Chez les Lavallois de Throatruiner Records, on n’a jamais fait les choses à moitié. Il suffit de jeter un coup d’oeil à leur catalogue via leur Bandcamp pour piger que ces mecs-là ont des critères de sélection assez drastiques. Après tout, on ne signe pas COWARDS, COMITY, BIRDS IN ROW, VERMIN WOMB, PLEBEIAN GRANDSTAND et autres CORTEZ par hasard. Et si les NECRODANCER se retrouvent aujourd’hui au casting de leur superproduction, c’est tout sauf un hasard. Après tout, au vu du pedigree des intervenants et leur passage au sein de formations comme VERDUN, DAGGERS, DEATH MERCEDES ou L’HOMME PUMA, pas étonnant de les retrouver sous la coupe des défenseurs de libertés artistiques de Laval. Non qu’ils partagent beaucoup de points communs avec les autres pur-sang de l’écurie (quoique les accointances avec COWARD et BIRDS IN ROW, niveau attitude et pourriture du son frappe les esprits assez vivement), mais ils ont la même approche déviante d’un Rock à tendance salement crade, qui refuse de rester cantonné à un esprit Punk somme toute trop restrictif. Pourtant, ces oiseaux-là sont de purs punks dans l’esprit, puisqu’ils nous proposent avec ce Void de quoi remplir nos espaces vides entre deux découvertes fondamentales, dont ils pourraient bien faire partie un jour. Mais de fait, et en restant objectif, il leur reste encore un peu de chemin à faire avant de devenir la référence qu’ils ne manqueront pas d’incarner un sale jour d’hiver. Car si d’aventure vous recherchiez de quoi vous réchauffer ou vous remonter le moral, autant passer votre chemin. Les NECRODANCER (G.M / L.S / G.P / D.S) sont de cette catégorie d’artistes au regard pointé sur le caniveau, et à la psyché obsédée par les aspects les plus repoussants de la vie, se nourrissant des vices de leurs contemporains, un peu dans la même philosophie que des SEX SNOBS encore plus désabusés que d’ordinaire.

Et puis, lorsqu’on se réclame d’emblée d’un style aussi confus qu’hermétique que le Funeral Grunge, difficile de passer pour les joyeux drilles que l’on n’est pas. Aussi à l’aise en société que les STOOGES de « 1969 », ce quatuor préfère l’urgence de guitares en déliquescence, les refrains de désillusion, et les enchaînements poison qui nous mènent d’un titre aux épaules tassées à un morceau à l’optimisme cramé. Produit par Amaury Sauvé (BIRDS IN ROW, comme par hasard, THROW ME OFF THE BRIDGE, comme de bien entendu), et masterisé par l’increvable Brad Boatright aux incunables Audiosiege, Void est tout et le contraire de son titre, et convoque l’esprit des SONIC YOUTH, des MILK, de FLIPPER aux agapes bruitistes de leurs confrères de label, pour une petite demi-heure sans complaisance, en mode partouse de fesses molles à mi-chemin entre la France et la Belgique. On retrouve dans leur foutoir presque bruitiste des caleçons hérités de la vague de Seattle et du no-hope de 90’s à l’agonie d’une génération Y, pas mal de Rock incandescent de la fin des 70’s, louchant parfois sur la morgue de la No-Wave New-yorkaise de l’esthétique de Richard Kern et du labo MARS/DNA (sans l’abstraction insupportable et le côté arty prétentieux), mais surtout une personnalité prononcée, drapée comme un dandy pas si endimanché que ça, arpentant les clubs les lunettes  de soleil vissées sur le nez after dark, et surtout, des traces de sleepover mal digéré, pour cause d’abus en tout genre. On pourrait même croire, par intermittence, que ces lascars-là veulent livrer leur propre interprétation d’un Sludge à grosse tendance Oï de stade (« The Calling »), laissant une grosse basse pataude et dégueulasse scander des slogans à leur place. Evidemment, la linéarité pourra en rebuter certains, mais il y a quelque chose de fascinant dans leur démarche, dans ce refus de bouger, sans pour autant rester statique et borné. Pourtant, ils le sont, et ne laissent jamais le rythme en découdre, comme s’ils voulaient brider leur énergie en laissant s’exprimer leur fausse apathie. Pas forcément euphorique, mais jouissif.

Et puis, cette façon d’accoler un « The », devant chaque titre de morceau, comme pour leur apporter à tous une caution sixties (comme on le sait, avec un « The », tout passe mieux), cette manière de débuter un disque avec un brulot presque exubérant, chanté d’une voix de barfly à la gorge en bulbe (« The Necrodancer », ou comment les CRAMPS ont repris les MELVINS sous tutorat des COWARDS), cette volonté de ne jamais dépasser un timing Eurovision pour condenser les pires idées en un minimum de temps, c’est admirable en soi. Oser torcher un premier LP en vingt-six minutes, c’est aussi révélateur d’un caractère frondeur, qui n’a cure des tolérances de longueur contemporaines qui consistent à croire qu’il faut boucher au maximum les trous pour en donner pour notre argent. Mais va-t-on pour autant leur filer notre blé durement gagné pour qu’ils aillent le picoler ? Oui, parce que ce Rock-là, Post Grunge ou pas est monstrueux d’efficacité, et sa relecture torture porn de canons esthétiques Garage sous contrainte Hardcore est vraiment délicieux, et aussi enivrant qu’une vieille prune pas encore raffinée. Et affirmer que les NECRODANCER ne sont pas raffinés est d’un lénifiant euphémisme…Je veux dire…Des musiciens capables de torcher un « The Hunter » à la distorsion aussi fine que l’humour de Divine ne doivent pas se couper les ongles de pieds tous les jours. Et pourtant, sous ces couches de chœurs sépulcraux se cache un véritable standard Pop défiguré à l’acide Post-Rock. Ou plutôt, une adaptation des vexations Grunge au manque d’ouverture Noisy des 80’s à l’agonie. Comme vous voulez. Genre, un groupe aux chansons à boire qu’on sniffe. Et le défilé continue. De rythmiques élastiques, s’insinuant sous la jupe de Debbie Harry pour la contenter façon Nerdcore (« The Turning », flamboyant), en guitares carillonnantes, traduisant le vocable d’Akron et Athens pour le rendre compréhensible par les fans de KRUGER (« The Crusade »), en passant par les Catharsis de groupe dignes d’un tableau de Bosch (« The Trial », une telle schizophrénie vocale ne devrait surtout pas être évoquée à la sécurité sociale, française ou belge), tout y passe, et nous aussi, et considérer que les zigues osent refiler leur truc gratos sur leur Bandcamp en dit long sur leur mentalité Punk.

C’est tout ?

Oui. J’en ai assez dit.


Titres de l'album:

  1. The Necrodancer
  2. The Seizure
  3. The Hunter
  4. The Turning
  5. The Crusade
  6. The Divide
  7. The Inquisition
  8. The Calling
  9. The Trial
  10. The Battlefield

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/02/2018 à 18:55
85 %    327

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.