Il aura mis le temps, mais le voici ! Le deuxième album des allemands de SHRINE OF INSANABILIS qui nous proposent un artwork différent du premier album avec une ambiance dans les tons d'un ASCENSION. Par contre, musicalement, impossible de passer à côté, c'est bien du SHRINE OF INSANABILIS, cette patte ASCENSION, justement mais aussi ACHERONTAS, et rien de moins surprenant puisque le seul membre dont l'identité est connue dans ce quatuor c'est le batteur, Serpenth (ex-ACHERONTAS). Sur ce nouvel opus, c'est Thorns, également ex-batteur d'ACHERONTAS entre 2012 et 2016, qui tient le micro, et le résultat est plus que probant, l'homme éructe ses mots comme des glaviots à la face de l'auditeur, la rage est communicatrice même si, en toile de fond, la guitare lead répète inlassablement ses mélodies entêtantes et particulièrement percutantes.
On pense également à GRAFVITNIR dans l'utilisation de ces leads, même si là, le propos des Allemands est quand même plus propre, DYSANGELIUM, SVARTIDAUDI, toute cette scène Black Metal qui forme la nouvelle vague dans le sillon des NIGHTBRINGER et les groupes Islandais. Très nerveux dans le jeu de guitare et à la batterie, l'intension est clairement d'être extrême (un titre comme "Invisible, Infinite, Inexorable" annonce le chaos), nous ne sommes pas là en présence d'un Black policé pour plaire aux midinettes, nous ne sommes pas non plus sur ce Black Metal à capuche qui est bien plus inoffensif qu'il veut bien nous le faire croire, pas de post-machin chose pour nous démontrer que les gaillards savent jouer, mais ils savent haïr et communiquer cette rage tout en sachant jouer.
La production signée Necromorbus (ASAGRAUM, FUNERAL MIST, INFERNO) donne clairement la tonalité, là où le premier album, Disciples Of The Void, pouvait être un peu trop générique dans sa mise en son, là des choix forts sont faits, la batterie est bien noyée dans le mix final pour renforcer l'aspect Black, les guitares sont extrêmement tranchantes et la voix ressort bien de tout cela avec ces médiums et cette réverbération bien large qui servent de ligne conductrice. On ne pourra pas crier au génie mais alors qu'ACHERONTAS et SVARTIDAUDI tournent en rond, que GRAFVITNIR semble avoir trouvé une formule pour ne plus la quitter, SHRINE OF INSANABILIS s'inscrit dans les choix évidents pour quiconque veut sa dose de Black Metal nerveux et haineux mais avec cette touche mélodique bien présente.

Si quelques petits moments ambiants se font entendre en introduction de certains morceaux comme l'ultime "Verdict", cela ne sert que de très courte respiration, la suie a déjà envahi vos poumons, et la suffocation n'est plus très loin désormais. Les Allemands frappent fort avec cet album, Vast Vortex Litanies et si vous voulez finir de vous convaincre, les gaillards avaient rompu leur silence par une reprise de KATHARSIS, le titre "Painlike Paradise" sorti sur un tribute au groupe Allemand en avril dernier !

Tracklist :

  1. Parallax Endeavour
  2. Lusting After a Burning Star
  3. The Last-Born Tyrant
  4. Vertex
  5. Mother and Executioner
  6. Invisible, Infinite. Inexorable
  7. Verdict

Facebook // Shop


par Simony le 25/10/2019 à 10:00
86 %    167

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cianide

Unhumanized

Ross The Boss

Born Of Fire

Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

J'irais Mosher chez vous ! Episode 3 : Thaïlande

Jus de cadavre / 06/04/2020
Asie

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Jus De Cadavre, en Amérique du Sud tu as de quoi t'amuser aussi, je pense.


Super report ,ça donne envie d'aller dans le pit et secouer de la tête là-bas


Comme indiqué, invraisemblable. Il n'a pas respecté le confinement en faisant de la nage en eaux-vives. Ceci étant, pas vraiment de risque qu'on en parle en ce moment, et l'image du metal, pfff, hein.


C'est plutôt bien foutu mais la thématique me laisse perplexe. Black et médieval, yep, mais figure chrétienne telle que la Jeanne… Quoique, cette période est étroitement liée à la chrétienté en Europe… Merde. M'enfin ça me laisse perplexe quand même.


Première phrase admirable, Humungus.
M'en vais essayer, tiens.


J'ai acheté l'album. Tous les morceaux sont dans la même veine. C'est ultra massif et cohérent avec des riffs simples mais accrocheurs et pas ennuyeux (en tous cas, chez moi ça tourne en boucle et je ne m'en lasse pas).


@Grinder : bien sûr ! Après ça serait moins exotique et original forcément... et certainement plus difficile aussi.
En Asie les gens étaient du genre très avenants pour discuter (c'est pas tous les jours qu'un blanc bec va leur poser des questions chez eux sur leur passion). En Scandinav(...)


Amalie McKennitt.


Effectivement, la chanson en écoute est excellente.
Avec un soupçon de Bolt thrower et Goatess?


Ca te dirait pas un "J'irai mosher chez vous en Suède / Norvège / Finlande" ?


Thanks ! Ca permet de voyager en ces temps compliqués ;-)


Bon, ben moi quand on me dit qu'un groupe est hautement inspiré par la bande à Tom G. Warrior, bah je fonce tête la première.
Et bien pas déçu pour deux sous bon dieu de dieu !!!
Pure merveille que voilà !!!
Merci mortne2001.


Je suis également Trepalium depuis longtemps, le premier album. Il ne faut pas oublier l'EP sorti en 2015 et renommé "Damballa's Voodoo Doll", ultime enregistrement avec Kéké qui replongeait puissamment dans l'instrumentation Jazzy. J'ai la franche impression que depuis huit ans le groupe est d(...)


Hé oui, il en faut pour tous les goûts. Je crois qu'on en a déjà causé. Comme tu dis heureusement, et les échanges sont là pour ça :-)

Mais à l'heure où ils sont un peu dans le caca, ça veut dire aussi que la structure n'est pas des masses solide (genre un mois d'inactivité (...)


Chacun a sa propre opinion et heureusement car sinon, on se ferait sacrément ch... dans la vie.

Tu n'y trouves aucun intérêt, d'autres si.

Tu regrettes le manque d'extrême dans un magazine intitulé RockHard, soit.

Je le regrette également mais franchement(...)


J'ai vu cette rubrique sur ce numéro. Ben ça vaut pas tripette la misérable page, seule la page sur l'ami Raskal sort un peu des clichés sur la rubrique avec le bouquin.
Les gars, vous avez lu les mags comme Decibel, Zero Tolerence, Legacy ou Deaf Forever ou même les versions germaniques(...)


"Quoi qu'il en soit, ils restent quand même intéressant dans leur questions et dans leurs propos, donc c'est toujours un plaisir de les lire, pour ma part."

Voilà.


Très bonne chronique qui me donne envie d'en écouter plus, encore une signature Iron en plus...


Ah pour moi "Fiction" est un chef d'oeuvre. Mais il est vrai que les 3 derniers albums du groupe ne m'ont pas convaincu, c'est rien de le dire. Curieux donc de voir ce que la suite va donner...


@Le Moustre : après il est de notoriété publique que les musiques énervées ont un autre écho en Allemagne et en Suède...
Et quant à l'éternel question du choix éditorial de Rock Hard, il est dans le titre en fait. Effectivement, les musiques extrêmes ne sont pas forcément leur coe(...)