Temps Morts

Borgne

21/05/2021

Les Acteurs De L'ombre Productions

Un an seulement après le pavé Y, qui de son heure de jeu avait assommé tous les amateurs de Black Metal Industriel, même les plus solides, BORGNE revient de son seul œil pour surveiller notre activité et imposer ses règles. Ces mêmes règles sont simples, puisqu’elles sont les mêmes depuis l’émergence du groupe : incarner l’avenir musical de l’humanité, en transposant notre existence dans un langage martial et hautement abrasif.

Bornyhake, seul concepteur, n’a donc pas changé depuis ses débuts, et encore moins depuis l’année dernière. On dirait même que ses options se sont resserrées, et qu’il a enfin obtenu ce qu’il cherchait. En tant qu’apocalypse sonore, Temps Morts n’en marque pas un seul, et nous jette dans le vide le plus sombre, pour précipiter la fin d’une humanité qui n’a plus droit de cité sur une terre exsangue. Et les Acteurs de l’Ombre se font encore une joie de distribuer son œuvre à une échelle mondiale, pour bien marquer le schisme entre les réalistes et les utopistes. Ici, le rêve est foulé d’un pied lourd depuis longtemps, et les illusions brûlées sur le bûcher des vanités.

En poussant tous les curseurs à leur potentiel maximal, BORGNE a joué avec le feu et la patience. Si Y proposait déjà un répertoire plein d’une heure de chaos, Temps Morts va jusqu’au bout d’une formule et de la capacité de stockage d’un CD : soixante-treize minutes de bruit blanc et noir, soit six minutes de moins que la limite autorisée. Mais si ce dixième album du cyclope joue sur les longueurs et ne craint pas l’overdose, sa musique agit comme un marteau piqueur trouant des fosses communes en plein milieu de rues bondées de cadavres en sursis.

Nous avions déjà parlé de la philosophie du musicien dans une chronique précédente, il n’y a pas à y revenir. Le suisse de Lausanne, avide de vilénie musicale et d’une union entre CNK et DEATHSPELL OMEGA, reste fidèle à son éthique, et multiplie les cassures, et les silences assourdissant au milieu de débauche de violence sourde étonnamment calmes en comparaison. De fait, Temps Morts pourrait incarner une dernière pause de cruauté avant l’apocalypse, et ses morceaux semblent témoigner d’une haine accrue, tant « To Cut the Flesh and Feel Nothing But Stillness » démarre sous les auspices les plus sournois. On comprend vite que l’auteur manie son propos comme il le souhaite, et qu’il nous envoie un message clair : dansez au bord du chaos tant qu’il en est encore temps, avant de laisser votre place. Doté d’un son monumental, de ceux qui crèvent les membranes des haut-parleurs, Temps Morts occupe immédiatement l’espace, et ne laisse aucun interstice inutile filtrer la lumière du jour. Plaisir nocturne, danse macabre, cet album réussit encore une fois le tour de force de fondre le Black le plus puriste à l’Indus le plus épais, et nous donne l’impulsion, comme un dernier soubresaut d’énergie avant la chute. Le chant de Bornyhake, toujours aussi raclé, s’accorde merveilleusement bien de ces rythmiques au biseau, parfois coulées comme du FRONTLINE ASSEMBLY, parfois heurté comme du NEUBAUTEN. 

Deux titre seulement sous la barre des six minutes, le discours est long, l’impression durable, et pourtant, le temps passe très vite, comme suspendu à un espoir tenace qui n’a pourtant que peu de temps à vivre. On entend rapidement le signal de trompettes de Jéricho lorsque la fausse double grosse caisse tire à vue sur l’impitoyable « The Swords of the Headless Angels », monstre de douleur et d’oppression de près de dix minutes, martial comme une cour, écrasant comme une sentence prononcée sans avoir le choix. Mais BORGNE est toujours cette créature hybride qui danse autant qu’elle ne piétine, et le plaisir de pouvoir encore bouger notre corps avant d’être soufflé par la tempête finale est bien réel. Rien de novateur, pas de nouveaux sons, pas d’expérimentation, encore moins de virage amorcé sans le signaler, mais du traditionalisme, du classicisme, et du professionnalisme, et une façon d’incarner le mal absolu comme s’il était capable de se lever d’un siège pour enflammer le dancefloor. Le diable ici porte un costume trois pièces fait sur mesure, dégage un charisme extraordinaire, et se pose en homme d’affaire à la négociation impossible. Il déclame d’une voix assurée (« L’écho de mon Mal »), avant de présenter à son audience sa seule échappatoire (« Near the Bottomless Precipice I Stand »). Plonger dans les abysses, et ne jamais en revenir, telle pourrait être la traduction d’un dialogue entre les hommes et leur représentant le plus crédible, puisque Dieu nous a laissés abandonnés à nous-mêmes depuis longtemps.

