Dysphoria

Black Void Cult

18/06/2020

Autoproduction

Une matinée placée sous le signe du Black Metal avec quelques variantes. Et après les froides cotes norvégiennes et l’approche puriste du genre, voici la chaleur du Mexique et ses ambitions progressives et avant-gardistes. Mais plus qu’avant-gardiste, cette musique se veut riche et plurielle, utilisant de nombreux éléments extérieurs pour enrichir ses textures et gonfler sa portée émotionnelle. Plus prosaïquement, le concept BLACK VOID CULT est né en 2017 à Mexico City, et cache en son sein trois musiciens aussi mystérieux que complémentaires. Nihblökk (composition, paroles, arrangements, chant clair et chœurs, guitare rythmique, programmation, synthés et piano), Fernando León (guitare lead, arrangements orchestraux) et Moctte Zumma (chant) nous proposent donc un voyage assez fascinant avec leur premier album, qui se pose en concept concentré sur toutes les formes de tristesse. C’est ainsi que chaque chanson propose une définition du terme dans une langue originale, ce qui tend à conférer à Dysphoria une aura mystique, que la musique renforce de son approche terriblement ouverte et grandiloquente.

Ce premier album a beau accuser une année d’existence, il n’en reste pas moins toujours aussi novateur et culotté. Passé complètement à côté de sa plaque en 2020, je l’ai donc découvert sur le tard, mais je me félicite de ce rattrapage qui m’a permis de faire connaissance avec un groupe aux ambitions affichées et au talent incontestable. Il est difficile d’établir des comparaisons entre ce premier jet et d’autres travaux antérieurs de groupes établis. Nous pourrions aborder de loin la vague BM symphonique des DIMMU BORGIR, ou la face française la plus martiale et grandiloquente des ANOREXIA NERVOSA, mais pourtant, BLACK VOID CULT échappe à toute allusion de sa curiosité permanente et de son désir d’imposer des mélodies dans un cadre qui échappe aux facilités du DSBM. La tristesse et la solitude sont donc traitées comme des concepts à part entière, et le trio ne rechigne pas à souligner la violence de ces sentiments qui isolent du reste du monde. C’est ainsi qu’entre deux plages étonnamment calmes et apaisantes, les trois musiciens se laissent aller à une bestialité typique des années 2000. Entre contemplation résignée et colère ouverte, l’album égrène ses thèmes avec une certitude qui fait plaisir à entendre, et les sections orchestrales, loin des gimmicks synthétiques parfois ridicules et grotesques enrichissent la brutalité ambiante de leur désespoir manifeste.       

Et dès le premier titre « Lítost » et son intro aquatique relaxante, on sent que le propos va être différent du tout-venant BM, même le plus aventureux. Le désir de la formation mexicaine n’est pas de s’illustrer par son incongruité ou par une recherche trop poussée de singularité, mais bien d’offrir au public un voyage aux confins du ressenti. Les titres sont donc redoutablement bien construits, et reposent sur un principe d’auto-thérapie, de celles qui permettent d’entrevoir le véritable sens des valeurs personnelles. La tristesse et la nostalgie transpirent donc des mélodies, tandis que le chant et la rythmique opposent une fin de non-recevoir en violence ouverte et explosive.

En intégrant les claviers avec une efficience redoutable, BLACK VOID CULT propose donc un mi-chemin entre le symphonique des nineties et le DSBM des années 2000, sans tomber dans les excès des deux optiques. Le décalage entre les riffs vraiment denses et les quelques notes de claviers éparses permet d’appréhender le concept avec un sens de l’à-propos très concis, et la musique ne tarde pas à convaincre de sa puissance. Avec seulement sept longs morceaux, le trio passe en revue toutes les composantes de son sujet, allant jusqu’à se frotter au Folk sur les quelques mesures de l’impressionnant « L'appel Du Vide » qui n’est pas sans rappeler quelques poulains de l’écurie des Acteurs de l’Ombre.                                

        

En utilisant les codes du Heavy Metal, de la musique classique et de l’extrême, le groupe fait mouche, et nous passionne de ses longues litanies enivrantes. Ce qui ne l’empêche guère d’avoir recours à des astuces plus terre à terre comme le démontre le très catchy « Weltschmerz », plus efficace et direct que les autres chapitres. L’ombre de CRADLE plane alors sur ce BM efficace et punchy, et permet au groupe d’éviter l’emphase trop prononcée ou le dramatisme forcé.

Comme ils l’affirment eux-mêmes, la tristesse dans une langue d’origine n’est pas forcément traduisible dans une autre. C’est aussi pour ça que chacune des pistes est traitée de façon individuelle pour bien retranscrire le sens des mots choisis, ce qui en dit long sur le soin apporté par Nihblökk à l’écriture et la composition. L’instrumental court mais délicat « тоска » offre une pause de piano et de cordes dans le déluge ambiant, avant que le torride et fielleux « Torschlusspanik » ne nous ramène sur la piste d’un BM plus formel et radical. Les blasts rentrent alors en jeu pour suggérer une brutalité de circonstance, avant qu’un lick mélodique et très CHILDREN OF BODOM ne nous rapproche d’une génération plus actuelle.

Et finalement, la musique proposée par Dysphoria s’éloigne de l’avant-gardisme pour reprendre lien avec l’originalité de compositions stables et plus formelles qu’elles n’en ont l’air. Ce qui n’enlève rien à la particularité de ce groupe qui rejette toutes les étiquettes, et qui tient à son identité, finalement dévoilée in extenso sur le long final « Kenopsia ». Le piano, l’atmosphère de tristesse, la colère qui découle de cette isolation prennent alors corps dans un ballet outrancier de créativité, achevant de transformer ce premier album en réussite absolue dans un genre qui ne peut supporter le manque d’investissement ou la timidité créative.  

BLACK VOID CULT ne sera donc pas forcément le groupe le plus original que vous pourrez écouter ces temps-ci, mais son premier album fait montre d’énormes qualités, et propose un concept complet. Une découverte de 2020 qui rendra 2021 plus intéressante qu’elle ne l’est jusqu’à présent.

                                                                                                                                                              

                                          

Titres de l’album:

01. Lítost

02. L'appel Du Vide

03. Weltschmerz

04. тоска

05. Torschlusspanik

06. Avenoir

07. Kenopsia


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/10/2021 à 18:28
80 %    78

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35

Humungus

Un pote vient de m'annoncer la chose ouais...Un putain de showman.Grand souvenir que la toute première fois où j'ai vu le groupe (que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam à l'époque) au FURYFEST... Claquasse.

20/11/2021, 16:49

Excellent groupe

Excellent groupe qui tient vraiment bien la scène 

20/11/2021, 13:41

Humungus

Superbe pochette...

19/11/2021, 04:06

Sylvanus

C te baffe

18/11/2021, 20:54