European Tour 2022

Hangman's Chair, Paradise Lost

Le Trabendo, Paris (France)

le 25/10/2022

Longtemps j'ai hésité, Strasbourg et sa facilité d'accès ou Paris et l'assurance d'être entre amis et de pouvoir loger sur place. Oui, je n'aime pas me déplacer sur Paris mais là, la soirée entre-amis devant deux groupes immanquables, il était évident que ce serait dans la capitale que je verrais ce concert !
Le dernier album de PARADISE LOST m'a mis une bonne claque, bien au-dessus de tant d'album de ces dernières années que je trouvais déjà très bon, par contre je ne connaissais pas le dernier HANGMAN'S CHAIR, découragé par le prix du CD vendu par Nuclear Blast, pratiquement 17€, je suis désolé mais non, au stand c'était 15€, ce qui était déjà bien plus raisonnable pour moi.
La date ayant affiché sold-out peu de temps avant la soirée, on peut confirmer que le management des anglais a bien fait de réduire un peu la jauge des salles visitées car le rendu est bien meilleur que d'être au milieu d'une salle au trois quart remplie. Bref, récit d'une soirée lourde, sombre, rampante mais jouissive au possible.

Désolé pour la qualité des photos...

Bon comme d'habitude, on prévoit d'arriver sur place au plus tôt, et comme d'habitude, on arrive sur place pile pour le début du premier concert, un jour, on apprendra de nos erreurs, mais peu importe, il est 19h45 et les Parisiens d'HANGMAN'S CHAIR éteignent les lumières de la salle et la joie de vivre du public. La batterie est montée en devant de scène mais le groupe ne manque pas de place pour bouger, notamment Clément à la basse et Julien à la guitare. Dès le début, on comprend bien que le groupe joue à la maison mais surtout qu'il jouit désormais d'un incroyable support du public et les derniers ignorants vont vite être conquis ! "An Ode To Breakdown" déboule en début de show, une ouverture de concert comme sur album, enchainée à "Cold & Distant".
Le son est massif, Mehdi frappe fort sur ses fûts comme toujours, harangue le public entre les morceaux, un jeu très visuel qui complète très bien celui de Julien à la guitare et celui de Clément à la basse. Parlons-en d'ailleurs de cette basse, l'homme arbore un long sweet de DRAB MAJESTY et le lien avec le son de sa basse et la scène Post-Punk / Coldwave est indéniable surtout que la guitare de Cédric emprunte également cette texture, le mimétisme avec THE CURE est criant ce soir, ce groupe a réussi à transformer son Stoner Doom Metal des débuts en un Cold Doom Metal puissant, raffiné et prenant. Impossible de ne pas goûter à l'arrivée d'un "Who Wants To Die Old" et ce "Loner" incroyable, 4 titres du dernier album qui passent parfaitement le test de la scène. Si sur disque le groupe peut donner l'impression de s'être adoucie, il suffit de les voir en concert pour constater qu'il n'en est rien, leur ADN est toujours là, toujours vivace. Après un break samplé, un changement de guitares, le groupe enchaine sur un retour dans le passé avec "Dripping Low", c'est le plus loin que le groupe remontera, titre imparable suivi du magnifique "04/09/16" et "Naive" pour finir ce concert d'une intensité folle, un son parfait et un jeu de lumière extrêmement soigné.
Pour être franc, avec PARADISE LOST on était habitué aux premières parties parfois bancales mais entre PALLBEARER la dernière fois et HANGMAN'S CHAIR cette fois-ci, c'est un vrai plateau attirant qui est proposé par les anglais désormais. Les français se retirent sous les applaudissements nourris du public, le groupe a réussi à passer un cap et l'international lui ouvre les bras pour y retrouver des grands comme GOJIRA je pense, et ce serait parfaitement mérité !
Setlist : An Ode To Breakdown / Cold & Distant / Who Wants To Die Old / Loner / Dripping Low / 04/09/16 / Naïve

