Au-delà, d’accord. Mais au-delà de quoi ? De la vie en elle-même ? Des possibilités artistiques ? Du Progressif ? J’en conviens, il faut du culot en 2017 pour se lancer dans l’aventure, le style ayant probablement tout dit depuis la fin des années 80, se réfugiant depuis dans l’excès, dans l’abus d’arrangements, ou dans le confort d’une production destinée à cacher une pauvreté d’inspiration crasse. Jouer du progressif n’est pas chose difficile, encore faut-il proposer des pistes sinon nouvelles, du moins pas encore trop foulées pour ne pas répéter les erreurs des ainés. Alors, au final, au-delà de quoi ce premier album d’EYESTRAL ? Au-delà de leurs propres capacités, révélées sur Beware the Rat King, publié en 2016 ? Difficile à dire, puisque si les capacités intrinsèques étaient plus ou moins exposées, on sentait que le potentiel n’était pas exploité à fond. Est-ce à dire que Beyond ose justement pousser les possibilités encore plus loin ? Oui, et non. Mais ce qui est certain, c’est que ce groupe a les moyens de jouer sa propre carte, sans se soucier d’un qu’en dira-t-on qui réduit souvent les éventualités comme peau de chagrin. En jetant un coup d’œil au tracklisting de ce premier LP, on se dit déjà que le quatuor (Ant Majora : guitare/chant, David Mouquet : lead, samples et programmation, Nicolas Di Costanzo : basse et Baptiste Collay : batterie) n’a pas fait les choses à moitié en proposant près d’une heure de musique décomposée en huit longs morceaux, qui prennent leur temps pour instaurer des ambiances. Ces dernières sont évolutives, le ton est mouvant, et les ambitions affichées, puisqu’après une très courte intro, nous tombons en plein dans le traquenard Techno Death qui nous ramène bien des années en arrière. Mais une constatation s’impose dès le départ.

Et elle est de taille. Si d’aventure, vous cherchiez depuis des décennies les dignes héritiers d’ATHEIST et du DEATH le plus technique, vous les avez trouvés. Ils s’appellent EYESTRAL, mais ne se contentent pas du costume étriqué de plagiaires ou d’adorateurs sans discernement. Non, ils vont plus loin que ça. Ils vont…au-delà.

Finalement, et sans tomber dans le piège de la formule à l’emporte-pièce, on pourrait concevoir ce premier LP comme le point de jonction entre les deux groupes déjà cités, PERIPHERY et DREAM THEATER, sans qu’on retrouve des accents trop prononcés dans des structures peu usitées. En gros, la synthèse de la complexité ultime et de la puissance légitime, dans un creuset instrumental sans barrières, qui ne tombe que très rarement dans la démonstration gratuite. Depuis longtemps, l’extrême s’est cherché des portes de sortie, histoire de ne pas tourner en rond dans le corridor de la redite, et semble avoir trouvé dans des progressions harmoniques de quoi étancher sa soif de liberté. Le carcan était trop difficile à supporter, et les musiciens ont commencé à se dire que la brutalité la plus crue pouvait aussi s’exprimer via une technique affirmée mise au service d’un ressentiment toujours aussi véhément. Et c’est ce genre de précepte que les rouennais appliquent, en long, en large et en travers, en explorant toutes les possibilités que leur offre leur créativité et leur niveau instrumental. Agressif, ce premier LP l’est. Mais il est aussi redoutablement intelligent. En admettant des accointances certaines avec la cruauté précieuse de la référence ultime GOJIRA, sans occulter leur fascination pour les maîtres du passé (Chuck Schuldiner, Kelly Shaeffer), les EYESTRAL se placent d’eux-mêmes à l’orée du Death et du progressif, ressuscitant pour l’occasion des sensations épidermiques ressenties à l’occasion de chefs-d’œuvre comme Human, ou Elements, et même en taquinant le spectre fugace d’un Focus, en optant pour des volutes de violence statiques, sur l’imparable «Beyond Comprehension », qui en effet, risque de passer au-dessus de bien des crânes.

