Intéressant de constater que les groupes de Hardcore ne se contentent plus de jouer la sécurité, ou d'accepter les frontières des deux camps usuels qui séparent leur approche. D'ordinaire, en termes de créativité, nous avions droit au choix cornélien et simple divisant les options par deux. D'un côté, le Hardcore classique, plutôt orienté street credibility, et ancré dans une tradition historique issue des rues de New-York ou de Boston. De l'autre, le Deathcore, sous genre bâtard qui depuis une dizaine d'années cherche la compression ultime du son pour sonner plus compact qu'une tuile vous tombant sur la gueule au coin d’une maison. Une troisième voie émerge aussi, plus évolutive, se servant un peu dans tous les plats pour finalement échapper à toute catégorisation. Mais peu de groupes tentent de retrouver l'essence d'origine, celle qui permettait aux musiciens d'appartenir à plusieurs camps tout en s'affiliant Hardcore de fait. Insuffler des éléments extérieurs pour enrichir la colère, et y mettre le feu via une emphase particulière sur la violence crue. Est-il encore possible d'espérer qu'une autre voie moins diplomatique se présente à nous, et nous entraîne dans des négociations Metal tout en gardant ses fondements Core bien ancrés dans l'inconscient collectif ? C'est une possibilité qui se dégage si l'on en croit le troisième album des originaires de l'Ohio de HOMEWRECKER, qui avec Hell is Here Now nous livrent une joli flambée de traditionalisme ancrée dans un quotidien enflammé des traumas du présent. La solution de l'équation pourrait d'ailleurs se cacher dans les trente-quatre minutes de cette livraison sans concessions, qui ne rejette en rien la puissance métallique, tout en assumant l'héritage sec d'un Hardcore qui ne tourne pas le dos à son histoire.

HOMEWRECKER c'est peu ou prou une trademark très personnelle, et ce, depuis leurs débuts. Les américains nous avaient laissé en rade il y a quatre ans, après leur second et explosif effort Circle Of Death, qui jouait tout autant la brièveté que l'immédiateté. On sentait un potentiel énorme chez ces musiciens qui ne cherchaient pas vraiment la crédibilité pure si chère à cette scène Hardcore qui n'en finit pourtant pas de s'ouvrir à d'autres influences tout en prétendant se replier sur elle-même. On y voyait plutôt un avenir possible pour elle, sans qu'elle ne trahisse la « cause », un avenir dessiné de brutalité purement Death et Thrash, mais mâtiné d’âpreté Core parfaitement assumée. Et ce troisième longue durée vient confirmer tous les espoirs placés en eux, puisqu'il porte à un certain degré de perfection cette formule n'admettant d'autre inconnue que l'appellation que les critiques pourraient lui apposer. Mais l'appellation en elle-même n'a que peu d'importance au regard du résultat impressionnant obtenu en quelques années de retenue. Cette absence semble avoir décuplé la puissance du quatuor (Matt Barnum – guitare/chant, Matt Izzi batterie/chant, Ezra Cook – basse et Carson Ward – guitare), qui tente un retour fracassant par la grande porte via cet implacable Hell is Here Now qui en effet, semble nous promettre des enfers remontés sur terre. Mais ces enfers seraient plutôt du genre personnels, puisque les auteurs se plaisent à les définir comme une colère larvée qu'on se refuse à laisser exploser, nous condamnant de fait à souffrir au jour le jour, incapable de laisser notre haine exploser à la face d'un monde qui le mériterait.

Pour faire plus simple et compréhensible, et sans tomber dans l'analyse thématique rébarbative, les HOMEWRECKER proposent une idée simple, mais redoutablement probante. Ils se proposent de vous laisser entrevoir ce que pourrait donner le Hardcore s'il était composé par de vrais thasheurs, et la façon dont il sonnerait s'il était ensuite interprété par des grogneurs Death patentés. Le tout, sans renier le credo initial, et sans non plus tomber dans le pillage d'idées remises au goût du jour. A l'écoute des douze nouveaux morceaux qu'ils nous balancent sans complexes, on se prend à rêver d'une transposition dans un langage purement métallique extrême des us et coutumes en vigueur dans le Hardcore, un peu comme si SLAYER et DISMEMBER faisaient cause commune pour se fondre dans un même élan de rage. En se basant sur des riffs d'une ampleur incroyable, en permettant à la rythmique de sonner toujours aussi sauvage, et en hurlant à pleins poumons par-dessus cette bande instrumentale ravageuse, les américains nous démontrent qu'il est tout à fait possible de faire les yeux doux à toutes les fragrances de l'extrême sans provoquer de trahison. D'ailleurs, plusieurs des licks développés sonnent comme du SLAYER pur jus, tandis que les arrangements vocaux nous suggèrent des accointances sévères avec l'univers Death scandinave des années 90. Tournant complètement le dos à un Deathcore dans lequel ils ne se sentiraient pas vraiment à l'aise, les originaires d'Ashtabula, sans vraiment tomber dans le Crossover, laissent parfois leur musique prendre de faux-airs de classiques de PANTERA joués façon NOLA sans l'esprit sudiste, et réinterprétés par une bande de dégénérés fascinés par le Death précis et technique et le Thrash furieux et épileptique («Demons In Disguise »). Osant même de temps en temps distiller quelques mélodies maladives, qu'une énorme basse grondante vient écraser de tout son poids (« Final Rest » qui sur ses premières mesures ressemble comme deux gouttes d'eau à du MORGOTH revu et corrigé par les DISGRACE), tout en restant dans des balises de véhémence vraiment patente, le quatuor revisite à sa sauce le Hardcore contemporain et classique en le forçant à affronter ses démons Metal.

C'est évidemment probant dès les premières mesures, et l'atomique «One With Torment » de nous le prouver sans hésiter, traînant les UNLEASHED et autres AUTOPSY du côté de NYC, histoire de leur faire comprendre que la brutalité n'a ni frontières, ni limites de genre. Approche purement Metal pour développé/couché typiquement Hardcore, la musique des HOMEWRECKER montre ses muscles saillants pour exploser les carcans de style, et provoque la lourdeur du Death pour mieux titiller la susceptibilité du Thrash, qu pourtant ne rechigne jamais à s'hybrider. Mais il subsiste encore quelques passages secs, et d'autres beaucoup plus gras et épais, tirant même sur le D-beat à la suédoise revu et corrigé US (« Bound By Validation »), voire même des intermèdes plus glauques nous rappelant au bon souvenir du SLAYER de Seasons In The Abyss (« Fade To Oblivion »). Mais après recensement des idées, après étalement des arguments, on en vient à penser que ces quatre-là ont trouvé la solution idéale pour ne plus se faire cataloguer, sans que l'on puisse leur contester l'appellation Hardcore. Un tour de force d'une brutalité jamais excessive mais toujours justifiée, qui prouve que les extrêmes sont fait pour s'attirer et cohabiter. Une musique qui illustre à merveille le combat quotidien de citoyens qui doivent ravaler leur rancœur sous peine de tout détruire, y compris leur propre vie. Message reçu les gars. Pas facile à encaisser, mais diablement réaliste.


Titres de l'album:

  1. Burden of Self
  2. One with Torment
  3. Bound by Validation
  4. Fade to Oblivion
  5. Constant Eyes
  6. Buried in Suffering
  7. Land of the Damned
  8. Rope of Skin
  9. Growing from Nothing
  10. Demons in Disguise
  11. Final Rest
  12. Perpetrators

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/05/2018 à 18:19
88 %    225

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)