Ridiculous And Full Of Blood

Julie Christmas

14/06/2024

Red Creek

BATTLE OF MICE, MADE OUT OF BABIES, des collaborations avec CULT OF LUNA, et un following conséquent qui en demande toujours plus. Julie CHRISTMAS ne fait pas de cadeau contrairement à ce que son nom en appelle, mais se livre comme jamais sur ce deuxième album sous son propre patronyme, presque quinze ans après The Bad Wife. La mauvaise épouse est devenue précieuse ridicule ensanglantée, et Molière n’aurait pas pu en dire grand-chose de drôle, ni faire le moindre trait d’esprit.

Celui de Julie est subtilement contradictoire et indomptable. Et c’est comme ça qu’on l’aime. CULT OF LUNA, Roadburn, et puis on se remet à voler de ses propres ailes. Julie CHRISTMAS revient donc par la grande porte, elle qui depuis deux bonnes décennies incarne l’esprit alternatif underground par excellence. Tous les disques auxquels elle a participé sont d’importance. Quatre en tout en tant que partie d’un tout, et deux en solitaire, dont ce gros dernier. Un cri du cœur, mais aussi une rage au corps.


Difficile de cerner l’univers de cette vocaliste hors-normes. On parlera toujours d’un Noisy machin, d’un Post-bidule, ou d’un Proto-je-ne-sais-quoi. Inutile de se fier aux dictionnaires éventuels, la musique de l’américaine est à son image. Sans concessions, et sans étiquette. Libre, comme le furent des dizaines de ses grandes sœurs à travers l’histoire. Et on pourrait en citer des noms pour établir une comparaison viable. STOLEN BABIES, Chelsea WOLFE, MY RUIN, les BIKINI KILL, histoire de rester dans la distorsion et l’éclectisme, mais aussi d’autres, Katie Jane Garside, Tori AMOS, Nina HAGEN, et en remontant à l’époque déviante du punk, une poignée d’autres tous aussi référentiels.

Mais n’en gardons qu’un seul s’il vous plaît. Celui de Julie.

Affranchie d’un style qui n’en est pas un, la chanteuse new-yorkaise nous raconte de son Brooklyn chéri ses traumas, ses obsessions, ses intérêts, et celui de le faire de façon ouverte et versatile. Ouversatile. Un néologisme qui lui convient à merveille, et qui lui permet sur un seul et unique morceau de montrer toutes les facettes de sa personnalité. Je n’ai, cette année - voire la précédente - pas entendu monstre sonore de l’envergure de « End Of The World » qui renvoie POPPY à ses chères études manga et qui rend hommage de la plus belle des manières à DAISY CHAINSAW et DARK CARNIVAL. Une dualité Blues sépulcral/Post Hardcore fatal, qui donne encore des frissons des heures après son écoute.

Cathédrale sonore, Ridiculous And Full Of Blood est aussi une génuflexion pleine de respect à l’organe de Diamanda GALAS, couvrant quatre octaves, mais faisant aussi office d’instrument lorsque le piano n’est pas suffisant. Pourtant, ici, la guitare occupe une place centrale, comme dans tous les projets de Julie. On l’entend dès le cauchemardesque « Not Enough », que DAUGHTERS aurait pu composer à l’époque de son horrifique You Won’t Get What You Want. Mais cette guitare la plupart du temps tourne autour des riffs pour tisser des textures, plus efficaces dans ce contexte, et plus solides. Rien n’est donc facile, encore moins classique, et les morceaux se laissent porter par les émotions d’une artiste complète, reine et faussement sereine. Il faut la classe du single « Supernatural » pour que Julie rende hommage à cette vague alternative qui a bercé sa jeunesse. On y sent du SOUNDGARDEN, du NIRVANA, du HOLE, les MEAT PUPPETS, et puis beaucoup d’autres qui ont offert aux nineties sa bande-son la plus cacophonique et Pop à la fois.


Certains diront que la chanteuse bouffe à tous les râteliers. Je soulignerai à leur propos que Julie n’a jamais été encartée à un parti précis, et qu’elle a toute sa carrière sinué entre les courants pour s’affranchir d’une étiquette quelconque. Alors, ça lui donne le droit de nous éclabousser d’un rageur et très DRAIN/MY RUIN « Thin Skin », qui couine comme une adolescente enragée, comptine Pop-Metal agrémentée d’un chorus surpuissant et inquiétant.

