Il est amusant de constater que j’ai choisi de traiter du deuxième longue durée des Français d’AKSAYA, alors qu’aujourd’hui même, mon collègue Sheb se propose de vous entretenir de leur premier album paru l’année dernière. Oui, c’est un pur hasard, mais je ne crois pas au hasard. Alors pour faire simple et consensuel, disons qu’il fait parfois très bien les choses…

Mais comme cette chronique sera publiée dans une bonne douzaine de jours, le parallèle ne vous semblera pas aussi flagrant qu’à moi…

AKSAYA donc, qui après une première démo Third War en 2013 et ce fameux K-141 publié en 2015, revient nous conter fleurette Black sur fond de flirt Death, et qui visiblement a mis les bouchées doubles en un minimum de temps pour nous démontrer qu’ils progressent à vitesse grand V, dans un créneau surchargé qui pourtant est un des plus créatifs de l’extrême.

Et extrêmes, les AKSAYA le sont, tout en gardant les deux pieds fermement ancrés dans une réalité mélodique qui leur permet de garder un lien avec le passé tout en se tournant vers l’avenir.

Sous une pochette au graphisme rappelant l’extraordinaire Ex-Machina d’Alex Garland, se cache donc un deuxième effort qui pousse encore plus loin les expérimentations de son prédécesseur, tout en changeant de thématique. Oubliés les sous-marins russes, et bonjour la science, la recherche, et l’osmose entre l’humain et « la machine ».

D’ailleurs, les auteurs résument ainsi leur entreprise conceptuelle :

« Nous oscillons entre un voyage dans des mondes interstellaires, jusqu’à ces exoplanètes, qui sont le reflet de notre salut, et des découvertes qui changeront tout, jusqu’à ces chiffres et équations qui restent cryptiques pour beaucoup, et cette « techno-médecine » qui changera le sort de l’humanité ».

Thématique récurrente depuis les années 70, et qui a inspiré une myriade de groupes s’interrogeant sur les dangers du progrès scientifique, mais aussi se raccrochant à leurs avancées pour peut-être pouvoir rêver de lendemains meilleurs, ici, ou ailleurs.

Prosaïquement, la musique du quatuor de Montargis (C.H.S – guitare & chant, F.Y – batterie, M.A.T – guitare et T.S – basse) n’a pas vraiment changé, et reste concentrée sur un mélange de Black à tendance symphonique, de Death mystique et de Heavy Metal harmonique. Mais cette fois-ci, les ingrédients ayant servi à élaborer ce second album ont été dosés avec un équilibre quasi parfait, et s’il n’y avait ce chant si connoté BM de C.H.S, nous pourrions presque assimiler le groupe à une démarcation d’un Heavy à tendance Death hautement mélodique et progressif, ce qui laisse augurer de lendemains assez surprenants. Mais nous n’en sommes pas encore là, et pour le moment, laissons notre jugement se fixer sur ce Kepler, toujours chanté en Français, et qui représente une étape importante dans le parcours de ce groupe décidemment très compétitif dans son créneau.

Comme je le précisais en amont, la direction artistique de Kepler suit une évolution logique entamée sur K-141, et si AKSAYA n’a pas trahi ses convictions d’origine, il a assoupli sa démarche pour aborder l’avenir de façon plus mélodique et moins systématique, au point de se rapprocher des plus grandes références du genre.

Les quatre musiciens n’ont pas cherché la surenchère, ayant bien compris que la course à la vitesse et à la brutalité ne les emmènerait nulle part, et on mis l’accent sur le caractère mystique d’harmonies noyées dans un magma de violence maîtrisée, à tel point qu’ils évoquent parfois le EMPEROR le plus inspiré (comprenez celui des deux premiers albums), notamment sur l’introductif « Kepler », qui ose des nappe de clavier sur fond de blasts infernaux, tout en aménageant des espaces positifs décorés d’arpèges électriques subtils.

La tendance générale s’est donc conformée au concept de cet album futuriste et pourtant ancré dans une histoire de l’humanité qui ne date pas d’hier, et si le futur ressemble à l’inspiration développée sur ce second album, gageons que notre avenir ne sera pas aussi sombre qu’il n’en a l’air.

Celui des AKSAYA semble brillant, si l’on en croit l’homogénéité de ces huit pistes qui une fois écoutées d’un trait, forment un tout parfaitement logique.

Evidemment, la voix de C.H.S n’a pas changé d’un iota et permet encore de raccrocher le groupe à cette mouvance Black dont ils semblent s’éloigner de plus en plus.

Les parties de guitares sonnent de plus en plus Heavy, abordables et malléables, tandis que la rythmique se veut de plus en plus adaptable et volubile, prête à se conformer à des structures évolutives envoutantes.

Bien sûr, certains titres gardent au chaud cette agressivité lourde qui a fait la trademark du groupe, mais qui se retrouve insérée dans un contexte progressif étonnement séduisant, comme une osmose parfaite entre la scène Néo Death scandinave et une adaptation simplifiée de nos GOJIRA nationaux (« Fractale »).

Mais ne pensez pas pour autant que les accès de rage et de fureur ont été altérés par des expériences aléatoires, et « Anomalie, Prélude à la Découverte » de démontrer que les AKSAYA n’ont rien perdu de leur talent pour assimiler BM cru et Death mélodique, à grand renfort de riffs saccadés mais harmonieux, et de breaks subtils qui interviennent de façon très logique et coulée.

Le groupe soigne même quelques intermèdes incroyablement punchy, boostés d’un Heavy vraiment prenant et entraînant (« Tau Ceti E », qui passe par X ambiances différentes sans paraître désordonné), et reste toujours dans des balises de durée étroitement placées, pour ne pas lasser.

Quelques tentatives rythmiques étonnantes (« K701.04 »), et toujours ce parallèle que les esthètes ont établi depuis le départ avec DISSECTION (« Syn 1.0 »), pour un final convaincant (« Non Morietur »), qui présente une conclusion ouverte permettant toutes les spéculations. Théâtralité assumée, chœurs robotiques étranges et mécaniques, dissonances, arythmie, tout est mis en place pour laisser les interrogations flotter quant aux prochaines expériences du groupe.

On pouvait craindre qu’avec une seule année de recul les AKSAYA ne se contentent d’une resucée améliorée de leur K-141, mais c’est en fait l’inverse qui s’est produit, et Kepler prouve par A+B que le quatuor en a encore pas mal sous le coude, et qu’il est capable de nous faire voyager aux confins de sa propre galaxie, dont les limites sont loin d’avoir été atteintes.

 Production parfaite, morceaux qui le sont tout autant, pour un trip intersidéral aussi chaotique que coulant, qui mélange BM, Death, Heavy et progressif dans un élan commun qui laisse souvent admiratif.


Titres de l'album:

  1. Kepler
  2. Laika
  3. Fractale
  4. Anomalie Prelude à la Découverte
  5. Tau Ceti E
  6. Syn 1.0
  7. K-701.04
  8. Non Morietur

Site officiel


par mortne2001 le 30/12/2016 à 18:02
70 %    525

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Architorture

World Peace

Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bon alors moi, forcément, je déteste cet album et d'ailleurs tout ceux qui ont suivi...
Même chose d'ailleurs pour tout ce qu'à pu faire le père Cavalera ensuite.
Vieux con speaking... ... ...


Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !