Certains groupes remettent le couvert au cas où, d’autres tentent le coup du comeback éphémère histoire de voir si l’eau du passé ne s’est pas trop rafraichie, mais d’autres nous en reviennent pour de bon, bien décidés à en découdre et prouver que leur silence n’était question que de circonstances. C’est évidemment le cas de nos amis allemands d’ACCUSER, qui de leur Thrash frondeur entérinent un retour à la lumière entamé en 2010 et la parution du plutôt bon Agitation, qui leur avait permis de remettre les choses au point, et les hymnes au poing. Depuis, le quatuor (Frank Thoms - chant/guitare, Dennis Rybakowski - guitare, Frank Kimpel - basse et Olli Fechner - batterie) ne s’est pas franchement reposé sur ses lauriers, puisqu’il a ajouté à sa discographie pas moins de trois LP (Dependent Domination en 2011, Diabolic en 2013 et The Forlorn Divine en 2016), tous de qualité constante et d’investissement pressant, et je les avais quittés il y a deux ans après avoir analysé le foudroyant The Forlorn Divine, qui m’avait confirmé que ces guerriers du passé avaient largement leur place dans notre présent. Ce même présent qui subit à longueur de mois les assauts d’une nouvelle génération se réclamant de l’héritage des anciens, anciens qui ont donc encore pas mal de choses à dire, ce que démontre ce tonitruant The Mastery qui ne fait pas dans la dentelle, sans tomber dans le chaos balbutiant et redondant. Evidemment, avec une carrière de plus de trente ans et des albums qui s’enchaînent régulièrement, les surprises ne sont pas légion, mais l’efficacité est toujours carton, et ce onzième album studio se contente de nous rappeler la suprématie allemande en termes de Thrash bien précis. Au cas où vous l’auriez oublié, bande d’étourdis…

Nous avons donc droit à une bordée de brulots encore chauds, pour cinquante minutes de costaud, qui reprend peu ou prou toutes les grandes lignes de ces prédécesseurs, en mettant toutefois l’emphase sur la puissance au détriment de la vitesse démente. Non que le choix se discute, mais il est certain que l’optique des ACCUSER a un peu changée, eux qui étaient capables de tout incendier d’une accélération rondement menée, mais qui préfèrent aujourd’hui temporiser, et même mélodiser, en jouant la lourdeur harmonisée («Solace in Sorrow »). Certes, et j’en conviens, le groupe est toujours capable de nous balayer d’une impulsion improvisée, mais il convient de voir en ce nouvel album une jonction entre la complexité passée de Double Talk et l’efficacité revendiquée de leurs efforts plus récents, dans un ballet assez bien agencé de Heavy modéré et de puissance Thrash contrôlée (« Time For Silence »). Toujours adeptes de développements élargis, les allemands n’hésitent pas à jouer la montre une fois encore pour rester collé à ces fameuses cinq minutes bien tassées, leur permettant d’expérimenter justement, et de tenter des approches plus nuancées, comme sur ce terrassant « My Skin », plus Heavy qu’une charge de DOWN, mais envoutant comme une mystique à la DEATH ANGEL, sans perdre l’identité si affirmée. Le fan acharné pourra toutefois regretter que la brutalité ait été nuancée au profit d’une intensité certes probante, mais parfois un peu frustrante, mais pas de panique, de petits incendies comme « Catacombs » saura réchauffer leur petit cœur de pyromanes Thrash avides de flammes à la hauteur de l’enfer. Beaucoup de saccades évidemment, de l’allant, mais une tendance à écraser plutôt qu’à déraciner, ce qui parfois entraîne quelques longueurs pas faciles à supporter. Une optique progressive donc, mais pas progressiste, puisque tous les éléments inhérents au groupe sont présents, de ces soli flamboyants à ces accents vocaux véhéments. Les structures se répètent quand même d’un jet à l’autre, et si la plupart du temps les attaques sont franches et efficaces, au point de donner naissance à de futurs hymnes live (« Mourning » qui ne fait pas le deuil de l’attitude, mais qui élargit la latitude), elles se laissent parfois aller à une certaine facilité, heureusement rattrapée par une rage germanique bien chromée (« Ruthless »).       

D’ailleurs, le groupe est parfois conscient d’avoir été trop confiant en son assise et pas assez lâche sur sa violence, et nous satisfait d’un « Into The Black » salement rageur nous rappelant ses jeunes années, et cavalant d’un rythme acharné, histoire de nous faire moins réfléchir que headbanguer. Je l’avoue, on est quand même assez content de retrouver par instant cette sauvagerie qui nous manquait tant, et qui est la caractéristique la plus symptomatique d’une école allemande qui n’hésitait jamais à flirter avec les limites de l’outrance, même si la complexité globale à souvent cédé le pas à l’efficacité optimale. Il est évident que The Mastery n’est pas un album qui fonctionne au premier degré, et qu’il faut prendre le temps de l’apprécier, histoire que ses richesses puissent se révéler. Mais avec une modération clairement affichée, les ACCUSER prennent le risque de s’aliéner les plus dérangés, et donc de rester le cul entre deux chaises, d’autant plus qu’ils ne prennent même pas la peine de se faire désirer. Et si les qualités présentes sur tous les albums de la troupe le sont encore, on sent quand même un glissement patent entre The Forlorn Divine et The Mastery, même si une partie de l’esprit d’antan se conjugue toujours au présent. C’est la fin de l’album qui nous procure ce sentiment, et qui offre de fait un équilibre instable, mais laissant sur une sensation rassurante quant au potentiel de destruction du combo teuton, qui parfois tombe dans les travers du Heavy si typique de sa propre nation. 

Pas de quoi fouetter un chat de la Ruhr de rage ou d’inquiétude, d’autant plus que la paire de guitaristes sait toujours aussi bien riffer, mais les quelques longueurs qui parsèment des morceaux qui auraient gagné en concision peuvent parfois être des obstacles sur la voie de la pleine satisfaction, mais sur l’ensemble de leur production, ce The Mastery saura se tailler une part du lion, spécialement lorsque les ACCUSER en joueront les meilleurs instants live, histoire de faire monter d’un cran le son. Mais s’il n’est pas plus proche du fond du panier que du haut, ce nouvel album se situe dans une très bonne moyenne de Thrash teuton, affiné par une technique toujours affutée, mais alourdi par quelques idées pas vraiment bien pesées. Ce qui dans l’idiome relatif à ce groupe unique définit quand même les contours d’une œuvre qui ridiculise une grosse partie de la concurrence.


Titres de l'album:

  1. Mission Missile
  2. The Real World
  3. Solace In Sorrow
  4. Time For Silence
  5. My Skin
  6. Catacombs
  7. Mourning
  8. Ruthless
  9. Into The Black
  10. The Mastery

Site officiel


par mortne2001 le 02/02/2018 à 18:02
75 %    316

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.