Généralement, les groupes norvégiens, finlandais, ou suédois versant dans l’extrême préfèrent se concentrer sur le BM, le Death, ou des formes très particulières et locales de Crust et de D-Beat. Mais heureusement pour nous, certains restent encore fidèles au Grind le plus analogique et efficace, nous évitant de répéter le même laïus à chaque chronique. C’est le cas de nos trois amis du jour, les MAKKMAT qui ne s’embarrassent pas de principes et qui foncent dans le tas sans réfléchir aux conséquences de leurs actes. Prosaïquement, les MAKKMAT en sont arrivés là parce que tous leurs groupes précédents ont splitté, et qu’ils n’avaient pas forcément envie de jouer du Blackened Death ou du Metal. Alors Grind, et pas qu’un peu. Se définissant comme de gros punks, ils ont évité la case démo pour directement passer par l’étape EP, bien que le dit EP soit en fait constitué de leurs démos. Tout ça est logique sans l’être, et pourrait ne rester qu’une anecdote, sauf que les larrons en question ont fait masteriser leur machin par l’insomniaque et omnipotent Brad Boatright à l’Audiosiege, et qu’ils nous balancent une grosse douzaine de décharges sonores aussi électriques qu’elles ne sont joyeuses. Sans tourner autour du pot, Beina Brenner n’est qu’une pure agression des sens, le genre de choc que seuls les anglais savaient produire au début, mais qui depuis a trouvé un écho certain dans les esprits malades des finlandais et norvégiens. Le résultat n’est rien de moins qu’une gigantesque calotte d’un quart d’heure, qui ressuscite l’esprit originel du style, en y apportant sa touche, et en prônant la furie comme valeur majeure.

Mais de fait, et par extension, chroniquer un EP de Grind qui dure un quart d’heure n’est pas chose facile même en commençant à l’heure. Puisque les rythmiques sont atomiques, que les blasts sont prolifiques, que la dualité vocale goret/grizzly est manifeste, que les riffs empestent la vengeance de peste, tout est dit ou presque, sauf que cette œuvre dégage une euphorie toute particulière. Bons musiciens, les trois marsouins qui définissent leur nom de baptême comme « le bruit que font deux morceaux de chair humaine pourris frappés l’un contre l’autre » ne versent pas pour autant dans le Goregrind, et ne refusent pas totalement quelques attaques plus D-beat que la moyenne, bien que leur musique ressemble fortement au barouf produit par la scène Crust suédoise. On y trouve donc des passages méchamment efficaces en up tempo, des accélérations de bargeots, et surtout une ambiance globale assez joviale, qui permet de ne pas trop se prendre au sérieux. Mais c’est éminemment professionnel, joué par des amoureux du genre qui n’ont pas encore donné le moindre concert, mais qui vont bientôt tout casser dans leur pays et à côté. Leurs propres morceaux sont du genre bien costaud, et comme en sus les zigues nous gratifient de deux reprises pas piquées des vers  (« Drop Dead » de SIEGE, « Protest and Survive » de DISCHARGE), le menu est copieux, ludique, nerveux, et hautement jouissif.

Doté d’un son qui bien sûr respecte les dogmes de sècheresse inhérents au genre, Beina Brenner est le genre de truc viscéral qu’on se cogne pour se défouler, mais qui répond à des exigences de musicalité. Pas de foutoir donc ni de simple excuse à une pauvreté technique manifeste, et surtout, du gras, une distorsion qui tâche, une atmosphère un peu sombre même dans les moments les plus guillerets, et une propension à aménager des transitions fluides qui ne cassent pas la dynamique. Un petit EP qui permet pendant un quart d’heure de se souvenir que le Grind peut être l’un des sous-genre les plus jouissifs de l’extrême, et que les pays nordiques savent en manier les codes avec flair et intelligence. Certes, pas d’épiphanie à attendre, pas de révélation sur le chemin de Birmingham, mais largement de quoi étancher votre soif de violence musicale paillarde, et la découverte d’un nouveau groupe qui pourrait faire office de leader en son pays. Un mix intelligent entre les mouvances Hardcore de l’Europe du Nord, les tendances à la précipitation anglaises, et une attitude bravache et Punk qui ne déplaira pas à tous les vilains bordéliques qui sommeillent en vous. Et comme en plus, les titres n’atteignent jamais les deux minutes, que ces trois tarés parviennent à densifier encore plus la lourdeur des DISCHARGE sans manquer de respect à leur répertoire, qu’ils semblent prendre un véritable plaisir à nous casser les oreilles (ce que Brad a très bien compris en enrobant leur son dans un glaçage bien épais), et qu’ils ont tout enregistré dans la foulée (mais merci au mixage de Ruben Willem) pour garder l’éthique en vie, on ne peut que saluer les MAKKMAT pour nous offrir un tel défouloir de colère qui n’en est pas pour autant méchant. Positive Grind ? Oui, ça peut se concevoir.    


Titres de l'album :

                           1.Sjeikelandet

                           2.Kommentarfelt-Kommando

                           3.Korinterbrevet

                           4.Barnevernet

                           5.Kvesta

                           6.Drop Dead

                           7.Mustafa-Brevet

                           8.Landeplage

                           9.Burning Cop

                           10.Heil Brundtland

                           11.Spräckta Snutskallar

                           12.Protest And Survive

                           13.Blind Vold I G-Moll

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/06/2019 à 17:46
80 %    102

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert