Lorsque Les Acteurs de L’Ombre Productions vous avertissent de nouvelles signatures, votre attention est immédiatement optimale. On sait le label très exigeant sur ses productions, que ce soit en termes de packaging toujours très soigné, mais surtout en termes de contenu musical. Le célèbre label underground dont la réputation grandit de sortie en sortie ne s’abaisse pas à considérer le tout-venant, et exige l’exception. Et c’est donc avec une fascination indéniable qu’on se penche à chaque fois sur les nouveautés proposées, ce qui est encore une fois le cas avec le one-man band national TIME LURKER, dont le premier album disponible dès le mois de juin n’en est pas vraiment un.

Mais avant d’aller plus loin dans les précisions, parlons donc du background et de la genèse de ce projet somme toute à part, même sur notre scène française pourtant si fertile.

TIME LURKER est donc centré sur la figure créative de Mick, qui selon la légende (relayée par le CEO des Acteurs Gérald Milani lui-même) aurait assisté à son premier concert à l’âge très précoce de six ans (EMPEROR, ce qui pour un bambin n’est pas une expérience commune). Au-delà de cette anecdote ludique, Mick depuis 2014 répand ses vues sur un Black empreint de Post Black dit « atmosphérique », aux confluents de références telles que ALTAR OF PLAGUES, WEAKLING, YELLOW EYES, KRALLICE ou encore LEVIATHAN. Ces quelques influences, uniquement énoncées pour placer le contexte, ne sont pas restrictives, et la musique du strasbourgeois va beaucoup plus loin qu’une simple somme de références, et s’inscrit dans le renouveau de la scène BM nationale au même titre que les NIGHT, DELUGE, PENITENCE ONIRIQUE ou autres CREATURES.

Selon la bio prodiguée par le label, « Le concept de TIME LURKER repose sur un long voyage introspectif confronté à la nature humaine et au bout duquel nous affrontons nos démons matérialisés par nos doutes, nos angoisses et nos peurs. ». Si la thématique est d’usage, sa concrétisation musicale est bien moins prévisible. Se sevrant de sonorités typiquement BM (les blasts sont bien présents, ainsi que le chant acide et écorché), pour les transcender de mélodies venues d’un ailleurs Post Metal froid et rigide comme un vent de mort, Time Lurker se conçoit en effet comme un voyage aux confins de la douleur morale et physique, et de la quête d’identité formelle. S’inspirant autant de la littérature de conte scientifique de Jules Verne que des fantasmagories occultes de H.P Lovecraft, Mick brosse un portrait thématique de l’humanité telle qu’il la perçoit, pleine de contradictions, et vouée à un destin inéluctable pour peu que la race humaine ne change pas la donne.

Plus concrètement, ce premier album qui comme je le précisais n’en est pas un, est un collage très habile des deux premiers EP sortis par le projet, I et II, qui trouvent ici un point d’orgue de cohérence assez troublant. La cohérence dans la continuité des deux premiers formats courts est telle qu’on penserait ce premier album pensé comme tel, et non comme résumé exhaustif d’une jeune carrière. Mais loin de sombrer dans la monotonie de jeu, ce que cette juxtaposition pourrait laisser à penser, je préfère parler d’unité de personnalité qui permet à son auteur d’aller de l’avant tout en regardant en arrière.

Et du coup, ces deux premiers EP via ce premier jet éponyme se voient éclairés d’une lumière nouvelle leur donnant un corps et un sens différent.

Pour autant, Time Lurker n’est pas à jeter en pâture à toutes les oreilles. Il faut une certaine discipline d’écoute pour en apprécier les méandres, et surtout, une patience indéniable pour en découvrir tous les desseins et recoins sombres, décrits par trois compositions d’entame très longues et progressives.

De « Rupture » et ses presque douze minutes d’introduction à « Ethereal Hands » et ses huit minutes trente de BM apocalyptique et cryptique, le chemin est long, et semé d’embuches mélodiques et rythmiques.

