Usurper Of Souls

Faces Of Death

07/11/2020

Autoproduction

Il y a fort longtemps, j’avais enfin réussi à louer le video nasty Faces of Death dans un vidéoclub de la Rochelle. Décrit comme l’un des films les plus malsains de la création, et présenté façon documentaire, ce fameux mockumentary introduit par le faux professeur Conan Le Cilaire (aka John Alan Schwartz) n’était en fait qu’un étalage random de morts violentes, la plupart du temps fake (les morts humaines, la scène du singe dans le restaurant), et parfois véridiques (tout ce qui concerne les animaux en laboratoire, abattoir, etc…). La vision de ce machin m’avait profondément choqué, mais je suis certain que si le réalisateur avait choisi de poser sa caméra au Brésil dans les années 80, il aurait obtenu un résultat plus crédible et encore plus violent. Réalisé quelques années plus tard, il aurait même pu engager les locaux de FACES OF DEATH, qui ont emprunté le nom de son film pour faire carrière, et qui depuis leurs débuts s’ingénient à reproduire musicalement la violence qui règne dans ce pays d’Amérique du Sud, gangréné par la corruption et la violence de rue. Rassurez-vous toutefois, le second longue-durée des FACES OF DEATH n’a pas le mauvais goût de son homonyme cinématographique, et se propose de résumer les tendances Death/Thrash brésiliennes des trente dernières années, avec un flair certain. 

Et ils peuvent se le permettre d’ailleurs, puisque leur formation remonte à l’orée des nineties, avec une première démo publiée en 1991, qui précéda un long silence de six années avant un long hiatus de vingt ans. Mais depuis sa reformation en 2017, le quatuor n’a pas chômé, et a pondu un premier EP la même année (Consummatum Est), avant d’enfoncer le clou en 2018 avec un premier long de qualité, judicieusement baptisé From Hell. Et deux ans plus tard, nous avons des nouvelles chaudes de l’enfer via cet autoproduit Usurper Of Souls, faisant la part belle à un crossover global de première bourre. Très à cheval sur les principes, le groupe n’a pas changé sa formule, et s’épanouit toujours dans une violence instrumentale plurielle, utilisant la plupart du temps les codes de base du Thrash pour les corser d’inflexions Death du meilleur cru, sans oublier de tâter du bout du pied les eaux troubles du Groove Metal. C’est ainsi que Laurence Miranda (chant/guitare), Sylvio Miranda (basse), Sidney Ramos (batterie) et Felipe Rodrigues (guitare) balancent sans précaution neuf hymnes à la bestialité brésilienne, sous la forme d’un Death/Thrash qui ne prend pas vraiment de gants pour enterrer le cadavre encore frais de la modération. Mené par Laurence, seul membre d’origine, qui domine de sa guitare et de son timbre rauque les compositions, FACES OF DEATH prône la vitesse, la méchanceté, la cruauté même, et nous livre une partition parfaite en forme d’exutoire et de constat sur une époque de plus en plus trouble, sans laisser ses prétentions techniques au cimetière.

Et on comprend vite que le niveau des musiciens est au-dessous de tout soupçon, en prenant acte de nombreux breaks et autres finesses de transition. D’ailleurs, le groupe de São Paulo à la gentillesse de résumer une bonne partie de sa démarche sur l’introductif et éponyme « Usurper of Souls », qui en un peu plus de cinq minutes étale les arguments virulents. Aisance sur mid tempo, précision en vitesse accrue, batteur qui donne de sa personne, multiplicité des riffs, le catalogue est fourni et le cahier des charges respecté à la croche, et malgré un son de grosse caisse bien trop compressé, on peut apprécier le talent d’instrumentistes qui connaissent leur boulot, et l’implication vocale d’un chanteur qui donne tout ce qu’il a dans les tripes. En écoutant ce morceau somme toute assez dense, on peine à classifier le quatuor dans un créneau précis, puisqu’il passe en revue toutes les fragrances de violence, profitant d’un mid pour groover comme un damné, incrustant même le type de break mélodique dont SEPULTURA était si friand.

Et en élargissant un peu le débat, il n’est pas vain de voir en ce second LP une sorte de résumé des différentes étapes de la carrière des originaires de Belo Horizonte, le chant de Laurence singeant les tics de Max en tournée pour promouvoir Roots (cf le live Under a Pale Grey Sky et ses grognements impressionnants). Mais pas de méprise s’il vous plaît, FACES OF DEATH n’est pas un simple clone de SEPULTURA, loin de là, même si les points communs entre les deux combos sautent rapidement aux oreilles. FACES OF DEATH est beaucoup plus violent que Max et sa bande ont pu l’être, et ne se vautre jamais dans le chaos d’un Blackened Thrash, préférant de loin la précision du Thrash contemporain qui n’a pas oublié les bases des années 80.

