Généralement, les groupes norvégiens, finlandais, ou suédois versant dans l’extrême préfèrent se concentrer sur le BM, le Death, ou des formes très particulières et locales de Crust et de D-Beat. Mais heureusement pour nous, certains restent encore fidèles au Grind le plus analogique et efficace, nous évitant de répéter le même laïus à chaque chronique. C’est le cas de nos trois amis du jour, les MAKKMAT qui ne s’embarrassent pas de principes et qui foncent dans le tas sans réfléchir aux conséquences de leurs actes. Prosaïquement, les MAKKMAT en sont arrivés là parce que tous leurs groupes précédents ont splitté, et qu’ils n’avaient pas forcément envie de jouer du Blackened Death ou du Metal. Alors Grind, et pas qu’un peu. Se définissant comme de gros punks, ils ont évité la case démo pour directement passer par l’étape EP, bien que le dit EP soit en fait constitué de leurs démos. Tout ça est logique sans l’être, et pourrait ne rester qu’une anecdote, sauf que les larrons en question ont fait masteriser leur machin par l’insomniaque et omnipotent Brad Boatright à l’Audiosiege, et qu’ils nous balancent une grosse douzaine de décharges sonores aussi électriques qu’elles ne sont joyeuses. Sans tourner autour du pot, Beina Brenner n’est qu’une pure agression des sens, le genre de choc que seuls les anglais savaient produire au début, mais qui depuis a trouvé un écho certain dans les esprits malades des finlandais et norvégiens. Le résultat n’est rien de moins qu’une gigantesque calotte d’un quart d’heure, qui ressuscite l’esprit originel du style, en y apportant sa touche, et en prônant la furie comme valeur majeure.

Mais de fait, et par extension, chroniquer un EP de Grind qui dure un quart d’heure n’est pas chose facile même en commençant à l’heure. Puisque les rythmiques sont atomiques, que les blasts sont prolifiques, que la dualité vocale goret/grizzly est manifeste, que les riffs empestent la vengeance de peste, tout est dit ou presque, sauf que cette œuvre dégage une euphorie toute particulière. Bons musiciens, les trois marsouins qui définissent leur nom de baptême comme « le bruit que font deux morceaux de chair humaine pourris frappés l’un contre l’autre » ne versent pas pour autant dans le Goregrind, et ne refusent pas totalement quelques attaques plus D-beat que la moyenne, bien que leur musique ressemble fortement au barouf produit par la scène Crust suédoise. On y trouve donc des passages méchamment efficaces en up tempo, des accélérations de bargeots, et surtout une ambiance globale assez joviale, qui permet de ne pas trop se prendre au sérieux. Mais c’est éminemment professionnel, joué par des amoureux du genre qui n’ont pas encore donné le moindre concert, mais qui vont bientôt tout casser dans leur pays et à côté. Leurs propres morceaux sont du genre bien costaud, et comme en sus les zigues nous gratifient de deux reprises pas piquées des vers  (« Drop Dead » de SIEGE, « Protest and Survive » de DISCHARGE), le menu est copieux, ludique, nerveux, et hautement jouissif.

Doté d’un son qui bien sûr respecte les dogmes de sècheresse inhérents au genre, Beina Brenner est le genre de truc viscéral qu’on se cogne pour se défouler, mais qui répond à des exigences de musicalité. Pas de foutoir donc ni de simple excuse à une pauvreté technique manifeste, et surtout, du gras, une distorsion qui tâche, une atmosphère un peu sombre même dans les moments les plus guillerets, et une propension à aménager des transitions fluides qui ne cassent pas la dynamique. Un petit EP qui permet pendant un quart d’heure de se souvenir que le Grind peut être l’un des sous-genre les plus jouissifs de l’extrême, et que les pays nordiques savent en manier les codes avec flair et intelligence. Certes, pas d’épiphanie à attendre, pas de révélation sur le chemin de Birmingham, mais largement de quoi étancher votre soif de violence musicale paillarde, et la découverte d’un nouveau groupe qui pourrait faire office de leader en son pays. Un mix intelligent entre les mouvances Hardcore de l’Europe du Nord, les tendances à la précipitation anglaises, et une attitude bravache et Punk qui ne déplaira pas à tous les vilains bordéliques qui sommeillent en vous. Et comme en plus, les titres n’atteignent jamais les deux minutes, que ces trois tarés parviennent à densifier encore plus la lourdeur des DISCHARGE sans manquer de respect à leur répertoire, qu’ils semblent prendre un véritable plaisir à nous casser les oreilles (ce que Brad a très bien compris en enrobant leur son dans un glaçage bien épais), et qu’ils ont tout enregistré dans la foulée (mais merci au mixage de Ruben Willem) pour garder l’éthique en vie, on ne peut que saluer les MAKKMAT pour nous offrir un tel défouloir de colère qui n’en est pas pour autant méchant. Positive Grind ? Oui, ça peut se concevoir.    


Titres de l'album :

                           1.Sjeikelandet

                           2.Kommentarfelt-Kommando

                           3.Korinterbrevet

                           4.Barnevernet

                           5.Kvesta

                           6.Drop Dead

                           7.Mustafa-Brevet

                           8.Landeplage

                           9.Burning Cop

                           10.Heil Brundtland

                           11.Spräckta Snutskallar

                           12.Protest And Survive

                           13.Blind Vold I G-Moll

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/06/2019 à 17:46
80 %    201

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime aussi cet album, sans plus mais ça le fait... Marduk n'a en effet jamais sorti de bouse, c'est à noter dans une carrière aussi longue. Et puis quand un groupe est capable de sortir des albums tels que Plague Angel et surtout Rom 5:12 après déjà de longue années d'existence, je dis simp(...)


Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)