Au-delà, d’accord. Mais au-delà de quoi ? De la vie en elle-même ? Des possibilités artistiques ? Du Progressif ? J’en conviens, il faut du culot en 2017 pour se lancer dans l’aventure, le style ayant probablement tout dit depuis la fin des années 80, se réfugiant depuis dans l’excès, dans l’abus d’arrangements, ou dans le confort d’une production destinée à cacher une pauvreté d’inspiration crasse. Jouer du progressif n’est pas chose difficile, encore faut-il proposer des pistes sinon nouvelles, du moins pas encore trop foulées pour ne pas répéter les erreurs des ainés. Alors, au final, au-delà de quoi ce premier album d’EYESTRAL ? Au-delà de leurs propres capacités, révélées sur Beware the Rat King, publié en 2016 ? Difficile à dire, puisque si les capacités intrinsèques étaient plus ou moins exposées, on sentait que le potentiel n’était pas exploité à fond. Est-ce à dire que Beyond ose justement pousser les possibilités encore plus loin ? Oui, et non. Mais ce qui est certain, c’est que ce groupe a les moyens de jouer sa propre carte, sans se soucier d’un qu’en dira-t-on qui réduit souvent les éventualités comme peau de chagrin. En jetant un coup d’œil au tracklisting de ce premier LP, on se dit déjà que le quatuor (Ant Majora : guitare/chant, David Mouquet : lead, samples et programmation, Nicolas Di Costanzo : basse et Baptiste Collay : batterie) n’a pas fait les choses à moitié en proposant près d’une heure de musique décomposée en huit longs morceaux, qui prennent leur temps pour instaurer des ambiances. Ces dernières sont évolutives, le ton est mouvant, et les ambitions affichées, puisqu’après une très courte intro, nous tombons en plein dans le traquenard Techno Death qui nous ramène bien des années en arrière. Mais une constatation s’impose dès le départ.

Et elle est de taille. Si d’aventure, vous cherchiez depuis des décennies les dignes héritiers d’ATHEIST et du DEATH le plus technique, vous les avez trouvés. Ils s’appellent EYESTRAL, mais ne se contentent pas du costume étriqué de plagiaires ou d’adorateurs sans discernement. Non, ils vont plus loin que ça. Ils vont…au-delà.

Finalement, et sans tomber dans le piège de la formule à l’emporte-pièce, on pourrait concevoir ce premier LP comme le point de jonction entre les deux groupes déjà cités, PERIPHERY et DREAM THEATER, sans qu’on retrouve des accents trop prononcés dans des structures peu usitées. En gros, la synthèse de la complexité ultime et de la puissance légitime, dans un creuset instrumental sans barrières, qui ne tombe que très rarement dans la démonstration gratuite. Depuis longtemps, l’extrême s’est cherché des portes de sortie, histoire de ne pas tourner en rond dans le corridor de la redite, et semble avoir trouvé dans des progressions harmoniques de quoi étancher sa soif de liberté. Le carcan était trop difficile à supporter, et les musiciens ont commencé à se dire que la brutalité la plus crue pouvait aussi s’exprimer via une technique affirmée mise au service d’un ressentiment toujours aussi véhément. Et c’est ce genre de précepte que les rouennais appliquent, en long, en large et en travers, en explorant toutes les possibilités que leur offre leur créativité et leur niveau instrumental. Agressif, ce premier LP l’est. Mais il est aussi redoutablement intelligent. En admettant des accointances certaines avec la cruauté précieuse de la référence ultime GOJIRA, sans occulter leur fascination pour les maîtres du passé (Chuck Schuldiner, Kelly Shaeffer), les EYESTRAL se placent d’eux-mêmes à l’orée du Death et du progressif, ressuscitant pour l’occasion des sensations épidermiques ressenties à l’occasion de chefs-d’œuvre comme Human, ou Elements, et même en taquinant le spectre fugace d’un Focus, en optant pour des volutes de violence statiques, sur l’imparable «Beyond Comprehension », qui en effet, risque de passer au-dessus de bien des crânes.

