Night Of The Masks

Deficiency, Dsm, Voorhees, Witches

Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (France)

le 19/09/2020

Alors que les annulations pleuvent partout en France, une association dans l'est de la France résiste encore et toujours pour la survie de la culture. En effet, jusqu'à la dernière minute, jusqu'au moment où le premier groupe a balancé les premiers accords, on pouvait craindre que la décision administrative ne tombe, certains avaient carrément zappé la date pensant que, comme tout le reste, ce serait annulé. Non ils l'ont fait ! Ils ont démontré que c'était possible, même s'il faut encore attendre de voir si un cluster se déclare, mais sur la question du respect du public de ces normes, c'est un grand OUI ! Pourtant c'était tentant de faire l'accolade à ces mecs que l'on a pas vu depuis trop longtemps mais au-delà de la joie de sentir de nouveau cette musique vivante, il y avait clairement un message à envoyer à nos décideurs. Oui, le monde de la culture est capable de se discipliner et son public également. Certes, il faut prendre des précautions mais lorsque les garanties sont apportées par les organisateurs, comme ce fut le cas pour Delirium Tremens Production sur cette soirée, il faut aussi faire confiance à ceux qui ont l'habitude de gérer ce genre d’événement avec les risques qui sont liés.
Désormais, place à la musique, car après les retrouvailles, ce fut du lourd pour nos esgourdes avec 4 groupes pour une entrée à 8€ ! Autant dire que la mobilisation d'une cinquantaine de personnes est difficilement explicable, où étaient les beaux-parleurs ce samedi soir, ceux qui promettaient de se déplacer au premier concert venu ? Mais, nous étions entre amateurs, entre passionnés et nous étions bien.
Récit d'une soirée réussie !

L'association en a l'habitude, ouverture des portes une demie-heure avant le début des hostilités, cela permet au public de se retrouver autour d'un premier verre et au premier groupe de jouer devant un public et bien lui en a pris car ce soir c'est DSM qui ouvre la soirée et la réponse du public fut plutôt bonne.
Ce n'était pas gagné car les Meusiens pratiquent un Post-Death Metal, à savoir une musique à base de Death Metal mais sur laquelle ils appliquent une recette très variée. Rien que le chant de Max peut déjà cliver dans la scène Death Metal. Les habitués de ce site se rappelleront peut-être que je vous ai déjà parlé de ce quatuor à quelques occasions mais ce soir, le groupe évolue avec un nouveau bassiste qui remplace un Jonathan parti après l'enregistrement du dernier album, Elevations, qui fera l'objet d'une attention particulière dans la setlist de ce soir, et c'est bien légitime ! Ensuite, on retrouve, une nouvelle fois, ces claviers que Max s'approprient de mieux en mieux. Cet instrument fait quelques intrusions subtiles dans le son du groupe mais il appuie parfaitement les assauts de la guitare dans une approche Noise dans le sens où ce sont plutôt des notes ou nappes d'ambiance qui sont jouées. La guitare de P.E. peut se faire aérée, lourde ou tranchante, il faut dire que le guitariste est habile et ne rechigne pas à envoyer le bois lorsque l'intensité est à son paroxysme. Une ouverture de soirée ponctuée de réussite pour DSM qui aura gagner quelques amateurs ce soir et comme promis, je ne parle pas ici de ce qui se passe sur scène entre les morceaux, par contre je peux indiquer que Max se donne comme toujours finissant le concert en hurlant les paroles sans le micro sur la fin de l'"Absence" pour un effet qui fonctionne toujours, que la batterie est une véritable ode à la boucherie, ça tape fort, vite et bien. Un groupe à découvrir dont je vous reparlerais ici même dans peu de temps. 

