Beina Brenner

Makkmat

08/04/2019

Everyday Hate

Généralement, les groupes norvégiens, finlandais, ou suédois versant dans l’extrême préfèrent se concentrer sur le BM, le Death, ou des formes très particulières et locales de Crust et de D-Beat. Mais heureusement pour nous, certains restent encore fidèles au Grind le plus analogique et efficace, nous évitant de répéter le même laïus à chaque chronique. C’est le cas de nos trois amis du jour, les MAKKMAT qui ne s’embarrassent pas de principes et qui foncent dans le tas sans réfléchir aux conséquences de leurs actes. Prosaïquement, les MAKKMAT en sont arrivés là parce que tous leurs groupes précédents ont splitté, et qu’ils n’avaient pas forcément envie de jouer du Blackened Death ou du Metal. Alors Grind, et pas qu’un peu. Se définissant comme de gros punks, ils ont évité la case démo pour directement passer par l’étape EP, bien que le dit EP soit en fait constitué de leurs démos. Tout ça est logique sans l’être, et pourrait ne rester qu’une anecdote, sauf que les larrons en question ont fait masteriser leur machin par l’insomniaque et omnipotent Brad Boatright à l’Audiosiege, et qu’ils nous balancent une grosse douzaine de décharges sonores aussi électriques qu’elles ne sont joyeuses. Sans tourner autour du pot, Beina Brenner n’est qu’une pure agression des sens, le genre de choc que seuls les anglais savaient produire au début, mais qui depuis a trouvé un écho certain dans les esprits malades des finlandais et norvégiens. Le résultat n’est rien de moins qu’une gigantesque calotte d’un quart d’heure, qui ressuscite l’esprit originel du style, en y apportant sa touche, et en prônant la furie comme valeur majeure.

Mais de fait, et par extension, chroniquer un EP de Grind qui dure un quart d’heure n’est pas chose facile même en commençant à l’heure. Puisque les rythmiques sont atomiques, que les blasts sont prolifiques, que la dualité vocale goret/grizzly est manifeste, que les riffs empestent la vengeance de peste, tout est dit ou presque, sauf que cette œuvre dégage une euphorie toute particulière. Bons musiciens, les trois marsouins qui définissent leur nom de baptême comme « le bruit que font deux morceaux de chair humaine pourris frappés l’un contre l’autre » ne versent pas pour autant dans le Goregrind, et ne refusent pas totalement quelques attaques plus D-beat que la moyenne, bien que leur musique ressemble fortement au barouf produit par la scène Crust suédoise. On y trouve donc des passages méchamment efficaces en up tempo, des accélérations de bargeots, et surtout une ambiance globale assez joviale, qui permet de ne pas trop se prendre au sérieux. Mais c’est éminemment professionnel, joué par des amoureux du genre qui n’ont pas encore donné le moindre concert, mais qui vont bientôt tout casser dans leur pays et à côté. Leurs propres morceaux sont du genre bien costaud, et comme en sus les zigues nous gratifient de deux reprises pas piquées des vers  (« Drop Dead » de SIEGE, « Protest and Survive » de DISCHARGE), le menu est copieux, ludique, nerveux, et hautement jouissif.

Doté d’un son qui bien sûr respecte les dogmes de sècheresse inhérents au genre, Beina Brenner est le genre de truc viscéral qu’on se cogne pour se défouler, mais qui répond à des exigences de musicalité. Pas de foutoir donc ni de simple excuse à une pauvreté technique manifeste, et surtout, du gras, une distorsion qui tâche, une atmosphère un peu sombre même dans les moments les plus guillerets, et une propension à aménager des transitions fluides qui ne cassent pas la dynamique. Un petit EP qui permet pendant un quart d’heure de se souvenir que le Grind peut être l’un des sous-genre les plus jouissifs de l’extrême, et que les pays nordiques savent en manier les codes avec flair et intelligence. Certes, pas d’épiphanie à attendre, pas de révélation sur le chemin de Birmingham, mais largement de quoi étancher votre soif de violence musicale paillarde, et la découverte d’un nouveau groupe qui pourrait faire office de leader en son pays. Un mix intelligent entre les mouvances Hardcore de l’Europe du Nord, les tendances à la précipitation anglaises, et une attitude bravache et Punk qui ne déplaira pas à tous les vilains bordéliques qui sommeillent en vous. Et comme en plus, les titres n’atteignent jamais les deux minutes, que ces trois tarés parviennent à densifier encore plus la lourdeur des DISCHARGE sans manquer de respect à leur répertoire, qu’ils semblent prendre un véritable plaisir à nous casser les oreilles (ce que Brad a très bien compris en enrobant leur son dans un glaçage bien épais), et qu’ils ont tout enregistré dans la foulée (mais merci au mixage de Ruben Willem) pour garder l’éthique en vie, on ne peut que saluer les MAKKMAT pour nous offrir un tel défouloir de colère qui n’en est pas pour autant méchant. Positive Grind ? Oui, ça peut se concevoir.    


Titres de l'album :

                           1.Sjeikelandet

                           2.Kommentarfelt-Kommando

                           3.Korinterbrevet

                           4.Barnevernet

                           5.Kvesta

                           6.Drop Dead

                           7.Mustafa-Brevet

                           8.Landeplage

                           9.Burning Cop

                           10.Heil Brundtland

                           11.Spräckta Snutskallar

                           12.Protest And Survive

                           13.Blind Vold I G-Moll

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/06/2019 à 17:46
80 %    476

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

Le clip est juste insoutenable. Tellement que je trouve la zique de CC en décalage avec les images. Trop propre pour ce qui est montré. Mais je dois reconnaître qu'avec cette vidéo sur du trafic d'organes immonde, Canniboul fait fort, très fort. Pas pr&(...)

25/02/2021, 11:30

Arioch91

La voix est juste horripilante   Next !

25/02/2021, 08:56

Arioch91

Ca dépote ! Mais ça, je le dis souvent, j'écoute l'album et souvent, je finis par dire : next !Donc je vais pas m'emballer et écouter l'album plus en détails avant de me prononcer.

25/02/2021, 08:52

Humungus

Ah là oui !C'est effectivement très cliché dans le genre (ce qui reste quasi obligatoire d'ailleurs dans le style), mais effectivement, c'est largement au dessus de la moyenne pour ce qui est de la "clarté" de l'ensemble.Tr&e(...)

25/02/2021, 08:14

Humungus

Mouuuais...Au vu de vos avis dithyrambiques, je me suis donc penché sur ce bazar que je ne connaissais pas du tout :Je n'y ai absolument rien trouvé de ce que vous a fait frissonner les gars.Cela m'a fait penser à du Deathcore.J'avai(...)

25/02/2021, 08:10

Jefflonger

Très sympa à regarder cette vidéo, merci. De mon côté j'ai vu plusieurs fois le groupe en concert sans posséder les albums. L'erreur est réparée  et je les écoute maintenant régulièrement sauf sign of the d(...)

24/02/2021, 17:41

POMAH

C'est pas mal du tout. Cela manque un poil d'agressivité, mais y'a du bon la dedans.Cela me rappel Betray my secrets - Shamanic dreams. 

24/02/2021, 17:15

Gargan

Vraiment hâte d'écouter, en espérant un mix entre nostalgie et des riffs de qualité de l'époque plus récente.

24/02/2021, 13:02

RBD

En voilà qui ont mangé du Slayer quand ils étaient petits. On dirait du The Haunted.

24/02/2021, 12:10

Gargan

Vidéo sympa, bien que j'ai du mal avec le rythme et la lecture de notes. ça viendra.Scène découverte sur le tard, avec comme favoris le contamination rises de No return et le sublime dementia des Louds, symposium d'Agressor et signs of the decline vena(...)

23/02/2021, 18:42

Buck Dancer

Une petite mise en bouche avant la sortie d'un EP de nouvelles compos.... dans 4 ou 5 ans ? 

23/02/2021, 13:41

Arioch91

Massacra, un pote de bahut achetait des CD par palettes entières tous les mois.Il m'en passait quelques uns. J'en copiais certains sur K7 mais j'avais trop d'un coup. Aussi le premier Massacra fut vite passé aux oubliettes, comme malheureusement plein d&a(...)

23/02/2021, 09:17

Humungus

Je ne connais pas le groupe mais il est toujours triste que des fans de BLACK FLAG et de Suze se sépare...

23/02/2021, 09:10

Humungus

AAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHH !!! !!! !!!J'en rêvais !!! Ils l'ont fait !!!En souhaitant effectivement que la légende perdure putain !

23/02/2021, 08:58

POMAH

Si c,est aussi bon qu'Iron Man, achat direct.

23/02/2021, 08:50

Solo Necrozis

Hâte d'entendre ça... Iron Man, c'était quelque chose.

23/02/2021, 08:06

Bones

Exact, encore du Thrash vendu au mètre. Maîtrise, codes bien présents... mais la magie n'opère pas non plus chez moi.

23/02/2021, 07:47

Bones

Ah merdum, dommage qu'ils cèdent à cette facilité là.  J'y jetterai forcément une oreille mais ça fera forcément moins tripper que des compos personnelles.   Manque d'inspiration ? Paresse ?Je suis en plein retour no(...)

23/02/2021, 07:44

Bones

Pardon.   Final Holocaust - Enjoy - Signs.Donc je voulais parler d'un 4ème album dans la même veine.  ;-)

23/02/2021, 07:34

Buck Dancer

Encore un très bon morceau de Baest. L'album s'annonce bien. 

23/02/2021, 02:16