Après une courte pause, la lumière s'éteint de nouveau et les cinq membres de PARADISE LOST débarquent au son du piano introduisant "Enchantment" ! Voilà le public est déjà dans la poche, l'ensemble de la salle crie "Oh like a fever, fever" et l'intensité ne va jamais retomber. Pourtant, les ingrédients scéniques du groupe ont très peu évolué depuis la première fois que je les ai vu sur la tournée de Symbol Of Life en 2002. Un jeu de lumière très sommaire, très concentré en fond de scène mais qui est une vraie galère pour les photographes, tout comme les interventions de Nick Holmes, sporadiques il n'est pas réputé pour un être un grand frontman mais c'est aussi ce qui rend le groupe si attachant, Greg Mackintosh concentré sur son jeu, très peu communicatif avec le public, un Steve Edmonson très statique et peu expressif à la basse, un Aaron Aedy qui se déboite la nuque pendant plus d'une heure. Mais voilà, le chant de Nick est quand même bien plus maitrisé et même si quelques flottements se font entendre du fait du changement de batteur très récent (oui encore !), c'est tout de même bien plus carré qu'à une époque ! C'est donc le batteur de STRIGOI qui assure l'intérim après le départ de Waltteri Väyrynen pour OPETH, Guido Montanarini va s'en sortir avec les honneurs toutefois, se concentrant sur la base des morceaux sans chercher à y imposer sa patte. On regrettera toutefois que les samples soient encore mixés très en avant sur les titres de One Second ou encore que le son de guitare "clean" qui suit le break de l'excellent "Darker Thoughts" soit incroyablement fort, desservant ce passage magnifique. Bref, le groupe a toujours quelques défauts qui fait qu'ils ne peuvent pas atteindre le niveau qu'il leur était promis à la sortie de Draconian Times. Au niveau setlist, nous sommes en mode best-of, outres les titres du dernier album, "Serenity", "Forsaken", "Darker Thoughts", "Ghosts" ou "The Devil Embraced", c'est l'enfilade des tubes, "Enchantment", "One Second", "Say Just Words", "The Last Time", "Blood And Chaos", "Embers Fire", "The Enemy", les titres marquants des albums choisis sont interprétés et le public n'en prend pas ombrage, bien au contraire, les refrains sont repris en chœur, les moindres solos sont chantés et même lorsque Nick Holmes dit qu'ils vont interpréter un titre qu'ils n'ont pratiquement jamais joué mais que ce soir ils ont envie de la jouer, peut-être parce que c'est la date la plus triste (oui il n'a rien perdu de son humour british le bonhomme) ce à quoi le public répond "As I Die" devant un Nick Holmes hilare de constater que le public n'est pas tombé dans sa blague et a surtout consulté la setlist des précédents concerts avant de venir...
La mise en avant d'un titre comme "Forsaken" est intéressante, laissant les singles de l'album pour la fin du concert, le groupe appuie vraiment avec un "Devil Embraced" extrêmement marquant ou ce "Serenity", il est vrai que PARADISE LOST peut être fier de son petit dernier et le public semble partager cet enthousiasme. Après un "Say Just Words" particulièrement bien rythmé, une belle communion avec le public, le groupe quitte la scène, Aaron a à peine quitté la scène que le public les rappelle déjà, une longue ovation descend du trabendo et Nick Holmes revient seul sur le devant de scène pour entamer "Darker Thoughts". L'ovation du public est fournie lorsque l'ensemble du groupe le rejoint, moment intense pour débuter les rappels qui débouche sur un "Embers Fire" qui truste les setlists du groupe depuis très longtemps maintenant avant de finir sur "Ghosts" parfait et son "for Jesus Christ" qui raisonne dans toutes les têtes alors que les lumières se rallument. La salle est moite, mon T-shirt tient debout tout seul comme un soir de juin, la chaleur est étouffante et rapidement, la sécurité pousse vers la sortie ceux qui ne se dirigent pas vers le stand de merchandising. Un regret tout de même, le groupe n'a pas les pressages qu'il vend sur son site, Live Death, Symbol Of Life ou Paradise Lost en vinyl et les T-Shirt atteignent 25€ !!! Voilà encore un effet du Brexit même si on imagine aisément que les T-Shirts ont pu être imprimés en Europe et récupéré par le groupe avant celle-ci pour éviter les droits de douanes, nous sommes là sur des effets indépendants de la volonté du groupe mais c'est vraiment dommage. Reste que les anglais, pour la deuxième fois consécutive, me confirme que j'adore ce groupe tant sur disque que sur scène et que les médisants ne peuvent plus rien pour moi, je suis fan et je l'assume pleinement. Quel concert, bravo à Garmonbozzia pour ce plateau et ce choix de salle, vite une autre date en France !
Le groupe aura passé sous silence les albums Believe In Nothing, c'est assez fréquent tout comme Lost Paradise, mais aussi Paradise Lost et Symbol Of Life qui ont pourtant bénéficié d'une réédition vinyle portée par le groupe lui-même récemment, l'excellent Tragic Idol ou Host, peut-être pour se concentrer sur ce dernier avec la sortie du nouveau projet du même nom réunissant Greg Mackintosh et Nick Holmes ? C'est peut-être aussi la démonstration que ce groupe sous-estimé commence à avoir beaucoup trop d'excellents titres pour une setlist standard.
Setlist : Enchantment / Forsaken / Blood And Chaos / Faith Divides Us Death Unites Us / Eternal / One Second / Serenity / The Enemy / As I Die / The Devil Embraced / The Last Time / No Hope In Sight / Say Just Words Encore : Darker Thoughts / Embers Fire / Ghosts

par Simony le 02/11/2022 à 13:00
   146

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
02/11/2022, 21:47:28
Un vieux camarade de concert devait être aussi à cette date parisienne...


Cela fait bien longtemps que je n'ai pas revu PL, mais ils ne s'arrêtent plus dans le Midi depuis un paquet d'années et c'est fort dommage.


Humungus
membre enregistré
03/11/2022, 08:32:54

"C'est peut-être aussi la démonstration que ce groupe (...) commence à avoir beaucoup trop d'excellents titres pour une setlist standard"

CQFD...


Simony
membre enregistré
03/11/2022, 09:13:21

Oui comme toi RBD, je regrette que ce groupe ne quadrille pas plus notre pays mais peut-être que le sold-out sur Paris et le bon remplissage de Strasbourg pourrait leur donner l'envie d'aller à Nantes, Lyon et dans le Sud de la France...

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51