Le monde est pourri, les gens sont méchants, il ne fait pas beau et les élections européennes n’augurent rien de bon. J’ai encore mangé un plat surgelé, les infos filent le bourdon, mais pourtant, il reste de la place quelque part pour les belles histoires. Et vraies par-dessus le marché. Tenez, prenez celle de BK Morrison, le mec poste des vidéos de lui, chantant dans sa salle à manger, et un jour, Tommy Denander (compositeur, guitariste et producteur ayant travaillé avec des pointures comme Michael JACKSON, KISS, Alice COOPER, DEEP PURPLE, ANASTACIA ou encore Ricky MARTIN) lui demande de le rejoindre à Stockholm pour lui faire essayer des compositions taillées sur mesure. Flatté par cette attention, le flamboyant chanteur s’envole donc pour Stockholm, pénètre les halls célèbres des studios EMI suédois, et enregistre son premier album avec des featurings fameux. Difficile d’y croire, et pourtant, c’est bien ce qui est arrivé à ce modeste vocaliste à l’organe puissant, qui du coup s’est retrouvé à la tête d’un des projets les plus excitants du moment, de ceux que les italiens de Frontiers pourraient envier…Et c’est sur le label anglais Escape Music que sort donc le premier album de TUG OF WAR, homonyme d’une excellente chanson de Sir McCartney, que tous les amateurs d’un Hard Rock racé, puissant et mélodique ne manqueront pas d’encenser…Et pour cause, puisque malgré le défaut de professionnalisme de la carrière de ce cher BK, ce premier LP respire la joie de vivre et de jouer par tous les pores, nous offrant le tableau hétéroclite d’un Rock décomplexé, truffé de mélodies et débordant d’envie, de ceux qui lancent une carrière pour l’éternité…

Outre ce cher BK au chant, et Tommy à la guitare et aux claviers, on retrouve au casting du groupe Brian Anthony et George Hawkins Jr. à la basse, Billy Orrico à la batterie, mais aussi des choristes fameux, dont Chris Ousey (HEARTLAND / SNAKECHARMER), Bill Champlin (CHICAGO) et Joseph Williams (TOTO), ce qui indique que le très estimé Denander a dû tourner les pages de son carnet d’adresse. Mais comment aurait-il pu en être autrement avec une voix pareille ? Car avec ses intonations à la David Coverdale, BK Morrison se présente comme un futur grand du micro, et survole de ses capacités les exigences techniques de son guitariste/compositeur/nouvel ami, qui pour l’occasion lui a travaillé une partition sur mesure, à base de Rock dur, d’AOR sûr, de swing mur, pour finalement proposer douze morceaux aussi solides que variés, qui puisent dans le passé du Hard Rock mélodique de quoi abreuver son présent. Avec une production parfaite, symptomatique du travail habituel de Tommy, Soulfire a de faux-airs de classique immédiat du Hard Rock au même titre que 1987, Tooth and Nail, Double Eclipse et tout autre chef d’œuvre du genre, ne lassant jamais, et restant cohérent tout en explorant pas mal de possibilités. Et puisqu’il ne faut jamais rester sur une première impression, ne pensez pas que « Before I Will Know » soit le plus parfait représentant de ce premier long. Cette introduction tremblante d’un AOR fiévreux n’est qu’une mise en bouche sucrée mais délicieuse, et permet de ses claviers trépidants de rentrer en souplesse dans un univers beaucoup plus rugueux qu’il n’en a l’air. Ses sonorités du TOTO de l’orée des nineties auront de quoi faire fondre les accros au groupe de Joseph Williams, qui ne s’est guère trompé en apportant sa caution à ce travail. On sent dès les premières mesures que BK s’est senti comme un poisson dans l’eau dans le tableau que Denander a brossé, modulant sa voix tout en la laissant s’exprimer à plein régime, habitant un refrain taillé pour les charts histoire d’atténuer des couplets rudes, mais bien repassés.

