The golden ages of Black Metal 

C’est tout ce qu’on peut trouver comme indice en lisant la bio du collectif international THE DEATHTRIP sur leur page Facebook. Dès lors, il n’est pas forcément difficile d’extrapoler, l’âge d’or du BM ayant toujours été situé dans les glorieuses nineties, avec l’émergence de la scène nordique, et les MAYHEM, DARKTHRONE, EMPEROR, BEHERIT, IMMORTAL et toute cette vague de musiciens grimés au tempérament de feu dans un univers de glace. D’ailleurs, le label historique européen du groupe ne s’y est pas trompé. Dès les premières lignes de description, Svart Records cite DARKTHRONE, THORNS et BEHERIT comme balises d’influence, en grossissant le trait, mais sans non plus essayer de nous tromper sur la marchandise. Il est d’ailleurs assez étonnant que la maison de disques finlandaise ait choisi de distribuer en Europe cet album sous licence Profound Lore aux Etats-Unis, leurs dernières productions étant assez éloignées du style…Il fallait donc se douter qu’il y avait anguille sous roche, Svart n’étant pas réputé pour accepter n’importe quel combo dans son écurie sans avoir au préalable enquêté sur sa probité artistique. Et c’est ce fait qui m’a entraîné à m’intéresser de plus près à la musique de cette association d’anglais et de norvégiens, déjà responsable d’un premier LP en 2014, Deep Drone Master. Il aura donc fallu cinq ans à THE DEATHTRIP pour offrir une suite de ses aventures à ses fans, qui a n’en point douter commençaient à trouver le temps long. Mais leur attente est récompensée par quarante-six minutes de brutalité, de sècheresse sauvage et de hurlements écorchés, et surtout, d’une créativité renouvelée, le groupe ayant trouvé ses marques et s’étant subtilement éloigné de ses références trop marquantes pour proposer une œuvre personnelle, et osons le mot assez « glauque » dans le rendu, histoire de rendre hommage à l’histoire et aux premiers cris d’une scène qui n’allait pas tarder à faire parler d’elle pour de mauvaises raisons.

Kvohst (Ex-DØDHEIMSGARD/CODE) au chant et à l’écriture, Host (THINE) à la guitare, Storm (Ex-MY DYING BRIDE, BLASPHEMER) à la batterie, et le nouveau venu Thomas Eriksen (MORK) à la basse, un quatuor au pedigree certain pour une musique étrange, incantatoire, brute mais soignée, truffée d’arrangements sonores, et maléfique au possible. Le but avoué de THE DEATHTRIP a toujours été de rendre hommage aux grands anciens, tout en insufflant à cette révérence un souffle putride très particulier, dérivé du Heavy des origines, d’un Doom maladif, mais plus généralement d’un désir d’extrême semblant condamné à ne jamais être assouvi. Profitant d’une production étouffée très symptomatique des premiers efforts norvégiens du cru, Demon Solar Totem joue le mysticisme, l’occulte, sans se contenter des litanies d’usage et de riffs usés jusqu’à la corde. « Demon Solar Totem » impose d’ailleurs sans ambages les théorèmes de ses auteurs, et cavale bon train pour nous entraîner dans un déferlement de violence n’étant pas sans rappeler les étouffements du DARKTHRONE le moins complaisant, mais un DARKTHRONE aux ambitions plus grandes, et ne crachant pas sur des digressions progressives et une théâtralité héritée de la scène allemande. On sent aussi en arrière-plan un dramatisme que les ANOREXIA NERVOSA avaient pu proposer au début de leur carrière, de la même façon que des tentatives avant-gardistes plus symptomatiques des DODECAHEDRON et autres DEATHSPELL OMEGA, sans le caractère farouchement opaque. Et pour être plus clair, il semble que Demon Solar Totem joue la liaison entre les époques, synthétisant plusieurs courants et temps pour nous perdre plus facilement, et nous hypnotiser de ses breaks imprévisibles et de ses strates de chœurs opératiques désincarnés. Non dénué d’une certaine technique, ce second LP fait la part belle aux ambiances. Il n’est pas rare que la bestialité crue laisse place à une forme de séduction vénéneuse, via des lignes de chant nostalgiques et mélodiques, ce qui achève de conférer à cette œuvre une aura unique, entre sadisme rythmique et complaisance harmonique. Mais ne vous leurrez pas, c’est bien la violence et l’oppression que recherche THE DEATHTRIP, à la manière d’un BATHORY en transition entre le satanisme misanthrope de ses débuts et sa grandiloquence Viking à suivre. A la différence près qu’un morceau acide de la trempe de « Angel Fossils » ne laisse planer aucun doute. Ce sont bien les origines des années 90 que le collectif recherche, même si sa solidité et sa froideur ne sont pas sans évoquer les efforts les plus martiaux d’Europe centrale.

