Est-il encore possible en 2017 de jouer une musique simple, proche des racines, sans suivre la tendance, et avoir un public ? La réponse à cette question semble évidente, et reste anglaise, puisque les WALKWAY ont fêté cette année leur millième concert depuis leur formation en 2007. Dix ans de tournées, de concerts dans les bars, et de premières parties fameuses, en ouverture de STATUS QUO, THE DARKNESS, BLACK STONE CHERRY, SLADE, Bernie MARSDEN (WHITESNAKE), Eric MARTIN (MR BIG) ou Graham BONNET (RAINBOW), mais aussi dix ans d’une discographie riche de trois longue-durée, Top Shelf Content et sa pochette coquine, Streetwise et ce petit dernier, WWIII, qui ne dénotera aucunement dans une production à l’homogénéité assumée. Alors, pourquoi me direz-vous ce trio (Chris Ready: chant/guitare rythmique,

James Ready: guitare lead/chœurs et Andy Burlace: batterie/chœurs) n’est-il pas plus connu sur la toile ou dans les rues ? Certainement parce que sa musique n’a jamais eu la chance de bénéficier de la promotion qu’elle méritait, dans une époque noyée de métissage musical, et de mouvances modernes qui occupent le devant de la scène, à juste raison ou pas. Ici, point question de vintage, d’old-school, d’alternatif ou de Néo je-ne-sais-quoi, mais juste d’un Rock joué Hard, qui chaloupe, ventile, réchauffe et sait rester ludique, mais utile. Point d’esbroufe, de gesticulations en arrangements électroniques ou d’amplis chauffés à blancs d’une émotion passéiste, mais juste de la distorsion solide, et des harmonies limpides.

Le tout vous semble satisfaisant ? Rafraichissant ? Alors jetez-vous à corps et cœur perdu dans l’expérience WWIII. Vous en ressortirez fringant, et rassuré sur la possibilité que le Rock se veuille encore sincère, et non à corps défendant.

Les WALKWAY ne nous ont pas grugés sur la quantité. Quatorze morceaux pour presque une heure de musique, le timing est parfait, et dites-vous en plus que chaque chanson à sa propre identité. Ça semble incroyable à l’heure d’albums formatés sur le même moule déjà usé, mais c’est pourtant une vérité artistique prouvée. Et si parfois, des accents groovy rebondissent sur les toits, c’est pour mieux atterrir sur des pattes un peu grungy, qui pourtant ne souffrent d’aucun opportunisme, ou jeunisme. A compter que le Grunge séduise encore la nouvelle génération…

Les frangins Ready savent toujours comment trousser des hymnes à la joie de vivre et de bouger, ce que démontre sans ambages l’introductif « Stutter », qui s’il ne doit rien à KISS, ne bégaye pas pour autant son Hard Blues torride comme une jam texane. On pense à l’écurie de superhéros Frontiers, mais aussi à une version très particulière de la vague Hair Metal 80’s tardive, celle qui se rappelait que sous le mascara, devait perler la sueur. Guitare affamées, déhanché viril mais pas empoté, voix lead claire et imposée, et chœurs matraqués, l’ambiance est festive, et nous plonge dans une atmosphère de live at home, que l’on retrouve sur tout l’album. Mais avec un LP enregistré en treize jours seulement aux Sonic One Studio (mais mixé à Abbey Road, excusez du peu), pas étonnant que le feeling brut soit privilégié, et que les influences remontent à la surface sans tout gommer. Si le trio cite volontiers AC/DC, AEROSMITH, BON JOVI, DEF LEPPARD, EAGLES, LED ZEPPELIN, NICKELBACK, ou VAN HALEN comme modèles avoués, il le fait avec honnêteté, tant toutes ces allusions sont justifiées mais pas suffisantes pour les cerner. On pourrait aussi évoquer WINGER ou une première mouture d’EXTREME (« Best I Ever Had »), ou un STATUS QUO survitaminé et au boogie déchaîné, voire un SWEET complètement allumé (« Get A Grip »). En gros, toutes les grosses têtes d’affiche Rock’n’Hard de ces quarante dernières années, bien que WWIII ne se veuille pas simple copie vite bâclée.

L’affaire et solide, à défaut d’être originale, mais l’enthousiasme l’emporte sur les exigences, que l’on range au placard devant l’éventail impressionnant des capacités. Sans jamais se départir de son approche un peu bourrue, les WALKWAY savent aussi s’aventurer sur le terrain protégé de l’AOR raffiné (« Casey », un modèle à la JOURNEY que l’on fredonne sans faire exprès), ou nous soumettre quelques injonctions fermes, mais tout de Rock parées (« Kiss Me Hard », archétype de beat chaloupé qui agite les pieds sans nous laisser la possibilité de les arrêter). Si les intitulés semblent tous avoir été empruntés au vocable d’artistes confirmés (« Modern Day », « Same Old Situation », « Right Here Right Now », ou comment citer sans le faire TESLA, MÖTLEY CRÜE ou un VAN HALEN d’enfer), la musique se suffit à elle-même pour nous faire headbanguer d’un Hard Rock rageur mais léché (« Modern Day », qui nous propose sur un plateau des décibels eighties arrangés à la sauce nineties). Le trio tente même avec un incroyable brio le coup de la ballade semi-acoustique qu’on écoute quand le moral est en berne (« Holding On To Letting Go », superbes harmonies vocales et pureté d’un chant qui ne cherche pas les effets), même si on regrette parfois que la rythmique ne s’emballe pas d’un up tempo qui aurait tout brûlé (« Leap Of Faith », puissant, mais qu’on aurait souhaité moins saccadé). Heureusement, le tableau s’éclaircit d’une nouvelle incartade AOR bien sentie (« Right Here, Right Now », parfait comme tel), avant de clôturer la séquence principale d’une dernière charge frontale (« Something About You », couplets gonflés pour refrain coloré, la recette éprouvée mais parfaitement restituée).

