Comme dirait Jon Snow, « tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien ». En gros, j’ai découvert ce groupe au hasard de mes pérégrinations sur la toile, tombant sur leur album en scrollant sur un Vk quelconque de type Destroy the Music. Je n’ai donc pas grand-chose à vous raconter à leur sujet qui ne soit disponible sur leur Bandcamp, c'est-à-dire pas grand-chose. Je vous dirai tout au plus que les HYBRID WARFARE évoluent en formation quatuor (Jug - batterie, David - chant, Jason - basse et Alan - guitare), qu’ils ne semblent pas avoir sorti quoi que ce soit avant ce Future Violence, et qu’ils viennent de Richmond, Virginie, clin d’oeil qui en dira long aux initiés de l’extrême. En dehors de ces données sommaires, rien d’autre à ajouter si ce n’est que ces quatre flingués jouent une forme très particulière de Grind, agrémentée de Hardcore, de Powerviolence, de Crust, en gros, tout ce qui fait mal et mouche dans la fange bruitiste, mais qui est ici manipulé avec un flair certain et une méchanceté indéniable. On retrouve donc pas mal de vilénie musicale, des accélérations en embardées, et une production pas si économique qu’elle n’en a l’air, pour une courte symphonie de vingt minutes autour d’un absolu underground auquel les individus de cette trempe tiennent tant. Toutefois, et là est le point intéressant du débat, pas facile de comparer ces olibrius à des références trapues, puisqu’ils disposent de leur propre son, même si les références ASSUCK, THE KILL et autres NASUM pourraient servir d’exemple, sans vraiment en définir les pourtours. On a parfois le sentiment d’un Grind du futur, capté par une station spatiale à la dérive, qui peine à en interpréter les fréquences, et qui renvoie même à une traduction d’ensemble des psaumes de TOTAL FUCKING DESTRUCTION, sans vraiment pouvoir garantir le résultat.

Celui-ci est assez fascinant en soi, et s’avère même parfois proche d’une adaptation du nihilisme du bayou des ACID BATH dans un vocable Powerviolence, puisque les voix de David et de Dax Riggs partagent parfois des nuances communes. Et comme les HYBRID WARFARE ne sont pas farouchement opposés à une décélération puissante, le parallèle prend tout son sens. Mais globalement, et puisque nous foulons le sol Grind de nos pas malhabiles, la cadence générale adopte la forme d’une opposition entre blasts et lourdeur Heavy un peu sèche, ne rechignant pas de temps à autres à laisser s’exprimer un mid tempo plutôt entraînant. A cheval entre Crust sévèrement handicapé par une sècheresse de basse à l’agonie, Hardcore hybride qui ne sait pas trop sur quel moignon tanguer, Powerviolence débridé qui vire au coup de folie (« Guilty Conscience »), et Grind pas franchement assumé, Future Violence nous dépeint une violence assez moderne, qui se nourrit des travers de ses contemporains pour leur prédire un avenir incertain, mais bourrin (« False Salvation »). C’est évidemment efficace, Grind oblige, mais aussi méchamment accrocheur, puisque les vingt minutes passent comme l’éclair en laissant un sentiment de plénitude. On se souvient même de l’art consommé du passé de certaines formations ne sachant pas vraiment piocher la bonne option, et laissant parler leurs humeurs pour ne pas manquer l’heure. Composé de musiciens vraiment investis à la cause, HYBRID WARFARE s’adapte aux exigences modernes du chaos, et ne se contentent pas d’une bordée de riffs en outrance pour matérialiser leur colère. Ils travaillent leurs compositions pour qu’elles en soient, et il n’est pas rare de trouver sur un titre de quatre-vingt-dix secondes de quoi remplir un EP entier d’une formation moins féconde (« Wolf Wits »).

Mais la tradition est respectée, et la combinaison de Grind vraiment furieux et de Powerviolence salement teigneux atteint parfois son paroxysme (« We Are The Law », aux envolées en fusée vraiment tétanisantes), mais en mode lourd et compact, les troupes tapent fort et osent des motifs mémorisables et agréables, rappelant même un DEATHBOUND chafouin et déliquescent (« Prison Colony », avec solo rachitique offert au paradis). Assez conséquent, ce premier LP fait preuve d’une belle dextérité, et si la donne est plus ou moins affichée dès l’entame « Raqqa », on sent d’emblée que ça risque d’être un peu plus compliqué qu’un jet de blasts fielleux vaguement décoré de riffs malicieux. Ambiance lourde et accents trainants, pour une ballade industrielle à Richmond, pas vraiment séduisante, mais lucide de ses accents mordants. Heureusement, « G.U.J » vire vite à la déclaration honnête et sans fard, et nous propose une montée en puissance, qui tient la route et nous la fait parcourir sans doute. Mais en choisissant dès le deuxième morceau une ambivalence de choix, les HYBRID WARFARE savent qu’ils ne nous le laissent pas, et nous obligent inconsciemment ou pas à les suivre sur les traces d’un Hardcore sale et glauque. Celui que l’on préfère, évidemment. 

