Nouvelle équation à très peu d’inconnues (parce qu’on n’est pas là pour faire des maths non plus).

Groupe suédois+Hard mélodique+Frontiers= ? 

J’ajoute à cette formule « nouveau » devant « groupe suédois » sans être certain que ça change quoi que ce soit, et nous obtenons donc ?

Une nouvelle tuerie, puisque les scandinaves associés au label italien ont toujours eu le don de se transcender, à moins que le CEO du célèbre indépendant et ses DA aient tant de flair qu’ils ne soient capables à chaque fois de débusquer LE band capable de nous mettre à genoux. La réponse se situerait un peu entre les deux, puisque nous savons depuis bien longtemps que les européens du nord ont un don particulier en ce qui concerne le vintage et l’harmonique, et qu’il n’est donc pas très difficile de faire son marché entre Stockholm et Malmö…Cette fois-ci, les musiciens nous en viennent d’une ville au nom beaucoup moins facilement prononçable, Örnsköldsvik, où ils se sont formés il y a quatre ans. Des nouveaux noms, mais pas forcément des bleusailles, puisque je me doute que leur parcours doit être plus riche que cette introduction longue-durée, mais surtout, une nouvelle envie, en convergence d’un Hard-Rock vraiment puissant, d’un Heavy élégant, et d’un AOR mordant, pour un All Rise qui fait en effet se lever bien des poings et virevolter des chevelures, sans chercher à révolutionner le style, mais en visant une qualité qui perdure. Et c’est exactement ce qu’on attend d’un album de cette trempe, qui nous en colle une bonne en suivant ses influences de près, mais en y mettant la distance suffisante pour ne pas sombrer dans la paraphrase.

Les PERFECT PLAN ont donc élaboré le plan parfait pour un hold-up total qui va ravir les fans de mélodie et de watts. Leur premier effort frise et caresse le sans-faute sans forcer son talent, comptant pour ça sur une technique individuelle éprouvée, et sur un sens de la composition collective relevé. Quintette éclairé (Kent Hilli - chant, Rolf Nordström - guitare/chœurs, P-O Sedin - basse/chœurs, Leif Ehlin - claviers/chœurs, et Fredrik Forsberg - batterie/chœurs), PERFECT PLAN se permet d’unir dans un même élan l’emphase d’un DEEP PURPLE, la classe d’un BLACK COUNTRY COMMUNION, le lyrisme éclectique d’un Jami JAMISON et de SURVIVOR, la légèreté d’un JOURNEY en pleine crise de tubes aigue, et le savoir-faire brûlant du EUROPE des premières années, celui-là même qui était encore obsédé par…DEEP PURPLE. La boucle est donc bouclée, même si quelques noms se rajoutent à cette liste personnelle, dont ceux de TREAT, de WORK OF ART, de W.E.T., et des immanquables TOTO ou GIANT, pour un passage en revue des pirouettes les plus usitées dans le style, mais aux ficelles loin d’être usées. Jouant constamment sur la frontière séparant le Hard-Rock glorieux du FM sentencieux, les suédois font montre d’une habileté incroyable pour convaincre l’auditeur de leur potentiel, auditeur qui reconnaîtra dès les premières secondes le talent d’un ensemble capable lors d’un même morceau d’évoquer le spectre du TOTO de Farenheit et du JOURNEY d’Arrival.

De ce point de vue, il devient assez ardu de trouver des arguments pour convaincre, puisque le meilleur est encore de vous persuader d’écouter ce disque à plein volume. Nous nageons évidemment en terrain connu, puisque All Rise s’évertue à synthétiser les atouts de tous les artistes précités, sans leur chiper leurs trucs les plus personnels. Mais entre un chanteur qui aurait pu trouver sa place aux côtés de Fergie Frederiksen, de Jami Jamison ou de Steve Perry (voire même de David Coverdale sur les instants les plus pressants), un guitariste qui sait s’affirmer, mais aussi s’effacer, riffer, soloïser, et marquer le temps pour ne pas empiéter sur les vocaux ou le clavier, une section rythmique impeccable, entre frappe de mammouth et survol sans doutes, et une bordée de chœurs de qualité, le bilan est lourd, mais le cœur est léger. On se prend même parfois à essayer de chanter sur des morceaux qui ont des allures de classiques, alors même qu’on les entend pour la première fois. C’est évidemment le signe des grands, cour très réservée dans laquelle les PERFECT PLAN vont vite s’incruster, et de « Bad City Woman » et son up tempo démoniaque sur fond de refrain estampillé AOR l’air de rien, à « Heaven In Your Eyes », qui répète la même recette sans employer les mêmes ingrédients, et qui dame le pion à GIANT et JOURNEY, on reste admiratif devant tant de courage mélodique et d’ardeur décibellique, les suédois évitant avec grâce le piège du trop expansif ou de l’introverti passif. Pas de mièvrerie donc à craindre de musiciens qui ont roulé leur bosse et affirmé leur allégeance à un Rock d’adulte, un Rock émergeant parfois du fin-fond de seventies qui n’ont oublié ni Jon Lord ni Roger Glover, et encore moins David « the voice » Coverdale (« In And Out Of Love », que le EUROPE le plus tardif aurait pu composer sans se couper les tifs), ou un Rock se réveillant d’eighties encore sous le charme d’une combinaison fatale entre riff létal et mélodie orbitale (« Stone Cold Lover »).