« Bullet With Your Name », de son agressivité polie, remet les pendules à l’heure. BK et Tommy n’ont pas l’intention de jouer les gentils, et le font savoir avec un morceau qui aurait pu figurer sur les meilleurs WHITESNAKE, mais aussi les incunables de WINGER. C’est bien évidemment toujours aussi mélodique, mais la guitare mord, griffe, et le refrain explose enfin de son exubérance pour nous délivrer d’une tension palpable. Du travail d’orfèvre, une constante pour Tommy, qui décidément n’est pas prêt de s’adonner à la facilité. Entre Classic Rock et prétentions plus amplifiées, Soulfire joue sur du velours et nous pare de soie, tâtant de la nuance bluesy pour confirmer l’analogie avec Coverdale mais aussi Lukather, et le shuffle « Come Home » de rappeler les errances romantiques de David, mais aussi les confessions impudiques d’Alannah Myles (qui a pu oublier le suintant « Black Velvet » ? Pas eux visiblement…). En trois titres à peine, TUG OF WAR passe du projet un peu fou en forme de caprice à un groupe tangible aux aspirations viables et variables, et « Confess To Your Demons » de confirmer cette impression d’un riff groovy en diable et d’une rythmique plus chaloupée que la moyenne. Décidément plein d’assurance, BK nous enchante de ses vibrations, de ses respirations, et semble assumer un passé qu’il n’a pas connu pour se hisser au niveau des plus grands. Peu importe alors que nous ayons franchi la frontière entre Rock et Hard Rock, puisque le tout est crédible, plaisant, et surtout, peaufiné dans les moindres détails.

Le gros avantage de ce premier album, est d’offrir une sorte de synthèse entre hier et aujourd’hui. S’inspirant clairement du timbre de son interprète, Tommy a donc choisi de tracer un trait d’union entre les glorieuses eighties et leurs accroches hautement négociables (« Have Mercy », WHITESNAKE encore), les nineties les plus bluesy mais radiophoniques (« My Soul Is A Ghost Town »), et la vague nostalgique actuelle (« I Won't Surrender », encore un tube que Kip WINGER aurait pu chanter avec foi et honnêteté). Et si la fin du chapitre nous réserve des douceurs plus fondantes au palais, avec une triplette de chansons qui ne feraient pas honte au panthéon AOR, le tout est frappé du sceau de la hargne, de l’énergie et de l’envie, survolant trente ans de Hard Rock mélodique de légende pour en livrer sa propre interprétation. Et au-delà de la découverte du talent énorme d’un chanteur dont on risque fort d’entendre parler encore longtemps, la qualité intrinsèque de ce Soulfire se passe très bien de gimmicks, offrant une âme à une musique qui nous frappe en plein cœur. Les belles histoires se finissent parfois bien, et les chanteurs amateurs sortent parfois de l’anonymat, pour peu que le destin leur donne un coup de pouce. Et celui donné par Tommy à BK était totalement justifié.  


Titres de l’album :

                       1. Before I Will Know

                       2. Bullet With Your Name

                       3. Come Home

                       4. Confess To Your Demons

                       5. Fade To Black

                       6. I Won't Surrender

                       7. Have Mercy

                       8. My Soul Is A Ghost Town

                       9. On The Other Side

                      10. Somewhere In The Past

                      11. Walk It Like A Man

                      12. Full Of Shit

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/07/2019 à 17:44
90 %    84

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Arides

Sur les Terres Oubliées

Freedom Call

M.E.T.A.L.

Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bonne chronique pour un très bon disque !


Mon premier groupe Metal vu en concert haha (avec Manigance en première partie, dans la salle communale d'un bled bien paumé!) ! Ça fait un bail, mais que de souvenir ! Même si je n'ai jamais réécouté ce groupe par la suite :D !


Un chef d’œuvre ???
Nouvelle illustration du caractère personnel du ressenti face à une œuvre. Attaché aux premiers albums et au retour en grâce du Heavy Metal auquel ils ont contribué, d'un point de vue médiatique (et aux concerts fabuleux des tournées Legacy of Kings et Renegade (...)


Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.