Summoning the Hounds

Verano's Dogs

15/06/2018

Metalage Productions

Aujourd’hui, Dieu bénisse Jack Lang, c’est la fête de la musique. Demain, Dieu bénisse le Metal, c’est l’entame du Hellfest. Ne participant ni à l’un, ni à l’autre, je ne peux qu’imaginer les scènes de liesse suscitées par ces deux évènements, en choisissant de me focaliser sur le premier. Car la fête de la musique, c’est bien connu, c’est un peu le festival du grand n’importe quoi avec n’importe qui…Des stars parisiennes à Bastille ou sur les Champs aux majorettes de province, en passant par les orchestres de bal, les associations de lycéens aux cheveux gras qui peinent à massacrer « Creep » de RADIOHEAD, ou les petits concerts révélant des musiciens créatifs en devenir, tout est possible, imaginable, envisageable. Alors imaginons pour le plaisir une bande hirsute qui squatte un coin de trottoir, près d’une propriété privée, pratiquant un Metal féroce, au moins autant que les trois ou quatre mâtins jappant derrière la grille et prêts à bouffer leurs chevilles. Le chien, défense ultime des bons riverains qui en ont assez qu’on pisse sur leur pelouse ou qu’un laisse une crotte dans leur boîte aux lettres (sans compter les petits écervelés qui sonnent à des heures indues), voilà une thématique intéressante qu’une bande d’italiens furieux ont décidé de mettre à l’honneur sur leur premier EP/LP. Et c’est tout à leur honneur, la mythique canine étant l’une des plus fascinantes de l’histoire, ce que les VERANO'S DOGS pensent aussi, au jugé du laïus leur servant de biographie. Car leur nom est un double hommage/référence, l’un au cimetière de Vérone, le plus connu d’Italie, et l’autre à la symbolique du chien, créature velue censée nous accompagner de vie à trépas dans l’au-delà. Les deux concepts étant intimement liés, ils ont été logiquement associés par ce trio romain (Pablo - batterie, Ulderico - chant/basse et Pompeo - guitare) formé en 2015, et qui risque de faire grand bruit au sens propre et figuré dans l’underground extrême.

Et extrêmes les VERANO'S DOGS le sont sans conteste. Constitué d’anciens musiciens de combos obscurs comme DIRTY POWER GAME, xKATExMOSHx, NIS, ou INJURY BROADCAST, très actifs sur la scène italienne, ce trio à l’énergie de tous les diables produit le même genre de barouf qu’un énorme beauceron lancé aux trousses d’un facteur un peu trop impétueux. On les sent la bave aux lèvres, accrochés à leurs instruments, ravalant leur écume tout en lâchant les jours, prêts à en découdre avec n’importe quel public, dans n’importe quelles conditions. Et comme elle fait les larrons, autant savourer cette rondelle garantie 100% lardons, qui se fait un plaisir de cuire à point un Death/Grind à l’ancienne, sans batterie triggée, sans effets de manche, mais truffée de riffs épais, d’une rythmique onctueuse, et de vocaux régurgités avec force borborygmes et éructations cutanées. Le genre de tartine qu’on avale d’un trait, qui hume bon le Death/Grind old-school, tel que le pratiquaient/pratiquent encore des groupes comme MACHETAZO, NAPALM DEATH, PHOBIA, REPULSION, INSECT WARFARE, LOCK UP et quelques dizaines d’autres moins reconnus, mais tout aussi tendus. C’est donc la somme des influences qui permet aux romains de rejoindre la tendance, et de nous proposer l’un des LP les plus alléchants du moment, sans en avoir l’air, mais en soufflant le chaud et le bouillant par les enceintes. On retrouve avec un plaisir non feint ces parties de guitares sombres, ces cassures rythmiques succédant à des blasts bien méchants, et cette dualité vocale nous ramenant aux grandes heures du Grind originel et de DEICIDE. Sauf que les VERANO'S DOGS sont tout sauf des clowns sataniques amusant la galerie, et plus volontiers des conteurs habiles se basant sur la mythologie et l’histoire pour proposer des histoires d’horreur et autres légendes canines à mordre de désir.