Après une pause assez courte, c'est VOORHEES qui donne l’assaut avec son Death Metal "old-school" pouvant être teinté de quelques riffs Thrash bien senti. Le groupe tourne pas mal, en tout cas lorsque les concerts ont lieu, et la qualité de leur deuxième album Chapter Two a tapé à l'oreille des observateurs mais aussi du public. Les guitares sont bien rentre dedans, avec la dose de gras adéquate et la voix de Chris au timbre rocailleux colle parfaitement à l'énergie déployée par ce groupe dont je vous avais déjà parlé il y a quelques mois. Ce soir, si le son n'était pas optimum, j'ai cependant mieux compris où le groupe voulait en venir et autant vous dire qu'il nous y emmène sans ménagement mais avec un air détendu qui cache toutefois une férocité de tous les instants. Chris annoncera que le confinement aura permis l'écriture de nouveaux titres, comme beaucoup de groupe, et que, surprise générale, l'album prochain aura pour nom Chapter Three. Et bien oui les gaillards originaires de Metz ne lésinent pas sur les scoops mais nous balancent tout de même quelques nouveautés qui laissent transpirer quelques touches Thrash plus prononcées, était-ce l'effet du live, ces titres n'étant encore pas gravés, nous attendrons ce nouvel album pour confirmer cela.
Il n'empêche que ce soir VOORHEES a confirmé sa réputation et se pose comme un groupe de Death Metal à suivre de très près pour les amateurs du genre, ils quittent la scène en entamant un "Evil Dead" de DEATH qui ne sera pas joué entièrement mais cela en dit long sur les influences de ces gars et qui s'entendent très bien dans ce qu'ils réalisent.

Autre groupe qui sillonne les routes, autre ambiance, c'est DEFICIENCY qui prend la suite. Backdrop fond de scène et sur scène, présence et chorégraphies très travaillées, on sent que le groupe se donne les moyens de ses ambitions. Je les avais vu lors de leur premier album, cela jouait déjà très bien mais l'assurance n'était clairement pas la même que ce soir. Le show fonctionne bien et le groupe n'a pas oublié quelques parties de brutalité en contrepoids des refrains chantés qui pourrait faire tomber le groupe dans la catégorie TRIVIUM. D'ailleurs, il y a clairement un aspect moderne dans ce Thrash Metal sachant se faire groovy.
Je ne maîtrise pas vraiment ce qu'ils ont pu sortir à partir de leur deuxième album The Prodigal Child (2013) mais depuis la sortie de leur dernier album, The Dawn Of Consciousness (2017), le groupe a un nouveau batteur qui se révèle être d'une sacrée efficacité derrière son kit. Le public adhère plutôt bien à la musique du groupe, il faut dire que l'énergie déployée et l'aspect immédiat des titres joués ce soir joue en leur faveur. Le sevrage de concert de ces derniers mois nous pousse à goûter à chaque minute de ces shows proposés ce soir.
DEFICIENCY c'est l'alliance d'un Thrash moderne bâti sur des racines old-school avec un groove  très 90's et on peut penser à MACHINE HEAD ou à TRIVIUM dans ce genre là, mais c'est aussi un chant convaincant, des parties de guitare posées comme des claques dans la gueule d'un public semblant aimer cela, parfait pour faire monter le public en tension !

C'est moi où il y a une ressemblance troublante avec Dave Mustaine sur cette photo ?

C'est moi où il y a une ressemblance troublante avec Dave Mustaine sur cette photo ?

Et ça tombe bien car derrière c'est les iconiques WITCHES qui clôturent la soirée. Le groupe emmené par Sybille Colin-Tocquaine, la soeur d'Alex d'AGRESSOR. Le groupe qui avait débarqué en 1986 a bien changé depuis, au niveau line-up déjà puisque seule Sybille est encore dans le groupe qui a connu plusieurs période d'arrêt. Le groupe a ainsi multiplié les démos, les EP et un troisième album récemment, The Fate, qui n'est pas passé inaperçu.
Pourtant, ceux qui étaient restés sur le WITCHES des années 80 ont du mal à reconnaitre ce qui se joue devant eux, le groupe a passé un cap dans la brutalité, y compris sur les anciens titres joués ce soir, qui prennent une vitesse décuplée à l'image de ce "Lessive Agressive" issu de la première démo Silly Symphony (1988).

C'est donc un rouleau compresseur qui s'abat sur la scène du Contrepoint et cela fini par manquer de subtilité même si Sybille fait le job au niveau présence scénique, et d'ailleurs ses 2 deux compères ne sont pas en reste autour d'elle, la vitesse appliquée à tous les titres lisse un peu trop le rendu, dommage. Toutefois, il faut reconnaitre que WITCHES est sur la même dynamique que sur l'album, en mode tabassage en règle, et que même si on sait, si on devine ce qui va arriver derrière, la mandale fait méchamment mal à la mâchoire lorsque ça déboule !  Le public répond très positivement, les jeunes comme les moins jeunes, ceux qui ont connu le groupe à l'époque des démos, et un rappel sera même réclamé par le public.

