Accolez le suffixe « Post » à n’importe quel style, et vous gagnez une liberté d’analyse totale. Mais aussi une liberté de jouer une musique affranchie des codes de genre, qui vous permet de passer du Hardcore au Grindcore, du Death à l’Industriel, et du Harsh à l’expérimental.

Parfois, c’est la solution de facilité. Lorsque les musiciens, au pied du mur, se voient sommés de nommer leur musique, ils utilisent ce préfixe pour rester suffisamment vagues et esquiver des justifications embarrassantes. Mais de temps à autres, c’est un choix, une réelle volonté de ne pas se laisser coincer dans une case trop restrictive, et surtout, la seule façon d’expliquer plus ou moins une démarche.

Et la démarche du trio de Pittsburgh, Pennsylvanie, BROWN ANGEL, est justement d’aller au-delà de tous les cloisonnements pour vous proposer leur version d’une claustrophobie musicale et éthique héritée du No Wave New-yorkais des années 80.

En détail ?

Faire mal, faire du bruit, vous enserrer les entrailles et devenir vos meilleurs ennemis.

Chaotique est sans doute l’autre mot qui colle à la peau de ce trio résolument décalé sur l’échiquier noisy mondial. Ce nouveau disque n’aurait sans doute d’ailleurs jamais dû voir le jour, tant les problèmes de stabilité furent nombreux et récurrents, et pourtant, il est bien là. Et après une valse-hésitation, un ballet séparation/reformation, les BROWN ANGEL ont donc été capables d’offrir une suite à Agonal Harvest, paru il y a déjà quatre ans, et nous présentent donc ce Shutout qui est sans conteste possible l’album le plus véhément, violent et perturbant de leur carrière…

Je sais d’expérience que ce foutu préfixe « Post » a de quoi rebuter les plus traditionnalistes d’entre vous. Pourtant, rassurez-vous, Adam MacGregor (guitare, chant, claviers, samples), John Roman (batterie) et Mike Rensland (basse) jouent une mixture hautement métallisée, même si le brouet qu’ils étalent sur la table de la discorde a de quoi déstabiliser les plus ardents fans de déconstruction musicale.

La leur répond à une logique implacable, et se veut extension de plusieurs courants de pensée des 80’s et 90’s, même si les lascars affirment s’abreuver aux sources Death et Grind de ces années-là, ce qui n’est pas flagrant à l’écoute.

Pour tenter de vous allécher et surtout de ne pas vous aiguiller sur le mauvais chemin, il est possible de voir en eux les dignes héritiers expérimentaux des SONIC YOUTH, Glenn BRANCA, FLIPPER, amalgamés dans une brutalité d’agression blanche à la UNSANE, sans pour autant renier l’immense naïveté d’un artiste comme Danny Johnston, les approximations d’amateurisme en moins.     

Beaucoup de références qui certainement, vous feront tiquer. Non, Shutout n’est pas un véritable album de Metal stricto-sensu, plutôt un exercice de style viscéral forçant une union pas si contre nature que ça entre le Post Hardcore New-yorkais, le Post Metal des NEUROSIS, la liberté de ton du Free Jazz Noise, et les ambiances délétères du Post Rock en général.

Les membres du groupe l’ont donc avoué eux-mêmes, cet album est le sommet d’intensité faite violence de leur histoire.

Si Agonal Harvest traquait encore la mélodie pour l’insérer dans un contexte nihiliste, Shutout n’a cure des harmonies, même si on en trouve dans ses méandres sous une forme assez décharnée. Ici, le travail est rythmique, et parfois d’endurance, comme en témoigne la lourde et longue épreuve « Armageddon », qui pendant dix minutes joue avec vos nerfs sans jamais décoller de son motif noisy de base.

Guitare qui joue avec le feedback, le delay et la réverb’, basse à l’économie, pour une transposition du Death des origines dans un cadre Industriel à la GODFLESH/FETISH 69, plombé de stridences, de sifflements, de longs intermèdes monolithiques qui s’écroulent sous le poids des dissonances.

On peut penser à une version des YOUTH moulée dans un cake HEAD OF DAVID, à une déformation des ambiances des TALKING HEADS vu à travers un reflet du miroir UNSANE, pour finalement trouver que ce groove hypnotique à quelque chose de dansant dans son agonie…

Plus agressif, peut-être plus déconstruit, c’est ce que semble indiquer le morceau d’ouverture, le traumatique « See That I am Scourged », qui visiblement a nécessité plusieurs années de maturation avant d’être couché sur bande.

Débutant dans un déluge de stridences, c’est certainement l’épisode le plus cruel et chaotique de cette nouvelle livraison, qui emprunte au Noisy Rock, au Post Hardcore et même au Post Free Jazz ses inflexions, pour vous bousculer et vous mettre mal à l’aise.

Une apnée UNSANE dans les bas-fonds fréquentés par des JESUS LIZARD sous influence jazzy, des libertés incroyables prises par une section rythmique qui semble fonctionner en 4D, pour une mise en perspective de pulsations tribales profondes, et un rendu maladif, tendu comme un dernier fix.

« Coward’s Progress » joue aussi l’ambivalence et la marche en avant, en osant un mellotron et des superpositions de voix, mais surtout des guitares lugubres, semblant exhaler leur dernier souffle avant l’apoplexie. Une ambiance découlant directement d’une ossature Death déformée à l’envi par une basse résignée, et ce chant qui joue la parcimonie en arrière-plan.

Lancinant, éprouvant, et pourtant strié d’espaces positifs, pour une redondance irritante…

Le final « Data Control », entame sa chute sur un pattern Post Jazz, et puis décide de se fixer sur un long crescendo découlant sur un Mid tempo acharné, rappelant les plus grandes heures des LIZARD, basculant dans le vortex d’une scène New-yorkaise de la décennie précédente qui projetterait ses fantasmes sur un Deathcore répugnant et obsédant. Malsain, entêtant, agaçant mais cathartique d’une certaine façon, pour tous ceux qui ont érigé le larsen et les itérations en dogme essentiel.

Post.

Oui, ce petit préfixe est simple, mais diablement utile parfois, et justifié dans ce cas. L’accouchement de Shutout a été difficile, mais le trio de Pittsburgh a refusé la péridurale et a assumé la douleur pour nous la restituer telle quelle.

Cette douleur est bruitiste, froide, parfois torride, aussi Metal qu’elle ne l’est pas, mais donne une excuse pour se replonger dans l’histoire de l’underground qui le restera à jamais.

« Ce que vous entendez est peut-être selon moi, la musique la plus honnête et thérapeutique que j’ai eu la chance de jouer avec des amis de plus de vingt ans. Elle provoque un sentiment similaire à ce que Justin Broadrick de GODFLESH avait dit dans une interview il y a quelques années. Un truc du genre, « nous sommes le son de notre propre écrasement. Pas celui des autres » »   

 Et c’est tout à fait vrai.


Titres de l'album:

  1. See That I am Scourged
  2. Fair and Lovely
  3. Coward's Progress
  4. Armageddon
  5. Data Control

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/01/2017 à 14:24
85 %    390

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!