Avec une cadence d’abattage très respectable, Usurper Of Souls n’a rien d’un usurpateur, et craque souvent lors de crises de colère tout à fait légitimes, qui obligent le batteur à monter dans les tours pour faire rebondir ses baguettes sur sa caisse claire (« Empty Minds »). Partageant son inspiration entre morceaux construits et évolutifs et réactions épidermiques instantanées, le quatuor fait montre de tout son savoir-faire, et multiplie les approches, se rapprochant clairement du Thrash plus classique (« Deep Agony »), pour mieux s’engager sur le terrain de la philosophie à la suédoise, rapide et mélodique (« Monster Medium »). Evidemment, le chant très basique et gravissime de Laurence Miranda pourra lasser les amateurs de nuances, mais ceux qui n’ont pas oublié les exactions les plus raisonnables du Techno-Thrash reconnaîtront la patte de musiciens qui ont les moyens de leurs ambitions. Avec des arrangements finauds, à base de guitare classique, de basse grondante, de cassures soudaines et de breaks moins téléphonés que la moyenne, Usurper Of Souls défie bien des cadors sur leur propre terrain, et pond quelques hymnes solides et veloutés (« Faith or Fear »). Assez linéaire dans les faits - tout du moins très cohérent - ce second LP s’arrêtant judicieusement sous la barre des quarante minutes laisse une impression durable, et accumule les uppercuts en pleine face (« Killer...in the Name of God » et son riff d’intro très catchy), nous laissant même sur un morceau d’ambiance MOTORHEAD/SODOM, un peu punky sur les bords, pour prouver que la bestialité n’est pas la seule à s’imposer (« Warlord »).

Produit par Friggi Mad Beats, masterisé à l’Absolute Master, et flanqué d’un artwork superbe de Marcelo Vasco (THE TROOPS OF DOOM), Usurper Of Souls est donc une tranche de vie à la brésilienne qui décrit avec pertinence le climat permanent de violence qui règne dans ce pays. Et qui nous fait grâce des atrocités infligées à des animaux, ce qui lui évitera l’étiquette d’audio nasty.          

      

                                                                                                                              

Titres de l’album:

01. Usurper of Souls

02. Empty Minds

03. Deep Agony

04. Monster Medium

05. Faith or Fear

06. Open Wounds

07. Killer...in the Name of God

08. Death Virus

09. Warlord


Facebook officiel


par mortne2001 le 07/09/2021 à 18:00
80 %    392

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Très  bon album une bonne claque vivement du live .

26/09/2021, 09:12

RBD

Cette prolongation de "Surgical Steel" va certes ramener dans le camp des déçus ceux qui espéraient que ce précédent n'était qu'un tour de chauffe avant un "Heartwork II" ou un "Symphony of Putrefac(...)

25/09/2021, 22:24

Sakura

transophobe black metal

25/09/2021, 14:15

Je te sodom à l\'agent orange

@Drift : tu préfères quoi haineux? haïsseurs? Je vois en quoi en utiliser un anglicisme comme haters rend nul le reste de son propos. En tout cas, pour toi, j'ai une expression bien française : sac à merde.

25/09/2021, 14:13

drift

Encore un gogo qui parle "haters"

25/09/2021, 12:34

araf

Il est grand temps qu'ils arretent les frais

25/09/2021, 12:32

Gargan

Très futé comme commentaire. Je ne crois pas qu’il faille forcer les choses à ce niveau, sinon c’est l’effet repoussoir assuré. Faire écouter les classiques du rock / hard / heavy en crescendo, c’est déjà pas mal. Quand ta p(...)

25/09/2021, 10:30

Pine de pute

@KerryKing : espèce de gros blaireau, n'oublie pas la bière dans le biberon. Si ce sont des gros nazes comme toi qui sont les porte-flambeaux de "notre héritage", pas étonnant qu'on ne soit que rareent pris au sérieux. Et franchement, va te f(...)

25/09/2021, 07:26

Ander

Pas trop mal ce titre. J'aime bien le son de basse qui se démène derrière.

24/09/2021, 08:37

Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50