Quitte à entamer un weekend qui s’annonce des plus maussades, autant y aller franchement, et obscurcir l’horizon de nuages encore plus noirs. Lesquels ? Des Blackulonimbus auraient certainement fait l’affaire, tout comme des Sludgeostratus, mais j’ai finalement opté pour une solution moins évidente en invoquant un banc de Nimblackothrashus, qui m’ont paru plus appropriés pour débuter les hostilités chômées en toute beauté. Pour ça il me fallait trouver le courant idoine et le groupe porteur, mais c’est une fois de plus le destin qui s’en est chargé pour moi, en me livrant sur un blue screen ce qu’il me fallait pour laisser les gouttes de la haine filtrer les persiennes. Et c’est en Suède, le pays de l’hiver sans fin et de la violence sans faim que j’ai dégoté les concentrations d’humidité nécessaires à un blocage de l’astre qui nous réchauffe, sous la forme de trois faiseurs d’orages assez brutaux et vilains, mais salement habiles de leurs mains.

Suède donc, Västerås pour être plus précis, et une formation remontant à 2005. Quatre démos successives, jusqu’en 2011, date de sortie d’un premier longue durée, Inevitable Decay, suivi trois ans plus tard d’un Violent Procreation, qui nous amène donc encore trois ans plus tard à ce troisième LP, Through The Walls Of Flesh, pas forcément plus abordable ou empathique que les deux autres…Moins ?

C’est une éventualité, tant ces suédois semblent se radicaliser d’année en année.

ENTRENCH, puisqu’il faut bien nommer les troupes, est un trio donc (Fredrik Pellbrink – guitare/chant, Joel Sundin – basse et Mats Blyckert – batterie, depuis 2015), dont j’avais abordé le cas dans d’autres colonnes que celles de Metalnews en 2014, lorsque j’avais traité de leur second LP Violent Procreation. LP dont j’avais dit le plus grand bien, en évoquant ses accointances avec le radicalisme en vogue dans les années 80 du côté de l’Allemagne, mais aussi celles de leur propre pays. J’avais évoqué à l’occasion une union entre la sauvagerie d’outre-Rhin des premiers efforts de KREATOR ou PROTECTOR et la froideur glaciale des premières exactions Death des ENTOMBED, le tout joué à l’envi et avec une sauvagerie digne des SACRIFICE et autres combos refusant les limites de la politesse instrumentale.

Mon opinion et mes références n’ont pas trop changé, même si on note sur ce troisième effort une stabilisation de l’agression, qui pourtant n’engendre ni la mélancolie, ni la routine. Les trois suédois sont toujours aussi véhéments, et leur musique aussi frontale, et ces sept morceaux prouvent qu’ils n’ont pas l’intention de s’adoucir, ni de céder aux sirènes du jeunisme.

Leur Thrash légèrement Death et agréablement blackisé est toujours aussi compétent et performant, et jouit même d’une excellente production, chose assez rare dans ce créneau hyper sadique et brutal.

Evidemment, d’originalité, il n’est toujours point question. Le leitmotiv d’ENTRENCH n’a pas changé d’un iota, et se concentre toujours sur des bousculades rythmiques assez rudes, et une valse de riffs circulaires qui densifient les nuages pour empêcher toute apparition intempestive du soleil. Néanmoins, et en se démarquant de leurs homologues naviguant dans des courants Black/Thrash, les trois musiciens savent aussi faire preuve d’une certaine finesse progressive qui permet à leurs morceaux les plus longs de dérouler sans lasser. Et il fallait faire preuve de créativité pour placer suffisamment d’idées au sein de titres comme « The Coming Storm-Dawn of War » ou « Fragments-Shadow of Death », qui piétinent allégrement les huit minutes. Mais pas de soucis à se faire, les instrumentistes ayant plus d’un break et d’un plan dans leur poche, ces dits morceaux nous entraînent dans un délire Thrash fabuleusement brutal, mais merveilleusement créatif, qui tout en nous collant de sacrées roustes derrière la tête, prennent soin de nous panser pour ne pas nous laisser K.O pour le compte.

Pour ce faire, la magie d’ENTRENCH tient à son équilibre assez bluffant entre Thrash, Death et Black, et leur capacité à réveiller des pulsions différentes dans nos cœurs de bourrins qui ont traversé les époques sans pacemaker. Alors, tout y passe, des blasts sortant de nulle part aux riffs ténébreux made in scandinavia, en passant par les grognements rappelant les plus grandes heures de POSSESSED, le tout enrobé dans un packaging enflammé qui ne laisse que peu de place au répit.

Les fans de SADUS et autres combos foulant les frontières entre Thrash et Death seront évidemment comblés par des orgies de violence ciselées comme « White Light Precedes Black Rain », qui secoue les tignasses dans tous les sens par intermittence, mais les véritables amoureux d’un Thrash old-school puisant dans toutes ses influences sauront reconnaitre le mérite épique de la clôture « Fragments-Shadow of Death » qui de son riff lourd et sabbathien nous maintient en éveil jusqu’à la fin avec un brio forçant le respect. Car loin d’être une mini-horde de barbares, les suédois savent faire preuve de nuance pour nous entraîner dans leur transe, de la même façon que les meilleurs combos extrêmes le faisaient il y a de ça vingt-cinq ou trente ans.

Alors, la modulation dans l’écrasement est de mise. On passe par toutes les voies possibles, du pamphlet radical et lourdement Death/Thrash à la « Dead End » qui nous suggère le POSSESSED le plus primal et le GRAVE le moins radical, à l’empilement de plans vertigineux qui s’entrechoquent sous des cieux orageux (« Iron Coffin », ou comment pousser le Thrash dans ses derniers retranchements).

Et des pistes aussi malicieuses (dans le sens le plus evil du terme) comme « Enter The Fray », prouvent que les ENTRENCH font partie des prédateurs dominants de la scène Thrash actuelle, et qu’ils sont loin de se contenter de nous refourguer des plans déjà usés avant d’avoir été utilisés. Rythmique en chien de fusil, vocaux diaboliques, riffs qui modulent sans en avoir l’air, pour une gigantesque tempête sous un crâne en fusion qui ne connaît aucune baisse de régime. Et avec un timing parfait de moins de quarante minutes, les suédois frappent fort, vite, et intelligent, avant de se replonger dans une hibernation de trois années pour revenir encore plus fort. De fait, Through The Walls Of Flesh est une étape de plus vers la perfection d’une brutalité qui laisse hébété, mais aussi fort joyeux en ce weekend un peu trop pluvieux.

Une bonne raison de rester chez soi, dans le confort d’un extrême old-school qui pique un peu plus loin que les pointes de son bracelet clouté.


Titres de l'album:

  1. The Coming Storm _ Dawn of War
  2. Enter The Fray
  3. iron Coffin
  4. Dead End
  5. The Warmonger Sacrament
  6. White Light Precedes Black Rain
  7. Fragments _ Shadow of Death

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/08/2017 à 14:11
80 %    217

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Devil's Hand

Devil's Hand

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....


Bah moi je serai à la troisième date française totalement zappée par vos services...
Et toc !


Merrimack live c'est rare ! Sur album c'est excellent, mais live c'est tout aussi bon ! Et pour le coup c'est l'excellent Omegaphilia qui sera joué en entier...


Allez y !


Entièrement d'accord et aussi bon sur albums qu'en live.


Eux qui nous ont habitué à l'excellence, je trouve qu'ici on est plutôt dans le low cost... un peu comme la qualité de ce titre d'ailleurs.