Stormrider

Iron Blade

07/10/2022

German Democratic Recordings

Je les ai vus venir de loin ces allemands avec leur lame de fer. Après tout, le Heavy Metal a toujours été à la mode outre-Rhin, même lorsque le reste du monde passait la main pour céder à la mode. Alors, l’Allemagne, le pays le plus fidèle à ses gloires d’antan et à ses petits jeunes grimpant ? Sans hésitation possible, et le public de Berlin, Berne ou Lübbenau n’aime rien tant qu’un bon hymne Heavy Metal un peu corsé, histoire de dérouiller ses bracelets cloutés.

Ceci étant dit, aucune condescendance de ma part dans cet état des lieux. J’ai moi aussi grandi au son de la NWOBHM, avant de m’orienter vers des choses plus extrêmes, mais je ne crache jamais sur un brin de traditionalisme. Et après tout, IRON BLADE a suffisamment d’arguments probants pour trouver grâce à mes tympans. Fondé en 2012, l’année de son premier EP, IRON BLADE a tout du héros Metal dans toute sa splendeur, avec armure, heaume, épée tranchante et refrains puissants. Il y a déjà six ans, le collectif allemand nous avait gratifiés d’un premier longue-durée, éponyme, qui avait secoué l’underground rétrograde au point de conférer au quatuor un statut d’outsider enviable. Et aujourd’hui, le groupe revient avec certaines ambitions, et un panache indéniable dans le mélange des influences.

Stormrider est une tempête que doit affronter un noble chevalier, rompu à l’exercice de la furie Heavy Metal tirant sur le Power. Mais on trouve aussi dans sa besace quelques astuces Folk de bon ton, pour conférer à cet album une aura de chanson de geste, ou de légende racontée au coin du feu lorsque les yeux des enfants commencent à fatiguer. Et on en prend plein les oreilles dès l’hymne introductif « Hell Yeah!!! » qui en cinq minutes rappelle pourquoi les allemands étaient attendus au tournant.

Et immédiatement, la machine s’emballe, parfaitement huilée, et tournant à bonne cadence. On reconnaît dans cette franchise quelques influences incontournables, METALLICA pour ces riffs subtilement thrashy, RUNNING WILD pour la tradition Metal, et BLIND GUARDIAN pour ces œillades mélodiques bien placées dans un contexte de furie instrumentale. Epique comme il se doit, Stormrider prend donc son temps pour narrer ses aventures, et impose sans ambages son point de vue nostalgique, comme si les années 80 n’étaient jamais mortes dans d’atroces souffrances.

On prend note de ces chœurs évidemment guerriers, de cette pugnacité rythmique qui laisse un batteur solide placer quelques figures, cette dualité de guitares en perpétuelle démonstration de solidité, et ce chant franc, un peu voilé, à la manière d’un James Hetfield plus câlin que d’ordinaire. Impossible non plus d’oublier HAMMERFALL, ICED EARTH, mais au final, les références ne sont pas l’aspect le plus important de cette entreprise : seule la foi compte, et seuls les morceaux importent. Et ces morceaux sont la plupart du temps bien construits, évolutifs, et se terminant parfois dans une orgie de violence en soli incendiaires (« King »).

Du Heavy pur jus donc, qui regarde en arrière, mais qui se projette aussi dans le futur d’une vague old-school qui finira par périr sur son propre bucher. De fait, IRON BLADE s’échine à insuffler à sa musique une impulsion plus personnelle, histoire de se démarquer de la nombreuse concurrence.  

Sans être un fan du genre, sans coudre des patches sur ma veste en jean à chaque nouveau concert, et sans dévaliser une quincaillerie avant d’aller faire les courses en enfer, je dois reconnaître que cet album m’a convaincu. Avec son léger parfum MANOWAR distillé dans des effluves à la OMEN/CANDLEMASS, IRON BLADE séduit, joue sur terrain lourd avant de laisser les chevaux galoper, et nous emporte dans ses contes et légendes, fort d’une conviction que personne ne mettra en doute. « Unending March », lourd comme le pas des soldats en conquête d’un nouveau territoire, « Fuel In My Veins », entre METALLICA et SCANNER, « Lone Wolf » petite merveille de Metal progressif épique avec sa longue évolution mélodique contribuent à renforcer le caractère sympathique de cette aventure musicale.

  

Aussi conformiste qu’un live de MAIDEN, aussi puriste qu’une compilation de JUDAS PRIEST, aussi conquérant qu’un hymne de RHAPSODY, Stormrider nous ramène au meilleur des eighties, avec une tendance très personnelle qui frise l’allusion Thrash avec beaucoup de panache. Ainsi, le final « Mental Slavery » rappelle les grandes heures du BLIND GUARDIAN le plus véloce des jeunes années, voire d’un ANNIHILATOR passé par l’Allemagne pour rentrer au Canada.

IRON BLADE sait se servir de son épée, et pourfend les adorateurs du veau d’or false Metal. Que la sentence soit appliquée.

 

         

Titres de l’album :

01. Hell Yeah!!!

02. Stormrider

03. King

04. Unending March

05. Fuel In My Veins

06. Beware Your Inner Demon

07. Lone Wolf

08. Mental Slavery


Facebook officiel


par mortne2001 le 22/05/2023 à 17:39
78 %    271

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14