Individuellement, les musiciens échappent à toute critique. Leurs qualités d’instrumentistes sautent aux yeux dès les premiers instants, et sont confirmées à chaque solo, à chaque break, et à chaque digression, chaque intervention, sans qu’ils n’éprouvent le besoin d’en rajouter à la louche pour nous les faire avaler. Mélodie, brutalité, mysticisme, pour des allusions plus ou moins directes au MEGADETH le plus commercial, noyé dans une véhémence Techno Thrash que le brave Dave à un jour plus ou moins contribué à populariser. Mais loin de jouer la carte de l’endorsing histoire de flatter des marques en multipliant les plans tape à l’œil, ces quatre-là ont décidé de composer de véritables morceaux, qui tiennent debout en tant que tels, et qui résument en une poignée de minutes toute l’histoire de la complexité instrumentale sans oublier de proposer des thèmes accrocheurs et des refrains fédérateurs (« Exotic Wackos »). On retiendra évidemment les dérives de guitares décidément très bavardes, la constance d’une section rythmique volubile aussi à l’aise dans les up tempi malmenés que dans l’assemblage de mesures impaires risqué, mais la mayonnaise ne monterait pas sans le coup de fouet vicieux d’un chanteur qui sait parfaitement moduler sa voix pour l’adapter à l’ambiance, et se rapprocher du brio de conteur d’un Ron Royce. CORONER, la référence n’est pas gratuite, et si les suisses ne se sont jamais lancés dans une entreprise de démolition aussi biscornue, leur façon d’accommoder des restes Thrash dans un contexte classique trouve ici un écho certain et définitif. Pourtant, rien n’est « facile » sur Beyond. Il faut du temps pour s’acclimater à ce déluge de sons et d’idées, mais on en ressort grandi, et certain d’avoir touché du doigt la quintessence de la densité extrême. C’est ce qui arrive, rarement, lorsque des praticiens mettent de côté leur ego pour le fondre dans un collectif, découlant sur une osmose générale impulsive, mais rationnelle.

En version médium, les débats sont d’importance, et « Psychoanalysis » prouve que le Thrash de papa n’est pas encore devenu obsolète, loin de là. En disciplinant le chaos d’un BLIND ILLUSION dans le psychédélisme outrancier d’un VOÏVOD, les rouennais se veulent caressant dans le sens inverse du poil, sans oublier de gratter, pour ne pas laisser le confort de la routine Heavy s’installer trop durablement. Certes, leurs parties sont parfois immédiatement reconnaissables d’un titre à l’autre, mais leurs déviances entremêlées d’intro/intermèdes samplés sont d’une clairvoyance rare, et « Beyond Acceptance » de se muer en épitaphe d’une routine que l’on prend plaisir à enterrer. On pourra reprocher quelques faiblesses de production, des lignes vocales parfois difficilement soutenues, mais on ne pourra souligner aucun manque dans le culot, qui dans les plus grands moments, se joue d’un Hard-Rock de facture classique pour le détourner façon Fusion apocalyptique (« Cryptozoological Quest »). Et si le rythme reste globalement raisonnable, préférant miser sur la polyrythmie plutôt que sur la vélocité, son intensité permet de friser les cimes d’un Death évolutif parfaitement compétitif (« Mechanical Tears », et son chant presque féminin dans les intonations). De l’audace, qui paie, à court, moyen et long terme, pour un premier essai en forme de voyage introspectif, pour une psychanalyse de l’étrange qui ne trouve pas forcément de cause au pourquoi, mais qui n’impose pas le « parce-que » comme seule réponse.

Cette réponse, vous la trouverez dans un au-delà finalement à votre portée. EYESTRAL via Beyond prouve qu’il est encore possible d’aller plus loin, sans vraiment s’éloigner. Ou juste un peu. Suffisamment en tout cas pour rendre le Progressif encore assez fascinant pour accepter de s’écarter un peu des sentiers battus. Des sentiers que tout le monde n’est pas capable d’arpenter.


