Il est amusant de constater que j’ai choisi de traiter du deuxième longue durée des Français d’AKSAYA, alors qu’aujourd’hui même, mon collègue Sheb se propose de vous entretenir de leur premier album paru l’année dernière. Oui, c’est un pur hasard, mais je ne crois pas au hasard. Alors pour faire simple et consensuel, disons qu’il fait parfois très bien les choses…

Mais comme cette chronique sera publiée dans une bonne douzaine de jours, le parallèle ne vous semblera pas aussi flagrant qu’à moi…

AKSAYA donc, qui après une première démo Third War en 2013 et ce fameux K-141 publié en 2015, revient nous conter fleurette Black sur fond de flirt Death, et qui visiblement a mis les bouchées doubles en un minimum de temps pour nous démontrer qu’ils progressent à vitesse grand V, dans un créneau surchargé qui pourtant est un des plus créatifs de l’extrême.

Et extrêmes, les AKSAYA le sont, tout en gardant les deux pieds fermement ancrés dans une réalité mélodique qui leur permet de garder un lien avec le passé tout en se tournant vers l’avenir.

Sous une pochette au graphisme rappelant l’extraordinaire Ex-Machina d’Alex Garland, se cache donc un deuxième effort qui pousse encore plus loin les expérimentations de son prédécesseur, tout en changeant de thématique. Oubliés les sous-marins russes, et bonjour la science, la recherche, et l’osmose entre l’humain et « la machine ».

D’ailleurs, les auteurs résument ainsi leur entreprise conceptuelle :

« Nous oscillons entre un voyage dans des mondes interstellaires, jusqu’à ces exoplanètes, qui sont le reflet de notre salut, et des découvertes qui changeront tout, jusqu’à ces chiffres et équations qui restent cryptiques pour beaucoup, et cette « techno-médecine » qui changera le sort de l’humanité ».

Thématique récurrente depuis les années 70, et qui a inspiré une myriade de groupes s’interrogeant sur les dangers du progrès scientifique, mais aussi se raccrochant à leurs avancées pour peut-être pouvoir rêver de lendemains meilleurs, ici, ou ailleurs.

Prosaïquement, la musique du quatuor de Montargis (C.H.S – guitare & chant, F.Y – batterie, M.A.T – guitare et T.S – basse) n’a pas vraiment changé, et reste concentrée sur un mélange de Black à tendance symphonique, de Death mystique et de Heavy Metal harmonique. Mais cette fois-ci, les ingrédients ayant servi à élaborer ce second album ont été dosés avec un équilibre quasi parfait, et s’il n’y avait ce chant si connoté BM de C.H.S, nous pourrions presque assimiler le groupe à une démarcation d’un Heavy à tendance Death hautement mélodique et progressif, ce qui laisse augurer de lendemains assez surprenants. Mais nous n’en sommes pas encore là, et pour le moment, laissons notre jugement se fixer sur ce Kepler, toujours chanté en Français, et qui représente une étape importante dans le parcours de ce groupe décidemment très compétitif dans son créneau.

Comme je le précisais en amont, la direction artistique de Kepler suit une évolution logique entamée sur K-141, et si AKSAYA n’a pas trahi ses convictions d’origine, il a assoupli sa démarche pour aborder l’avenir de façon plus mélodique et moins systématique, au point de se rapprocher des plus grandes références du genre.

Les quatre musiciens n’ont pas cherché la surenchère, ayant bien compris que la course à la vitesse et à la brutalité ne les emmènerait nulle part, et on mis l’accent sur le caractère mystique d’harmonies noyées dans un magma de violence maîtrisée, à tel point qu’ils évoquent parfois le EMPEROR le plus inspiré (comprenez celui des deux premiers albums), notamment sur l’introductif « Kepler », qui ose des nappe de clavier sur fond de blasts infernaux, tout en aménageant des espaces positifs décorés d’arpèges électriques subtils.

La tendance générale s’est donc conformée au concept de cet album futuriste et pourtant ancré dans une histoire de l’humanité qui ne date pas d’hier, et si le futur ressemble à l’inspiration développée sur ce second album, gageons que notre avenir ne sera pas aussi sombre qu’il n’en a l’air.

Celui des AKSAYA semble brillant, si l’on en croit l’homogénéité de ces huit pistes qui une fois écoutées d’un trait, forment un tout parfaitement logique.

Evidemment, la voix de C.H.S n’a pas changé d’un iota et permet encore de raccrocher le groupe à cette mouvance Black dont ils semblent s’éloigner de plus en plus.

Les parties de guitares sonnent de plus en plus Heavy, abordables et malléables, tandis que la rythmique se veut de plus en plus adaptable et volubile, prête à se conformer à des structures évolutives envoutantes.

Bien sûr, certains titres gardent au chaud cette agressivité lourde qui a fait la trademark du groupe, mais qui se retrouve insérée dans un contexte progressif étonnement séduisant, comme une osmose parfaite entre la scène Néo Death scandinave et une adaptation simplifiée de nos GOJIRA nationaux (« Fractale »).

Mais ne pensez pas pour autant que les accès de rage et de fureur ont été altérés par des expériences aléatoires, et « Anomalie, Prélude à la Découverte » de démontrer que les AKSAYA n’ont rien perdu de leur talent pour assimiler BM cru et Death mélodique, à grand renfort de riffs saccadés mais harmonieux, et de breaks subtils qui interviennent de façon très logique et coulée.

Le groupe soigne même quelques intermèdes incroyablement punchy, boostés d’un Heavy vraiment prenant et entraînant (« Tau Ceti E », qui passe par X ambiances différentes sans paraître désordonné), et reste toujours dans des balises de durée étroitement placées, pour ne pas lasser.

Quelques tentatives rythmiques étonnantes (« K701.04 »), et toujours ce parallèle que les esthètes ont établi depuis le départ avec DISSECTION (« Syn 1.0 »), pour un final convaincant (« Non Morietur »), qui présente une conclusion ouverte permettant toutes les spéculations. Théâtralité assumée, chœurs robotiques étranges et mécaniques, dissonances, arythmie, tout est mis en place pour laisser les interrogations flotter quant aux prochaines expériences du groupe.

On pouvait craindre qu’avec une seule année de recul les AKSAYA ne se contentent d’une resucée améliorée de leur K-141, mais c’est en fait l’inverse qui s’est produit, et Kepler prouve par A+B que le quatuor en a encore pas mal sous le coude, et qu’il est capable de nous faire voyager aux confins de sa propre galaxie, dont les limites sont loin d’avoir été atteintes.

 Production parfaite, morceaux qui le sont tout autant, pour un trip intersidéral aussi chaotique que coulant, qui mélange BM, Death, Heavy et progressif dans un élan commun qui laisse souvent admiratif.


Titres de l'album:

  1. Kepler
  2. Laika
  3. Fractale
  4. Anomalie Prelude à la Découverte
  5. Tau Ceti E
  6. Syn 1.0
  7. K-701.04
  8. Non Morietur

Site officiel


par mortne2001 le 30/12/2016 à 18:02
70 %    629

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

March Of Ash And Rust

Simony / 11/05/2019
Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.


C'est pas mal du tout oui comme BDM ! Et l'artwork tue !


Merci pour les coms ! Et merci Meuleu pour ces précisions !
J'ai voulu demander à l'orga combien ils avaient fait d'entrées, mais c'est pas du genre à répondre...