Chasing the Sun

Aphelion

10/01/2020

Autoproduction

L’APHELION est pour un objet céleste en orbite héliocentrique, le point de la trajectoire le plus éloigné du soleil. Ceci étant planté grâce à Wikipedia, parlons musique. Artistiquement parlant, APHELION est un duo de Madison, Wisconsin, composé de deux membres, Steve Burke Jr au chant et David Corvus à la batterie, sans plus d’autres indications concernant les éventuels postes de guitariste et bassiste. Le groupe s’est visiblement formé il y a peu, puisque Chasing the Sun est le premier album du projet, un projet assez atypique dans les faits, mais relativement formel dans le fond. L’histoire proposée par cette œuvre est conceptuelle, et évolue autour de théories dystopiques, que le duo décrit en ces termes :

« Chasing the Sun raconte une histoire sci-fi de guerre, de corruption, de peines de cœur, de perte, et du destin immuable de la race humaine responsable de son propre sort. Il chronique la mission d’une unité militaire secrète mise en place par le gouvernement américain pour protéger la terre d’éventuelles guerres interstellaires. Nous suivons donc le parcours d’un homme qui tente d’échapper à un monde de corruption, pour se voir corrompu par autre chose. Cela signifie-t-il que la corruption est inscrite en chacun de nous ? »

 

Thème d’usage donc, très souvent traité ces dernières années, et qui nous renvoie à des œuvres littéraires et cinématographiques d’importance. Nous ne reviendrons pas sur la pertinence de l’optique choisie, pour mieux nous attarder sur une musique qui elle non plus n’a rien de franchement novateur, évoluant dans des sphères de Metal moderne, légèrement alternatif, et plus volontiers emprunt des caractéristiques 90’s que des obsessions actuelles. Produit par Shawn Streeter, Chasing the Sun est donc un disque en tout point professionnel, qui sonne comme tel, et qui nous propose un cocktail distrayant d’influences nuançant par là même son statut de Heavy moderne, puisque les divers ingrédients utilisés commencent à dater d’autres vagues plus anciennes.

A l’écoute de cet album, on pense à quelques références fameuses. STONE SOUR évidemment, les DEFTONES par extension, en version beaucoup plus apaisée et moins Post, à STARSET, GEMINI SYNDROME, mais aussi aux CROSSBREED, à SPINESHANK sans les montées d’adrénaline, soit des artistes connus et reconnus dans leur style qui depuis longtemps constituent des proies de choix pour les groupes en manque de repères contemporains. La recette de ce premier LP est simple, juxtaposer des thématiques classiques sur fond d’arrangements presque synthétiques, sans tomber dans le piège de l’Alternatif facile ou du Metalcore pour midinettes. Transposant le vocable des nineties dans des exigences de production 2K, APHELION propose donc une musique sinon variée, du moins efficace, ce que « Chasing The Sun » prouve sans ambages après une intro plongeant dans l’ambiance. Grosse guitare, rythmique élastique et bondissante, chant symptomatique des années Rage de MTV, pour une nouvelle traduction des discours Post Grunge de la fin des années 90. On peut même sentir en filigrane du CREED en mode musclé, mais si le Metal des deux américains n’est pas original pour deux sous, il est proprement exécuté, et efficace en diable. Chaque titre a été travaillé pour reposer sur un motif hautement mémorisable, et chaque refrain a été ciselé pour rester en tête des heures après son écoute. C’est très carré, sincère dans l’interprétation, et le manque d’audace est facilement comblé par une efficacité diabolique, avec breaks précis, chœurs soignés, et transitions fluides, comme une mécanique spatiale bien huilée qui permet d’atteindre la limite prévue sans la dépasser.

Plus concrètement, la distance qui sépare cet album d’un chef d’œuvre est celle séparant un film comme Life d’Interstellar. Manque de culot, ambitions trop raisonnables, même si le passage en revue d’accroches classiques est assez bien tourné. Ainsi, impossible de ne pas penser aux DEFTONES en écoutent « Stars » qui lâche un riff qu’on aurait pu retrouver sur Around The Fur, ou à une transposition simplifiée à l’extrême de la délicatesse instrumentale de TOOL, sans que cela ne gêne l’écoute. On sait à l’avance qu’on n’est pas là pour être bousculé et surpris, et l’album marche donc au premier degré, en totale puissance et en nuance, et les tubes s’alignent, le duo ayant le mérite de soigner la cohésion sans trop sombrer dans la retape ou la redite. On aime évidemment ces gros riffs qui rebondissent, ces plans en son clair en arrière-scène, ce chant traité Metalcore light, et ces beats qui donnent de la profondeur, principes que « This is War » applique avec minutie. Et une fois acceptée cette sensation d’avoir déjà entendu ça des dizaines de fois, APHELION devient plus sympathique que la moyenne, d’autant plus que le groupe a eu l’intelligence de varier le propos et de moduler son discours. Entre grunge tardif mais jumpy (« Down To Earth », qui rappelle un peu le MEGADETH des années commerciales), mysticisme sci-fi aux lourdes percussions (« Trust »), accointances plus Pop se raidissant Rock (« I've Lost The Moon »), et longues processions plaintives et harmonieuses (« Eclipse », grosse basse), ce premier jet est donc de ceux qu’on écoute avec plaisir, sans en attendre plus que ce qu’ils nous offrent, et qui peuvent s’adresser à tout le monde, sans distinction de genre.

Pas de quoi faire dévier un météorite, mais de quoi passer un bon moment avec une musique pas vraiment de son temps, mais délicieusement nostalgique, simple, honnête, et bien exécutée. Mais vous avez désormais les armes et références pour juger, admettons seulement que les APHELION mériteraient de se dégager d’influences un peu trop évidentes pour exister par eux-mêmes. Souvenez-vous les gars, dans l’espace, on vous voit quand même copier.              


Titres de l’album :

                          01. Chasing The Sun

                          02. Stars

                          03. This Is War

                          04. Down To Earth

                          05. Trust

                          06. I've Lost The Moon

                          07. Point Of No Return

                          08. Dark Matter

                          09. Eclipse

                          10. Atmosphere

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/06/2022 à 17:38
75 %    52

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44