Ah ! Saint-Nolff, son calme, ses champs, ses vaches, son odeur de bouse (bah oui aussi...), et son festival Metal : le Motocultor. Rien de moins que le deuxième festival Metal en France en terme d'affluence (après vous savez lequel) ! Le Motoc' fête ses 10 ans cette année et Metalnews.fr y était ! Voici donc le report de ces 3 jours de riffs velus, de blasts infernaux et de bières...

Après nous avoir foutu les jetons quant à son avenir suite à l'édition 2016, nous avons "prié" et espéré, pour que "notre" petit festival continu. Alors quand les organisateurs ont lancé une campagne de financement, pour ne pas couler, nous sommes beaucoup à ne pas avoir hésité à ouvrir notre porte-monnaie. Et grand bien nous en a pris. Le Motocultor est sauvé, du moins pour cette année...

Oui parce que le Motocultor se traine une méchante dette depuis plusieurs années, et 2016 fût sans doute l'année de trop. Donc pour ne pas sombrer et  devenir qu'un bon vieux souvenir dans la tête de ses aficionados, il a fallu faire appel à la générosité des fans. Et ceux-ci ont été particulièrement généreux ! Plus de 66 000 euros récoltés sur les 50 000 euros d'objectif... Joli ! Tout cela est plutôt flatteur et rassurant pour l'organisation : les gens y tiennent à leur fest, et contrairement à ce qu'on pouvait redouter, il n'y en a pas que pour le Hellfest en France ! Tant mieux.

Nous sommes, comme tous les ans, heureux de retrouver le site de Kerboulard où se déroule le festival depuis 2013. Un site idéal selon moi, tout est à proximité, pas besoin de faire des kilomètres pour entrer sur le fest, ou regagner sa tente après avoir pris des mandales toute une journée.

Heureux aussi de retrouver cette ambiance bon enfant, cette taille humaine, et tous ces visages déjà croisés ici ou ailleurs. Ouais, le Motoc' c'est un fest de bretons, avouons-le... et donc on a parfois un peu l'impression de se retrouver en famille, de croiser des potes tous les 30 mètres....

Un peu moins heureux par contre de constater que les quelques défauts du fest ne soient toujours pas totalement corrigés, même si on note une nette amélioration d'année en année. Par exemple, la file d'attente à l'entrée du site est encore bien longue à certains moments de la journée ou de la soirée. Un manque de toilette se fait aussi sentir sur le camping et le parking camion... Mais bref, ce n'est pas ça qui va nous gâcher notre week-end !

Le Motocultor Festival n'a jamais vraiment fait dans la finesse musicale au niveau des groupes invités. Et c'est très bien comme ça... Mais cette année, pour moi en tout cas, on atteint quasiment la perfection niveau affiche. Du Death Metal en veux-tu en voilà, et encore du Death Metal... Le pied pour votre serviteur ! Oh bien sûr, il y'a aussi du Thrash, du Black, du Doom et presque tous les styles de la grande smala Metal (comme tout les ans me direz-vous). Mais cette édition est tout de même bien branchée Metal de la Mort. Alors suivez le guide, parce que ça va chier !


Vendredi 18 Aout

A peine installé, je file sur le site pour aller (re)voir les compatriotes de CADAVERIC FUMES. Les Rennais pratiquent un Death Metal très old-school mais assez original. Des passages de guitares "aériens" limites psychédéliques viennent se caler entre les gros riffs de bûcherons plus classiques. Nous avons aussi le droit à une reprise de Celtic Frost ("Dethroned Emperor", si mes souvenirs sont bons). Mais un son assez brouillon m'empêche de rentrer totalement dans le trip des bretons. Le vent n'aide pas non plus, car nous sommes sur la Supositor stage qui n'est pas couverte et souvent sujette à de bonnes bourrasques qui "emportent" le son... Tant pis, une prochaine fois !





Je passe en touriste devant EVIL INVADERS qui balance leur Speed/Heavy/Thrash sur la Dave Mustage. Le genre de concert où tu n'avais pas l'intention de venir, mais que tu passes finalement, entièrement avec un sourire aux lèvres ! Tout est cliché, le look des mecs, la musique, etc... Mais c'est un bon moment tout simplement. Et le public est de plus très réactif ! 

Après une Coreff bien méritée au bar, retour à la Supositor pour un groupe que je ne voulais pas rater : les Allemands de DESERTED FEAR. Et là,  même si les 4 musiciens ont le sourire jusqu'aux oreilles, ça ne rigole plus musicalement. Ça tâche, là... Leur Death Metal bien bas du front fait mouche. C'est tout simple, pas technique pour un sous, mais ça te fais remuer de la tête comme il faut. Le groupe à l'air complètement aux anges de jouer ici. En tout cas, on ne compte plus les remerciements fait au public présent (pourtant pas très nombreux...) et les larges sourires affichés. Basique et efficace. Et aussi un poil plus "moderne" que ce à quoi je m'attendais (mais je ne connais pas leurs dernières sorties non plus...).


On se met ensuite en route pour la déception de cette édition maintenant. Mais ça on ne le savait pas encore... Pourtant sur le papier tout était ok pour se faire déboiter : HATESPHERE. J'étais pressé et content de pouvoir enfin les voir sur scène, et vu la foule présente je n'étais pas le seul. Nan parce que pour ceux qui ne connaissent pas HATESPHERE ça cogne dur sur album. Très dur même ! Du Thrash/Death mixé avec de grandes louchées de Hardcore. Donc oui, la baffe, je l'attendais... Quelle déception ! Un son mou du genou vient déjà bien nous entamer le moral. Mais surtout un chanteur complètement à côté de la plaque selon moi... En même temps passer après Jacob (le premier chanteur du groupe de 2001 à 2010), c'est pas facile. Mais tout de même... Désolé pour les fans de Esse (si il y en a...), mais le mec il faut qu'il se sorte les doigts là... Avec sa dégaine de Vince Neil de Motley Crue (en plus petit) et son chant faiblard il fout littéralement le concert par terre. Je suis certainement un peu dur dans mon jugement, mais une chose est sûr : je n'étais pas le seul déçu... Dommage, un vrai rendez-vous gâché.

Comment se consoler maintenant ? Eh bien en allant voir MANTAR pardi ! Le duo Allemands, pour les avoir déjà vu sur scène au Hellfest l'année dernière, ne va pas nous décevoir lui. Au contraire même, je trouve le concert encore plus intense ! Hanno (chant / guitare) est déchainé comme à son habitude, il éructe ses paroles avec conviction, harangue la foule et ne tient pas en place. Il me fais penser à un ados ingérable et hyperactif qui n'aurait pas pris son traitement. Et que je te maltraites les pédales de guitares, et que je te débranches et rebranches tout ça avec de grands gestes, accroupi sur scène entre 2 riffs... Un spectacle à lui tout seul le bonhomme. Et ça tombe bien parce qu'à seulement 2, il faut la tenir cette scène ! Mais pas de soucis avec MANTAR. Les morceaux du second album "Ode to the Flame" (2016), sont ceux qui passent le mieux en live, il faut dire que celui-ci regorge de "hits" imparables. On se surprend même à chanter les paroles du groupe sur certains morceaux ("Era Borealis" en tête... quel tube !)... On parle de Sludge quand même, reprendre en chœur du Sludge en live, c'est pour le moins assez rare... Nos deux zicos terminent leur show torse nu et en nage. Comme d'habitude, ils ont tout donné... et nous on a tout pris ! Merci MANTAR, ça y est, grâce à vous, mon fest est véritablement lancé !

Je décide d'aller faire une pause après tout ça, mais avant je m'arrête devant la Dave Mustage, pour jeter un coup d’œil sur BLUES PILLS qui a entamé son concert. Depuis le temps qu'on en entend parler... Hé bien c'est justifié. Ça blues comme jamais, la chanteuse est au taquet, mais les musiciens ne sont pas en reste non plus. Dont le guitariste français Dorian Sorriaux, qui même s'il ne bouge pas beaucoup est assez impressionnant de par son feeling et son jeux de gratte... BLUES PILLS c'est le genre de groupe que j'ai envie de revoir, mais en salle plutôt. Ou son style de musique doit être carrément plus adapté. Mais déjà, maintenant, je sais que ça vaut carrément le coup (on ne peut hélas pas tout écouter / découvrir...).

Après une pause houblonnée bienvenue, retour sur le site pour aller voir la violence musicale incarnée sur scène : BENIGHTED. Il y a du monde devant la Supositor, évidemment. Tout le monde vient prendre sa raclée. Le son est de plus excellent, on distingue tous les instruments, dont le plus impressionnant : l’œsophage de Julien Truchan. Ce type est juste d'une autre planète. La planète Gruik, dans la constellation Brutalus, sans doute... Une machine humaine à balancer un chant hallucinant de maîtrise. Même les non-fans du groupe sont sidérés par la violence du concert. Et tout ça dans la bonne humeur s'il vous plait. Les Stéphanois sont comme souvent très heureux d'être sur scène et sur une scène du Motoc' qu'ils connaissent déjà. Julien ne se prive pas pour nous le rappeler. Impressionnant tout simplement. Pas grand-chose d'autre à ajouter... Ah si, le batteur n'était pas Romain Goulon pour ce concert (malade ? en tournée avec un autre groupe ? déjà parti ?). Du coup il était remplacé par Kevin Foley, qui revient balancer du blast pour aider les copains. 

On remonte lentement le site de Kerboulard vers la Dave Mustage pour aller prendre une autre volée de bois vert. Pas du tout le même style, mais ça va dérouiller comme il faut aussi. De la violence, moins brutale, mais plus sombre et sale. BLOODBATH, les suédois. Du Death Metal comme je l'aime tant... Rampant, lourd, blasphématoire et aussi bien bas du front quand il faut. Et surtout, ce fameux son de guitare en mode tronçonneuse. Le groupe est plus impliqué que la dernière fois où je les ai vu sur scène (au Hellfest 2015 et aussi en 2010 me semble-t-il). Les puristes ont un peu plus de mal avec Nick Holmes (Paradise Lost) au chant, mais le bougre s'en sort très bien tout de même. C'est sûr, il n'a pas la profondeur de chant d'Akerfeld, mais je trouve justement son timbre plus malsain et en parfaite harmonie avec la musique pratiquée. Je ressors du chapiteau heureux, et avec une confirmation, BLOODBATH est définitivement un de mes groupes de Death Metal préféré que ce soit sur album ou sur scène... 

Le "bain de sang" venu du Nord (et un peu d'Angleterre...) clôture donc ma première journée au Motoc' 2017, et quelle journée ! Brutol !


Samedi 19 Aout

A peine levé, le bide en vrac, on attaque ! Et quoi de mieux pour succéder à une leçon de Death suédois, qu'une autre leçon de Death suédois ? Bah rien... 

12h45. INTERMENT, de suède donc. Ça commence fort ! Je ne connaissais pas du tout ce groupe, mais certains potes, oui. C'était donc "faut pas que tu loupes ça si tu aimes la Suède, mec !". Banco, on y va. Il n'y a pas foule sous le chapiteau, en même temps vu l'heure... Et le groupe quasi inconnu pour beaucoup... Parce que soyons honnêtes ils ne sont pas aussi connus que leurs nombreux compatriotes, les Grave, Dismember et autres Entombed. Non, mais pourtant ils savent y faire les bougres et ce depuis 1990 ! Le son est juste parfait en plus, le meilleur du fest (avec un autre, on y reviendra). Bon je vais pas vous faire un descriptif détaillé, mais ça donne ça en gros : guitares en mode tronçonneuses, chant bestial, riffs brise-nuque et batterie en mode poum-tchak-poum-tchak. C'était génial, voilà tout, ma première vraie découverte pour cette édition. 

On continue avec les furieux Anglais de VALLENFYRE (encore du Death, je vous avait dit, cette année c'est "Death year" au Motoc' !). Seconde fois pour moi que je vois le projet parallèle de Gregor Mackintosh (de... Paradise Lost...). Le son pas terrible sur le premier morceaux s'améliore très rapidement, et les morceaux tous plus headbangant les uns que les autres s'enchainent. Mackintosh, qui s'est rasé les dreadlocks, est quant à lui très en forme vocalement et d'une humeur... rieuse. Mais à sa façon, c'est à dire jaune, très jaune. Un humour bien noir quoi, comme quand il nous dit le plus sérieusement du monde pour introduire un morceaux, que la pédophilie ce n'est pas bien, ni intelligent. Toi tu es là et tu ne sais pas si tu dois rire, ambiance. Mais ça va tellement bien avec le style pratiqué : noir lui aussi. Comme l’âme tourmenté de ce brave Gregor. Un concert viscérale.

Retour sur le site après une pause apéro, mais hélas une énorme file d'attente à l'entrée du fest me fais râter le début d'OBITUARY... Arf, pas content ! Surtout quand je me rends compte que ce concert va tout simplement être l'un des meilleurs de l'année. Il y a une foule énorme à la Supositor Stage, je n'ai jamais vu autant de monde devant cette scène ! Impressionnant mais aussi, hélas, impossible de trop se rapprocher... Mais ce n'est pas grave, parce que les Américains ont tout bonnement un son époustouflant de puissance et de clarté, même d’où je suis, c'est un rouleau compresseur qui bousille tout sur son passage ! Tout le monde est littéralement soufflé... La grande classe quand même ce groupe... Même John Tardy, d'habitude très fermé sur scène et silencieux entre les morceaux, semble d'une humeur plus enjoué ce soir. Il arpente la scène en long et en large et son énergie fait plaisir à voir ! Et son chant fait lui plaisir à entendre bien évidemment... Les classiques du groupe, même si entendus 10 fois déjà, font toujours mouches et surtout ce son... J'en bave encore ! Un groupe qui ne vole pas sa réputation et qui nous prouve que les papis (plus de 30 ans de carrière...) en ont encore sous la pédale. La grande classe.

Difficile de passer après ça, je me dis, et pourtant KREATOR va relever le défi, haut la main ! Depuis de nombreuses années, si ce n'est depuis leur tout début (en 84 !), le plus grand groupe de Thrash d'Allemagne, est une valeur sûre. Sur album et bien entendu sur scène ! Et en ce froid samedi soir ils vont une fois de plus le prouver sur la Dave Mustage du Motoc'. La déco sur scène, déjà, est travaillée : la batterie est bien surélevée, un podium placé derrière celle-ci permet aux musicien de prendre de la hauteur. Les lights et même des effets pyrotechniques viennent compléter le tout. Imposant les thrasheurs teutons... Le son est tout bonnement parfait une fois de plus et Mille (chant / guitare) est comme toujours très en forme. Le public, bien qu’étonnement pas trop remuant, lui mange dans la main à chacune de ses (nombreuses) interventions entre les morceaux, Miss Jus de cadavre qui m'accompagne pour son premier concert de Thrash, n'en rate pas une miette ! Bref tout est parfait. Et c'est étrangement là qu'est le défaut de ce concert : tout est "trop" parfait. Le show est millimétré, tout semble prévu, chaque geste, chaque mimique... Alors oui on prend un pied monstre, mais malgré ça il manque... je ne sais pas, une odeur de soufre, et de la spontanéité. Voilà c'est le mot. Mais ne boudons pas notre plaisir, parce que malgré le fait que nous ayons vu ce groupe 317 fois en live ces 10 dernières années, on ressort de ce concert, comme des autres, repus et satisfaits d'avoir pris ces mandales Thrash made in Germany dans la face.

En attendant PRIMORDIAL, pause bar. Du coup, j'assiste sans vraiment l'avoir cherché au concert de DISCHARGE qui se déchaîne sur la Massey Ferguscène, juste à quelques mètres  du rade (ça tombe bien pour des punks/crusteurs...). Alors DISCHARGE, c'est bête à chier et ça te donne juste envie d'être saoule et de charger du CRS... Et c'est le but je pense... Les dieux du D-Beat en tout cas ne font pas dans la dentelle, on s'en doutait. 

PRIMORDIAL maintenant. Je ne suis pas un spécialiste des Irlandais, mais je dois avouer que le chant d'Alan m'a toujours fait un petit quelque chose. Le coté théâtrale, possédé sûrement... Mais même si ce soir le groupe est en forme et le vocaliste aussi, je n’accroche pas plus que ça. Mais pour être franc, la fatigue et l'alcool commence à faire leurs effets et il est plus difficile dans ces conditions d'apprécier ce genre de musique... Une prochaine fois et en salle si possible et je pense que mon avis évoluera.


Dimanche 20 Aout

Dernière journée, et celle-ci sera courte, en effet comme beaucoup de festivaliers je reprends le taf le lundi donc je ne couvrirais que l'après-midi... D'ailleurs si des "Motoculteurs" passent par ici, n'hésitez pas à compléter ce Live-report !

