De L'ombre Surgit La Lumière

Norman Shores

16/04/2019

Ossuaire Records

François Roux pourrait être un normand comme les autres. Un habitant de Caen tranquille, partageant sa vie entre son boulot et ses passions, mais François Roux n’est pas un normand comme les autres. Il y a fort longtemps, il a décidé que ses passions seraient son travail, et que sa musique le définirait mieux que n’importe quel parcours professionnel plus classique. Boulimique d’art, François l’est sans conteste, et un simple coup d’œil à ses implications musicales suffit à le comprendre. Excusez du peu, mais le musicien a, est, ou fut partie prenante dans des collectifs comme AUM, CENOTAPHE, HÖGGVA, IPHICRATE, REX MÜNDI, SALAMANDAR, ULFBERHT, WELTERING IN BLOOD, ASYLUM PHENOMENA, BIRTHDECLINE, DRANGSALYMIR, OBSCURITE, QUINTESSENCE, CAVERNE, NECROPOLE, THE BOTTLE DOOM LAZY BAND, AURVANDIL, SICKBAG, UMBAKRAIL, ANGMAR, et bien sûr, NORMAN SHORES, dont le mois d’avril a célébré la naissance du quatrième longue-durée. NORMAN SHORES, c’est un peu son bréviaire de poésie noire, une façon d’adopter les codes du Black Metal pour les faire siens, entre emphase dramatique et prétentions presque symphoniques, entre BATHORY et EMPEROR, avec évidemment cette touche rugueuse héritée de la scène nationale des années 90, et cette sècheresse harmonique que les canadiens ont popularisé à la même époque. Une manière de faire rimer l’ineffable, une façon de décrire l’abscons, et surtout, une voie qui lui permet d’explorer les recoins les plus sombres de sa créativité, tout en restant en phase avec le réalisme d’une violence inhérente au genre. Fan d’épique, le musicien n’a jamais hésité à laisser s’exprimer ses fantasmes sur de longs morceaux évolutifs, ce que De L'ombre Surgit La Lumière confirme de ses inserts dépassant allègrement les neuf minutes, sans jamais combler le vide par le vide. Et tout en restant traditionnel dans son approche, l’homme se permet encore d’élargir son champ des possibles en intégrant plus d’arrangements troublants, de longues plages de solitude, et de soudaines tempêtes de violence appuyées.

Fondé en 2011, le projet a déjà publié trois LP, dont l’underground s’est régalé. Return to the Norman Shores en 2012, Le Tombeau de Brume en 2015 puis le petit dernier, Norske Herra l’année suivante. Très occupé et impliqué, François nous a donc laissé dans les ténèbres pendant trois années, avant de revenir frapper à notre porte avec de nouveaux fléaux dans la musette, et huit morceaux qui continuent le travail lyrique entrepris depuis ses débuts. S’il est boulimique, François n’en est pas pour autant complaisant. L’autosatisfaction n’est pas sa tasse de thé, et il n’est pas du genre à polluer le marché avec des sous-produits tenant plus de la démo qu’autre chose. Chacun de ses albums au sein de NORMAN SHORES est d’importance, et créativement à la hauteur des plus grandes références internationales. Et une fois encore, en cédant à la grandiloquence de la cruauté, il signe un manifeste de BM gigantesque, qui nous entraîne sur les pas de l’histoire d’une Normandie mystérieuse, occulte, ne se révélant que par petites touches. Sans changer sa formule, le multi-instrumentiste nous persuade du bien-fondé de sa philosophie, en n’utilisant que les thématiques de base d’un style qu’il adule plus que tout. C’est ainsi qu’une fois encore, nous retrouvons la froideur de la brutalité originelle des premiers efforts norvégiens et suédois, le tout agrémenté d’une culture nationale plaçant l’inventivité au-dessus de toute autre valeur, ce qui donne lieu à des mélanges assez intéressants entre divers courants de classicisme. En témoignent les deux titres les plus amples de ce quatrième album, placés dos à dos, « La Terre et le Sang » et « Les Lamentations de l'Univers », qui explorent le passé d’un style qui renaît sans cesse, et qui prouve qu’il est capable de se renouveler sans se trahir. Le chant, écorché et sous-mixé est évidemment ancré dans la tradition, mais cette façon de faire sonner des guitares comme des menaces qui planent, ces rythmiques qui s’adaptent et modulent, et ces harmonies maladives qui vous contaminent comme une peste du moyen-âge prouvent que l’artiste n’a rien perdu de son touché, et qu’il est toujours capable de se montrer efficace autant que progressif.

