Est-il encore possible en 2017 de jouer une musique simple, proche des racines, sans suivre la tendance, et avoir un public ? La réponse à cette question semble évidente, et reste anglaise, puisque les WALKWAY ont fêté cette année leur millième concert depuis leur formation en 2007. Dix ans de tournées, de concerts dans les bars, et de premières parties fameuses, en ouverture de STATUS QUO, THE DARKNESS, BLACK STONE CHERRY, SLADE, Bernie MARSDEN (WHITESNAKE), Eric MARTIN (MR BIG) ou Graham BONNET (RAINBOW), mais aussi dix ans d’une discographie riche de trois longue-durée, Top Shelf Content et sa pochette coquine, Streetwise et ce petit dernier, WWIII, qui ne dénotera aucunement dans une production à l’homogénéité assumée. Alors, pourquoi me direz-vous ce trio (Chris Ready: chant/guitare rythmique,

James Ready: guitare lead/chœurs et Andy Burlace: batterie/chœurs) n’est-il pas plus connu sur la toile ou dans les rues ? Certainement parce que sa musique n’a jamais eu la chance de bénéficier de la promotion qu’elle méritait, dans une époque noyée de métissage musical, et de mouvances modernes qui occupent le devant de la scène, à juste raison ou pas. Ici, point question de vintage, d’old-school, d’alternatif ou de Néo je-ne-sais-quoi, mais juste d’un Rock joué Hard, qui chaloupe, ventile, réchauffe et sait rester ludique, mais utile. Point d’esbroufe, de gesticulations en arrangements électroniques ou d’amplis chauffés à blancs d’une émotion passéiste, mais juste de la distorsion solide, et des harmonies limpides.

Le tout vous semble satisfaisant ? Rafraichissant ? Alors jetez-vous à corps et cœur perdu dans l’expérience WWIII. Vous en ressortirez fringant, et rassuré sur la possibilité que le Rock se veuille encore sincère, et non à corps défendant.

Les WALKWAY ne nous ont pas grugés sur la quantité. Quatorze morceaux pour presque une heure de musique, le timing est parfait, et dites-vous en plus que chaque chanson à sa propre identité. Ça semble incroyable à l’heure d’albums formatés sur le même moule déjà usé, mais c’est pourtant une vérité artistique prouvée. Et si parfois, des accents groovy rebondissent sur les toits, c’est pour mieux atterrir sur des pattes un peu grungy, qui pourtant ne souffrent d’aucun opportunisme, ou jeunisme. A compter que le Grunge séduise encore la nouvelle génération…

Les frangins Ready savent toujours comment trousser des hymnes à la joie de vivre et de bouger, ce que démontre sans ambages l’introductif « Stutter », qui s’il ne doit rien à KISS, ne bégaye pas pour autant son Hard Blues torride comme une jam texane. On pense à l’écurie de superhéros Frontiers, mais aussi à une version très particulière de la vague Hair Metal 80’s tardive, celle qui se rappelait que sous le mascara, devait perler la sueur. Guitare affamées, déhanché viril mais pas empoté, voix lead claire et imposée, et chœurs matraqués, l’ambiance est festive, et nous plonge dans une atmosphère de live at home, que l’on retrouve sur tout l’album. Mais avec un LP enregistré en treize jours seulement aux Sonic One Studio (mais mixé à Abbey Road, excusez du peu), pas étonnant que le feeling brut soit privilégié, et que les influences remontent à la surface sans tout gommer. Si le trio cite volontiers AC/DC, AEROSMITH, BON JOVI, DEF LEPPARD, EAGLES, LED ZEPPELIN, NICKELBACK, ou VAN HALEN comme modèles avoués, il le fait avec honnêteté, tant toutes ces allusions sont justifiées mais pas suffisantes pour les cerner. On pourrait aussi évoquer WINGER ou une première mouture d’EXTREME (« Best I Ever Had »), ou un STATUS QUO survitaminé et au boogie déchaîné, voire un SWEET complètement allumé (« Get A Grip »). En gros, toutes les grosses têtes d’affiche Rock’n’Hard de ces quarante dernières années, bien que WWIII ne se veuille pas simple copie vite bâclée.

