Ils sont deux, viennent de Bogor en Indonésie, font du Grind, mais je n’ai pas réussi à en savoir plus ni à déchiffrer leur nom. Bon, en même temps, pour apprécier leur bordel, pas besoin d’en savoir plus, sauf peut-être qu’ils se font distribuer leur premier album par une structure thaïlandaise underground de renom, Brute Productions, qui héberge déjà des bouchers asiatiques confirmés comme GOREPOFLESH, COFFIN OF BLOOD, DEATHBLOW, PROPAGANDA, OSMED, ANAL FISSURE ou BRAIN DAMAGE, ce qui vous en dira beaucoup plus que de longs discours.

Les PIG COMPANNY de leur côté ne semblent pas vouloir rompre avec une tradition de bruit typique de cette région du monde, bien que leurs influences se situeraient plutôt de l’autre côté du globe, puisqu’ils citent les immanquables NASUM, ASSUCK, PHOBIA, NAPALM DEATH, MAGRUDERGRIND, ROTTEN SOUND et AGATHOCLES pour situer un peu mieux leur boucan.

Qui en est, assurément.

Dix-huit titres pour à peine vingt minutes de violence, les conventions sont respectées, tout comme la tradition de production un peu sèche mais aux graves profonds et à la rudesse de guitare de bon ton, ainsi que l’utilisation à intervalles réguliers de samples histoire de planter l’ambiance et de meubler un peu pour tenir la distance. Il est toujours très ardu de parler d’une musique qui se ressent plus qu’elle ne s’analyse, et qui d’ailleurs, ne s’analyse pas du tout. Mais admettons que les PIG COMPANNY ont bien compris la leçon, malgré la faute d’orthographe de leur nom, voulue ou non. C’est donc à du Grind à la NASUM/AGATHOCLES que nous avons droit, vu par le prisme indonésien, qui n’est pas le plus tendre avec ses voisins. Si les riffs se veulent parfois méchamment Core ou Thrash, le rythme global se vautre dans les blasts (que la production a du mal à mettre en relief d’ailleurs), et le dédoublement des voix assure une dynamique porcine/ovine assez délectable. L’ambiance est gentiment violente et paillarde, mais garde prise avec le réalisme d’un Grind de tradition qui n’a pas abandonné toute raison. La musicalité se retrouve parfois au travers de petits licks mélodiques à l’attaque un peu mièvre, mais qui ont le mérite d’être ludiques, mais ce sont évidemment les titres les plus conséquents ou brefs qui assurent l’allant.

On dépasse rarement la minute de jeu, qui est toujours largement suffisante, et on s’autorise parfois les trois, puisqu’on a visiblement des choses à beugler. Mais en une seule occurrence, qui est d’ailleurs un emprunt, aux NASUM justement, avec une cover de leur séminal « Scoop », qui trouve ici une lumière encore plus euphorique et hystérique.

Le reste ? Des trucs qui cavalent, qui dératent, mais qui la plupart du temps restent sous le contrôle d’un Grind typiquement indonésien payant son tribut aux influences US et de l’est. Et ça fonctionne, pour peu que le Grind des années 90 soit vraiment votre truc, mais si tel n’était pas le cas, vous auriez interrompu votre lecture bien en amont. Alors, on fonce, mais on lâche aussi quelques plans bien down, qui écrasent l’ambiance pour la rendre plus rance. C’est parfois tellement révérencieux qu’on se croirait reparti sur Scum de NAPALM DEATH, et pour plusieurs raisons (« Dead », le titre, la brièveté, la sauvagerie ultime), référence que les PIG COMPANNY semblent vénérer au-delà du raisonnable (« Money », cinq secondes). Mais on n’est pas là pour raconter des conneries (« Bullshit ! »), et encore moins pour louer un quelconque veau d’or (« Kill Your Idols », ce sont les SONIC YOUTH qui vont être contents).

On en profite pour dénoncer les horreurs de ce monde sur fond de Thrashcore paillard et braillard (« The Crimes Of War »), la corruption et l’avidité (« Stop ! Enrich Yourself »), mais on propose quand même des solutions qui ne courent pas forcément après la précipitation pour prouver qu’on sait un minimum manier son instrument (« Dar Der Dor »).

Alors oui, bon, certes, je le reconnais, tout ça reste du Grind bien tassé. Mais comme il y avait très longtemps que je n’en avais pas parlé, et que la scène d’Indonésie regorge de tarés, le rappel n’est pas vain. Et si le bourrin bien morflé peut vous réveiller mieux que n’importe quelle alarme déréglée, alors jetez-vous sur Deconstruction of Resistance, vous allez en prendre une sévère dans les oreilles et le gosier.


Facebook officiel


par mortne2001 le 05/09/2017 à 18:33
70 %    274

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)


Sympa. A voir. Mais je m'attends tout de même au pire. Ca risque d'être dans la lignée de l'album 'Independant' et pour moi, ce disque était le début de la fin.


Ils traversent l'Atlantique pour donner des concerts, certains fans viennent de loin, de TRES loin.
Il n'y a donc pour moi aucun contentieux (technique ou autre) qui ne puisse se régler avec diplomatie, équilibre et intelligence avec les équipes des Fest, surtout lorsque des gens ont payé (...)


Ouais, enfin, je vais faire mon fanboy de Manowar, mais on ne connaît encore une fois ni les tenants ni les aboutissants du problème. La Manowar bashing est un peu facile, je trouve.
Ils annulent, c'est dommage pour ceux qui voulaient les voir. D'autant plus qu'ils avaient un concert déceva(...)


C'est plus Manowar c'est Manaurevoir.


Alors c'est ça, les autoproclamés Rois du Metal ?