Accolez le suffixe « Post » à n’importe quel style, et vous gagnez une liberté d’analyse totale. Mais aussi une liberté de jouer une musique affranchie des codes de genre, qui vous permet de passer du Hardcore au Grindcore, du Death à l’Industriel, et du Harsh à l’expérimental.

Parfois, c’est la solution de facilité. Lorsque les musiciens, au pied du mur, se voient sommés de nommer leur musique, ils utilisent ce préfixe pour rester suffisamment vagues et esquiver des justifications embarrassantes. Mais de temps à autres, c’est un choix, une réelle volonté de ne pas se laisser coincer dans une case trop restrictive, et surtout, la seule façon d’expliquer plus ou moins une démarche.

Et la démarche du trio de Pittsburgh, Pennsylvanie, BROWN ANGEL, est justement d’aller au-delà de tous les cloisonnements pour vous proposer leur version d’une claustrophobie musicale et éthique héritée du No Wave New-yorkais des années 80.

En détail ?

Faire mal, faire du bruit, vous enserrer les entrailles et devenir vos meilleurs ennemis.

Chaotique est sans doute l’autre mot qui colle à la peau de ce trio résolument décalé sur l’échiquier noisy mondial. Ce nouveau disque n’aurait sans doute d’ailleurs jamais dû voir le jour, tant les problèmes de stabilité furent nombreux et récurrents, et pourtant, il est bien là. Et après une valse-hésitation, un ballet séparation/reformation, les BROWN ANGEL ont donc été capables d’offrir une suite à Agonal Harvest, paru il y a déjà quatre ans, et nous présentent donc ce Shutout qui est sans conteste possible l’album le plus véhément, violent et perturbant de leur carrière…

Je sais d’expérience que ce foutu préfixe « Post » a de quoi rebuter les plus traditionnalistes d’entre vous. Pourtant, rassurez-vous, Adam MacGregor (guitare, chant, claviers, samples), John Roman (batterie) et Mike Rensland (basse) jouent une mixture hautement métallisée, même si le brouet qu’ils étalent sur la table de la discorde a de quoi déstabiliser les plus ardents fans de déconstruction musicale.

La leur répond à une logique implacable, et se veut extension de plusieurs courants de pensée des 80’s et 90’s, même si les lascars affirment s’abreuver aux sources Death et Grind de ces années-là, ce qui n’est pas flagrant à l’écoute.

Pour tenter de vous allécher et surtout de ne pas vous aiguiller sur le mauvais chemin, il est possible de voir en eux les dignes héritiers expérimentaux des SONIC YOUTH, Glenn BRANCA, FLIPPER, amalgamés dans une brutalité d’agression blanche à la UNSANE, sans pour autant renier l’immense naïveté d’un artiste comme Danny Johnston, les approximations d’amateurisme en moins.     

Beaucoup de références qui certainement, vous feront tiquer. Non, Shutout n’est pas un véritable album de Metal stricto-sensu, plutôt un exercice de style viscéral forçant une union pas si contre nature que ça entre le Post Hardcore New-yorkais, le Post Metal des NEUROSIS, la liberté de ton du Free Jazz Noise, et les ambiances délétères du Post Rock en général.

Les membres du groupe l’ont donc avoué eux-mêmes, cet album est le sommet d’intensité faite violence de leur histoire.

Si Agonal Harvest traquait encore la mélodie pour l’insérer dans un contexte nihiliste, Shutout n’a cure des harmonies, même si on en trouve dans ses méandres sous une forme assez décharnée. Ici, le travail est rythmique, et parfois d’endurance, comme en témoigne la lourde et longue épreuve « Armageddon », qui pendant dix minutes joue avec vos nerfs sans jamais décoller de son motif noisy de base.

Guitare qui joue avec le feedback, le delay et la réverb’, basse à l’économie, pour une transposition du Death des origines dans un cadre Industriel à la GODFLESH/FETISH 69, plombé de stridences, de sifflements, de longs intermèdes monolithiques qui s’écroulent sous le poids des dissonances.

On peut penser à une version des YOUTH moulée dans un cake HEAD OF DAVID, à une déformation des ambiances des TALKING HEADS vu à travers un reflet du miroir UNSANE, pour finalement trouver que ce groove hypnotique à quelque chose de dansant dans son agonie…

Plus agressif, peut-être plus déconstruit, c’est ce que semble indiquer le morceau d’ouverture, le traumatique « See That I am Scourged », qui visiblement a nécessité plusieurs années de maturation avant d’être couché sur bande.

Débutant dans un déluge de stridences, c’est certainement l’épisode le plus cruel et chaotique de cette nouvelle livraison, qui emprunte au Noisy Rock, au Post Hardcore et même au Post Free Jazz ses inflexions, pour vous bousculer et vous mettre mal à l’aise.

Une apnée UNSANE dans les bas-fonds fréquentés par des JESUS LIZARD sous influence jazzy, des libertés incroyables prises par une section rythmique qui semble fonctionner en 4D, pour une mise en perspective de pulsations tribales profondes, et un rendu maladif, tendu comme un dernier fix.

« Coward’s Progress » joue aussi l’ambivalence et la marche en avant, en osant un mellotron et des superpositions de voix, mais surtout des guitares lugubres, semblant exhaler leur dernier souffle avant l’apoplexie. Une ambiance découlant directement d’une ossature Death déformée à l’envi par une basse résignée, et ce chant qui joue la parcimonie en arrière-plan.

Lancinant, éprouvant, et pourtant strié d’espaces positifs, pour une redondance irritante…

Le final « Data Control », entame sa chute sur un pattern Post Jazz, et puis décide de se fixer sur un long crescendo découlant sur un Mid tempo acharné, rappelant les plus grandes heures des LIZARD, basculant dans le vortex d’une scène New-yorkaise de la décennie précédente qui projetterait ses fantasmes sur un Deathcore répugnant et obsédant. Malsain, entêtant, agaçant mais cathartique d’une certaine façon, pour tous ceux qui ont érigé le larsen et les itérations en dogme essentiel.

Post.

Oui, ce petit préfixe est simple, mais diablement utile parfois, et justifié dans ce cas. L’accouchement de Shutout a été difficile, mais le trio de Pittsburgh a refusé la péridurale et a assumé la douleur pour nous la restituer telle quelle.

Cette douleur est bruitiste, froide, parfois torride, aussi Metal qu’elle ne l’est pas, mais donne une excuse pour se replonger dans l’histoire de l’underground qui le restera à jamais.

« Ce que vous entendez est peut-être selon moi, la musique la plus honnête et thérapeutique que j’ai eu la chance de jouer avec des amis de plus de vingt ans. Elle provoque un sentiment similaire à ce que Justin Broadrick de GODFLESH avait dit dans une interview il y a quelques années. Un truc du genre, « nous sommes le son de notre propre écrasement. Pas celui des autres » »   

 Et c’est tout à fait vrai.


Titres de l'album:

  1. See That I am Scourged
  2. Fair and Lovely
  3. Coward's Progress
  4. Armageddon
  5. Data Control

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/01/2017 à 14:24
85 %    418

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)


Oui, il y a des festivals, plus la proximité de Toulouse où beaucoup de grosses tournées s'arrêtent. Mais le Midi c'est vaste comme définition, la situation n'est pas la même selon que tu seras metalleux à Bayonne ou Draguignan. Bref.