Un Rock qui condense, tout en laissant la place, et qui se rappelle des grandes orgues, des guitares baroques et des envolées lyriques pas toc (« Gone Too Far », un autre clin d’œil au WHITESNAKE toujours anglais et pas encore dénaturé par les charts américains détrempés), un Rock grandiose qui funkyse ses thèmes et qui chaloupe un rythme en anathème (« What Goes Around »), ou même un Rock aux abois d’une Pop qui se boit, comme du petit lait, mais qui enflamme la gorge comme un whiskey irlandais (« Too Late »). Et puis tellement d’autres choses, comme cette nostalgie d’une époque où l’énergie pouvait encore en imposer aux querelles de clocher (« 1985 », si avec ça, on ne s’y croit pas…), ou cette façon de survoler sa copie pour offrir un panorama synthétique de tous les courants en vogue depuis l’intrusion du Hard-Rock dans le Billboard (« What Can I Do »). Et puis surtout, la foi, l’oubli de soi, mais aussi des ballades qui souvent ont tendance à s’incruster au banquet pour faire retomber l’ambiance, et qui sont ici occultées au profit de guitares qui se dansent. Beaucoup de hargne donc, une énergie de tous les diables, et une énorme dose de mélodies qu’on retient jusqu’au bout de la nuit, un son évidemment poli, mais pas trop pour rester honnête sur les arêtes, des instrumentistes qui n’ont pas gardé la langue dans leur poche et qui manient le vocable anglo-saxon comme une anguille sans roche, et un résultat qui dépasse des espérances pourtant méchamment élevées, au regard de l’origine géographique du combo et de sa signature sur le label de Serafino. Oui, osons-le dire, les années passent et Frontiers jamais ne nous lasse, nous proposant chaque mois son lot de surprises en restant aux abois, et autant dire qu’en signant les PERFECT PLAN, leur permettant de publier cet All Rise bien aimé, il signore Perugino a une fois de plus fait le bon choix. Le meilleur choix. Une constante désormais.


Titres de l'album:

  1. Bad City Woman
  2. In And Out Of Love
  3. Stone Cold Lover
  4. Gone Too Far
  5. What Goes Around
  6. Too Late
  7. Can't Turn Back
  8. Never Surrender
  9. 1985
  10. What Can I Do
  11. Heaven In Your Eyes

Site officiel


par mortne2001 le 28/04/2018 à 18:06
95 %    99

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Panzer Squad

Ruins

Tyrant Disciple

Weight Of Oblivion

Cavador

Sin Culto a Los Muertos

Hrobar

Rýchla Smrť

Codex

Ignominia

The Secret

Lux Tenebris

Flayed

Empty Power Parts

Ambient Road

Turn Up The Heat

Everrise

After The Eclipse

Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Clover

The Voyager

Sylvain EXOCRINE

youpimatin / 24/09/2018
Technical Death Metal

Apocalyptic Slamming Evisceration European Tour 2018

Livor Mortis / 22/09/2018
Brutal Death Slam Photos

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Concerts à 7 jours

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Defenestration + Burial Invocation

26/09 : Bar Hic, Rennes (35)

Alcest + Vampillia

26/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

+ Europe

27/09 : Le Trianon, Paris (75)

Stoned Jesus + Mothership

27/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Batushka

28/09 : Antipode, Rennes (35)

Iron Bastards + Deficiency + Vulcain

29/09 : Salle Des Fêtes, Angres ()

Agressor + Sublime Cadaveric Decomposition + Colossus

29/09 : Le Champilambart, Vallet (44)

Wardruna

29/09 : Château Des Ducs De Bretagne, Nantes (44)

Wintereve + Sors Immanis + Ephialtès

29/09 : Le Riveter, Nancy (54)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Voivod + Bio-cancer

29/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Voivod + Bio-cancer

30/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

King Dude + Kaelan Mikla + The Dark Red Seed

30/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

c'est rectifié !


C'est CAVADOR pas CADAVOR, la chronique mérite la réparation de l'erreur du texte. Pour info, le second album est un disque purement instrumental en hommage aux soldats argentins tombés aux Malouines.


Un groupe énorme, sur album comme sur scène. L’Italie nous gâte dans ce style très sombre !


Merci pour cette vidéo d'Anthrax, je m'en vais aller dépoussiérer State of Euphoria, du coup !


Merci pour la diffusion de cette neWs ;-)


Très jolies les photos Livor ! Bienvenue ici mec !


Hiatus discographique, pardon !


Après un hiatus de 5 ans ? Je les ai vu au Chaulnes Metalfest en 2016... et d''après leur site ils ont tourné jusque mars 2017.


Ah je reconnais cette scène du MCP Apache !


la voix ecrase tout dans le mix ..dommage..


Y'a de l'ambition, c'est bon ça ! Non, non c'est pas un gros mots ! C'est selon moi ce manque d'ambition (tellement français et pas seulement en musique !) qui fait que la scène Metal hexagonal n'a pas explosée comme certaines autres scène en Europe...


Félicitations!


Rien à voir avec feu les Provençaux de Kabbal non plus ? Stylistiquement, c'est assez différent comme Death Metal il faut dire.


Toujours aussi original.


Excellente interview ! Ça transpire la passion tout ça !


Le titre en écoute laisse effectivement présager de quelque chose de vraiment pas mal !


Je confirme, ce skeud est excellent, le "mélange" des genres fonctionne à merveille.
La base death est bel et bien présente et parsemée de plans thrash ou black. La prod est nickel (ni trop, ni trop peu), et l'ensemble laisse un gout de reviens-y, ce qui est toujours bon signe. Je suivrai (...)


C'est bon ça !
Torture Throne était déjà excellent, alors affaire à suivre !!!!


"Un peu comme la dernière fille libre de la soirée, vous vous dites, je me la tape, on ne sait jamais, ça peut être surprenant..."

:D tu m'as tué !


Ah merde, la bad news !!!
En plus, un groupe de chez nous.
RIP man...