François Roux pourrait être un normand comme les autres. Un habitant de Caen tranquille, partageant sa vie entre son boulot et ses passions, mais François Roux n’est pas un normand comme les autres. Il y a fort longtemps, il a décidé que ses passions seraient son travail, et que sa musique le définirait mieux que n’importe quel parcours professionnel plus classique. Boulimique d’art, François l’est sans conteste, et un simple coup d’œil à ses implications musicales suffit à le comprendre. Excusez du peu, mais le musicien a, est, ou fut partie prenante dans des collectifs comme AUM, CENOTAPHE, HÖGGVA, IPHICRATE, REX MÜNDI, SALAMANDAR, ULFBERHT, WELTERING IN BLOOD, ASYLUM PHENOMENA, BIRTHDECLINE, DRANGSALYMIR, OBSCURITE, QUINTESSENCE, CAVERNE, NECROPOLE, THE BOTTLE DOOM LAZY BAND, AURVANDIL, SICKBAG, UMBAKRAIL, ANGMAR, et bien sûr, NORMAN SHORES, dont le mois d’avril a célébré la naissance du quatrième longue-durée. NORMAN SHORES, c’est un peu son bréviaire de poésie noire, une façon d’adopter les codes du Black Metal pour les faire siens, entre emphase dramatique et prétentions presque symphoniques, entre BATHORY et EMPEROR, avec évidemment cette touche rugueuse héritée de la scène nationale des années 90, et cette sècheresse harmonique que les canadiens ont popularisé à la même époque. Une manière de faire rimer l’ineffable, une façon de décrire l’abscons, et surtout, une voie qui lui permet d’explorer les recoins les plus sombres de sa créativité, tout en restant en phase avec le réalisme d’une violence inhérente au genre. Fan d’épique, le musicien n’a jamais hésité à laisser s’exprimer ses fantasmes sur de longs morceaux évolutifs, ce que De L'ombre Surgit La Lumière confirme de ses inserts dépassant allègrement les neuf minutes, sans jamais combler le vide par le vide. Et tout en restant traditionnel dans son approche, l’homme se permet encore d’élargir son champ des possibles en intégrant plus d’arrangements troublants, de longues plages de solitude, et de soudaines tempêtes de violence appuyées.

Fondé en 2011, le projet a déjà publié trois LP, dont l’underground s’est régalé. Return to the Norman Shores en 2012, Le Tombeau de Brume en 2015 puis le petit dernier, Norske Herra l’année suivante. Très occupé et impliqué, François nous a donc laissé dans les ténèbres pendant trois années, avant de revenir frapper à notre porte avec de nouveaux fléaux dans la musette, et huit morceaux qui continuent le travail lyrique entrepris depuis ses débuts. S’il est boulimique, François n’en est pas pour autant complaisant. L’autosatisfaction n’est pas sa tasse de thé, et il n’est pas du genre à polluer le marché avec des sous-produits tenant plus de la démo qu’autre chose. Chacun de ses albums au sein de NORMAN SHORES est d’importance, et créativement à la hauteur des plus grandes références internationales. Et une fois encore, en cédant à la grandiloquence de la cruauté, il signe un manifeste de BM gigantesque, qui nous entraîne sur les pas de l’histoire d’une Normandie mystérieuse, occulte, ne se révélant que par petites touches. Sans changer sa formule, le multi-instrumentiste nous persuade du bien-fondé de sa philosophie, en n’utilisant que les thématiques de base d’un style qu’il adule plus que tout. C’est ainsi qu’une fois encore, nous retrouvons la froideur de la brutalité originelle des premiers efforts norvégiens et suédois, le tout agrémenté d’une culture nationale plaçant l’inventivité au-dessus de toute autre valeur, ce qui donne lieu à des mélanges assez intéressants entre divers courants de classicisme. En témoignent les deux titres les plus amples de ce quatrième album, placés dos à dos, « La Terre et le Sang » et « Les Lamentations de l'Univers », qui explorent le passé d’un style qui renaît sans cesse, et qui prouve qu’il est capable de se renouveler sans se trahir. Le chant, écorché et sous-mixé est évidemment ancré dans la tradition, mais cette façon de faire sonner des guitares comme des menaces qui planent, ces rythmiques qui s’adaptent et modulent, et ces harmonies maladives qui vous contaminent comme une peste du moyen-âge prouvent que l’artiste n’a rien perdu de son touché, et qu’il est toujours capable de se montrer efficace autant que progressif.

Agrémenté d’une intro et d’un insert de transition, De L'ombre Surgit La Lumière est une obscurité perméable à l’espoir d’une lumière faible et tremblante, mais bien réelle. Doté d’une superbe pochette en noir et blanc et d’une production parfaitement adaptée, il suit la route pavée par les trois albums précédents, tout en ouvrant de nouvelles pistes. Et contrairement à beaucoup de ses homologues qui entassent les travaux sur leur bureau sans douter de leur pertinence, François agence, fait le tri, ce qui lui permet de n’offrir que des compositions nobles et riches, qui utilisent le meilleur du BM symphonique des nineties et de l’ire du Raw BM de la même époque. On pense évidemment à une multitude de références, spécialement lorsque la cadence s’emballe (« Impure Immortalité »), mais on sait les musiciens du cru parfaitement allergiques aux comparaisons. Disons simplement que le normand sait toujours comment nous séduire de sa violence brute sans nous écorcher de délires bruitistes, et que sa science du silence comblé est toujours aussi efficace, lorsqu’il agrémente ses pistes de samples et d’arrangements étranges, à l’instar de cet hypnotique et sinueux « Macabre Désespérance ». Mettant toujours en exergue la beauté dans la laideur, l’auteur/compositeur et interprète nous bluffe de ses ambitions, qu’il matérialise avec toujours autant d’aisance, tâtant de la tragédie morbide pour mieux se vautrer dans la luxure poétique, et ne laisse pas passer la moindre minute sans la justifier d’un plan solide. On apprécie ses intros qui jettent dans la fosse, et sa constance dans la qualité, celle de ce quatrième album ne se démentant pas de bout en bout. L’effort se termine même sur l’implacable « Le Vagabond », lent, processionnel, qui démontre que NORMAN SHORES n’est pas que vitesse et véhémence. Aussi beau qu’il n’est sombre, ce nouvel LP est une pierre de plus ajoutée à l’édifice du parcours de ce musicien hors normes, un peu misanthrope sur les bords, mais terriblement généreux de son art.          

 

Titres de l’album :

                           1.Astrale Décrépitude

                           2.Les Jours S'assombrissent

                           3.La Terre et le Sang

                           4.Les Lamentations de l’Univers

                           5.Ode

                           6.Impure Immortalité

                           7.Macabre Désespérance

                           8.Le Vagabond

Site officiel


par mortne2001 le 09/02/2020 à 14:42
80 %    170

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !