre une sorte de perfection dans la logique de composition, ce que les douze originales de ce quatrième LP prouvent de façon tonitruante et indéniable.

On y retrouve tous les ingrédients de leur Metal mordant et hargneux, à mi-chemin entre un Heavy/Speed mordant et tranchant, et un Thrash modéré puisant son essence dans les références les plus incontournables du style.

On renoue donc une fois de plus cette propension à développer des morceaux au-delà de toute modération, cette alliance entre guitares et rythmiques tout à fait balancée, et ce chant si caractéristique, empreint des inflexions sarcastiques et sardoniques si chères à Dave Mustaine ou Bobby Blotzer, mais aussi cette tendance au Crossover louée par OVERKILL ou MUNICIPAL WASTE, et cette grosse basse ronflante, sexy et Hardcore à la SUICIDAL dernière époque avant le split.

En gros, rien de nouveau sous le soleil du Colorado, mais certainement une de leurs œuvres les plus solides et ambitieuses.

HAVOK n’a jamais joué la surprise, mais bien la qualité dans la continuité, et Conformicide, loin de tuer le conformisme dans l’œuf, le détourne pour le transformer en concept de perfection dans l’exécution. Les traits de caractère du quatuor US (David Sanchez – chant, Pete Webber – batterie, Reece Scruggs – guitare et Nick Schendzielos – basse) sont toujours aussi patents, dans cette façon de soigner les parties instrumentales tout en les striant d’interventions imprévisibles et en les truffant de breaks surprise, dans cette approche délicate de la construction évolutive, et dans l’acceptation de la mélodie comme vecteur d’expression indissociable d’une agressivité de tous les instants.

Cette formule éprouvée depuis 2004 trouve son apogée aujourd’hui avec leur disque le plus professionnel et inspiré dans la tradition, et offre même quelques nouveautés intéressantes, quoique tellement nuancées qu’elles sont parfois imperceptibles.

De longs morceaux (très longs parfois comme le démontrent « Ingsoc » ou « Circling The Drain »), qui profitent d’éclairs de génie d’emprunts divers (MORDRED pour le premier, OVERKILL et MEGADETH pour le second), une collaboration renforcée entre les membres du groupe, et l’accueil dans la famille d’un nouveau quatre-cordiste, Nick Schendzielos qui contribue de sa frappe de graves à la Trujillo/Lilker/Verni à ouvrir de nouveaux horizons, font de cette nouvelle étape un pas de géant vers une respectabilité inévitable qui va vite faire passer les HAVOK du statut d’espoir confirmé à un leadership incontestable.

Ce glissement est tangible et crève les yeux sur des morceaux comme l’imparable « Masterplan », qui brille de sa rythmique bondissante et de ses riffs élastiques, surmontés de lignes de chant vicieuses et d’une bordée de chœurs revanchards qui donnent le ton, et le bon.

Toujours aussi catchy sans perdre de son radicalisme, les HAVOK sont passé maîtres dans l’art de rester frondeurs tout en glissant quelques pirouettes techniques dans leur Thrash, ce qui a tendance à le rendre encore plus efficace et précieux.

Autrement dit, l’intelligence de jeu le dispute à la puissance, ce qui aboutit à un cocktail relevé, mais toujours coulé dans le palais. Mettre le feu sans perdre le fil, telle est la devise des Américains, qui ont bien retenu les leçons prodiguées par le Mustaine de 85/88 ou celles du Blotzer des 90’s.

Le pari était pourtant très risqué, et oser proposer douze morceaux pour plus d’une heure de musique représentait un écueil difficile à éviter, celui de la redondance et de la redite à outrance. Mais c’était mal connaître le flair de ce quatuor hors-pair que de croire qu’ils allaient s’échouer sur leurs propres récifs…Et de l’ouverture explosive de « F.P.C » et sa séduisante acoustique d’intro soudainement fracassée d’un slap de basse chaloupé à la MORDRED, jusqu’au radical « Slaughtered » et son riff presque Metalcore, tout est agencé avec beaucoup d’intelligence et de variation, suffisamment pour que l’auditeur ne se croit pas perdu dans un monde parallèle où le temps et l’espace ne sont plus des données viables.

Evidemment, tout ne fonctionne pas complètement, et parfois, le groupe marque le pas. Mais même les titres les moins bénis cachent toujours au moins une idée brillante, à l’image du classique « Peace In Pieces » et ses cocottes de guitare en écho renforcées de riffs en béton armé, ou du déjà entendu « Wake Up » qui profite d’un up tempo martelé avec conviction pour faire oublier son rapt d’idées à la Mustaine pas vraiment bien camouflé.

D’ailleurs, cette admiration pour MEGADETH trouve tribune sur le plus que révérencieux « Dogmaniacal » qui recycle des plans du rouquin teigneux  dans un contexte purement OVERKILL. Mais c’est tellement bien fait et teinté de l’EXODUS de « Raze » qu’on ne peut le reprocher à personne…

Surtout lorsqu’avant d’en arriver là, vous serez passé par les cases « Hang’Em High » et son lick perturbé d’instants techniques à la DEATH, ou « Intention To Deceive » et son affolement de BPM radicalisant le propos au point de lui faire adopter un point de vue ambivalent mélodie/blasts de folie.

Donc…

Donc bilan plus que positif pour cette quatrième intervention des HAVOK, qui avec Conformicide ne s’affranchissent pas vraiment du classicisme qu’ils dénoncent, mais s’en servent au contraire pour se poser en garants d’une tradition séculaire. 

Au point de devenir le MEGADETH des riffs à la place du Calife ?

Non, au point de rester HAVOK qui s’en moque, ce qui est largement plus flatteur.


Titres de l'album:

  1. F.P.C
  2. Hang'Em High
  3. Dogmaniacal
  4. Intention To Deceive
  5. Ingsoc
  6. Masterplan
  7. Peace Is In Pieces
  8. Claiming Certainty
  9. Wake Up
  10. Circling The Drain
  11. String Break
  12. Slaughtered

Site officiel


par mortne2001 le 05/04/2017 à 13:51
75 %    303

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)


Nous tenons là la surprise de l'année ! Un des plus grands vocalistes extrêmes sortant un opus solo, là j'en tombe de ma diabolique chaise ! Le tout a l'air bien bien barré en plus : j'adore.


Aie la pochette !!!! Ça sent pas le death metal ça....Akerfeltd doit vraiment se forcer sur scène pour jouer les vieux morceaux.
Enregistré l'an dernier et sort qu'en automne ?


"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).