On attaque, et dur, la journée avec les Rennais d'HEXECUTOR. Quel concert ! Point barre... Sans rire je vais développer pour ceux qui ne connaissent pas le groupe, mais voilà : quel concert ! Les bretons pratiquent un Thrash bien speed (avec quelques touches Heavy) de derrière les fagots. Le tout balancé avec une maitrise et une énergie qui ferait pâlir bien des légendes des 80's qui jouent le même style ! Et tout ça est envoyé avec une telle hargne et une telle confiance, qu'on se dit que si ce groupe était né en même temps que les pères du genre (Slayer, Metallica, Destruction et compagnie) aujourd'hui ils seraient "cultes". Oui, c'est ce que je pense. Alors en 2017 tout cela peut paraître dépassé (le look, le chant, l'attitude), mais Bon Satan, pas de soucis pour moi de paraître has-been en surkiffant ce groupe... Les "Butez-vous" hurlé par le chanteur, guitariste Jey Deflagratör (hé oui...) résonnent encore dans ma cervelle ! Hail HEXECUTOR ! Keep the flame of true Metal Alive ! Vivement le Samain Fest en Octobre pour reprendre une leçon de Thrash old-school.

J'observe de loin et rapidement les gruikements de RECTAL SMEGMA, qui envoie sa sauce Goregrind sur la Dave Mustage, bon... Pas grand-chose à dire, c'est du Goregrind quoi. Ni plus ni moins...

Arrive le tour maintenant du groupe que j'attendais le plus cette année : les Américains de UADA. Et pourtant je viens tout juste de découvrir le groupe avec son fantastique premier album sorti l'année dernière "Devoid the Light". Il a tourné non-stop une semaine avant le festival... UADA joue un Black Metal mélodique... Ça me fait drôle de l'écrire, car quand je vois "mélodique" normalement je fuis, loin. Mais là non. Là, en découvrant leur album j'avais plutôt les poils hérissés. Tout simplement parce que c'est bon, très bon, très bien pensé, joué et produit. Pour vous faire une idée, imaginez Dissection (ah, là ça vous parle hein ?), avec un soupçon d'Inquisition, une batterie furieuse et un chant "hanté" (traduction de UADA en Latin) et tout ça joué avec la FOI. Voilà, vous avez la recette ultra-efficace du groupe de l'Oregon. Alors forcément j'avais un peu peur d'être déçu sur scène (c'est souvent la cas quand on tombe cinglé d'un groupe). Hé bien non, sur scène ça ne rigole pas, et ça joue avec la FOI, comme sur album. Même si le son n'était pas optimal (le vent...), j'ai pris ce que je voulais prendre : un grand moment de Black Metal épique et furieux. Si vous ne connaissez pas, un conseil : foncez !

Mon fest se termine donc avec ce groupe, et POINT MORT en fond sonore en quittant le site fatigué mais avec des riffs pleins les oreilles. Une très bonne édition pour moi une fois de plus, même si très chargée niveau concerts. Mais il y avait tellement à voir cette année ! 


Les organisateurs ont déjà confirmé que le fest aura bien lieu en 2018, très positif donc. L'édition 2017 aura vu 18 300 spectateurs sur 3 jours, c'était ce qui était prévu, donc bonne chose là aussi. La jauge étant de 7000 personnes par jour maximum, le Motoc' n'était donc pas loin d'afficher complet cette année ! L'année prochaine la jauge sera revu à la hausse (9000 personnes par jour normalement) mais sur le même site, cette édition servant de "test" pour le futur selon l'attaché de presse du festival. Des bonnes nouvelles donc, les organisateurs affirmant qu'économiquement le festival commence à lentement mais surement sortir la tête de l'eau. Alors bien sûr... à l'année prochaine !!!






par Jus de cadavre le 24/08/2017 à 07:44
   235

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


Simony
membre enregistré
24/08/2017 à 11:59:25
"Les puristes ont un peu plus de mal avec Nick Holmes (Paradise Lost) au chant, mais le bougre s'en sort très bien tout de même. C'est sûr, il n'a pas la profondeur de chant d'Akerfeld, mais je trouve justement son timbre plus malsain et en parfaite harmonie avec la musique pratiquée"

Je partage totalement cet avis Mr Jus de Cadavre !

Par contre, ça me surprend pour HATESPHERE que j'ai déjà vu et c'était vraiment fou sur scène, comme ils passent par chez moi prochainement, une vérification de tout cela s'impose !