D’accord pour DAKTHRONE, et cette façon d’avancer sur fond de rythmique inamovible et de riffs concentriques, mais inutile de fouiller pour trouver des traces du chaos imposé par BEHERIT au début de sa carrière, puisque la musique des anglais/norvégiens est beaucoup trop agencée pour permettre de tels débordements. BEHERIT est d’ailleurs plus présent en termes d’ambiance, ces ambiances fétides, poisseuses, poussiéreuses que l’on retrouve sur le monolithique et pesant « Vintage Telepathy », qui se traîne d’un tempo lourd sur fond de guitares résignées, à la manière d’un « The Hordes of Nebulah » de qui-vous-savez. Et avec des titres dépassant presque systématiquement les cinq minutes, l’ambition du groupe est palpable. Laisser les idées s’installer, le virus se propager, casser les codes et les progressions pour accentuer l’impression d’urgence, à la manière d’un apocalyptique « Surrender To A Higher Power » qui nous renvoie plus de vingt ans en arrière. Ce qu’on apprécie par-dessus tout, c’est ce professionnalisme teinté d’amateurisme de cœur, qui donne à ce LP des airs de premier jet retravaillé par des musiciens au potentiel certain. Les chœurs, omniprésents, ajoutent à cette sensation de procession, de messe noire célébrée secrètement, même si le rythme global est largement au-dessus de la moyenne. Autre fait notable, l’évolution progressive de l’album qui semble s’enfoncer de plus en plus dans les abimes de cruauté, à la manière d’un De Mysteriis Dom Sathanas. Ainsi, le triptyque final « Vintage Telepathy » / « Abraxas Mirrors » / « Awaiting A New Maker » offre une conclusion méchamment glauque, entre les excès de fureur de « Abraxas Mirrors » qui empile les arrangements, et les étirements interminables de « Awaiting A New Maker », qui offre l’épilogue digne d’une telle aventure intérieure.

Ce dernier morceau est plus ou moins l’apogée d’une démarche, avec son beat affaissé, son chant qui devient de plus en plus éprouvant, et ces guitares qui geignent en arrière-plan. En plus de dix minutes inamovibles, et une théâtralité vocale saisissante THE DEATHTRIP insiste sur le caractère viscéral de sa musique, et nous laisse entre onirisme et pragmatisme, pas vraiment certain de ce que nous venons d’entendre. Belle opération séduction/dégoût pour un album qui parvient à retrouver l’essence diabolique originelle, tout en la traduisant dans un langage plus contemporain. Une sorte d’âge d’or du Black Metal actuel en quelque sorte.                              

                          

Titres de l’album :

                         01. Demon Solar Totem

                         02. Angel Fossils

                         03. Enter Spectral Realms

                         04. Surrender To A Higher Power

                         05. Vintage Telepathy

                         06. Abraxas Mirrors

                         07. Awaiting A New Maker

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/11/2019 à 14:38
90 %    417

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Dawn

Haven of Lies

Carcariass

Planet Chaos

Cianide

Unhumanized

Ross The Boss

Born Of Fire

Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

J'irais Mosher chez vous ! Episode 3 : Thaïlande

Jus de cadavre / 06/04/2020
Asie

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Putain merde j'espère qu'il va s'en remettre très vite


Un petit côté cold-wave sur les couplets pas dégueu. M'en vais creuser ça, c'est hyper original en tout cas.


@wildben : déjà, merci du compliment ! ;-) Et oui, tout à fait d'accord avec toi. C'est assez dingue cette façon qu'ils ont de rendre aussi mélodique et efficace une musique si technique. Moi aussi, j'étais un peu dubitatif sur ce "Letters from the Trenches" et en fait il arrive pile au bon mo(...)


Oui, c'est dansant


Le mec est infirmier Psy il me semble non ?
Ceci expliquant sans doute cela...


Je vais le dire avec beaucoup moins de talent que l'auteur de la chro mais cet album déchire, le plus frappant étant cette sensation incroyable de fluidité. Bien que complexe, la musique reste toujours efficace et "évidente". Même le titre en écoute, qui me lassait dubitatif lors de sa mise en(...)


@Buck Dancer : ça j'en doute pas ! L'Amérique du sud c'est un Eldorado (sans mauvais jeu de mot...) metallique !


Jus De Cadavre, en Amérique du Sud tu as de quoi t'amuser aussi, je pense.


Super report ,ça donne envie d'aller dans le pit et secouer de la tête là-bas


Comme indiqué, invraisemblable. Il n'a pas respecté le confinement en faisant de la nage en eaux-vives. Ceci étant, pas vraiment de risque qu'on en parle en ce moment, et l'image du metal, pfff, hein.


C'est plutôt bien foutu mais la thématique me laisse perplexe. Black et médieval, yep, mais figure chrétienne telle que la Jeanne… Quoique, cette période est étroitement liée à la chrétienté en Europe… Merde. M'enfin ça me laisse perplexe quand même.


Première phrase admirable, Humungus.
M'en vais essayer, tiens.


J'ai acheté l'album. Tous les morceaux sont dans la même veine. C'est ultra massif et cohérent avec des riffs simples mais accrocheurs et pas ennuyeux (en tous cas, chez moi ça tourne en boucle et je ne m'en lasse pas).


@Grinder : bien sûr ! Après ça serait moins exotique et original forcément... et certainement plus difficile aussi.
En Asie les gens étaient du genre très avenants pour discuter (c'est pas tous les jours qu'un blanc bec va leur poser des questions chez eux sur leur passion). En Scandinav(...)


Amalie McKennitt.


Effectivement, la chanson en écoute est excellente.
Avec un soupçon de Bolt thrower et Goatess?


Ca te dirait pas un "J'irai mosher chez vous en Suède / Norvège / Finlande" ?


Thanks ! Ca permet de voyager en ces temps compliqués ;-)


Bon, ben moi quand on me dit qu'un groupe est hautement inspiré par la bande à Tom G. Warrior, bah je fonce tête la première.
Et bien pas déçu pour deux sous bon dieu de dieu !!!
Pure merveille que voilà !!!
Merci mortne2001.


Je suis également Trepalium depuis longtemps, le premier album. Il ne faut pas oublier l'EP sorti en 2015 et renommé "Damballa's Voodoo Doll", ultime enregistrement avec Kéké qui replongeait puissamment dans l'instrumentation Jazzy. J'ai la franche impression que depuis huit ans le groupe est d(...)