The Lowest Level

Tyrant

30/09/2022

Exmortis Records

Des TYRANT on en connaît un paquet mine de rien. Des années 80 à aujourd’hui, nous avons largement eu le temps de faire la connaissance d’au moins une dizaine de groupes portant ce nom, certains anecdotiques, d’autres plus référentiels. La plupart sont d’ailleurs américains, comme notre exemple du jour, qui en dix ans de carrière nous a proposé deux EP’s, et deux LPs, dont ce petit dernier, The Lowest Level. Et s’il est un titre qui ne reflète absolument pas son contenu, c’est bien celui-là, car en effet, ces TYRANT tirent le niveau vers le haut, et subliment la nostalgie d’un sens de l’à-propos assez bluffant.

D’ordinaire, un groupe d’obédience old-school se choisit une ou deux influences, et use le parrainage jusqu’à la corde de mi. Dans le cas de ce quatuor du Michigan, les influences sont tellement nombreuses et variées qu’on peine à toutes les recenser. The Pact donnait déjà une idée assez précise de l’optique choisie, entre Speed, Thrash, Heavy et Power Metal, et The Lowest Level confirme les options en resserrant quelques boulons pour que la machine ne s’enraye jamais.

Andrew Winters (batterie), Philip Winters (chant/guitare), Salvador Mora (basse) et Charles Barber (guitare), soit un line-up 50/50 origines/2022 nous offrent donc avec ce nouveau longue-durée une démonstration de cohésion, et une leçon de Thrash agressif mais mélodique, dans la plus pure tradition de la Bay-Area des années de gloire. On adhère à cette production claire qui laisse ronronner la basse, à ces arrangements qui doublent la voix et la mettent au même niveau que les chœurs, et évidemment, ces riffs francs et fluides qui témoignent d’un réel amour pour le versant le plus accessible du style, ce que « Worldstone » souligne dès ses premières mesures.

Entre HEATHEN, METALLICA, SANCTUARY, mais aussi WARBRINGER, MEGADETH et autres exemples aussi probants, TYRANT se place à la table des négociations avec des arguments solides, et un Speed/Thrash de tradition, remis au goût du jour par un son précis, et une attitude précieuse. L’arrivée de Charles Barber aux soli rappelle l’intégration du petit génie Marty Friedman au sein de MEGADETH, tant son phrasé rapide s’accore très bien d’une approche mélodique, dans la grande tradition des guitar-heroes de l’orée des années 90, et en tant que frontman, Philip Winters saccade proprement et chante, ce qui est une chose assez rare pour être soulignée.

Toutes ces qualités débouchent sur un album qui mérite franchement d’être découvert et apprécié à sa juste mesure. J’en prends pour exemple l’énorme « Of Ash », pénultième titre qui durant son crescendo final nous noie dans les sextolets alors que le refrain est martelé avec une conviction indiscutable. Loin de la sidérurgie allemande la plus massive, TYRANT joue la carte de la sophistication et de la concession harmonique, et dévoile ses intentions sans fioritures, plaçant un final digne du grand TESTAMENT avant de dire au-revoir (« Call of the Void »).

Les purs et durs regretteront évidemment l’absence de quelques titres plus explosifs, mais certains passages concentrés et autres accélérations soudaines les rallieront peut-être à la cause, puisqu’un morceau de la trempe de « Pray for the Night » est à même de satisfaire les instincts les plus sauvages des accros à la violence. Car violence il y a, mais une violence maîtrisée, abordable et raisonnable. Le quatuor américain privilégie la musicalité de son Thrash, mais cède parfois à ses tendances les plus crues, en plaçant un lapidaire « The Sun, the Moon and the Truth » sur la route.

Rien à jeter puisque l’album reste sous la barre des quarante minutes. Et TYRANT ose à peu près tout, donnant même une leçon au MEGADETH historique en composant un « The Persuader » que le rouquin teigneux Mustaine n’aurait pas renié. Des ambitions progressives modestes, une mise en place parfaite, une attitude franche et sincère, voilà des qualités qui permettent à cet album de ne pas se raccrocher bêtement à la locomotive old-school, et de s’affirmer comme un leader potentiel de la nouvelle génération Trash américaine.

The Lowest Level monte donc au dernier étage, et nous offre une vue panoramique de la violence made in USA, avec beaucoup de clairvoyance et d’honnêteté. Des valeurs qu’on apprécie.

     

         

Titres de l’album :

01. Worldstone

02. Pray for the Night           

03. The Sun, the Moon and the Truth          

04. Sins of the Many 

05. The Persuader      

06. I, Master  

07. Kingslayer

08. Of Ash

09. Call of the Void


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/11/2022 à 18:32
80 %    59

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51