L’affaire et solide, à défaut d’être originale, mais l’enthousiasme l’emporte sur les exigences, que l’on range au placard devant l’éventail impressionnant des capacités. Sans jamais se départir de son approche un peu bourrue, les WALKWAY savent aussi s’aventurer sur le terrain protégé de l’AOR raffiné (« Casey », un modèle à la JOURNEY que l’on fredonne sans faire exprès), ou nous soumettre quelques injonctions fermes, mais tout de Rock parées (« Kiss Me Hard », archétype de beat chaloupé qui agite les pieds sans nous laisser la possibilité de les arrêter). Si les intitulés semblent tous avoir été empruntés au vocable d’artistes confirmés (« Modern Day », « Same Old Situation », « Right Here Right Now », ou comment citer sans le faire TESLA, MÖTLEY CRÜE ou un VAN HALEN d’enfer), la musique se suffit à elle-même pour nous faire headbanguer d’un Hard Rock rageur mais léché (« Modern Day », qui nous propose sur un plateau des décibels eighties arrangés à la sauce nineties). Le trio tente même avec un incroyable brio le coup de la ballade semi-acoustique qu’on écoute quand le moral est en berne (« Holding On To Letting Go », superbes harmonies vocales et pureté d’un chant qui ne cherche pas les effets), même si on regrette parfois que la rythmique ne s’emballe pas d’un up tempo qui aurait tout brûlé (« Leap Of Faith », puissant, mais qu’on aurait souhaité moins saccadé). Heureusement, le tableau s’éclaircit d’une nouvelle incartade AOR bien sentie (« Right Here, Right Now », parfait comme tel), avant de clôturer la séquence principale d’une dernière charge frontale (« Something About You », couplets gonflés pour refrain coloré, la recette éprouvée mais parfaitement restituée).

Pour les plus gourmands, trois bonus tracks restent en suspens, « Rain », reprise du QUO en hommage au regretté Rick Parfitt, qui bénéficie même du batteur de la formation (John Coghlan), et qui assure la filiation d’un engagement et d’une passion, « Mission Impossible », illustré d’une vidéo et que les DEF LEPPARD auraient certainement pu nous proposer au sommet de leur carrière hystérique, ainsi qu’un rappel purement acoustique de « Holding On To Letting Go », épuré de toute prétention électrique, et assez proche d’un MR.BIG ou d’un EXTREME. Comme vous le constatez, le menu est copieux, mais suffisamment bien équilibré pour ne pas trop encombrer.

Dès lors, comment expliquer que les WALKWAY ne soient jamais devenus la next big thing de la perfide Albion ? Je n’ai aucune réponse à cette interrogation, sans doute est-ce dû à un manque de promotion…Mais avec un tel album dans leur musette, et des concerts qui emmèneront le public en goguette, gageons que le destin de ces trois musiciens pourra changer du jour au lendemain. Il ne tient qu’à vous de répandre leur bonne parole musicale, qui est aussi honnête et sincère que le Rock puisse l’être. Un disque magnifique, qu’on écoute d’abord d’une oreille distraite, et qui finit par s’imposer d’une traite, sans autre astuce que ses qualités intrinsèques. De la magie, dans une époque où celle-ci est souvent surfaite, voire occultée ?

C’est un fait, et elle opère en toute humilité.


Titres de l'album:

  1. Stutter
  2. Best I Ever Had
  3. Get A Grip
  4. Casey
  5. Kiss Me Hard
  6. Modern Day
  7. Same Old Situation
  8. Holding On To Letting Go
  9. Leap Of Faith
  10. Right Here Right Now
  11. Something ‘Bout You
  12. Rain (STATUS QUO Cover - Bonus Track)
  13. Mission Impossible (Bonus Track)
  14. Holding On To Letting Go [Acoustic] (Bonus Track)

Site officiel


par mortne2001 le 07/10/2017 à 18:12
85 %    325

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever