Certains groupes remettent le couvert au cas où, d’autres tentent le coup du comeback éphémère histoire de voir si l’eau du passé ne s’est pas trop rafraichie, mais d’autres nous en reviennent pour de bon, bien décidés à en découdre et prouver que leur silence n’était question que de circonstances. C’est évidemment le cas de nos amis allemands d’ACCUSER, qui de leur Thrash frondeur entérinent un retour à la lumière entamé en 2010 et la parution du plutôt bon Agitation, qui leur avait permis de remettre les choses au point, et les hymnes au poing. Depuis, le quatuor (Frank Thoms - chant/guitare, Dennis Rybakowski - guitare, Frank Kimpel - basse et Olli Fechner - batterie) ne s’est pas franchement reposé sur ses lauriers, puisqu’il a ajouté à sa discographie pas moins de trois LP (Dependent Domination en 2011, Diabolic en 2013 et The Forlorn Divine en 2016), tous de qualité constante et d’investissement pressant, et je les avais quittés il y a deux ans après avoir analysé le foudroyant The Forlorn Divine, qui m’avait confirmé que ces guerriers du passé avaient largement leur place dans notre présent. Ce même présent qui subit à longueur de mois les assauts d’une nouvelle génération se réclamant de l’héritage des anciens, anciens qui ont donc encore pas mal de choses à dire, ce que démontre ce tonitruant The Mastery qui ne fait pas dans la dentelle, sans tomber dans le chaos balbutiant et redondant. Evidemment, avec une carrière de plus de trente ans et des albums qui s’enchaînent régulièrement, les surprises ne sont pas légion, mais l’efficacité est toujours carton, et ce onzième album studio se contente de nous rappeler la suprématie allemande en termes de Thrash bien précis. Au cas où vous l’auriez oublié, bande d’étourdis…

Nous avons donc droit à une bordée de brulots encore chauds, pour cinquante minutes de costaud, qui reprend peu ou prou toutes les grandes lignes de ces prédécesseurs, en mettant toutefois l’emphase sur la puissance au détriment de la vitesse démente. Non que le choix se discute, mais il est certain que l’optique des ACCUSER a un peu changée, eux qui étaient capables de tout incendier d’une accélération rondement menée, mais qui préfèrent aujourd’hui temporiser, et même mélodiser, en jouant la lourdeur harmonisée («Solace in Sorrow »). Certes, et j’en conviens, le groupe est toujours capable de nous balayer d’une impulsion improvisée, mais il convient de voir en ce nouvel album une jonction entre la complexité passée de Double Talk et l’efficacité revendiquée de leurs efforts plus récents, dans un ballet assez bien agencé de Heavy modéré et de puissance Thrash contrôlée (« Time For Silence »). Toujours adeptes de développements élargis, les allemands n’hésitent pas à jouer la montre une fois encore pour rester collé à ces fameuses cinq minutes bien tassées, leur permettant d’expérimenter justement, et de tenter des approches plus nuancées, comme sur ce terrassant « My Skin », plus Heavy qu’une charge de DOWN, mais envoutant comme une mystique à la DEATH ANGEL, sans perdre l’identité si affirmée. Le fan acharné pourra toutefois regretter que la brutalité ait été nuancée au profit d’une intensité certes probante, mais parfois un peu frustrante, mais pas de panique, de petits incendies comme « Catacombs » saura réchauffer leur petit cœur de pyromanes Thrash avides de flammes à la hauteur de l’enfer. Beaucoup de saccades évidemment, de l’allant, mais une tendance à écraser plutôt qu’à déraciner, ce qui parfois entraîne quelques longueurs pas faciles à supporter. Une optique progressive donc, mais pas progressiste, puisque tous les éléments inhérents au groupe sont présents, de ces soli flamboyants à ces accents vocaux véhéments. Les structures se répètent quand même d’un jet à l’autre, et si la plupart du temps les attaques sont franches et efficaces, au point de donner naissance à de futurs hymnes live (« Mourning » qui ne fait pas le deuil de l’attitude, mais qui élargit la latitude), elles se laissent parfois aller à une certaine facilité, heureusement rattrapée par une rage germanique bien chromée (« Ruthless »).       

D’ailleurs, le groupe est parfois conscient d’avoir été trop confiant en son assise et pas assez lâche sur sa violence, et nous satisfait d’un « Into The Black » salement rageur nous rappelant ses jeunes années, et cavalant d’un rythme acharné, histoire de nous faire moins réfléchir que headbanguer. Je l’avoue, on est quand même assez content de retrouver par instant cette sauvagerie qui nous manquait tant, et qui est la caractéristique la plus symptomatique d’une école allemande qui n’hésitait jamais à flirter avec les limites de l’outrance, même si la complexité globale à souvent cédé le pas à l’efficacité optimale. Il est évident que The Mastery n’est pas un album qui fonctionne au premier degré, et qu’il faut prendre le temps de l’apprécier, histoire que ses richesses puissent se révéler. Mais avec une modération clairement affichée, les ACCUSER prennent le risque de s’aliéner les plus dérangés, et donc de rester le cul entre deux chaises, d’autant plus qu’ils ne prennent même pas la peine de se faire désirer. Et si les qualités présentes sur tous les albums de la troupe le sont encore, on sent quand même un glissement patent entre The Forlorn Divine et The Mastery, même si une partie de l’esprit d’antan se conjugue toujours au présent. C’est la fin de l’album qui nous procure ce sentiment, et qui offre de fait un équilibre instable, mais laissant sur une sensation rassurante quant au potentiel de destruction du combo teuton, qui parfois tombe dans les travers du Heavy si typique de sa propre nation. 

Pas de quoi fouetter un chat de la Ruhr de rage ou d’inquiétude, d’autant plus que la paire de guitaristes sait toujours aussi bien riffer, mais les quelques longueurs qui parsèment des morceaux qui auraient gagné en concision peuvent parfois être des obstacles sur la voie de la pleine satisfaction, mais sur l’ensemble de leur production, ce The Mastery saura se tailler une part du lion, spécialement lorsque les ACCUSER en joueront les meilleurs instants live, histoire de faire monter d’un cran le son. Mais s’il n’est pas plus proche du fond du panier que du haut, ce nouvel album se situe dans une très bonne moyenne de Thrash teuton, affiné par une technique toujours affutée, mais alourdi par quelques idées pas vraiment bien pesées. Ce qui dans l’idiome relatif à ce groupe unique définit quand même les contours d’une œuvre qui ridiculise une grosse partie de la concurrence.


Titres de l'album:

  1. Mission Missile
  2. The Real World
  3. Solace In Sorrow
  4. Time For Silence
  5. My Skin
  6. Catacombs
  7. Mourning
  8. Ruthless
  9. Into The Black
  10. The Mastery

Site officiel


par mortne2001 le 02/02/2018 à 18:02
75 %    334

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Clegane

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)


J'avais arrêté Rock Hard pendant un certain temps pour cette raison ("mou du genou" dans sa ligne éditoriale) mais au final j'y reviens de temps en temps maintenant, car justement pour les découvertes plus "soft" c'est tout de même pas mal. Et je trouve encore de la passion dans ce mag...


Pas forcément. Le nom du mag a toujours été RockHard. Il ne vise pas le même public que Metallian.

Moi ça me va à 100 %


Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )


Ouais c'est bourré de feeling ce morceau je trouve. Cette légende (si ce n'est LA légende) du sludge n'empêche ce mec ! Et ce look de loubard qui va bien :D !


@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....