Tout le monde n’a pas envie de se faire remarquer par son originalité. Ni par son audace. Certains se contentent parfaitement d’un mainstream qui leur correspond pleinement, mais est-ce un tort pour autant ? La moyenne est ma foi une place assez confortable lorsqu’on n’a pas forcément l’envie ou les moyens de se démarquer, par son talent ou son culot, et de nombreux groupes s’y réfugient, certains de satisfaire une frange de l’audience largement suffisante pour remplir leurs concerts. Mais parfois, cette timidité le confine à un anonymat de style tout à fait étrange, qui pousse même les détails dans les derniers retranchements des stéréotypes, à tel point que chaque point du problème soulevé devient un archétype en lui-même. Prenez le cas des italiens de MIDNIGHT SUN par exemple. Une carrière tranquille depuis 2010, un premier LP, Sex First, en 2014 au titre beaucoup plus outrancier que sa musique, un EP, Never Say Never, et un asile obtenu sur une maison de disque nationale, Scarlet Records, certainement très heureuse d’abriter ses poulains. Vu de l’extérieur, pas grand-chose à reprocher aux apprentis glammers fascinés par les USA au point d’adopter des pseudos qui sentent bon le Sunset (Albert Fish - chant, LeStar - guitare, Acey Guns - basse et Dany Rake - batterie), mis à part un classicisme formel qui empêche leur musique de décoller. En même temps, tous les standards de production semblent être respectés à la lettre, et je ne peux vous épargner une énumération, tant le tableau est frappant.

Un nom somme toute assez bateau, un deuxième album au titre passe-partout de One Last Ride, dix morceaux pour quarante minutes de musique, comme il y a trente ans, et surtout, une propension à tirer à droite à gauche les larfeuilles créatifs des plus grands du genre pour boucler les fins de mois. Avec un laïus pareil, vous vous attendez sans doute à une critique sans pitié mettant à terre nos amis transalpins ? Et bien vous risquez d’être déçus, parce que là encore, leur musique est juste assez bonne pour leur éviter la lapidation immédiate…

Inutile de dire que quelques noms chatouillent les oreilles lorsqu’on tend les nôtres sur ce One Last Ride, qui nous offre de son Italie natale un trip en Californie, en abordant ses travers Glam et Hard d’antan, mais aussi en célébrant quelque part la tradition radiophonique d’un AOR qui faisait plier les ondes, lorsqu’elles savaient encore faire la différence entre soupe insipide, et commercial intrépide. On pense au gré des morceaux aux L.A GUNS, à DANGER DANGER, à nos BLACKRAIN nationaux, mais aussi aux SLAUGHTER, aux BABYLON A.D, en gros, à toute la scène de L.A et à ses suiveurs de plus ou moins près, sans qu’une référence ne se détache du lot avec importance. Disposant tous d’un bagage technique suffisant pour imiter leurs idoles au présent, les MIDNIGHT SUN font le job comme on dit, mais sans jamais essayer de transcender des références usées. Toutefois, et c’est là que les italiens s’atteignirent, les morceaux restent suffisamment accrocheurs dans leur routine pour ne pas nous faire fuir, et la performance n’en est que plus remarquable, puisque les titres en question eux aussi abusent de tous les stéréotypes en fusion, si l’on met de côté un lourd et dégoulinant de stupre « Send Me A Light », qui se la joue bluesy à la GREAT WHITE, et qui imite à merveille la sensualité d’une Alannah Miles sur « Black Velvet ». Le changement d’humeur, quoique fondamentalement classique lui aussi fait quand même du bien, et offre un peu de ventilation à un album en circuit fermé, qui ne cherche que très rarement plus loin que le bout de ses souvenirs glamisés de quoi nous enthousiasmer.  