Pourtant, le tout est assez classique, sans l’être. En confrontant la passion d’une violence en tourbillon, et la froideur du Death à la AUTOPSY, le trio a fait le bon choix, et évite le piège de la répétition à outrance. En se permettant des variations, des déviations, des sévices et autres services de déraison, Summoning the Hounds rappelle les chiens de l’enfer, et les laisse gambader frénétiquement sur nos pas, dans le dédale d’un vieux cimetière nocturne à peine baigné de la lumière de la lune. Celle-ci est d’ailleurs pleine, et permet à quelques lycanthropes de se joindre au bal histoire de rendre la fête encore plus folle. Celle-ci est d’ailleurs intelligemment élaborée, à base de surprises en fulgurances (« Rabid Moments », quand Médor à la rage, on ne le fait pas piquer en onze secondes, mais on le laisse mettre les intrus en nage), de longues séquences de fureur Grind agrémentée d’une colère Death maladive, à grand renfort de samples en aboiements et hurlements (« Summoning The Hounds », le meilleur du Death/Grind en trois minutes et quelques, à mi-chemin entre Legion de DEICIDE et Helvete de NASUM), en questionnement environnemental et hormonal (« Cannibalism and Agriculture », parce que bouffer bio, c’est bien, mais se faire bouffer par des chiots, c’est mieux), ou en extrapolations fantastiques se repaissant de culture horrifique classique (« The Hound ( A Lovecraft’s Tale) », un énorme riff redondant sur un duo basse/batterie inventif et tonitruant). Pour ce faire, et rester dans les limites de la créativité, on ne laisse tourner la montre au-delà des trois minutes qu’en deux occurrences, et on danse, la gigue bien sûr, celle qui permet d’éviter les crocs, mais pas les traces de morsure sur le paletot.

Et entre les jeux de mots fameux (« Holiday In Baskerville », encore les clebs, mais hors du chenil, pour une double grosse caisse qui s’en lèche les babines, merci REPULSION), et les épilogues nerveux (« The Rising of the Necrotic Hound », un peu MACABRE, un peu CARCASS, mais terriblement catchy), on se laisse prendre au jeu, mais pas en laisse. Car les VERANO'S DOGS savent laisser du mou à la liesse, pour qu’on puisse apprécier leur manque de tendresse, via une relecture des canons Death/Grind les plus fondamentaux. Et si avec un album pareil, un concept pareil, et une façon de hurler telle, ils ne se font pas bouffer l’oignon par un molosse grognon, c’est à n’y rien comprendre. Mais les chiens les aiment, alors méfiez-vous. Si vous lâchez les vôtres, ils reviendront vers vous pour se faire une pâtée de vos mollets.       

       

Titres de l'album:

                          1.Summoning the Hounds

                          2.Keeper of Hades

                          3.Bark at the Grave

                          4.Mind Necropolis

                          5.Cannibalism and Agriculture

                          6.Holiday in Baskerville

                          7.Rabid Moments

                          8.The Hound (A Lovecraft´s Tale)

                          9.Deadly Whisper

                         10.The Rising of the Necrotic Hound


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/07/2018 à 18:33
82 %    470

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


tredu
@78.192.38.132
03/07/2018, 18:54:48
Je ne vois pas trop de grind là dedans (le chant expiré peut etre) mais c'est bien bon.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
mortne2001

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)

29/09/2020, 17:42

Buck Dancer

Ce groupe n'en est plus un depuis bien trop longtemps (le retour de Cazares?) et pourtant comme RBD, j'ai jamais lâché. Même si les deux derniers albums m'ont déçu je voulais continuer a y croire. Cazares va t'il continuer à (...)

29/09/2020, 15:31

Bones

"There is a Fric Factor in the system"  

29/09/2020, 15:23

RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00

Humungus

Bah putain...Devait y avoir une sacrée ambiance depuis un sacré bout de temps dans le groupe hein...Je ne savais pas du tout que Burton avait un projet annexe.Je m'écoute ça en ce moment là : Rien de Metal là-dedans.

29/09/2020, 08:53

Arioch91

Slamming Beatdown...La lutte contre le tabassage...  

29/09/2020, 08:08

Arioch91

@NecroKosmos : alors, tu l'as écouté finalement ? T'en as pensé kwa ?

29/09/2020, 08:04

Xoen

Chronique montrant une méconnaissance flagrante de l'histoire de Blasphemy et des groupes cités...

29/09/2020, 08:03

Bones

Kézako ??? Slamming Beatdown ??Ca y est, je suis officiellement devenu un vieux con.

28/09/2020, 17:52

LeMoustre

Excellent, lui, il a la palme, en effet.

28/09/2020, 17:12

LeMoustre

En plus le clip est sympa, et le morcif, avec es leads finaux amène une ambiance plus typée black, hâte de le commander, ce disque.

28/09/2020, 11:21

Gargan

 Le chant et le mixage de la batterie, whaa, faut pas écouter ça après ta journée de travail...

28/09/2020, 09:42

LeMoustre

Le dernier EP est super, voilà une sortie qu'elle devrait être bonne en deathmetal.

28/09/2020, 09:41

grinder92

Sur le clip de Belphegor, perso, je trouve que la langue serpent fait son petit effet... mais effectivement, un peu de sang et un crucifix... ils auraient pu se fouler.... et les roubignolles du bouc en gros plan à la fin, c'est rigolo 

27/09/2020, 21:50

David

Merci pour ces commentaires élogieux. Et si vous voulez en savoir plus sur les groupes d'il y a 30 ans, allez faire un tour sur ma chaine : Shud, Dagon, Misanthrope ou Nomed vous y attendent...

27/09/2020, 21:23