J’ai une méfiance naturelle envers les groupes de BM contemporains se réclamant de l’esprit raw ou atmosphérique. La plupart du temps, et sous couvert d’une « éthique true evil », ces musiciens sortis de nulle part nous refilent des brouets indigestes, mal enregistrés, témoignant d’une pratique instrumentale primaire et d’un sens de la composition inexistant. Alors, ayant déjà testé les limites du genre il y a fort longtemps à grands coups de démos infâmes et d’albums ne l’étant pas moins, j’aborde toujours les cas avec circonspection, pour savoir en amont si on s’apprête à se foutre de moi ou pas. Ce qui n’est assurément pas le cas du projet canadien BLOSSE, qui en 2018 a publié coup sur coup deux LP, d’une même ligne artistique, mais au propos suffisamment solide pour qu’on s’y intéresse de près. Evidemment, les infos sont plutôt maigres à leur sujet, et l’on apprend au hasard de la toile que ce projet est celui d’un unique musicien, Noctis qui pratique aussi son art au sein de NACHTEULE, ALKYMIST et MAESKYYRN. Ne connaissant aucun des trois ensembles, je me garderai bien de poser des jalons, et me bornerai donc à décrire la musique proposée sur cet Era Noire, qui en substance, évoque les plus grandes heures du BM nihiliste et contemplatif canadien, le tout agrémenté d’une touche de grandiloquence bruitiste des plus pénétrantes. Deux morceaux seulement pour se rassasier, mais des morceaux d’une longueur conséquente, qui permettent à leur auteur de digresser comme bon lui semble sur des thèmes éprouvés, tout en faisant preuve d’un sens de la pluralité. Et si l’on retrouve pas mal de figures imposées du BM atmosphérique, Noctis prouve qu’il est capable de s’en éloigner pour oser s’aventurer sur de terres plus arides et Noisy, trempant la plume de son imagination dans la noirceur d’une nuit sans lune.

Durant une demi-heure, BLOSSE brosse un tableau assez exhaustif du BM le plus impénétrable, mais ose aussi une juxtaposition assez habile entre ambiances sombres et mélodiques, et magma sonore inextricable et relativement effrayant. En conférant aux deux pistes de son album des empreintes différentes, Noctis ne se contente donc pas de marteler son message comme un Odin canadien en mal de brutalité outrancière et linéaire, mais le dilue dans des textures pénétrantes, et des structures évolutives. C’est ainsi que l’écoute d’Era Noire devient à double facette, puisque « Eternité » se focalise plus volontiers sur un BM ultrarapide mais délibérément harmonique, tandis que « Destruction », ose affirmer son intitulé en se concentrant sur des motifs Ambient très Noisy, aux arrangements grouillants, et au tempo martial et emphatique. Chacun pourra donc choisir son orientation selon sa sensibilité et sa résistance au bruit le plus blanc, mais en substance, ce LP peut se targuer de proposer une complétude satisfaisante et non pas une accumulation de thèmes répétés ad nauseam. Pour avoir une idée plus précise du tableau qui vous attend, sachez que l’auteur utilise évidemment des riffs concentriques assez difficiles à discerner qui se noient dans un tapis d’arrangements d’arrière-plan à base de synthés singeant des sons de cordes. Si son chant râpeux et strident racle les derniers lambeaux d’humanité accrochés à l’os terrestre, il apporte une plus-value, quelle que soit l’optique, et se montre même d’une inhumanité tétanisante à l’occasion des passages les plus obscurs et noisy de « Destruction ».

Deux visages d’un même artiste donc, qui prouve que lorsque le BM n’est pas qu’un paravent nihiliste à la stérilité créative, il reste l’un des styles les plus féconds et admirables de la scène extrême. Et en plus de seize minutes, « Eternité » semble faire le tour de la question du Black canadien avec brio, imposant ses harmonies amères dans un contexte de violence sourde, adoptant même une posture progressive pour qui pourra l’appréhender. De la musique donc, et des recherches, pour une dualité vraiment fascinante, transformant ce projet de l’ombre en révélation de lumière, d’autant que malgré un timing lâche, les deux morceaux portent en eux suffisamment d’idées pour ne pas tourner en rond. Doté en sus d’une production très âpre mais compréhensible, Era Noire est donc le cas d’école d’un LP vraiment peaufiné, et conclusion d’un travail de fond, et non un simple caprice de musicien misanthrope décidé à nous imposer son brouhaha par procuration. Nous restons donc dans les balises de la compréhension musicale, d’autant plus que le final en decrescendo de « Destruction » offre un joli épilogue trouble que Trent Reznor aurait pu caser sur l’une de ses B.O. Et si l’ensemble a parfois des airs étranges de BM symphonique à la EMPEROR (c’est manifeste parfois sur les passages les plus alambiqués de « Eternité », impression modulée évidemment par l’humilité des moyens de l’artiste), il n’en reste pas moins profondément ancré dans l’underground du Nord, qui continue d’affirmer sa suprématie froide sur le reste de la production mondiale. Un album que je recommande aux esthètes d’un BM intelligent, et qui recherchent autre chose qu’une sempiternelle litanie de bruit et de fureur, et qui savent surtout apprécier le boulot d’un musicien beaucoup plus créatif que la moyenne.  


Titres de l’album :

                          1. Eternité

                          2. Destruction

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 12/01/2019 à 17:27
80 %    147

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

L'un des meilleur album de Black Metal de l'histoire au coté de Bathory "Under the sign of the Black Mark", des deux premiers Emperor et de "A Blaze in the Nothern sky" de Darkthrone.


Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037


Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)