J’ai une méfiance naturelle envers les groupes de BM contemporains se réclamant de l’esprit raw ou atmosphérique. La plupart du temps, et sous couvert d’une « éthique true evil », ces musiciens sortis de nulle part nous refilent des brouets indigestes, mal enregistrés, témoignant d’une pratique instrumentale primaire et d’un sens de la composition inexistant. Alors, ayant déjà testé les limites du genre il y a fort longtemps à grands coups de démos infâmes et d’albums ne l’étant pas moins, j’aborde toujours les cas avec circonspection, pour savoir en amont si on s’apprête à se foutre de moi ou pas. Ce qui n’est assurément pas le cas du projet canadien BLOSSE, qui en 2018 a publié coup sur coup deux LP, d’une même ligne artistique, mais au propos suffisamment solide pour qu’on s’y intéresse de près. Evidemment, les infos sont plutôt maigres à leur sujet, et l’on apprend au hasard de la toile que ce projet est celui d’un unique musicien, Noctis qui pratique aussi son art au sein de NACHTEULE, ALKYMIST et MAESKYYRN. Ne connaissant aucun des trois ensembles, je me garderai bien de poser des jalons, et me bornerai donc à décrire la musique proposée sur cet Era Noire, qui en substance, évoque les plus grandes heures du BM nihiliste et contemplatif canadien, le tout agrémenté d’une touche de grandiloquence bruitiste des plus pénétrantes. Deux morceaux seulement pour se rassasier, mais des morceaux d’une longueur conséquente, qui permettent à leur auteur de digresser comme bon lui semble sur des thèmes éprouvés, tout en faisant preuve d’un sens de la pluralité. Et si l’on retrouve pas mal de figures imposées du BM atmosphérique, Noctis prouve qu’il est capable de s’en éloigner pour oser s’aventurer sur de terres plus arides et Noisy, trempant la plume de son imagination dans la noirceur d’une nuit sans lune.

Durant une demi-heure, BLOSSE brosse un tableau assez exhaustif du BM le plus impénétrable, mais ose aussi une juxtaposition assez habile entre ambiances sombres et mélodiques, et magma sonore inextricable et relativement effrayant. En conférant aux deux pistes de son album des empreintes différentes, Noctis ne se contente donc pas de marteler son message comme un Odin canadien en mal de brutalité outrancière et linéaire, mais le dilue dans des textures pénétrantes, et des structures évolutives. C’est ainsi que l’écoute d’Era Noire devient à double facette, puisque « Eternité » se focalise plus volontiers sur un BM ultrarapide mais délibérément harmonique, tandis que « Destruction », ose affirmer son intitulé en se concentrant sur des motifs Ambient très Noisy, aux arrangements grouillants, et au tempo martial et emphatique. Chacun pourra donc choisir son orientation selon sa sensibilité et sa résistance au bruit le plus blanc, mais en substance, ce LP peut se targuer de proposer une complétude satisfaisante et non pas une accumulation de thèmes répétés ad nauseam. Pour avoir une idée plus précise du tableau qui vous attend, sachez que l’auteur utilise évidemment des riffs concentriques assez difficiles à discerner qui se noient dans un tapis d’arrangements d’arrière-plan à base de synthés singeant des sons de cordes. Si son chant râpeux et strident racle les derniers lambeaux d’humanité accrochés à l’os terrestre, il apporte une plus-value, quelle que soit l’optique, et se montre même d’une inhumanité tétanisante à l’occasion des passages les plus obscurs et noisy de « Destruction ».

Deux visages d’un même artiste donc, qui prouve que lorsque le BM n’est pas qu’un paravent nihiliste à la stérilité créative, il reste l’un des styles les plus féconds et admirables de la scène extrême. Et en plus de seize minutes, « Eternité » semble faire le tour de la question du Black canadien avec brio, imposant ses harmonies amères dans un contexte de violence sourde, adoptant même une posture progressive pour qui pourra l’appréhender. De la musique donc, et des recherches, pour une dualité vraiment fascinante, transformant ce projet de l’ombre en révélation de lumière, d’autant que malgré un timing lâche, les deux morceaux portent en eux suffisamment d’idées pour ne pas tourner en rond. Doté en sus d’une production très âpre mais compréhensible, Era Noire est donc le cas d’école d’un LP vraiment peaufiné, et conclusion d’un travail de fond, et non un simple caprice de musicien misanthrope décidé à nous imposer son brouhaha par procuration. Nous restons donc dans les balises de la compréhension musicale, d’autant plus que le final en decrescendo de « Destruction » offre un joli épilogue trouble que Trent Reznor aurait pu caser sur l’une de ses B.O. Et si l’ensemble a parfois des airs étranges de BM symphonique à la EMPEROR (c’est manifeste parfois sur les passages les plus alambiqués de « Eternité », impression modulée évidemment par l’humilité des moyens de l’artiste), il n’en reste pas moins profondément ancré dans l’underground du Nord, qui continue d’affirmer sa suprématie froide sur le reste de la production mondiale. Un album que je recommande aux esthètes d’un BM intelligent, et qui recherchent autre chose qu’une sempiternelle litanie de bruit et de fureur, et qui savent surtout apprécier le boulot d’un musicien beaucoup plus créatif que la moyenne.  


Titres de l’album :

                          1. Eternité

                          2. Destruction

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 12/01/2019 à 17:27
80 %    262

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vulcain

Studio Albums 1984 - 2013

Bloody Alchemy

Reign Of Apathy

Soothsayer

Death Radiation

Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Normal ça, moi pas savoir me servir de la ponctuation !
Tu as écrit : "Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020"... et apparemment cela devrait être le cas de Mr Bungle.


Pour surfer sur la vague du film, qui bâcle l'après 1989.


J'ai lu la news.
J'ai ri.


Pathétique, mais pas étonnant de leur part. A mon avis tout cela était planifié de très longue date...


J'adore le groupe mais ces histoires de tournée d'adieu puis de tournée de retour sont tellement ridicules. Là, avec ces conneries de contrat en plus, on touche le fond.


Désolé Buck Dancer, mais j'ai rien compris à ta phrase...


Ah ah ah !
Qui l'eût cru hein ?!
Pis cette affiche… Manque plus que RATT pour me voir combler (SIC !!!).


Belle chronique. La conclusion est superbe. Il s'agit effectivement d'un très bel album, sombre mais dont l'élan musical n'empêche pas l'espoir. Thématiquement, surtout pas musicalement, je le rapprocherai étonnamment des derniers Hangman's Chair, pour le côté urbain désespéré. J'y retrouv(...)


Humungus et MR BUNGLE dois faire partie de ces groupes qui ne seront pas présent...Ou alors des dates supplémentaires commencent à s'ajouter ? Mais d'après Patton seulement les concerts aux Etats-Unis sont prévus .


Autre précision (et de taille !), cette affiche est une pure spéculation d'il y a plus d'un mois du site Musicall.
Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020...


Et bien il n'est nullement question de timing dans cette news, non ?
Merci par contre pour la précision pour la journée du jeudi que je n'avais pas vu ;)


Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)