Après le Heavy nostalgique made in Belgium, je m’enfonce dans le Thrash à tendance Death du même pays, en m’intéressant de près au troisième longue durée des brabançons de BLOODROCUTED, dont le parcours ne fut pas forcément un long fleuve tranquille.

La Belgique regorge donc toujours de valeurs sures dans le domaine du Metal, et se fait un constant plaisir d’explorer toutes les facettes d’un style musical qu’ils maîtrisent désormais en connaisseurs, loin des balbutiements des années 80. Je parlais de long fleuve pas si tranquille pour résumer le parcours de ce sympathique quatuor, et l’image n’est pas exagérée, tout du moins ces dernières années.

Après avoir dû faire face au décès de leur batteur (Gaëtan De Vos, qu’on retrouvait sur le tabouret de leurs deux premiers albums, victime d’un accident de moto), les BLOODROCUTED ont dû aussi palier à la défection de leur leader et guitariste/chanteur Bob Briessinck, parti se consacrer à son autre passion, l’ingénierie du son, sans aucune acrimonie ni ressentiment.

Remplacé au chant par le bassiste Daan Swinnen, qui retrouve donc sa fonction d’origine, le nouveau line-up s’articule donc autour du frappeur Ben Van Peteghem, de l’indéboulonnable Jason Bond à la rythmique et aux chœurs, et de Dennis Wyffels à la lead. Revigorés par cette formation enfin stabilisée, les Belges nous proposent donc en guise d’étape cruciale un For the Dead Travel Fast qui se veut changement dans la continuité, et qui semble marquer une rupture avec le style développé sur les deux premiers efforts, volontiers plus portés sur le Thrash vintage.

La trame de violence de base n’a bien sûr pas été édulcorée, et semble aujourd’hui plus inclinée du côté Death où le groupe semble se complaire à sombrer. Sombrer n’étant pas un terme péjoratif, loin s’en faut, puisque ce nouvel album fait montre d’une hargne renouvelée et d’une inspiration éclairée, se repaissant tout autant de Néo Death scandinave des nineties que de Thrash US de la même décennie.

Compos soignées, production léchée mais gardant cet aspect brut inhérent à tout effort Death digne de ce nom, mélodies omniprésentes ne dissimulant pas la violence revendiquée, BLOODROCUTED reste toujours aussi véhément, et ose quelques séquences en blasts tourbillonnantes rappelant les débuts de MORBID ANGEL, tout en gardant cette attaque de riffs saccadés propre à l’école germanique qu’ils vénèrent à jamais.

Aguerris par de fréquents concerts avec des pointures internationales (SKELETONWITCH, HAVOK, DARKNESS, MELECHESCH, MYSTIFIER, NERVOSA, ENTHRONED, VOÏVOD), les brabançons ont appuyé sur la pédale pour nous convaincre de leur confiance quant à une carrière qui se poursuit sous les meilleurs auspices, et qui semble être capable de les amener sur les plus hautes marches de la scène Death Européenne. Avec dans la besace huit nouvelles compositions sans concessions, ils affirment leur identité tout en nous assurant d’un regain de motivation, nettement perceptible sur des morceaux aussi féroces que véloces comme les imparables et impitoyables « Perversion of Purity » ou « Wound In Shadows », aussi concis que puissants, qui ne ménagent ni les couplets Thrash, ni les breaks Death/Grind d’une vilénie appréciable. Notons que dans son rôle retrouvé de maître de cérémonie vocal, Daan Swinnen s’en sort à merveille, en maniant les growls avec fluidité, sans rechigner à moduler à la Chuck Billy pour assurer des transitions coulées.

Certes, le propos est classique, mais tellement efficace qu’on ne fait aucunement la fine bouche devant les tartares présentés. Si les riffs se la jouent sécuritaires et ne s’aventurent que très rarement hors des sentiers Thrash/Death battus, si la rythmique pilonnée se veut stable et ne se perd jamais en conjectures impromptues, l’ensemble dégage une irréfutable fraîcheur, en nous faisant retrouver des sensations analogiques qu’on pensait évanouies depuis des années.

