Highway to Heartbeak

Stardust

09/10/2020

Frontiers Records

Un petit groupe hongrois qui attire l’attention du plus gros label européen d’AOR et de Hard Rock mélodique, c’est un peu le conte de fée que tout le monde aime. Le genre d’histoire qui rappelle ces légendes américaines de groupes jouant sur des petites scènes alors qu’un gros manager/producteur est dans la salle incognito, et qui se retrouvent signés sur des majors, avec une gigantesque tournée prévue après qu’ils aient décroché leur premier hit single. C’est pourtant ce qu’ont vécu les STARDUST, qui visiblement ont vraiment un nuage de poussière d’étoiles qui gravite autour d’eux, puisqu’avec un seul EP autoproduit dans la poche, le quintet est parvenu à persuader ce bon vieux Serafino de les héberger et de les promouvoir en Europe. Là aussi, la signature résulterait selon la légende de l’insistance des fans du groupe auprès du staff du label pendant l’un des fameux Frontiers Rock Festivals, mais en écoutant le premier LP de ces originaires de Budapest, je ne peux que comprendre la foi de leur fanbase. Dans un créneau très risqué de nostalgie Hard Rock mélodique, teinté d’AOR sensible, les hongrois ont réussi à défier les américains et les italiens sur leur propre terrain, se payant même le luxe de les battre en termes de fraîcheur et d’énergie, ce qui n’est pas le moindre des exploits. Et de fil en aiguille, de tube en hit, le petit poucet est en passe de se transformer en Cendrillon du bal harmonique, nous livrant là une performance hallucinante, qui a quand même bénéficié d’un gros coup de pouce de deux princes charmants.

En effet, STARDUST a pu se reposer sur les épaules solides de deux grands noms de la musique, Mark Spiro (BAD ENGLISH, HOUSE OF LORDS, GIANT) et Tommy DENANDER (RADIOACTIVE, OVERLAND, Steve WALSH), pour assumer la préparation de ce premier grand soir, et immanquablement, Highway to Heartbeak brille comme le diamant qu’il est, le groupe ayant même eu la bonne idée de citer la belle Pat Benatar dans le texte en reprenant son « Heartbreaker ». D’un autre côté, « 2nd Hand Love » leur a été ciselé par Mark Spiro lui-même, qui a fait un sacré cadeau aux hongrois en leur offrant un hit de cette ampleur, qui nous replonge directement dans les années 80 de WINGER, SLAUGHTER, SURVIVOR et autres BON JOVI. Bien sûr, l’album en gagne une énorme plus-value, allant même jusqu’à saluer de la main les cousins suédois, certainement médusés de voir un autre peuple faire aussi bien qu’eux en termes de vintage remis au goût du jour. Mais l’expression résume très bien l’attitude et la philosophie des STARDUST, qui sont très conscients de ne rien avoir inventé. Fondé en 2015 par deux amis, Adam Stewart (chant) et Tim Keeley (batterie), et rejoints rapidement par trois autres membres, Facey (guitare/choeurs), Dave Legrand (claviers), et Ben Martin (basse/choeurs), STARDUST n’a d’autre ambition que de céder à sa passion, celle d’un Hard Rock clairement ancré dans le passé. D’ailleurs Adam Stewart, chanteur et membre fondateur n’hésite pas à déclarer sans aucune gêne :

« Nous adorons DEF LEPPARD, WINGER, JOURNEY et tous les trucs des années 80… Alors, nous avons pris toutes ces influences et nous avons mixé ça à la mode STARDUST. » 

Et le bougre, avec sa naïveté presque touchante touche du doigt la quintessence de la vérité, puisqu’on retrouve en effet ces influences dans la musique de son groupe, chaude comme un soleil d’été, et joyeuse comme un sourire californien. Impossible de résister au charme de ces compositions simples mais truffées de refrains fédérateurs et de chœurs charmeurs (« Shout It Out »), et impossible de ne pas ressentir les effets du bronzage sur la peau en écoutant ce LP chargé en UV. Et lorsque la bande se laisser aller à la douceur d’une fin d’après-midi, il retrouve la magie de DEF LEPPARD pour ces blue-songs qui laissent le cœur un peu nostalgique (« Can’t Stop Loving You »). Le son, évidemment parfait - critères d’exception Frontiers oblige - met admirablement bien en valeur tous les instrumentistes, offrant une rondeur bienvenue à la basse de Ben Martin, et matifiant la batterie de Tim Keeley, qui peut s’en donner à cœur joie lors de ses numéros en up tempo. D’ailleurs, l’album est marqué par ce beat frénétique, qui évite de tomber dans la mélasse des bons sentiments trop prononcés, et les chansons sont volontiers agressives, restant toutefois dans les balises d’un Hard Rock harmonieux. Cela dit, STARDUST ne se prive pas pour emballer les débats, retrouvant la fougue d’un SWEET à l’occasion du refrain explosif de « Eye To Eye », autre tube incontestable. Mais comment mettre un titre en avant au détriment d’un autre lorsqu’ils ont tous l’ampleur de tubes imparables des années 80 ? Et le tracklisting prend des allures de boom eighties menée par un DJ impeccable qui connaît ses références américaines sur le bout des doigts, et qui exhume des perles AOR inestimables (« Hey Mother »).

Mais outre les compositions immaculées, l’autre atout de Highway to Heartbeak reste la voix incroyable de pureté et de puissance d’Adam Stewart, capable de rivaliser avec les Jami Jamison et autres Steve Perry, tout en gardant cette touche européenne plus souple et moins démonstrative. Mais lorsque l’homme grimpe dans les aigus, il ne fait pas semblant, et se montre capable d’enflammer n’importe quel couplet classique, alors que les soli de Facey retrouvent l’incandescence du légendaire Neal Schon. Une formation très en place donc, humble mais consciente de ses moyens, et ayant le culot de reprendre à sa sauce du Pat Benatar en y ajoutant une partie plus personnelle. Tous les amateurs de Hard Rock/AOR calibré années 80 risquent donc de se fédérer autour de ce groupe, et chacun choisira son chapitre préféré pour mettre en avant les nombreuses qualités des hongrois, même si l’entame « Runaway » n’a rien à envier en termes d’intensité à son pendant Bon JOVIen, ou si « Perfect Obsession » n’aurait pas dépareillé sur le meilleur album de SLAUGHTER ou sur une compilation d’inédits de DEF LEPPARD.  Quoiqu’il en soit, STARDUST incarne à merveille la relève de la garde en Europe, et prouve qu’un petit groupe de Budapest peut finir par attraper ses rêves avec de l’obstination, un peu de chance et beaucoup de talent. Je plains sincèrement les prochains groupes de Frontiers sortant un album devant se mesurer à Highway to Heartbeak. Car la comparaison risque de se transformer pour eux en Highway to Hell.                                                                                                                 

Titres de l’album:

01. Runaway

02. Heartbreaker

03. Bullet To My Heart

04. Perfect Obsession

05. 2nd Hand Love

06. Shout It Out

07. Can’t Stop Loving You

08. Eye To Eye

09. Hey Mother

10. Blue Jeans Eyes

11. The River Is Rollin’


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/10/2020 à 16:29
95 %    348

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52