Chez les Lavallois de Throatruiner Records, on n’a jamais fait les choses à moitié. Il suffit de jeter un coup d’oeil à leur catalogue via leur Bandcamp pour piger que ces mecs-là ont des critères de sélection assez drastiques. Après tout, on ne signe pas COWARDS, COMITY, BIRDS IN ROW, VERMIN WOMB, PLEBEIAN GRANDSTAND et autres CORTEZ par hasard. Et si les NECRODANCER se retrouvent aujourd’hui au casting de leur superproduction, c’est tout sauf un hasard. Après tout, au vu du pedigree des intervenants et leur passage au sein de formations comme VERDUN, DAGGERS, DEATH MERCEDES ou L’HOMME PUMA, pas étonnant de les retrouver sous la coupe des défenseurs de libertés artistiques de Laval. Non qu’ils partagent beaucoup de points communs avec les autres pur-sang de l’écurie (quoique les accointances avec COWARD et BIRDS IN ROW, niveau attitude et pourriture du son frappe les esprits assez vivement), mais ils ont la même approche déviante d’un Rock à tendance salement crade, qui refuse de rester cantonné à un esprit Punk somme toute trop restrictif. Pourtant, ces oiseaux-là sont de purs punks dans l’esprit, puisqu’ils nous proposent avec ce Void de quoi remplir nos espaces vides entre deux découvertes fondamentales, dont ils pourraient bien faire partie un jour. Mais de fait, et en restant objectif, il leur reste encore un peu de chemin à faire avant de devenir la référence qu’ils ne manqueront pas d’incarner un sale jour d’hiver. Car si d’aventure vous recherchiez de quoi vous réchauffer ou vous remonter le moral, autant passer votre chemin. Les NECRODANCER (G.M / L.S / G.P / D.S) sont de cette catégorie d’artistes au regard pointé sur le caniveau, et à la psyché obsédée par les aspects les plus repoussants de la vie, se nourrissant des vices de leurs contemporains, un peu dans la même philosophie que des SEX SNOBS encore plus désabusés que d’ordinaire.

Et puis, lorsqu’on se réclame d’emblée d’un style aussi confus qu’hermétique que le Funeral Grunge, difficile de passer pour les joyeux drilles que l’on n’est pas. Aussi à l’aise en société que les STOOGES de « 1969 », ce quatuor préfère l’urgence de guitares en déliquescence, les refrains de désillusion, et les enchaînements poison qui nous mènent d’un titre aux épaules tassées à un morceau à l’optimisme cramé. Produit par Amaury Sauvé (BIRDS IN ROW, comme par hasard, THROW ME OFF THE BRIDGE, comme de bien entendu), et masterisé par l’increvable Brad Boatright aux incunables Audiosiege, Void est tout et le contraire de son titre, et convoque l’esprit des SONIC YOUTH, des MILK, de FLIPPER aux agapes bruitistes de leurs confrères de label, pour une petite demi-heure sans complaisance, en mode partouse de fesses molles à mi-chemin entre la France et la Belgique. On retrouve dans leur foutoir presque bruitiste des caleçons hérités de la vague de Seattle et du no-hope de 90’s à l’agonie d’une génération Y, pas mal de Rock incandescent de la fin des 70’s, louchant parfois sur la morgue de la No-Wave New-yorkaise de l’esthétique de Richard Kern et du labo MARS/DNA (sans l’abstraction insupportable et le côté arty prétentieux), mais surtout une personnalité prononcée, drapée comme un dandy pas si endimanché que ça, arpentant les clubs les lunettes  de soleil vissées sur le nez after dark, et surtout, des traces de sleepover mal digéré, pour cause d’abus en tout genre. On pourrait même croire, par intermittence, que ces lascars-là veulent livrer leur propre interprétation d’un Sludge à grosse tendance Oï de stade (« The Calling »), laissant une grosse basse pataude et dégueulasse scander des slogans à leur place. Evidemment, la linéarité pourra en rebuter certains, mais il y a quelque chose de fascinant dans leur démarche, dans ce refus de bouger, sans pour autant rester statique et borné. Pourtant, ils le sont, et ne laissent jamais le rythme en découdre, comme s’ils voulaient brider leur énergie en laissant s’exprimer leur fausse apathie. Pas forcément euphorique, mais jouissif.