Titres de l'album:

  1. Beyond Sight (They Are Here)
  2. Cryptozoological Quest
  3. Mechanical Tears
  4. Beyond Comprehension
  5. Exotic Wackos
  6. Pearl and Phillips Street
  7. Psychoanalysis
  8. Beyond Acceptance

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/11/2017 à 14:32
85 %    220

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ambient Road

Turn Up The Heat

Everrise

After The Eclipse

Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Clover

The Voyager

Lost Domain

...In the Waiting Room of Death

Bloody Nightmare

Hellwolf

Alice In Chains

Rainier Fog

The Radio Sun

Beautiful Strange

Metalriff

Blinded

Napalm Ted

Mouthful

Manes

Slow Motion Death Sequence

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Violently Draining Europe / Gorgasm + Cenotaph + Visceral Uprooting

Jus de cadavre / 13/09/2018
Brutal Death Metal

Interview ANTROPOFAGO

youpimatin / 08/09/2018
Brutal Death Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Dimanche

Jus de cadavre / 01/09/2018
Black Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Samedi

Jus de cadavre / 31/08/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Pain Of Salvation + Kingcrow

20/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Acidez + Banane Metalik

20/09 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Evadne + Lying Figures + The Holeum

20/09 : Le Klub, Paris (75)

Heart Of A Coward

20/09 : Olympic Café, Paris (75)

Tagada Jones + Opium Du Peuple

21/09 : Le Rio Grande, Montauban ()

Acidez + Banane Metalik

21/09 : Le Db, Narbonne (11)

Lonewolf + Speed Queen + Venin

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Alcest + Vampillia

21/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Les Ramoneurs De Menhirs

21/09 : Le Clapier, Saint-etienne (42)

Heart Of A Coward

21/09 : La Scène Michelet, Nantes (44)

Batushka

21/09 : Cco, Villeurbane (69)

Lower Than Atlantis

21/09 : Backstage, Paris (75)

Khaos Dei + Black Bomb A + The New Roses

21/09 : Parc De Villeroy, Mennecy (91)

Bukowski + Shoeilager + Redemption

22/09 : Désiré Granet, Anould ()

Nightrage + Voivod

22/09 : L'ilyade , Seyssinet-pariset ()

Alcest + Vampillia

22/09 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

Black Sin + Les Chants Du Nihil + S.u.t.u.r.e

22/09 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Alcest + Vampillia

23/09 : Fuzz'yon, La Roche-sur-yon (85)

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Defenestration + Burial Invocation

26/09 : Bar Hic, Rennes (35)

Alcest + Vampillia

26/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

+ Europe

27/09 : Le Trianon, Paris (75)

Stoned Jesus + Mothership

27/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Le titre en écoute laisse effectivement présager de quelque chose de vraiment pas mal !


Je confirme, ce skeud est excellent, le "mélange" des genres fonctionne à merveille.
La base death est bel et bien présente et parsemée de plans thrash ou black. La prod est nickel (ni trop, ni trop peu), et l'ensemble laisse un gout de reviens-y, ce qui est toujours bon signe. Je suivrai (...)


C'est bon ça !
Torture Throne était déjà excellent, alors affaire à suivre !!!!


"Un peu comme la dernière fille libre de la soirée, vous vous dites, je me la tape, on ne sait jamais, ça peut être surprenant..."

:D tu m'as tué !


Ah merde, la bad news !!!
En plus, un groupe de chez nous.
RIP man...


Pas encore écouté en entier, mais ce que j'ai entendu pour le moment promet un album énorme... Un groupe à part et absolument génial qui, comme le dit très bien la chro, est bien plus que du Sludge. Et sur scène c'est quelque chose aussi. Ça faisait bien longtemps que Nuclear Blast n'avait p(...)


Merci pour la kro!
Le MCD est dispo ici http://nihilistic-webzine-distro.fr


Wow...


Virulence ! Ça n'invente rien du tout, mais efficace ! Metalliquement, quand la Chine se réveillera vraiment ça va nous faire tout drôle je pense...


Tout ce que j'aime ! Ça va être long jusqu'au 26 octobre...


Le premier album m'avait beaucoup plu, ce titre pour l'instant ne me semble pas au même niveau mais il faut juger l'album dans son intégralité avec ce style.


Très grand groupe !


Oh putain !!!


Je les ai vus il y a un an, même pas, cherchez dans les reports.


Les compagnons des gras jambon !!!! là il y a du nom qui fouette


énorme en effet, wait and see


Une bien belle affiche, vénère comme il faut et surtout qui se différencie pas mal de beaucoup de fest Metal !


Je manque encore un peu de recul sur cet album mais les premières écoutes m'ont bien plu. On retrouve effectivement la patte Vilosophe.


Putain ! Toujours aussi bon malgré le poids des années...
Ce break de basse bordel !
Hâte d'entendre l'album complet.


Enorme fan du groupe, j'ai plus que hâte de me fourrer ça dans les oreilles bordel...