On connaît le principe, couplet dynamique pour refrain atomique, mais étrangement, les italiens ont placé aux avant-postes une de leurs compos les plus compote, qui capote et retombe comme un soufflé trop cuit, et qui se voit de plus handicapée par un son de guitare méchamment terni («Loaded Gun », du Hard’n’Heavy banal et bancal comme un perfecto abandonné près d’un canal la nuit). Heureusement, en insistant un peu, vous finirez par découvrir les qualités intrinsèques d’un quatuor à l’inspiration un peu moins sèche, dès lors que les mélodies sucrées font leur apparition sur un « Land Of The Freak » de meilleur ton. La fête peut alors commencer et les cotillons voler, puisque la fréquence radio se voit enfin bloquée sur des hits et non des fillers, quoique cet album en contienne quelques-uns. Mais aucune surprise mis à part la demie que j’ai déjà citée ne viendra vous troubler, même si parfois quelques arrangements nous sauvent du néant (« Game Over Fame », au chaloupé déhanché d’un UGLY KID JOE plutôt inspiré). Voix qui passe bien, rythmique qui bastonne tout autant, pour un Hard-Rock qui sent bon les bigoudis de maman, lorsqu’elle s’apprêtait à passer sa soirée au Roxy avec ses meilleures amies (« Never Say Never », plus WARRANT que BLACK SABBATH évidemment, mais tout le monde n’a pas envie d’être plombant). Mais gardez quand même votre curiosité en éveil, puisque le punky/thrashy à la SKID ROW « The Maze » pourra vous faire sautiller, voire headbanger, suggérant même une mémoire traînant du côté des SHOTGUN MESSIAH qui n’aurait pas oublié qu’on peut rocker même après un excès de mascara. Alors, du classicisme, c’est évident, mais quand même suffisamment de mordant pour se montrer intéressant, même si les alternatives sont aux abonnés absents (« Plan B », pas fameux comme sortie, même si les harmonies sous-jacentes sont quand même assez adolescentes).

Et d’un mid tempo à un enthousiasme pas forcément allégro, les minutes s’égrènent, et on s’amuse à recenser tous les poncifs accumulés, sans pour autant pouvoir reprocher quoi que ce soit aux MIDNIGHT SUN. Alors, dans une crise de mauvaise foi, on pourra pointer du doigt l’un des pires son de guitare rythmique qui soit, à la distorsion sans dynamique, qui heureusement se veut plus ample lorsque les soli piquent, et surtout, un manque d’audace flagrant qui fait que One Last Ride ne s’envole jamais vraiment, malgré une envie que l’on sent en arrière-plan, mais qui manque l’explosion d’un TIGERTAILZ ou d’un BLACKRAIN par manque de souffle. Un disque qui reste dans une bonne moyenne, mais qui ne cherche pas à s’en extirper, et c’est dommage, parce que ces musiciens ont largement de quoi relever, le niveau bien sûr, mais aussi l’originalité, qui fait même défaut à des lyrics gentiment provocants, mais concrètement affligeants. Bref. Une dernière ballade qui je l’espère satisfera les moins exigeants, et qui permettra aux italiens de continuer leur chemin, à cheval entre l’Italie et la Californie, sans vraiment savoir quelle est leur véritable patrie.


Titres de l'album:

  1. Day Zero
  2. Loaded Gun
  3. Land of the Freak
  4. Game Over Frame
  5. Send me a Light
  6. Never Say never
  7. The Maze
  8. Plan B
  9. Not Today
  10. Born This Way

Site officiel


par mortne2001 le 05/01/2018 à 14:43
68 %    143

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Metallica

...And Justice For All

Groundbreaker

Groundbreaker

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Wyrms + Sargeist + Chaos Invocation

16/10 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.


C'est vraiment devenu la foire aux jambons.
Clair que cet l'évènement où l'on va désormais s'encanailler même si on ne connait que 3 groupes et demi, et encore... une chanson de chacun de ces groupes. :-)

Mais là où la com du Hellfest dit vrai, c'est qu'il y a plein d'init(...)


Y 'a quand même eu des gros soucis apparemment. Des bots ont pillés la billetterie, y a des dizaines de pass à vendre sur des sites de reventes à plus de 300 euros (au moins...). Sur le FB du Hell, ils ne répondent plus aux (nombreuses) questions / plaintes, etc... pour info ce n'était pas sur(...)


C'est proprement hallucinant !
Pas client d'un festival aussi gros (ma dernière participation date de 2008 et c'était top) mais très heureux pour l'équipe qui se défonce et arrive à maintenir son festival au top !


Le communiqué du Hellfest il y a quelques minutes :

"SOLD OUT !!! Incroyable, pour la 6ème année consécutive le Hellfest se déroulera à guichet fermé ! Encore une fois, vous avez pulvérisé nos prévisions et les 55.000 pass 3 jours classiques se sont tous écoulés en moins de (...)


Réponse : en 2h00 !


Deux heures après déjà plus rien... Le prix a doublé par rapport au début, bien content de ne plus y aller et de garder mes souvenirs "oldschool".


Pour les nostalgiques du Hellfest "oldschool" on a retrouvé une plateforme de ventes de billets bien moisie et complètement surchargée :)
(et +10€ de prix du pass par rapport à 2018)
Mais j'ai mon sésame...


joli