Et puis, cette façon d’accoler un « The », devant chaque titre de morceau, comme pour leur apporter à tous une caution sixties (comme on le sait, avec un « The », tout passe mieux), cette manière de débuter un disque avec un brulot presque exubérant, chanté d’une voix de barfly à la gorge en bulbe (« The Necrodancer », ou comment les CRAMPS ont repris les MELVINS sous tutorat des COWARDS), cette volonté de ne jamais dépasser un timing Eurovision pour condenser les pires idées en un minimum de temps, c’est admirable en soi. Oser torcher un premier LP en vingt-six minutes, c’est aussi révélateur d’un caractère frondeur, qui n’a cure des tolérances de longueur contemporaines qui consistent à croire qu’il faut boucher au maximum les trous pour en donner pour notre argent. Mais va-t-on pour autant leur filer notre blé durement gagné pour qu’ils aillent le picoler ? Oui, parce que ce Rock-là, Post Grunge ou pas est monstrueux d’efficacité, et sa relecture torture porn de canons esthétiques Garage sous contrainte Hardcore est vraiment délicieux, et aussi enivrant qu’une vieille prune pas encore raffinée. Et affirmer que les NECRODANCER ne sont pas raffinés est d’un lénifiant euphémisme…Je veux dire…Des musiciens capables de torcher un « The Hunter » à la distorsion aussi fine que l’humour de Divine ne doivent pas se couper les ongles de pieds tous les jours. Et pourtant, sous ces couches de chœurs sépulcraux se cache un véritable standard Pop défiguré à l’acide Post-Rock. Ou plutôt, une adaptation des vexations Grunge au manque d’ouverture Noisy des 80’s à l’agonie. Comme vous voulez. Genre, un groupe aux chansons à boire qu’on sniffe. Et le défilé continue. De rythmiques élastiques, s’insinuant sous la jupe de Debbie Harry pour la contenter façon Nerdcore (« The Turning », flamboyant), en guitares carillonnantes, traduisant le vocable d’Akron et Athens pour le rendre compréhensible par les fans de KRUGER (« The Crusade »), en passant par les Catharsis de groupe dignes d’un tableau de Bosch (« The Trial », une telle schizophrénie vocale ne devrait surtout pas être évoquée à la sécurité sociale, française ou belge), tout y passe, et nous aussi, et considérer que les zigues osent refiler leur truc gratos sur leur Bandcamp en dit long sur leur mentalité Punk.

C’est tout ?

Oui. J’en ai assez dit.


Titres de l'album:

  1. The Necrodancer
  2. The Seizure
  3. The Hunter
  4. The Turning
  5. The Crusade
  6. The Divide
  7. The Inquisition
  8. The Calling
  9. The Trial
  10. The Battlefield

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/02/2018 à 18:55
85 %    260

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!


1) "Mais qui c'est le plus fort l'hippopotame ou l'éléphant ?"
Hé hé hé !
2) LeMoustre et Jus de cadavre vous êtes de vraies zoulettes !!! (sic)
Devenir aussi rapidement cordiale et conciliant...
Pfffffffffffff...
Même pas eu le temps de juter dans mon calbute bo(...)


L'éléphant... J'ai lu un livre là-dessus y a pas longtemps, et les mecs expliquaient qu'en fait, c'est parce que toute leur force est concentrée dans la trompe.


Mais qui c'est le plus fort l'hippopotame ou l'éléphant ?


@LeMoustre & @Jus de cadavre : vous avez brisé mon plan, j'allais annoncé un combat sur le ring à l'Hotel Accor Arena à la Booba vs Kaaris, je me serais fait des c***lles en or... ah ah ah ah ah !


@Jus de cadavre : Pas mon genre, j'ai juste dit que une fois je n'avais pas été au Xtrem parce que l'affiche ne m'avait pas plu alors que c'était à côté. Mais j'y suis allé une fois aussi. Mais je vois ce que tu as pu comprendre, et mes mots étaient maladroits. En tout cas, pas de conflit no(...)


J'ai du mal comprendre alors. Je croyais avoir à faire à quelqu'un qui choisi pour toi ce qui est bien ou pas, comme on en croise très souvent en ce moment (et pas qu'en musique hélas !). Donc "conflit" clos ;)
Et bon fest quel qu'il soit !


De Toulouse via un Ryanair. Merci c'est sympa, à priori on se rejoint avec des potes. Je suppose qu'on campera. Mais boire un godet ou plusieurs avec plaisir. Et non perso aucun conflit du moins me concernant, je ne crois pas qu'il y ait matière à.