Jus de cadavre
membre enregistré
24/08/2017 à 17:31:58
Pour Hatesphere, je suis le premier déçu ! Pour les avoir vu il y a des années en salle (même si à l'époque je ne connaissais pas), je me souviens que ça dérouillait !
Mais bon un fest sans déception, ça n'existe pas... hélas :)

Humungus
membre enregistré
27/08/2017 à 05:51:42
Une erreur (de taille) dans ton très bon report Jus De Cadavre : Le plus grand groupe de Thrash d'Allemagne c'est SODOM.

Jus de cadavre
membre enregistré
27/08/2017 à 19:59:53
Humungus : Arf, je me suis dit exactement la même chose au moment de l'écrire... Mais je me suis dis que ce n'était pas mes gouts qui comptaient (je préfère largement Sodom à Kreator moi aussi) mais en terme de reconnaissance dans le monde, je pense que Kreator est loin devant...

Ajouter un commentaire


Various Artists

Grind Against Trump

Motorhead

Under Cover

Angels Cut

Sick Sick Sick

Ceaseless Torment

Forces Of Evil

Grizzlor

Destructoid

Kee Of Hearts

Kee Of Hearts

The Rinn

Stories of the Green Fairy

Cannabis Corpse

Left Hand Pass

The Donner Party

Pizza Patrol

Lynch Mob

The Brotherhood

Leucosis

Liminal

Hedger

Unshaped Thoughts / With Eyes Unbound

Horde Victorieuse (horde V.)

Horde Victorieuse

Peropero

Lizards

Janet Gardner

Janet Gardner

Black Bleeding

The Awakening

Integrity

Howling, For The Nightmare Shall Consume

Excöriator

Horned Is The Hunger

Yards

Excitation Thresholds

Muscadeath Festival XVI

Jus de cadavre / 25/09/2017
Death Metal

Gogol Premier + The Rhinogrades

Sheb / 21/09/2017
Punk

MetallicA + Kvelertak

RBD / 13/09/2017
Thrash Metal

Les Tambours du Bronx + Mountain Men

RBD / 29/08/2017
Blues Rock

Motocultor Festival 2017

Jus de cadavre / 24/08/2017
Heavy Metal

Concerts à 7 jours

Ufomammut + Usnea

01/10 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Satyricon

01/10 : Mjc De Reze, Nantes (44)

Evergrey

01/10 : La Boule Noire, Paris (75)

Ensiferum + Wolfheart + Skyclad

01/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Satyricon

02/10 : Le Metronum, Toulouse (31)

Alcest + Anathema

02/10 : La Cartonnerie, Reims (51)

Evergrey

02/10 : Marché Gare, Lyon (69)

Archgoat + Bölzer + Svartidauði

02/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Alcest + Anathema

03/10 : L'etage, Rennes (35)

Tagada Jones + Urban Blaster + Headcharger

29/09 : L'etage, Rennes (35)

Bellator + Scum + Smerter

30/09 : La Jument Pavoisée, Rennes (35)

+ Pulmonary Fibrosis + Defenestration

30/09 : T'es Rock Coco, Angers (49)

Ufomammut + Usnea

30/09 : La Boule Noire, Paris (75)

Satyricon

30/09 : La Maroquinerie, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Joli plateau ! C'est intéressant d'avoir la vision de quelqu'un de plus jeune sur Mercyless, qui était l'une des institutions de la première scène, puis qui avait cherché une évolution musicale très audacieuse aujourd'hui gommée méthodiquement des mémoires. Cela m'amuserait de revoir Carca(...)


Il est clair qu'il y a bon nombre d'albums de MOTÖRHEAD sur lesquels se pencher avant de s'attarder sur celui-là.


Ouais l'affiche se démarque réellement du festival Metal lambda. Pour moi c'est loin mais j'espère que le côté ouest et le sud de la France vont se bouger en masse pour supporter ce fest


Pour répondre à ma propre question le batteur de Benighted c'était Kevin Paradis (Svart Crown etc...). Merci à Carcariass et Red Dawn pour la réponse ;)


Le très gros défaut de cet album est que je ne vois pas quel public il vise. Pour ceux comme moi qui ont chez eux la plupart des albums du groupe, il n'apporte pas grand chose (un des rares trucs que j'aurais aimé récupérer car probablement la reprise la plus inspirée et pas la plus facile à (...)