Le monde de Julie est le même que celui d’Alice. Mais pas celle qui s’est perdue au pays des merveilles. Non, celle de Sylvia Kristel, sous la houlette de Claude Chabrol, qui durant sa dernière fugue rencontrait des personnages décalés et effrayants, avant de comprendre l’inéluctable. A la différence près que notre Julie est bien vivante, et qu’elle botte des culs par dizaines.

Chris Enriquez de SPOTLIGHTS, Andrew Schneider de KENMODE et UNSANE, John LaMacchia de CANDIRIA et Tom Tierney de ON THE MIGHT OF PRINCES sont les invités célèbres de cette fable humaniste biscornue. Chacun y va de sa patte, et insuffle au conte toute la bizarrerie et la violence dont il a besoin. Une violence parfois tamisée, parfois ouverte, parfois symptomatique du travail avec les amis de CULT OF LUNA, parfois louchant sur un passé Noisy intransigeant, avec cette énorme basse à la Paul Raven sur « Silver Dollars » qui démonte le capitalisme plus efficacement qu’un est-allemand le mur de Berlin.

Julie a vraiment très bien joué son coup. Cette alternance de titres courts et de chansons longues est très effective, et les arrangements utilisés assez malins pour peindre des tableaux différents, qui peuvent ressembler à un dessin d’enfant pas très bien dans ses pompes (« Kids », camion de glaces d’un serial-killer en tournée), ou à un nocturne sur l’océan éclairé par un vieux phare abandonné (« The Lighthouse »).


Fragile, impitoyable, discordante, dissonante, colérique, calme, lyrique, hystérique, Julie CHRISTMAS reprend les rênes de sa carrière et ça fait mal. Elle fait allusion à son passé, mais ne s’en sert pas comme excuse artistique. Elle regarde vers l’avant, vers un futur qui ne sera pas forcément plus clément, et raconte ce qu’elle y entrevoit, entre deux battements de paupière. Un choc frontal à la UNSANE (« Blast », rigide et froid comme le baiser de la mort), et puis un dernier râle (« Seven Days »)…

…et c’est fini.

Ridicule et ensanglantée. Deux mots qui sonnent comme un constat de perte de virginité artistique. Pour la seconde fois. Janov aurait pu noircir des centaines de pages à ce sujet.     

       

Titres de l’album :

01. Not Enough

02. Supernatural

03. The Ash

04. Thin Skin

05. End Of The World

06. Silver Dollars

07. Kids

08. The Lighthouse

09. Blast

10. Seven Days


Bandcamp officiel

par mortne2001 le 20/06/2024 à 17:32
95 %    146

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Orphan
@193.248.54.231
21/06/2024, 08:55:34

Plus vraiment fan du Hellfest depuis longtemps, mais avoir Julie CHRISTMAS à l'affiche c'est royal. D'autant qu'en face c'est Metallica, donc tout les boubourses seront absent.


Elle est quand meme à l'origine avec Josh Graham d'une des plus belle galette qu'il m'ai été donné d'écouter. Battle of Mice


Ajouter un commentaire


Derniers articles

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19

Gargan

Ah oui ! J’espère que ce sera l’occasion pour faire quelques dates, hâte de les revoir.

06/07/2024, 08:08

Moshimosher

Un nouvel album ! Bonne nouvelle !

06/07/2024, 06:56

Moshimosher

Très cool, comme news !

05/07/2024, 19:06

Moshimosher

Du très bon ! Je viens juste de le recevoir ! 

05/07/2024, 19:06

Jeff

Cela fait toujours plaisir de te lire RBD

04/07/2024, 21:58

senior canardo

"Tes photos promo avec force chaines et autres bracelets cloutés pour revenir à l’époque de tes débuts sont grotesques." n'est pas Niefelheim qui veut lol

04/07/2024, 12:56

Gargan

Merci pour la découverte, je serai sûrement passé à côté. ça s'écoute étonnamment bien (la fluidité avec un tel mélange n'est pas donnée à toute le monde, c'est généralement une m(...)

02/07/2024, 08:24

LeMoustre

Acheté Disséqué Tuerie

02/07/2024, 07:00

Buck Dancer

RBD et Humingus: "C'est ce qu'on aime dans notre scène"Ce genre d'anecdotes aussi, on aime ( alors que je connais ni le groupe ni le disquaire en question)

02/07/2024, 05:23

Bastos

Putain ça défonce 

02/07/2024, 01:19