Remedy

Blisskrieg

22/02/2021

Autoproduction

Un premier album pour un groupe n’implique pas forcément que ses membres n’ont aucune expérience du business. Prenez pour exemple le premier long proposé par les américains de BLISSKRIEG, à ne pas confondre avec les BLITKRIEG. On sent dès son écoute que les mecs ont du métier, et pour cause. Ils ont chacun taillé leur chemin au sein de groupes professionnels et gagné une certaine crédibilité depuis des années, ce qui leur permet aujourd’hui de proposer une première œuvre très bien dessinée et apte à susciter l’intérêt des fans d‘un Rock moderne et totalement décomplexé. On s’en rend compte dès l’écoute du premier morceau qui est aussi judicieusement le premier single de l’album, cet « Inside Me » qui fleure bon les nineties, et le floutage des genres, pour donner naissance à ce que l’on a vulgairement appelé le « Rock alternatif ». Guitares franches et mélodiques, chant puissant, rythmique sobre mais efficace, les ingrédients sont en place, mas pour autant, inutile de pointer du doigt ces quatre-là et de les accuser d’opportunisme : ils ne font qu’utiliser leur expérience pour jouer une musique efficace et séduisante, et sous cet angle, Remedy est le plus parfait remède à cette sinistrose ambiante.  

Qui trouve-t-on caché derrière ce baptême étrange de BLISSKRIEG ? Le chanteur Donald Carpenter (SUBMERSED, EYE EMPIRE) ainsi que d’anciens membres de DAYS OF THE NEW et TANTRIC, Todd Whitener (guitare), Jesse Vest (basse) et Matt Taul (batterie). Soit trois quarts d’instrumentistes/amis ayant déjà rodé leur cohésion dans d’autres combos, et l’un des chanteurs les plus doués de sa génération. L’expérience paie donc, mais ne tombe pas dans la routine des années passées ensemble, et ce premier LP sonne aussi frais que le travail d’aboutissement d’un jeune groupe prêt à en découdre avec le public. Il se dégage donc de ce remède une énergie incroyable, mais aussi une sensibilité palpable. Comme un sirop magique qu’on prend lorsqu’on tousse un peu trop et qui adoucit la gorge sans sucrer les cordes vocales. La hargne est là, cachée sous une couche impressionnante de mélodies, et la nostalgie est omniprésente malgré l’énergie déployée. Le groupe de l’Indiana n’a cure des modes, et des us de son époque. Pour autant, il n’en profite pas pour nous resservir tiède des plats déjà engloutis dans les nineties, tout en admettant avoir été proche de CREED, NICKELBACK ou tout autre représentant de la nouvelle génération.

Attention, cet album n’est pas du Hard Rock, encore moins du Heavy Metal. Mais il n’est pas non plus constitué de Rock généraliste et interchangeable qui condamnerait sa présence dans ces colonnes. Assez musclé pour vous intéresser, il est aussi suffisamment souple et ouvert pour concerner des publics ne gravitant pas dans notre sphère étouffante. De fait, vous serez sans doute surpris par l’intro a cappella de « Inside Me » qui reprend plus ou moins les codes du grand « Because » des BEATLES. Mais une fois cette sensation étrange passée, la puissance revendique ses droits, et la rythmique se met en place pour développer des arguments Americana revus et corrigés alternatifs pour ne pas sonner trop US pour un public européen.

Ouvert, varié, débordant de vitalité et de joie de partager des plaisirs simples, Remedy est donc d’une posologie bien équilibrée, qui propose un traitement assez fort, mais supportable pour l’organisme. Souvent réminiscent des ordonnances prescrites à la fin des années 90, avec cette superposition de Pop, de Rock des seventies et d’inspirations plus orientales ou Folk (« Parasitic »), il revisite tout un pan de la culture américaine, si prompte à phagocyter des années de Rock, de Blues, de Hard, pour en régurgiter un résumé complet. On tape donc du pied sur les inserts les plus dansants (« Take It Back », Pop comme du PEARL JAM égaré sur la piste de STYLE COUNCIL), mais on se laisse aussi prendre par l’émotion qui ne nous lâche pas d’une larme. Ainsi, l’amertume de « She Cries » rappellera aux amateurs les ballades les plus symptomatiques des années 80, mais aussi cette façon étrange de les traduire dans un langage plus nuancé des nineties.

On trouve donc de tout dans cette auberge espagnole, très heureuse de vous accueillir toutes portes ouvertes, et la poésie de l’ensemble, son désir de rester honnête et de pratiquer des tarifs raisonnables permet aux BLISSKRIEG de toucher un public vaste, mais aux goûts assurés. « Destination Unknown » pourrait évoquer la jeune garde des GRETA VAN FLEET, sans les citations ZEP encombrantes, mais le travail sur les percussions, l’option bluesy très développée nous ramènent à cette époque sudiste des années 90, lorsque les jeunes musiciens redécouvraient le LYNYRD, Tom PETTY, SPRINGSTEEN et tous les amoureux d’une Amérique rurale de cols bleus.      

            

D’un certain côté, ce premier long nous rappelle le miracle accompli par les MATCHBOX 20 qui dans les années 90 avaient décroché le jackpot des charts sans changer leur nature de bar-band. Un miracle qui était parvenu à fédérer toutes les audiences sans en trahir une seule de sa vulgarité, et si les guitares sont souvent énergiques et syncopées (« New Age »), si la basse roule sur la caisse claire, si le chant se détache de sa passion, l’ensemble reste d’une modestie proportionnelle à sa richesse artistique. Une richesse formelle, j’en conviens, mais qui nous évite les redites pénibles et old-school d’une époque gangrénée par son manque d’audace.

Ici l’audace consiste à renouveler un bail, à insérer des éléments de progressif, de Pop dans un contexte purement Rock et direct, pour accoucher d’un album sensible, attachant, et surtout, terriblement accrocheur. Sans refuser de faire appel à des astuces souvent utilisées par les musiciens de Stoner (« Waiting »), les BLISSKRIEG ne misent pas sur une guerre éclair, ni une bataille rangée dans les tranchées, et se contentent de se battre avec leurs propre armes pour gagner du terrain, les chœurs, omniprésents, suggèrent un BON JOVI plus en forme que d’habitude, mais le tout garde sa personnalité, pour oser le décalage et les ambiances confinées (« Wherever You Go »). Un peu de la même manière que les BLACK CROWES avaient recentré les débats à la fin des années 80, les américains nous ramènent à l’essentiel. A la composition de chansons susceptibles de parler à tout le monde, et d’offrir un bien précieux à n’importe qui voudra bien l’accepter.

    

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Inside Me

02. Parasitic

03. Take It Back

04. She Cries

05. Destination Unknown

06. Rise and Fall

07. New Age

08. Waiting

09. Wherever You Go

10. Remedy


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/10/2021 à 14:06
82 %    46

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35