Ce dixième album de BORGNE justifie son titre de quelques breaks disséminés avec beaucoup d’intelligence, mais aussi de passages plus calmes et apaisés. Les cordes et la mélodie de « I Drown My Eyes into the Broken Mirror » nous permettent un rapide coup d’œil vers un passé révolue, et de regarder la vérité en face. Dans ce déluge de lave en fusion, cet intermède est plus qu’un simple sursis, c’est une trêve signée en bas de page, mais qui ne dure que le temps d‘un souffle et d’une prise de conscience. Car « Vers des Horizons aux Teintes Ardentes » nous rappelle rapidement à la réalité d’un BM cru, grandiloquent, et digne d’un Armageddon inévitable. La façon de juxtaposer les mélodies et la bestialité d’une rythmique horriblement régulière est toujours le pont fort du concept, même si les couplets toujours dénué de toute modalité imposent aussi une ambiance mortifère et éprouvante.

Il est tout à fait raisonnable de penser que certains ne tiendront pas le choc, comme tout homme a le droit de ne pas vouloir entendre la vérité. Après tout, soixante-treize minutes de mauvais traitement sont un supplice assez difficile à encaisser, d’autant que BORGNE ne nous a pas rendu la tâche plus facile. Car si « Even If the Devil Sings into My Ears Again » allège un peu le ton de son approche légèrement Punk, « Everything Is Blurry Now » dévoile enfin les contours flous d’un avenir de misère, et brosse une grande toile aux contrastes absents. Si ce dernier morceau est à l’image de ce monde d’après que nous craignons tant, alors évidemment, autant mourir maintenant et laisser les ruines et les cendres à la génération suivante, qui paiera notre facture.

En plus de quatorze minutes, BORGNE se souvient de la scène finale du The Beyond de Lucio Fulci, avec ce grand espace vide jonché de cadavres, ces teintes bleutés, et cette cécité finale d’avoir regardé le soleil d’un peu trop près. La lancinance, la grandiloquence, les arrangements martiaux et le tempo écrasant font de cet épilogue le réveil d’un cauchemar idéal pour embrayer sur un autre, cette fois-ci diurne et lucide. Temps Morts n’est pas gai, mais il ne faut pas le prendre au sens littéral de son terme. Il n’est pas une pause, il est tout simplement la fin des temps, des temps agonisant, des temps désolés, des temps qui nous attendent au tournant. Et ne dites pas que vous n’avez pas vu le temps passer avant d’agir. Car il est déjà trop tard pour les fausses excuses.               

              

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. To Cut the Flesh and Feel Nothing But Stillness

02. The Swords of the Headless Angels      

03. L’écho de mon Mal

04. Near the Bottomless Precipice I Stand  

05. I Drown My Eyes into the Broken Mirror

06. Vers des Horizons aux Teintes Ardentes

07. Where the Crown Is Hidden      

08. Even If the Devil Sings into My Ears Again     

09. Everything Is Blurry Now


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/05/2021 à 18:28
88 %    379

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Father Merrin + Cleaver + Prypiat 10/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Sadam Mustaine

Je filme toujours une ou deux chansons en live puis je range et je profite et j'essaye de me foutre aux barrières 

05/12/2022, 18:48

JTDP

C'est vrai que ça fait bizarre tout ces téléphones...L'effet est peut-être aussi démultiplié par le fait que ce soit et l'intro et la conclusion du concert... Et ce qui est amusant c'est que, paradoxalement, c'est grâce &agra(...)

05/12/2022, 00:02

NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19