Intéressant de constater que les groupes de Hardcore ne se contentent plus de jouer la sécurité, ou d'accepter les frontières des deux camps usuels qui séparent leur approche. D'ordinaire, en termes de créativité, nous avions droit au choix cornélien et simple divisant les options par deux. D'un côté, le Hardcore classique, plutôt orienté street credibility, et ancré dans une tradition historique issue des rues de New-York ou de Boston. De l'autre, le Deathcore, sous genre bâtard qui depuis une dizaine d'années cherche la compression ultime du son pour sonner plus compact qu'une tuile vous tombant sur la gueule au coin d’une maison. Une troisième voie émerge aussi, plus évolutive, se servant un peu dans tous les plats pour finalement échapper à toute catégorisation. Mais peu de groupes tentent de retrouver l'essence d'origine, celle qui permettait aux musiciens d'appartenir à plusieurs camps tout en s'affiliant Hardcore de fait. Insuffler des éléments extérieurs pour enrichir la colère, et y mettre le feu via une emphase particulière sur la violence crue. Est-il encore possible d'espérer qu'une autre voie moins diplomatique se présente à nous, et nous entraîne dans des négociations Metal tout en gardant ses fondements Core bien ancrés dans l'inconscient collectif ? C'est une possibilité qui se dégage si l'on en croit le troisième album des originaires de l'Ohio de HOMEWRECKER, qui avec Hell is Here Now nous livrent une joli flambée de traditionalisme ancrée dans un quotidien enflammé des traumas du présent. La solution de l'équation pourrait d'ailleurs se cacher dans les trente-quatre minutes de cette livraison sans concessions, qui ne rejette en rien la puissance métallique, tout en assumant l'héritage sec d'un Hardcore qui ne tourne pas le dos à son histoire.

HOMEWRECKER c'est peu ou prou une trademark très personnelle, et ce, depuis leurs débuts. Les américains nous avaient laissé en rade il y a quatre ans, après leur second et explosif effort Circle Of Death, qui jouait tout autant la brièveté que l'immédiateté. On sentait un potentiel énorme chez ces musiciens qui ne cherchaient pas vraiment la crédibilité pure si chère à cette scène Hardcore qui n'en finit pourtant pas de s'ouvrir à d'autres influences tout en prétendant se replier sur elle-même. On y voyait plutôt un avenir possible pour elle, sans qu'elle ne trahisse la « cause », un avenir dessiné de brutalité purement Death et Thrash, mais mâtiné d’âpreté Core parfaitement assumée. Et ce troisième longue durée vient confirmer tous les espoirs placés en eux, puisqu'il porte à un certain degré de perfection cette formule n'admettant d'autre inconnue que l'appellation que les critiques pourraient lui apposer. Mais l'appellation en elle-même n'a que peu d'importance au regard du résultat impressionnant obtenu en quelques années de retenue. Cette absence semble avoir décuplé la puissance du quatuor (Matt Barnum – guitare/chant, Matt Izzi batterie/chant, Ezra Cook – basse et Carson Ward – guitare), qui tente un retour fracassant par la grande porte via cet implacable Hell is Here Now qui en effet, semble nous promettre des enfers remontés sur terre. Mais ces enfers seraient plutôt du genre personnels, puisque les auteurs se plaisent à les définir comme une colère larvée qu'on se refuse à laisser exploser, nous condamnant de fait à souffrir au jour le jour, incapable de laisser notre haine exploser à la face d'un monde qui le mériterait.

Pour faire plus simple et compréhensible, et sans tomber dans l'analyse thématique rébarbative, les HOMEWRECKER proposent une idée simple, mais redoutablement probante. Ils se proposent de vous laisser entrevoir ce que pourrait donner le Hardcore s'il était composé par de vrais thasheurs, et la façon dont il sonnerait s'il était ensuite interprété par des grogneurs Death patentés. Le tout, sans renier le credo initial, et sans non plus tomber dans le pillage d'idées remises au goût du jour. A l'écoute des douze nouveaux morceaux qu'ils nous balancent sans complexes, on se prend à rêver d'une transposition dans un langage purement métallique extrême des us et coutumes en vigueur dans le Hardcore, un peu comme si SLAYER et DISMEMBER faisaient cause commune pour se fondre dans un même élan de rage. En se basant sur des riffs d'une ampleur incroyable, en permettant à la rythmique de sonner toujours aussi sauvage, et en hurlant à pleins poumons par-dessus cette bande instrumentale ravageuse, les américains nous démontrent qu'il est tout à fait possible de faire les yeux doux à toutes les fragrances de l'extrême sans provoquer de trahison. D'ailleurs, plusieurs des licks développés sonnent comme du SLAYER pur jus, tandis que les arrangements vocaux nous suggèrent des accointances sévères avec l'univers Death scandinave des années 90. Tournant complètement le dos à un Deathcore dans lequel ils ne se sentiraient pas vraiment à l'aise, les originaires d'Ashtabula, sans vraiment tomber dans le Crossover, laissent parfois leur musique prendre de faux-airs de classiques de PANTERA joués façon NOLA sans l'esprit sudiste, et réinterprétés par une bande de dégénérés fascinés par le Death précis et technique et le Thrash furieux et épileptique («Demons In Disguise »). Osant même de temps en temps distiller quelques mélodies maladives, qu'une énorme basse grondante vient écraser de tout son poids (« Final Rest » qui sur ses premières mesures ressemble comme deux gouttes d'eau à du MORGOTH revu et corrigé par les DISGRACE), tout en restant dans des balises de véhémence vraiment patente, le quatuor revisite à sa sauce le Hardcore contemporain et classique en le forçant à affronter ses démons Metal.

C'est évidemment probant dès les premières mesures, et l'atomique «One With Torment » de nous le prouver sans hésiter, traînant les UNLEASHED et autres AUTOPSY du côté de NYC, histoire de leur faire comprendre que la brutalité n'a ni frontières, ni limites de genre. Approche purement Metal pour développé/couché typiquement Hardcore, la musique des HOMEWRECKER montre ses muscles saillants pour exploser les carcans de style, et provoque la lourdeur du Death pour mieux titiller la susceptibilité du Thrash, qu pourtant ne rechigne jamais à s'hybrider. Mais il subsiste encore quelques passages secs, et d'autres beaucoup plus gras et épais, tirant même sur le D-beat à la suédoise revu et corrigé US (« Bound By Validation »), voire même des intermèdes plus glauques nous rappelant au bon souvenir du SLAYER de Seasons In The Abyss (« Fade To Oblivion »). Mais après recensement des idées, après étalement des arguments, on en vient à penser que ces quatre-là ont trouvé la solution idéale pour ne plus se faire cataloguer, sans que l'on puisse leur contester l'appellation Hardcore. Un tour de force d'une brutalité jamais excessive mais toujours justifiée, qui prouve que les extrêmes sont fait pour s'attirer et cohabiter. Une musique qui illustre à merveille le combat quotidien de citoyens qui doivent ravaler leur rancœur sous peine de tout détruire, y compris leur propre vie. Message reçu les gars. Pas facile à encaisser, mais diablement réaliste.


Titres de l'album:

  1. Burden of Self
  2. One with Torment
  3. Bound by Validation
  4. Fade to Oblivion
  5. Constant Eyes
  6. Buried in Suffering
  7. Land of the Damned
  8. Rope of Skin
  9. Growing from Nothing
  10. Demons in Disguise
  11. Final Rest
  12. Perpetrators

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/05/2018 à 18:19
88 %    103

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Terrible Claw

Sickening Annihilation

Subtype Zero

The Astral Awakening

Sargeist

Unbound

Demonic

Rise from Chaos

Avast

Mother Culture

Languish

Unworthy

Airrace

Untold Stories

White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Interview NEURONOISE FESTIVAL !

Jus de cadavre / 21/11/2018
Blackened Crust

Interview Cor Serpentii

youpimatin / 20/11/2018
Post Black

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Napalm Death

25/11 : Antipode, Rennes (35)

The Night Flight Orchestra + Black Mirrors

28/11 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Photo Stream

Derniers coms

Et pour les raisons plus terre à terre, ils se sont plantés Live nation :) Sans compter que le chiffre de 120 000 entrées serait largement surestimé... hahaha !


Thank you for the awesome review! -Jayson


Pareil, Sunn O))) au 106 ! Génial !


J'ai trouvé ça vraiment intéressant, avec des émotions qui transportent.


Hum... Pas mal du tout, pas mal du tout...


Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)