C'est ainsi que le silence regagne sa place, avec quelques mots échangés à droite à gauche avec les différents acteurs de cette soirée qui fut une réussite même si on aurait pu penser que le public réponde plus nombreux.
Un grand bravo et un grand merci à Delirium Tremens Production pour avoir tenu durant cette période compliquée, on n'imagine pas l'état de stress de la team avant la tenue de ce concert et maintenant que la preuve est faite que cela est possible, ré-ouvrons les salles, tout comme on laisse les chefs d'entreprise prendre la responsabilité de la santé de leurs salariés, donnons la possibilité aux structures montrant le même sérieux que ce soir de travailler !

PUTAIN C'QUE CA FAIT DU BIEN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



par Simony le 26/09/2020 à 12:00
   493

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Saddam Mustaine
@78.125.218.60
14/10/2020, 23:13:28

Comme quoi.


Stop Covid, stop et retour des grands concerts !


Hellfest 2021 on sera tous là !!

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11

Gargan

J'étais sur la défensive, le hard français des 80s étant pour moi ce que l'ail est à la mauvaise haleine, mais là, effectivement, c'est nase.

24/01/2021, 20:39

Gargan

HumHUM... On en parle du clip de sors immanis ? 

24/01/2021, 20:17

Jus de cadavre

Encore une putain de sortie signée Iron Bonehead...Du Death de puriste. Les mecs sont restés bloqués dans une faille temporelle. Excellent.

24/01/2021, 16:12

Kairos

Si tu veux pas passer pour un connard prétentieux, fais l'effort d'expliquer ce que moi pauvre idiot n'ai pas compris, mais de façon courtoise, sinon je t'invite juste à fermer ta gueule

24/01/2021, 14:08

Orphan

Kairos, tu ferais mieux de fermer ton claque merde et en rester au métal.La politique Américaine, et manifestement la population de banlieue et ce qu'il s'y passe, tu ne maitrise pas !Et toi qui parle de lumière à tout les étages....

24/01/2021, 11:30

Invité

En soi le morceau est correct, mais j'ai juste attendu 4'50 un break guerrier qui te roule dessus et que ça parte...

24/01/2021, 10:39

Invité

Le kitsch et le ringard Made in France. Jamais copié, jamais égalé. Manque plus qu'un guest de Renaud Hantson et on coche toutes les cases du Hard à la Française des années 80.

24/01/2021, 10:33

Bones

Acheté ce matin en version simple (le digibook propose en bonus un DVD live qui ne m'intéressait pas plus que ça - youtube regorge de ce genre de trucs, ça ne vaut plus vraiment le coup de casquer pour des captations vidéo). 2 premières &(...)

23/01/2021, 23:25

Satan

A Simony : Je suis bien d'accord concernant "Alpha Noir" (mais n'oublie pas "White Omega" qui lui est beaucoup plus intéressant je trouve, avec ce côté Type O hyper assumé) et "1755" qui sont de vrais ratages. Surtout ce dernier q(...)

23/01/2021, 21:54

totoro

De manière générale, j'aime beaucoup Moonspell. Et je rejoins tout à fait l'avis de Satan sur les albums "cultes" du groupe. Et Simony, on a le même parcours concernant les lisboètes. Découverts avec "Sin/Pecado" qui re(...)

23/01/2021, 20:18

Simony

Idem, j'ai tous les albums jusqu'à Extinct et je suis assez d'accord sur Darkness And Hope, The Antidote. J'aime beaucoup The Butterfly Effect par exemple, Memorial, Night Eternal, Extinct tous ces albums sont très bons pour moi, avec Alpha Noir c'est d&eacu(...)

23/01/2021, 18:47

PtiMich

Ca fait du bien de revoir des trombines de l'époque !Faut absolument faire une émission sur NYHC* de l'époque ! (NancY Heavy Clan*)

23/01/2021, 17:48

Buck Dancer

Toujours une bonne nouvelle la sortie d'un nouveau Memoriam!!! 

23/01/2021, 15:39

RBD

Ils avaient collaboré avec les Krupps, aussi. À défaut d'être parmi les meilleurs dans un pays où la concurrence était relevée, ils étaient assez passionnés pour se reformer quand le revival Thrash est arrivé.

23/01/2021, 14:57