Les guitares, aux riffs acerbes et fourbes se muent soudain en fontaines d’arpèges empoisonnés, tandis que la rythmique se meut dans un mouvement perpétuel d’avant en arrière, alternant les blasts violents avec les compressions en mid qui subissent la pression d’une double grosse caisse au mixage légèrement étouffé.

Et si les harmonies vénéneuses des guitares empruntent au vocable du BM des origines, tout autant qu’au Post BM de ces dix dernières années, si le chant reste fixé sur des obsessions nordiques héritées des 90’s, les arrangements globaux vont au-delà de toute allusion trop évidente pour friser le Post BM absolu, non contemplatif, mais agressif et puissant, ce qui différencie TIME LURKER de bon nombre de ses contemporains.

Puis, de « Reborn » a « Passage », la donne change et le temps s’écoule plus vite, mais la compréhension n’est pas plus aisée pour autant.

Mick coupe alors les ponts avec le formalisme de la première partie de l’album, pour oser un intermède mélancolique et inquiétant, tentant le pari de l’instrumental bilan, avant de pousser la véhémence et la violence dans leurs derniers retranchements via un terrifiant « No Way Out From Mankind » qui symbolise à merveille le trauma d’une espèce condamnée à rester ce qu’elle est, vestige éphémère d’un cycle de vie figé.

Ce morceau, le plus compact et abrasif du lot est une véritable déclaration d’intention, et donne corps à ce constat déprimant qui oblige l’homme à faire face à son destin, via un maelstrom BM d’une noirceur insondable, ne cherchant aucunement à édulcorer sa menace d’une quelconque litanie d’espoir Post Metal.

Aussi violent qu’un EMPEROR dénué de toute prétention orchestrale et symphonique, TIME LURKER se transforme alors en bête immonde et hideuse, acceptant son reflet peu flatteur dans le miroir d’un extrême n’admettant aucune limite de vitesse et d’intensité.

Et si « Passage » nous en offre un qui suit les pas d’un Ambient grondant à la LUSTMORD/IN SLAUGHTER NATIVES, « Whispering From Space » reprend les choses là où «Ethereal Hands » les avaient laissées, en écrasant la vélocité d’une pesanteur presque Doom majestueuse, et toujours sous perfusion mélodique soutenue. Le goutte à goutte nous maintient alors dans un coma artificiel, aux portes de la mort, fin que l’auteur se refuse à admettre comme conclusive. Lancinance, oppression, voix de plus en plus grave dans ses accents et son constat, pour une terrifiante impasse qui ouvre pourtant d’énormes perspectives pour un projet dont la finalité n’a certainement pas fini de nous surprendre.

Pour l’occasion, Mick s’est entouré de guests pour donner corps aux incarnations vocales et a convié Thibo (PARAMNESIA, JEANNE), Tony (RANCE), Cédric (END OF MANKIND, PYRECULT), et Clem (LE MAL DES ARDENTS) à partager l’office oral en sa compagnie, ce qui permet d’apprécier une variété de ton qui donne encore plus d’épaisseur à un premier album d’une complétion bluffante.

Alors, en effet, il est difficile de parler de nouveauté pour un disque qui n’est que l’association de deux EP précédemment sortis. Et pourtant, avec Time Lurker, Mick parvient à nous présenter un nouveau visage, aux traits aussi flous que l’ancien. Ce tour de force est assez révélateur des capacités d’un auteur/compositeur qui perçoit le Black Metal comme un vecteur d’expression et non comme un asile le protégeant de la réalité extérieure.

Un album à réserver à ceux comme moi qui sont persuadés que le vrai BM vivra et renaîtra tant que la vie continuera de nous harasser de ses contraintes morales et physiques.

Et Dieu ou Lucifer savent que la fin du chemin n’est pas si proche que l’on croit…


Titres de l'album:

  1. Rupture
  2. Judgment
  3. Ethereal Hands
  4. Reborn
  5. No Way Out From Mankind
  6. Passage
  7. Whispering From Space

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/06/2017 à 14:12
85 %    715

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!