D’ailleurs, « Divine Justice » confirme, de son pattern poisseux et de sa rythmique haineuse, se permettant d’être aussi catchy que moisi, et nous incitant au headbanging sans renoncer à sa caution Core prononcée. Sifflantes, arrangements épars mais intelligents, mini-break de basse, et départ sur les traces Crust, qui combine l’approche américaine à la randonnée scandinave. C’est bruyant, tendu, dense, cru, mais c’est inventif pour le moins, et le fond de l’air est même légèrement Rock N’Core lorsque Alan part dans un solo hystérock. Mais je pourrais recenser tous les titres en les nommant un par un, tant ce Future Violence est d’intérêt. Alors je me contenterai de dire que si vous cherchez à déguster une tranche dans la tronche de violence urbaine contemporaine louchant vers l’avenir, cet album est fait pour vous. Il est élaboré comme une contre-manif, et agité comme des puces dans une touffe de tifs. Et en plus, il est digitalement gratuit sur le Bandcamp du groupe. Alors si vous n’avez pas le cerveau qui tourne au ralenti, vous aurez compris.


Titres de l'album:

  1. Raqqa
  2. G.U.J.
  3. Divine Justice
  4. Götterdämmerung
  5. Identity Crisis
  6. Death Squad
  7. Hybrid Warfare
  8. The End
  9. Eunuch
  10. Guilty Conscience
  11. False Salvation
  12. Wolf Wits
  13. We Are The Law
  14. Prison Colony

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/03/2018 à 17:57
79 %    101

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Birds In Row

We Already Lost The World

Deadline

Nothing Beside Remains

Faustcoven

In The Shadow Of Doom

Confessor Ad

Too Late To Pray

Invocation Spells

Spread Cruelty in the Abyss

Ultra-violence

Operation Misdirection

Droid

Terrestrial Mutations

Witchfyre

Grimorium Verum

Haunt

Burst Into Flame

Funeral Mist

Hekatomb

Tremonti

A Dying Machine

Truchło Strzygi

Pora Umierać

Dee Snider

For The Love Of Metal

Sadraen

Orphan Lord

Drawn And Quartered

The One Who Lurks

Outline

Fire Whiplash

Silence Of The Abyss

Silence Of The Abyss

Lykhaeon

Ominous Eradication of Anguished Souls

Boar

Poséidon

Kingdom

Putrescent Remains Of The Dead Ground

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Dimanche

JérémBVL / 16/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Samedi

JérémBVL / 15/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Vendredi

JérémBVL / 14/08/2018
Alcatraz Festival

Nervosa + Sekator

RBD / 11/08/2018
Black Thrash Metal

Phoenix in Flames + Black Bart

grinder92 / 07/08/2018
Black Bart

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Avec plaisir! Et franchement si l'affiche de l'an prochain te botte n'hésite pas!


Prochain record : 500 bassistes qui jouent simultanément les parties de basse de "And Justice for All".


Bientôt ils vont faire 400 chanteurs en même temps qui chantent "Hammer Smashed Face"


Pour ma part j'en ai compté que 456 !


Là on est vraiment dans une totale ineptie ! Car en allant au bout de la logique, effectivement comment vérifie-t-on que chacun joue? (tout à fait Simony !). Et puis la vidéo ne montre absolument rien, donc on reste dans l’inutilité jusqu'au bout...


Annulé, j'ai vu Jean Michel tout au fond à droite qui faisait semblant de jouer. Honte à toi Jean Michel ! Et pour ton information Sylvie, tu étais à contre-temps sur tout le morceau... j'ai les pistes de chacun de toute façon.... y a pas de quoi vous applaudir. :-)


Repose en paix mon cher frère tu es et restera dans mon cœur à jamais mais on se retrouvera vite la haut je l'espère je t'aime


Bizarrement je trouve un petit feeling Deicide sur ce morceau. Le chant peut être...


Merci pour ce report JérémBVL !
Les photos et le descriptif du fest font que j'me laisserai bien tenter aussi l'an prochain... A voir l'affiche 2019 donc...

PS : Putain ! Louper EXHORDER pour un changement de running order inopiné... J'en aurai bouffer mon slip moi bordel !!!


oh oui oh oui oh oui !!!


Fébrilité bordel !!! L'album que j'attends le plus cette année !!!


J'ai écouté ce morceau pour la première fois il y une semaine ou deux ( m'étant jamais intéressé au groupe). Effectivement très bon morceau.


World... était mauvais


On dirait du Morbid Angel ! Super


Hé ben... Ça fait pas mine ce morceau ! Beaucoup plus Death Metal que Grindcore par contre...


RIP ! Un putain de titre culte !


Merci beaucoup Bones! La suite arrive demain!
Sinon entièrement d'accord avec toi pour la fluidité aux différents stands/WC!
C'est un festival agréable à vivre mais les prix sont assez hallucinants, je ne suis pas allé en festival depuis un moment mais je me rappelle pas de prix au(...)


@beliath : C'est bien pour ça que j'ai mis "selon les dires de Nergal" Parce que je me doutais d'un truc louche ;)
Après je comprend qu'il puisse avoir besoin de justifier ce titre le père Nergal, car au premier coup d’œil, on pense plus à un titre d'album de groupe gothico-ado-marilyn(...)


Un super petit fest qui gagnerait à être connu !
Super affiche, circulation fluide, jamais plus d'une minute d'attente aux jetons, à la bouffe, aux bars ou aux toilettes. J'avais jamais vu ça ! :-))))
Putain ça change des queues interminables au Hellfest ou au Download !


"Celui-ci s'intitulera I Loved You At Your Darkest et sortira le 5 octobre prochain via Nuclear Blast. Ce titre est tiré d'un verset de la Bible selon les dires de Nergal. "C'est même une citation du Christ lui-même" ajoute t-il." FAIL !

C'est ni de Jésus, ni même dans la Bible, du(...)