Pour les plus gourmands, trois bonus tracks restent en suspens, « Rain », reprise du QUO en hommage au regretté Rick Parfitt, qui bénéficie même du batteur de la formation (John Coghlan), et qui assure la filiation d’un engagement et d’une passion, « Mission Impossible », illustré d’une vidéo et que les DEF LEPPARD auraient certainement pu nous proposer au sommet de leur carrière hystérique, ainsi qu’un rappel purement acoustique de « Holding On To Letting Go », épuré de toute prétention électrique, et assez proche d’un MR.BIG ou d’un EXTREME. Comme vous le constatez, le menu est copieux, mais suffisamment bien équilibré pour ne pas trop encombrer.

Dès lors, comment expliquer que les WALKWAY ne soient jamais devenus la next big thing de la perfide Albion ? Je n’ai aucune réponse à cette interrogation, sans doute est-ce dû à un manque de promotion…Mais avec un tel album dans leur musette, et des concerts qui emmèneront le public en goguette, gageons que le destin de ces trois musiciens pourra changer du jour au lendemain. Il ne tient qu’à vous de répandre leur bonne parole musicale, qui est aussi honnête et sincère que le Rock puisse l’être. Un disque magnifique, qu’on écoute d’abord d’une oreille distraite, et qui finit par s’imposer d’une traite, sans autre astuce que ses qualités intrinsèques. De la magie, dans une époque où celle-ci est souvent surfaite, voire occultée ?

C’est un fait, et elle opère en toute humilité.


Titres de l'album:

  1. Stutter
  2. Best I Ever Had
  3. Get A Grip
  4. Casey
  5. Kiss Me Hard
  6. Modern Day
  7. Same Old Situation
  8. Holding On To Letting Go
  9. Leap Of Faith
  10. Right Here Right Now
  11. Something ‘Bout You
  12. Rain (STATUS QUO Cover - Bonus Track)
  13. Mission Impossible (Bonus Track)
  14. Holding On To Letting Go [Acoustic] (Bonus Track)

Site officiel


par mortne2001 le 07/10/2017 à 18:12
85 %    59

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Frozen Graves

Frozen Graves

Betrayed

The Unbeliever

Bucium

Miorița

Profane Order

Tightened Noose of Sanctimony

Midnight City

Не умрем

Phantasm

Three Men Make a Tiger

Jarun

Sporysz

Primero Muerto

Dividen Para Gobernar

The Animal In Me

Helping Won't Help

Obskuritatem

U Kraljevstvu Mrtvih...

In Shadows And Dust

A Fleur de Peau

Blackest Sin

Blood Eagle

Wargame

Dead Skaters Brigade

Steel Shock

For Metal To Battle

Malakhim

Demo I

Eternal Torment

Blind to Reality

Carousel Vertigo

Revenge Of Rock And Roll

Ascended Dead

Abhorrent Manifestation

Cruentator

Ain't War Hell

Gods Of Violence Tour

Simony / 15/01/2018
Death Metal

VAMACARA STUDIO

youpimatin / 05/01/2018
Vacamara Studio

Interview du groupe SKELETHAL

Jus de cadavre / 02/01/2018
Death Metal

Interview Samuel SANTIAGO (BLACK MARCH)

youpimatin / 30/12/2017
Black Metal

Concerts à 7 jours

Civil War + Gloryhammer

16/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Civil War + Gloryhammer

17/01 : Le Petit Bain, Paris (75)

Inquisition + Septic Flesh

18/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Arch Enemy + Wintersun

18/01 : Le Transbordeur, Lyon (69)

Loudblast + Teska

19/01 : La Carene, Brest (29)

Inquisition + Septic Flesh

19/01 : Le Chabada, Angers (49)

Fleshdoll + Anamorh + Ascendance

20/01 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Inquisition + Septic Flesh

20/01 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Ouais ! Bien prometteur !


Coucou Arioch91, heureux aussi de te recroiser sur ce site fort sympathique ! Comme quoi, l'odeur du bon métal en fusion rapproche tous les fins gourmets autour de la gamelle !!!


Pour ma part "son black album" est deja sorti et porte le titre de "the blackening"..
Tout a fait d'accord avec RBD, Flynn est l'incarnation même de la mentalité Américaine concernant la réussite professionnelle ;-)
Différente de la notre et donc difficile à comprendre pour nous Eu(...)


Y'a pas à chercher plus loin. En tant que vieux fan du groupe, je peux dire que Flynn reflète parfaitement la mentalité Américaine dans son rapport au succès personnel. Et en plus c'est une très grande gueule !
Quoi qu'on pense des albums de Machine Head, son tour de force est d'être pa(...)


Oui, rien de surprenant dans cette déclaration. Dès "Burn my Eyes" ( qui à son intérêt) Machine Head à été opportuniste et c'est plus respectable de dire "que le métal doit viser le grand public" que " nous voulons plus de succès et d'argent "