J’ai une méfiance naturelle envers les groupes de BM contemporains se réclamant de l’esprit raw ou atmosphérique. La plupart du temps, et sous couvert d’une « éthique true evil », ces musiciens sortis de nulle part nous refilent des brouets indigestes, mal enregistrés, témoignant d’une pratique instrumentale primaire et d’un sens de la composition inexistant. Alors, ayant déjà testé les limites du genre il y a fort longtemps à grands coups de démos infâmes et d’albums ne l’étant pas moins, j’aborde toujours les cas avec circonspection, pour savoir en amont si on s’apprête à se foutre de moi ou pas. Ce qui n’est assurément pas le cas du projet canadien BLOSSE, qui en 2018 a publié coup sur coup deux LP, d’une même ligne artistique, mais au propos suffisamment solide pour qu’on s’y intéresse de près. Evidemment, les infos sont plutôt maigres à leur sujet, et l’on apprend au hasard de la toile que ce projet est celui d’un unique musicien, Noctis qui pratique aussi son art au sein de NACHTEULE, ALKYMIST et MAESKYYRN. Ne connaissant aucun des trois ensembles, je me garderai bien de poser des jalons, et me bornerai donc à décrire la musique proposée sur cet Era Noire, qui en substance, évoque les plus grandes heures du BM nihiliste et contemplatif canadien, le tout agrémenté d’une touche de grandiloquence bruitiste des plus pénétrantes. Deux morceaux seulement pour se rassasier, mais des morceaux d’une longueur conséquente, qui permettent à leur auteur de digresser comme bon lui semble sur des thèmes éprouvés, tout en faisant preuve d’un sens de la pluralité. Et si l’on retrouve pas mal de figures imposées du BM atmosphérique, Noctis prouve qu’il est capable de s’en éloigner pour oser s’aventurer sur de terres plus arides et Noisy, trempant la plume de son imagination dans la noirceur d’une nuit sans lune.

Durant une demi-heure, BLOSSE brosse un tableau assez exhaustif du BM le plus impénétrable, mais ose aussi une juxtaposition assez habile entre ambiances sombres et mélodiques, et magma sonore inextricable et relativement effrayant. En conférant aux deux pistes de son album des empreintes différentes, Noctis ne se contente donc pas de marteler son message comme un Odin canadien en mal de brutalité outrancière et linéaire, mais le dilue dans des textures pénétrantes, et des structures évolutives. C’est ainsi que l’écoute d’Era Noire devient à double facette, puisque « Eternité » se focalise plus volontiers sur un BM ultrarapide mais délibérément harmonique, tandis que « Destruction », ose affirmer son intitulé en se concentrant sur des motifs Ambient très Noisy, aux arrangements grouillants, et au tempo martial et emphatique. Chacun pourra donc choisir son orientation selon sa sensibilité et sa résistance au bruit le plus blanc, mais en substance, ce LP peut se targuer de proposer une complétude satisfaisante et non pas une accumulation de thèmes répétés ad nauseam. Pour avoir une idée plus précise du tableau qui vous attend, sachez que l’auteur utilise évidemment des riffs concentriques assez difficiles à discerner qui se noient dans un tapis d’arrangements d’arrière-plan à base de synthés singeant des sons de cordes. Si son chant râpeux et strident racle les derniers lambeaux d’humanité accrochés à l’os terrestre, il apporte une plus-value, quelle que soit l’optique, et se montre même d’une inhumanité tétanisante à l’occasion des passages les plus obscurs et noisy de « Destruction ».

Deux visages d’un même artiste donc, qui prouve que lorsque le BM n’est pas qu’un paravent nihiliste à la stérilité créative, il reste l’un des styles les plus féconds et admirables de la scène extrême. Et en plus de seize minutes, « Eternité » semble faire le tour de la question du Black canadien avec brio, imposant ses harmonies amères dans un contexte de violence sourde, adoptant même une posture progressive pour qui pourra l’appréhender. De la musique donc, et des recherches, pour une dualité vraiment fascinante, transformant ce projet de l’ombre en révélation de lumière, d’autant que malgré un timing lâche, les deux morceaux portent en eux suffisamment d’idées pour ne pas tourner en rond. Doté en sus d’une production très âpre mais compréhensible, Era Noire est donc le cas d’école d’un LP vraiment peaufiné, et conclusion d’un travail de fond, et non un simple caprice de musicien misanthrope décidé à nous imposer son brouhaha par procuration. Nous restons donc dans les balises de la compréhension musicale, d’autant plus que le final en decrescendo de « Destruction » offre un joli épilogue trouble que Trent Reznor aurait pu caser sur l’une de ses B.O. Et si l’ensemble a parfois des airs étranges de BM symphonique à la EMPEROR (c’est manifeste parfois sur les passages les plus alambiqués de « Eternité », impression modulée évidemment par l’humilité des moyens de l’artiste), il n’en reste pas moins profondément ancré dans l’underground du Nord, qui continue d’affirmer sa suprématie froide sur le reste de la production mondiale. Un album que je recommande aux esthètes d’un BM intelligent, et qui recherchent autre chose qu’une sempiternelle litanie de bruit et de fureur, et qui savent surtout apprécier le boulot d’un musicien beaucoup plus créatif que la moyenne.  


Titres de l’album :

                          1. Eternité

                          2. Destruction

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 12/01/2019 à 17:27
80 %    235

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

Concerts à 7 jours

+ Belenos + Griffon

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)