Individuellement, les musiciens échappent à toute critique. Leurs qualités d’instrumentistes sautent aux yeux dès les premiers instants, et sont confirmées à chaque solo, à chaque break, et à chaque digression, chaque intervention, sans qu’ils n’éprouvent le besoin d’en rajouter à la louche pour nous les faire avaler. Mélodie, brutalité, mysticisme, pour des allusions plus ou moins directes au MEGADETH le plus commercial, noyé dans une véhémence Techno Thrash que le brave Dave à un jour plus ou moins contribué à populariser. Mais loin de jouer la carte de l’endorsing histoire de flatter des marques en multipliant les plans tape à l’œil, ces quatre-là ont décidé de composer de véritables morceaux, qui tiennent debout en tant que tels, et qui résument en une poignée de minutes toute l’histoire de la complexité instrumentale sans oublier de proposer des thèmes accrocheurs et des refrains fédérateurs (« Exotic Wackos »). On retiendra évidemment les dérives de guitares décidément très bavardes, la constance d’une section rythmique volubile aussi à l’aise dans les up tempi malmenés que dans l’assemblage de mesures impaires risqué, mais la mayonnaise ne monterait pas sans le coup de fouet vicieux d’un chanteur qui sait parfaitement moduler sa voix pour l’adapter à l’ambiance, et se rapprocher du brio de conteur d’un Ron Royce. CORONER, la référence n’est pas gratuite, et si les suisses ne se sont jamais lancés dans une entreprise de démolition aussi biscornue, leur façon d’accommoder des restes Thrash dans un contexte classique trouve ici un écho certain et définitif. Pourtant, rien n’est « facile » sur Beyond. Il faut du temps pour s’acclimater à ce déluge de sons et d’idées, mais on en ressort grandi, et certain d’avoir touché du doigt la quintessence de la densité extrême. C’est ce qui arrive, rarement, lorsque des praticiens mettent de côté leur ego pour le fondre dans un collectif, découlant sur une osmose générale impulsive, mais rationnelle.

En version médium, les débats sont d’importance, et « Psychoanalysis » prouve que le Thrash de papa n’est pas encore devenu obsolète, loin de là. En disciplinant le chaos d’un BLIND ILLUSION dans le psychédélisme outrancier d’un VOÏVOD, les rouennais se veulent caressant dans le sens inverse du poil, sans oublier de gratter, pour ne pas laisser le confort de la routine Heavy s’installer trop durablement. Certes, leurs parties sont parfois immédiatement reconnaissables d’un titre à l’autre, mais leurs déviances entremêlées d’intro/intermèdes samplés sont d’une clairvoyance rare, et « Beyond Acceptance » de se muer en épitaphe d’une routine que l’on prend plaisir à enterrer. On pourra reprocher quelques faiblesses de production, des lignes vocales parfois difficilement soutenues, mais on ne pourra souligner aucun manque dans le culot, qui dans les plus grands moments, se joue d’un Hard-Rock de facture classique pour le détourner façon Fusion apocalyptique (« Cryptozoological Quest »). Et si le rythme reste globalement raisonnable, préférant miser sur la polyrythmie plutôt que sur la vélocité, son intensité permet de friser les cimes d’un Death évolutif parfaitement compétitif (« Mechanical Tears », et son chant presque féminin dans les intonations). De l’audace, qui paie, à court, moyen et long terme, pour un premier essai en forme de voyage introspectif, pour une psychanalyse de l’étrange qui ne trouve pas forcément de cause au pourquoi, mais qui n’impose pas le « parce-que » comme seule réponse.

Cette réponse, vous la trouverez dans un au-delà finalement à votre portée. EYESTRAL via Beyond prouve qu’il est encore possible d’aller plus loin, sans vraiment s’éloigner. Ou juste un peu. Suffisamment en tout cas pour rendre le Progressif encore assez fascinant pour accepter de s’écarter un peu des sentiers battus. Des sentiers que tout le monde n’est pas capable d’arpenter.


Titres de l'album:

  1. Beyond Sight (They Are Here)
  2. Cryptozoological Quest
  3. Mechanical Tears
  4. Beyond Comprehension
  5. Exotic Wackos
  6. Pearl and Phillips Street
  7. Psychoanalysis
  8. Beyond Acceptance

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/11/2017 à 14:32
85 %    311

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

War Thrashed

Bienvenido A Tu Ejecucion

Pertness

Metamorphosis

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent


Belle chronique, complémentaire a choosing death ?
Très tentant


L'annonce qui n'annonce rien, j'espère que ça ne va pas se limiter à la sortie d'un t-shirt


J'aurais un titre a la place de ça ! Vivement du nouveau Entombed.


Intéressant ça.


1) Re-Ah ah ah !!!
2) Perso, je ne trouve pas que la scène NS soit plus pro, plus visible et plus acceptée qu'avant.
A mon sens, rien n'a bougé à ce niveau là.
"C'est aussi peut-être dû au "taf" sur le zine" : Bien vu je pense.
3) "Je fais partie de ceux qui dissocie c(...)


Ah ah ah !!!


14 ans ? trops jeunes pour moi et pour le black


"Louis-Ferdinand Céline, c'est énorme !"
Laurent Gerra.


Yep, excellente interview bien cash, et bonne découverte d'un label que je ne connaissais absolument pas !


sympa l'interview ! hate de lire les suivantes car c'est un sujet super interressant rarement exposé


Super démarche de votre part que cette nouvelle série d'interviews, et super cool entretien, très enrichissant ! Merci à vous !


Je précise que le "tu" utilisé plus haut ne se voulait pas personnel mais bien général. Le "on" aurait été de ce fait, plus approprié. ;-)