Généralement, les groupes norvégiens, finlandais, ou suédois versant dans l’extrême préfèrent se concentrer sur le BM, le Death, ou des formes très particulières et locales de Crust et de D-Beat. Mais heureusement pour nous, certains restent encore fidèles au Grind le plus analogique et efficace, nous évitant de répéter le même laïus à chaque chronique. C’est le cas de nos trois amis du jour, les MAKKMAT qui ne s’embarrassent pas de principes et qui foncent dans le tas sans réfléchir aux conséquences de leurs actes. Prosaïquement, les MAKKMAT en sont arrivés là parce que tous leurs groupes précédents ont splitté, et qu’ils n’avaient pas forcément envie de jouer du Blackened Death ou du Metal. Alors Grind, et pas qu’un peu. Se définissant comme de gros punks, ils ont évité la case démo pour directement passer par l’étape EP, bien que le dit EP soit en fait constitué de leurs démos. Tout ça est logique sans l’être, et pourrait ne rester qu’une anecdote, sauf que les larrons en question ont fait masteriser leur machin par l’insomniaque et omnipotent Brad Boatright à l’Audiosiege, et qu’ils nous balancent une grosse douzaine de décharges sonores aussi électriques qu’elles ne sont joyeuses. Sans tourner autour du pot, Beina Brenner n’est qu’une pure agression des sens, le genre de choc que seuls les anglais savaient produire au début, mais qui depuis a trouvé un écho certain dans les esprits malades des finlandais et norvégiens. Le résultat n’est rien de moins qu’une gigantesque calotte d’un quart d’heure, qui ressuscite l’esprit originel du style, en y apportant sa touche, et en prônant la furie comme valeur majeure.

Mais de fait, et par extension, chroniquer un EP de Grind qui dure un quart d’heure n’est pas chose facile même en commençant à l’heure. Puisque les rythmiques sont atomiques, que les blasts sont prolifiques, que la dualité vocale goret/grizzly est manifeste, que les riffs empestent la vengeance de peste, tout est dit ou presque, sauf que cette œuvre dégage une euphorie toute particulière. Bons musiciens, les trois marsouins qui définissent leur nom de baptême comme « le bruit que font deux morceaux de chair humaine pourris frappés l’un contre l’autre » ne versent pas pour autant dans le Goregrind, et ne refusent pas totalement quelques attaques plus D-beat que la moyenne, bien que leur musique ressemble fortement au barouf produit par la scène Crust suédoise. On y trouve donc des passages méchamment efficaces en up tempo, des accélérations de bargeots, et surtout une ambiance globale assez joviale, qui permet de ne pas trop se prendre au sérieux. Mais c’est éminemment professionnel, joué par des amoureux du genre qui n’ont pas encore donné le moindre concert, mais qui vont bientôt tout casser dans leur pays et à côté. Leurs propres morceaux sont du genre bien costaud, et comme en sus les zigues nous gratifient de deux reprises pas piquées des vers  (« Drop Dead » de SIEGE, « Protest and Survive » de DISCHARGE), le menu est copieux, ludique, nerveux, et hautement jouissif.

Doté d’un son qui bien sûr respecte les dogmes de sècheresse inhérents au genre, Beina Brenner est le genre de truc viscéral qu’on se cogne pour se défouler, mais qui répond à des exigences de musicalité. Pas de foutoir donc ni de simple excuse à une pauvreté technique manifeste, et surtout, du gras, une distorsion qui tâche, une atmosphère un peu sombre même dans les moments les plus guillerets, et une propension à aménager des transitions fluides qui ne cassent pas la dynamique. Un petit EP qui permet pendant un quart d’heure de se souvenir que le Grind peut être l’un des sous-genre les plus jouissifs de l’extrême, et que les pays nordiques savent en manier les codes avec flair et intelligence. Certes, pas d’épiphanie à attendre, pas de révélation sur le chemin de Birmingham, mais largement de quoi étancher votre soif de violence musicale paillarde, et la découverte d’un nouveau groupe qui pourrait faire office de leader en son pays. Un mix intelligent entre les mouvances Hardcore de l’Europe du Nord, les tendances à la précipitation anglaises, et une attitude bravache et Punk qui ne déplaira pas à tous les vilains bordéliques qui sommeillent en vous. Et comme en plus, les titres n’atteignent jamais les deux minutes, que ces trois tarés parviennent à densifier encore plus la lourdeur des DISCHARGE sans manquer de respect à leur répertoire, qu’ils semblent prendre un véritable plaisir à nous casser les oreilles (ce que Brad a très bien compris en enrobant leur son dans un glaçage bien épais), et qu’ils ont tout enregistré dans la foulée (mais merci au mixage de Ruben Willem) pour garder l’éthique en vie, on ne peut que saluer les MAKKMAT pour nous offrir un tel défouloir de colère qui n’en est pas pour autant méchant. Positive Grind ? Oui, ça peut se concevoir.    


Titres de l'album :

                           1.Sjeikelandet

                           2.Kommentarfelt-Kommando

                           3.Korinterbrevet

                           4.Barnevernet

                           5.Kvesta

                           6.Drop Dead

                           7.Mustafa-Brevet

                           8.Landeplage

                           9.Burning Cop

                           10.Heil Brundtland

                           11.Spräckta Snutskallar

                           12.Protest And Survive

                           13.Blind Vold I G-Moll

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/06/2019 à 17:46
80 %    160

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...