Je réfléchissais à haute voix récemment, digressant sur le fait que les extrêmes m’attiraient invariablement…AOR, Grind, Sludge, avant-garde, Noise, Free Jazzcore, en gros, toutes les excroissances possibles du Hard-Rock prises dans tous les sens, mais…pas de Hard-Rock à proprement parler. Et comme finalement, ce schéma me faisait ressembler au proverbial chat qui se mange sa proverbiale queue, j’ai pris mes jambes à mon clavier, et je me suis jeté sur la première sortie « classique » que j’ai pu dénicher. En l’occurrence, le nouvel effort solo d’une mystérieuse artiste norvégienne, MARITA, qui visiblement, connaît la musique, l’air, mais aussi la chanson. Cette jeune vocaliste qui naquit en 1989, l’année de l’explosion/dernier souffle de la vague Hair-Metal des 80’s et qui chantait « Holy Diver » de DIO à l’arrière de la voiture de son papa, n’est pas née de la dernière pluie de décibels, et a bien traîné ses graves au poste de bassiste de l’ensemble local GRIMSKULL (un LP, Monster Master en 2012)…que je ne connais d’ailleurs pas plus. Mais nonobstant ces détails techniques, autant dire que la musicienne sait ce qu’elle veut, et qu’elle s’est d’ailleurs offert une nouvelle escapade en solitaire, ou presque, pour enregistrer cet album qui se veut révérence flamboyante à la musique précédant sa naissance…Un LP entièrement consacré au Hard-Rock de tradition californienne, que MARITA décrit comme « un hommage aux coiffures bouffantes, au spandex, et à la bonne humeur des années 80, inspiré des classiques de l’horreur et du thriller, des vampires, et tous les trucs cools qui font peur ». La pochette vous en dira un peu plus dans le genre transylvanien buccal et sexy, mais autant dire que musicalement, l’affaire est aussi simple qu’elle n’est complexe…

Non que Bloodlust soit un mauvais album, ce qu’il n’est assurément pas. Mais il n’est pas non plus un « bon album » stricto-sensu, et ce pour une raison très simple. La voix de MARITA, très fluette, manque du panache des vocalistes de légende qui savaient transcender un riff simple pour nous faire atteindre le nirvana de la décoloration auditive, et dessert souvent des morceaux qui ne demandaient qu’à exploser comme une bombe de laque près d’un feu de bois allumé. Si la partie instrumentale assurée par Trygve Johan Solheim (guitare, instruments additionnels) et Geir Arne Solheim (basse, groove) assure dans les grandes largeurs, les messieurs connaissant suffisamment leur boulot pour tronçonner et soloïser, les vocal duties de la demoiselle laissent un peu à désirer, et rappellent parfois les couinements de Lisa Dominique, qui elle non plus n’avait pas forcément l’envergure d’une Rock N’Roll Lady. Sur les titres les plus légers, le timbre fluet de la chanteuse entraîne le Hard-Rock chamarré de son backing-band vers des rivages Pop assez agréables, et donne un cachet bubble-gum à l’entreprise, mais lorsque l’ambiance se durcit, on a un peu de mal à adhérer à ces couplets et refrains entonnés de façon très monocorde, les capacités de gosier se limitant au demi-octave nécessaire, et à la justesse indispensable pour ne pas sortir de la gamme. Mais en faisant abstraction de ce défaut somme toute assez prononcé, certaines chansons tiennent la route, comme l’entame légèrement Punky sur les bords de « 66 Crush », rappelant la moue boudeuse des RUNAWAYS et de Suzy QUATRO, en version plus superficielle et moins coquine, ou « Horror High » qui ne se prive pas non plus de piocher dans le répertoire de BON JOVI de quoi alimenter son propre bestiaire FM.

Bien que limité à une dizaine de morceaux pour une demi-heure de musique, Bloodlust devient vite redondant, malgré les modulations accomplies pour varier les tempi. S’il est évident que les deux acolytes de la chanteuse donnent tout ce qu’ils ont dans le ventre, et se montrent en tous points convaincants, leurs efforts sont régulièrement ruinés par une approche un peu trop light de l’investissement de gorge, comme le démontre malheureusement le plutôt bon « 10 To Midnight », qui aurait pu se montrer hit-single très efficace si MARITA (on finit par ne plus dissocier le projet de l’artiste…) disposait de capacités moins bridées. Mais entre des démonstrations de pur Hard mélodique et festif (« Seek The Fortune », au phrasé plus adapté et tellement enfantin qu’on finit par craquer), des transitions gentiment horrifiques (« Threshold Of The Night », récréatif), des classiques presque Heavy qui nous replongent dans la période bénie de la fin des années 80 (« Bloodlust ») et de jolies pochades Heavy-Pop (« Flesh Is Burning », avec pas mal de flair et des effets sur la voix, ça passe comme une BD sonore de bon aloi), le bilan reste satisfaisant, sinon inoubliable. Il est certain que ceux qui ne seront pas choqués ou gênés par cette voix assez irritante trouveront le tout très digeste, et ils auront donc parfaitement le droit d’apprécier cet album pour ce qu’il est, à savoir une belle tranche de fun à ne surtout pas prendre au sérieux, mais qui fait le job en faisant des heureux. Dommage que la chanteuse se contente souvent de minauder dans la même tonalité, sans chercher à exploiter ses petites capacités, car quelques trouvailles d’interprétation auraient pu encore plus tirer le travail vers le haut. Ce qui n’aurait été que justice face au travail abattu par ces deux musiciens qui en arrière-plan sauvent souvent les meubles…Et si MARITA cite Joan Jett, Lee Aaron ou Debbie Harry, comme somme d’influences, elle est encore trop proche d'une version musicale des Monster High pour prétendre entrer dans le cercle très fermé des poupées rockantes aussi sexy qu’impressionnantes.


Titres de l'album:

  1. 66 Crush
  2. Horror High
  3. 10 To Midnight
  4. Seek The Fortune
  5. Danger City
  6. Sleep Among The Dead
  7. Threshold Of The Night
  8. Bloodlust
  9. Zombified (Do You See The End)
  10. Flesh Is Burning

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/05/2018 à 18:01
68 %    202

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.