Agrémenté d’une intro et d’un insert de transition, De L'ombre Surgit La Lumière est une obscurité perméable à l’espoir d’une lumière faible et tremblante, mais bien réelle. Doté d’une superbe pochette en noir et blanc et d’une production parfaitement adaptée, il suit la route pavée par les trois albums précédents, tout en ouvrant de nouvelles pistes. Et contrairement à beaucoup de ses homologues qui entassent les travaux sur leur bureau sans douter de leur pertinence, François agence, fait le tri, ce qui lui permet de n’offrir que des compositions nobles et riches, qui utilisent le meilleur du BM symphonique des nineties et de l’ire du Raw BM de la même époque. On pense évidemment à une multitude de références, spécialement lorsque la cadence s’emballe (« Impure Immortalité »), mais on sait les musiciens du cru parfaitement allergiques aux comparaisons. Disons simplement que le normand sait toujours comment nous séduire de sa violence brute sans nous écorcher de délires bruitistes, et que sa science du silence comblé est toujours aussi efficace, lorsqu’il agrémente ses pistes de samples et d’arrangements étranges, à l’instar de cet hypnotique et sinueux « Macabre Désespérance ». Mettant toujours en exergue la beauté dans la laideur, l’auteur/compositeur et interprète nous bluffe de ses ambitions, qu’il matérialise avec toujours autant d’aisance, tâtant de la tragédie morbide pour mieux se vautrer dans la luxure poétique, et ne laisse pas passer la moindre minute sans la justifier d’un plan solide. On apprécie ses intros qui jettent dans la fosse, et sa constance dans la qualité, celle de ce quatrième album ne se démentant pas de bout en bout. L’effort se termine même sur l’implacable « Le Vagabond », lent, processionnel, qui démontre que NORMAN SHORES n’est pas que vitesse et véhémence. Aussi beau qu’il n’est sombre, ce nouvel LP est une pierre de plus ajoutée à l’édifice du parcours de ce musicien hors normes, un peu misanthrope sur les bords, mais terriblement généreux de son art.          

 

Titres de l’album :

                           1.Astrale Décrépitude

                           2.Les Jours S'assombrissent

                           3.La Terre et le Sang

                           4.Les Lamentations de l’Univers

                           5.Ode

                           6.Impure Immortalité

                           7.Macabre Désespérance

                           8.Le Vagabond

Site officiel


par mortne2001 le 09/02/2020 à 14:42
80 %    542

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Tant que c'est Bill Steer à la guitare, ça apportera quelque chose...Surgical et Torn ne sont pas révolutionnaires. Apportent-ils quelque chose comme avaient pu le faire Necroticism et Heartwork ? Personnellement, je ne pense pas. Fallait-il s'abstenir ? (...)

01/12/2021, 18:39

Johnny KKmetal

Oui le dernier Carcass semble diviser les gens.Même si c'est un bon disque, je suis de l'avis de Korgull en pensant qu'il n'apporte rien 

01/12/2021, 18:05

Simony

Bien sur cher Hummungus !

01/12/2021, 17:30

PORNOPUTE

Les mémoires d'un escroc ! Race maudite!

01/12/2021, 16:57

RBD

Boucherie ou pas, les avis sont tranchés en tout cas.

01/12/2021, 14:11

JOhnny KKmetal

Un grand merci à Simony pour le partage

01/12/2021, 13:50

Humungus

En son temps, pourras-tu STP annoncer dans les news la date du futur show ?

01/12/2021, 11:33

Humungus

Malheureusement pour moi, tout comme le précédent album, c'est je trouve pas assez Doom...Mais bon... C'est quand même bien torché hein.

01/12/2021, 11:29

@Arioch91

@LeMoustre, moi c'est tout l'inverse. Blood In m'a laissé de marbre complètement. Même le morceau avec Kirk Hammett ne m'a laissé rien de mémorable. Mais ce Persona Non Grata, c'est déjà mieux.Bon après... Gary(...)

01/12/2021, 08:52

Arioch91

<MAUVAISE_LANGUE>Les Mémoires de Paul Stanley ? 608 pages ?Vu tout ce qu'il a dû se sniffer, je suis surpris que ça tienne en autant de pages !

01/12/2021, 08:47

Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11

LeMoustre

Très déçu au final, Blood In Blood Out est tellement plus sympa que ce disque qui ne m'a fait ni chaud ni froid

29/11/2021, 11:51

dafa

quelle daube

28/11/2021, 19:47

RBD

Je suis en retard, mais c'est un document précieux pour son authenticité. Ce type d'interviews dérapantes sur des radios associatives étaient la règle à cette époque pour les groupes de cette première vague du Death français(...)

27/11/2021, 14:38

Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02