Certains groupes remettent le couvert au cas où, d’autres tentent le coup du comeback éphémère histoire de voir si l’eau du passé ne s’est pas trop rafraichie, mais d’autres nous en reviennent pour de bon, bien décidés à en découdre et prouver que leur silence n’était question que de circonstances. C’est évidemment le cas de nos amis allemands d’ACCUSER, qui de leur Thrash frondeur entérinent un retour à la lumière entamé en 2010 et la parution du plutôt bon Agitation, qui leur avait permis de remettre les choses au point, et les hymnes au poing. Depuis, le quatuor (Frank Thoms - chant/guitare, Dennis Rybakowski - guitare, Frank Kimpel - basse et Olli Fechner - batterie) ne s’est pas franchement reposé sur ses lauriers, puisqu’il a ajouté à sa discographie pas moins de trois LP (Dependent Domination en 2011, Diabolic en 2013 et The Forlorn Divine en 2016), tous de qualité constante et d’investissement pressant, et je les avais quittés il y a deux ans après avoir analysé le foudroyant The Forlorn Divine, qui m’avait confirmé que ces guerriers du passé avaient largement leur place dans notre présent. Ce même présent qui subit à longueur de mois les assauts d’une nouvelle génération se réclamant de l’héritage des anciens, anciens qui ont donc encore pas mal de choses à dire, ce que démontre ce tonitruant The Mastery qui ne fait pas dans la dentelle, sans tomber dans le chaos balbutiant et redondant. Evidemment, avec une carrière de plus de trente ans et des albums qui s’enchaînent régulièrement, les surprises ne sont pas légion, mais l’efficacité est toujours carton, et ce onzième album studio se contente de nous rappeler la suprématie allemande en termes de Thrash bien précis. Au cas où vous l’auriez oublié, bande d’étourdis…

Nous avons donc droit à une bordée de brulots encore chauds, pour cinquante minutes de costaud, qui reprend peu ou prou toutes les grandes lignes de ces prédécesseurs, en mettant toutefois l’emphase sur la puissance au détriment de la vitesse démente. Non que le choix se discute, mais il est certain que l’optique des ACCUSER a un peu changée, eux qui étaient capables de tout incendier d’une accélération rondement menée, mais qui préfèrent aujourd’hui temporiser, et même mélodiser, en jouant la lourdeur harmonisée («Solace in Sorrow »). Certes, et j’en conviens, le groupe est toujours capable de nous balayer d’une impulsion improvisée, mais il convient de voir en ce nouvel album une jonction entre la complexité passée de Double Talk et l’efficacité revendiquée de leurs efforts plus récents, dans un ballet assez bien agencé de Heavy modéré et de puissance Thrash contrôlée (« Time For Silence »). Toujours adeptes de développements élargis, les allemands n’hésitent pas à jouer la montre une fois encore pour rester collé à ces fameuses cinq minutes bien tassées, leur permettant d’expérimenter justement, et de tenter des approches plus nuancées, comme sur ce terrassant « My Skin », plus Heavy qu’une charge de DOWN, mais envoutant comme une mystique à la DEATH ANGEL, sans perdre l’identité si affirmée. Le fan acharné pourra toutefois regretter que la brutalité ait été nuancée au profit d’une intensité certes probante, mais parfois un peu frustrante, mais pas de panique, de petits incendies comme « Catacombs » saura réchauffer leur petit cœur de pyromanes Thrash avides de flammes à la hauteur de l’enfer. Beaucoup de saccades évidemment, de l’allant, mais une tendance à écraser plutôt qu’à déraciner, ce qui parfois entraîne quelques longueurs pas faciles à supporter. Une optique progressive donc, mais pas progressiste, puisque tous les éléments inhérents au groupe sont présents, de ces soli flamboyants à ces accents vocaux véhéments. Les structures se répètent quand même d’un jet à l’autre, et si la plupart du temps les attaques sont franches et efficaces, au point de donner naissance à de futurs hymnes live (« Mourning » qui ne fait pas le deuil de l’attitude, mais qui élargit la latitude), elles se laissent parfois aller à une certaine facilité, heureusement rattrapée par une rage germanique bien chromée (« Ruthless »).       

D’ailleurs, le groupe est parfois conscient d’avoir été trop confiant en son assise et pas assez lâche sur sa violence, et nous satisfait d’un « Into The Black » salement rageur nous rappelant ses jeunes années, et cavalant d’un rythme acharné, histoire de nous faire moins réfléchir que headbanguer. Je l’avoue, on est quand même assez content de retrouver par instant cette sauvagerie qui nous manquait tant, et qui est la caractéristique la plus symptomatique d’une école allemande qui n’hésitait jamais à flirter avec les limites de l’outrance, même si la complexité globale à souvent cédé le pas à l’efficacité optimale. Il est évident que The Mastery n’est pas un album qui fonctionne au premier degré, et qu’il faut prendre le temps de l’apprécier, histoire que ses richesses puissent se révéler. Mais avec une modération clairement affichée, les ACCUSER prennent le risque de s’aliéner les plus dérangés, et donc de rester le cul entre deux chaises, d’autant plus qu’ils ne prennent même pas la peine de se faire désirer. Et si les qualités présentes sur tous les albums de la troupe le sont encore, on sent quand même un glissement patent entre The Forlorn Divine et The Mastery, même si une partie de l’esprit d’antan se conjugue toujours au présent. C’est la fin de l’album qui nous procure ce sentiment, et qui offre de fait un équilibre instable, mais laissant sur une sensation rassurante quant au potentiel de destruction du combo teuton, qui parfois tombe dans les travers du Heavy si typique de sa propre nation. 

Pas de quoi fouetter un chat de la Ruhr de rage ou d’inquiétude, d’autant plus que la paire de guitaristes sait toujours aussi bien riffer, mais les quelques longueurs qui parsèment des morceaux qui auraient gagné en concision peuvent parfois être des obstacles sur la voie de la pleine satisfaction, mais sur l’ensemble de leur production, ce The Mastery saura se tailler une part du lion, spécialement lorsque les ACCUSER en joueront les meilleurs instants live, histoire de faire monter d’un cran le son. Mais s’il n’est pas plus proche du fond du panier que du haut, ce nouvel album se situe dans une très bonne moyenne de Thrash teuton, affiné par une technique toujours affutée, mais alourdi par quelques idées pas vraiment bien pesées. Ce qui dans l’idiome relatif à ce groupe unique définit quand même les contours d’une œuvre qui ridiculise une grosse partie de la concurrence.


Titres de l'album:

  1. Mission Missile
  2. The Real World
  3. Solace In Sorrow
  4. Time For Silence
  5. My Skin
  6. Catacombs
  7. Mourning
  8. Ruthless
  9. Into The Black
  10. The Mastery

Site officiel


par mortne2001 le 02/02/2018 à 18:02
75 %    362

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je les avais vus en 2012 sur une affiche anthologique, c'était bien Heavy et mélodique sur les bords.


Pareil, un grand album, comme tous les Heathen ! L'inédit vaut-il l'achat, pour ceux qui ont déjà l'album d'origine ?


'Victims of deception' est excellent !! Un groupe sous-estimé. J'en veux pour preuve la faible affluence devant la scène lors de leur passage au Hellfest. Mais, ayant déjà ce nouvel album (tout de même initialement paru en 2010), j'aimerais savoir ce que vaut l'inédit. Cela dit, ce disque, c'e(...)


Mon petit chouchou " Dark Night (of the Soul) " que j'écoute en boucle. superbe !


J'avais découvert le groupe avec cet album et grace à M6 oui oui !!! Avec la diffusion du clip de lands of tears le dimanche soir après ou avant le film coquin


Propret.


Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).