Tiens, comme le temps passe, et comme parfois les coïncidences sont troublantes. Il y six ans, quasiment jour pour jour ou presque, je chroniquais le premier long des norvégiens de TANTARA, Based On Evil. C’était lors d’une chaude après-midi d’été, comme aujourd’hui est une chaude soirée de la même saison, et les sensations éprouvées ce jour-là n’ont pas foncièrement changé. La température est quasiment la même, et l’effet produit par la musique des nordiques sur mon organisme est toujours aussi plaisante. Six ans entre deux albums, on ne peut pas dire que les mecs aient la productivité comme vertu cardinale, eux qui avaient justement commencé leur carrière sur les chapeaux de roue en publiant successivement une démo, un EP et un premier LP en trois ans d’existence. Sans savoir ce qui a pu les pousser à ce silence sans doute forcé, autant dire qu’ils n’ont pas vraiment changé leur tactique, puisque le Thrash old-school est toujours leur obsession primale, et qu’ils dominent leur sujet avec autant de brio, sinon plus. Nous en venant de Vestfold, les TANTARA continuent donc de nous tenter non avec du tarama, mais bien avec un Heavy féroce et subtilement brutal, qui rappellera aux plus anciens des sonorités viriles communes. Communes, mais pas quelconques, car ces instrumentistes plein d’abnégation et d’abstraction sont plus que compétents dans leur domaine, et collectivement capables, ce que prouve enfin ce second longue-durée, Sum Of Forces qui de son titre résume bien l’entreprise. La somme des talents individuels est donc égale à une puissance accumulée, dans une veine de styles qui se retrouvent condensés en un seul. Si l’approche nordique est bien évidemment fatale, via le peu de références locales de l’époque, l’école américaine est elle aussi abondamment citée dans le texte, via quelques allusions crues.

D’ailleurs, en parcourant ma chronique de 2012, je remarquais une foultitude de noms tout sauf cités à la volée, qui selon moi balisaient bien le terrain couvert. Ainsi, j’imprimais à mon avis les nuances des NASTY SAVAGE et EXUMER, de TESTAMENT, WARBRINGER, DESTRUCTION, mais aussi de HOLY MOSES, PANTERA, ONSLAUGHT et surtout des AGONY, suédois avec qui les norvégiens ont beaucoup de points en commun. Fredrik Bjerkø (guitare/chant), Stian Sannerud (batterie), Per Semb (guitare) et Emil Sigstad Moen (basse) n’ont donc pas perdu leur sens de la mesure avec les années, mais n’en ont pas pour autant baissé en intensité. On retrouve donc avec grand plaisir ces structures évolutives tirant même leur Heavy Thrash vers une sorte de Thrash progressif humble mais efficace, parfois à la lisière d’un techno-Thrash à l’allemande terriblement efficace. Pourtant, c’est bien le mordant de riffs toujours pertinents qui frappe au prime abord, même si certains semblent empruntés au vocable US des plus grandes figures du genre (EXODUS spécialement pour ces syncopes permanentes), sans pour autant sombrer dans la paraphrase malheureuse. Toujours prompts à dégainer une idée de rebondissement les TANTARA ne sont donc pas adeptes du supplice de Tantale, et ne nous torturent pas d’une linéarité qu’on espère voir exploser, mais construisent leurs morceaux en crescendo, ou en montagnes russes de violence, cédant parfois quelques pouces de terrain à une lourdeur fort à propos (« Sleepwalker », habilement nuancée de mélodies amères et dégradées).

Le chant très atypique de Fredrik Bjerkø pourra rebuter les amateurs de grognements distingués, évoquant parfois dans un registre plus modéré les TOXIK, SANCTUARY et autres QUICK CHANGE, mais ces fines bouches s’accorderont tous à souligner le talent incroyable de Per Semb en solo, qui parvient toujours à rester créatif et épidermique dans ses interventions. A l’image d’un CORONER, en version beaucoup plus light et moins sombre, les TANTARA préfèrent donc la suggestion à l’évocation brute, les allusions à l’interprétation, sans verser dans les ellipses gênantes qui les éloigneraient d’une efficacité indispensable. Nous parlons bien de Heavy-Thrash ici, pas de Heavy Metal, même si de temps à autres, la combinaison d’une rythmique en mid et de soli incandescents peut faire penser à une version catapultée de CHASTAIN, avant qu’une soudaine accélération n’emballe les débats (« Sum Of Forces », sans doute l’un des meilleurs morceaux du lot). Six morceaux seulement après six ans, c’est assez peu, mais ceux-ci développent tellement d’énergie et d’enthousiasme qu’on excuse la brièveté, même si quelques notes de plus ne nous auraient pas gênées. D’autant plus que l’ensemble fleure bon le BELIEVER très inspiré par à-coups, tout en gardant la franchise harmonique d’un  ANNIHILATOR dans le viseur. D’ailleurs, les choses sont mises au point dès l’entame « Punish The Punisher », qui expose tous les arguments, et qui explose d’une rage digne du ONSLAUGHT de Killing Peace, comparaison qui m’avait déjà servi à l’occasion du premier album. Petites saccades bien agencées, changement de tempo bien amené, pour une fluidité incroyable qui vous replongera dans les dernières années d’évolution du genre, lorsque les musiciens commençaient à réaliser que la pratique instrumentale et la science de composition n’étaient pas des données à prendre à la légère.

On pourrait croire d’ailleurs que le retour des norvégiens se fait par la plus petite porte qui soit, avant de tomber sur le final homérique de « White Noise », qui développe plus de dix minutes d’inspiration multiple, mélangeant la complexité de QUEENSRYCHE, la préciosité de CRIMSON GLORY, la rudesse de METALLICA, et les progressions délicieuses de HEIR APPARENT, le tout emballé dans un joli schéma Thrash qui permet de soudaines embardées à la SABBAT. Petit miracle d’orfèvrerie, ce dernier chapitre justifie presque à lui seul tout l’intérêt que vous pourriez porter à ce disque, qui parvient finalement à combiner les atouts de presque toutes les figures majeures, et sonner comme une récréation de DEATH ANGEL prise très au sérieux par les AGONY, bien décidés à tenter un comeback. Beaucoup de pertinence, beaucoup d’aisance, de la maturité, mais toujours de la sincérité, Sum Of Forces est une démonstration de force qui séduit, et qui finit par remporter son pari. Je souhaite donc que les TANTARA ne disparaissent pas à nouveau pendant six ans, car d’ici là, ma mémoire ira chancelante. Et il serait franchement dommage de les oublier. Même pour une chaude soirée d’été…   

       

Titres de l'album :

                           1.Punish the Punisher         

                           2.Death Always Win

                           3.Aftermath  

                           4.Sleepwalker           

                           5.Sum of Forces       

                           6.White Noise

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/09/2018 à 16:47
82 %    341

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)