Les Belges prennent toujours un malin plaisir à souffler le chaud et le torride, comme le démontre l’énorme hit brutal « Denial of The Cross », digne d’un classique de CARCASS repris par KREATOR en compagnie d’EDGE OF SANITY, ou bien l’entame « The Leper And The Whore » qui déboule sur un torrent de blasts s’écrasant sur un riff purement Thrash ultra redondant et accrocheur. L’attaque est précise et soignée, les transitions entre les plans sont logiques, et le groupe est redoutablement à l’aise dans ses baskets Death qui lui permettent de courir à bon train.

On sent que le groupe est reboosté, et qu’il souhaite prendre sa revanche sur un destin qui ne l’a pas épargné, et aucune seconde n’est perdue à recycler des idées déjà réchauffées sur les albums précédents, même si la cohésion de style est évidente.

Alors, ça déroule, et sévère. Entre le marteau Thrash et l’enclume Death, BLOODROCUTED vous écrase les tympans à la masse, tout en prenant soin de ne pas tâcher la pièce de sang inutilement. L’attaque est frontale et chirurgicale, mais ménage aussi quelques instants de quiétude, pour que vous puissiez reprendre vos esprits avant l’estocade fatale (les arpèges ciselés du break central de « The Leper And The Whore », la longue et inquiétante intro sourde de « For The Dead Travel Fast », la progression finale de « Wound In Shadows »).

Certes, parfois, la cadence d’abattage est sans pitié, notamment sur le lapidaire « Cult Of Sacrifice » qui ne montre aucun signe de ralentissement et se veut morceau le plus véhément de l’ensemble.

Pourtant, le quatuor a décidé de terminer son troisième effort par deux segments assez développés et envoutants, avec en exergue un title-track d’une puissance suffocante, rebondissant sur un mid tempo sobre et des riffs à l’économie.

Cette soudaine pondération nous surprend, alors même que « Ominous » semble sur ses premières mesures refuser le schéma de vitesse du début d’album, avant de nous bousculer d’une accélération Thrash somme toute assez modérée.

Le morceau devient alors une véritable construction à tiroir, avec intervention sporadique d’une basse gironde, puis des échanges millimétrés entre une guitare salement découpée et une batterie métronomique dans ses croches de grosse caisse. Et fatalement, For the Dead Travel Fast s’achève dans une orgie de violence, histoire de bien faire passer le message.

Quel message ?

Celui qui affirme que les BLOODROCUTED sont de retour, et prêts à fouler les scènes du monde entier pour propager la saine parole d’un Death à tendance Thrash très remonté. Il faut parfois subir l’adversité pour puiser en soi la force de remonter la pente. Et avec ce troisième album aussi féroce qu’intelligent, les Belges vont vous la faire dévaler à cent à l’heure, les doigts toujours coincés dans une plaie électrique béante !


Titres de l'album:

  1. The Land Beyond the Forest
  2. The Leper and the Whore
  3. Perversion of Purity
  4. Wound in Shadows
  5. Denial of the Cross
  6. Cult of Sacrifice
  7. For the Dead Travel Fast
  8. Ominous

Site officiel


par mortne2001 le 30/05/2017 à 14:24
75 %    258

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Devil's Hand

Devil's Hand

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....


Bah moi je serai à la troisième date française totalement zappée par vos services...
Et toc !


Merrimack live c'est rare ! Sur album c'est excellent, mais live c'est tout aussi bon ! Et pour le coup c'est l'excellent Omegaphilia qui sera joué en entier...


Allez y !


Entièrement d'accord et aussi bon sur albums qu'en live.


Eux qui nous ont habitué à l'excellence, je trouve qu'ici on est plutôt dans le low cost... un peu comme la qualité de ce titre d'ailleurs.