Fenix

Daeria

24/09/2018

Autoproduction

Espagne, terre d'un Heavy Metal puissant, d'un Hard-Rock racé, et ce, depuis les années 80. Cette passion indéfectible n'a pas montré de fléchissement depuis les années 80, et on peut résolument affirmer que la défection des groupes locaux n'est pas encore pour demain...Les amateurs d'une musique riche, franche et mélodique peuvent donc se réjouir de voir débarquer sur la scène internationale les barcelonais de DAERIA, groupe constitué d'anciens DÖRIA, qui viennent de sortir leur premier album pérennisant la tradition nationale d'un Heavy Metal aux forts relents mélodiques et au tranchant incisif comme une dague en plein cœur du false Metal. Quintette originaire donc de Barcelone ( Angel Ortiz – chant, Víctor Vázquez & Eimel Trejo – guitares, Laura Moral – basse et Joel Marco – batterie), DAERIA s'est donc unifié en 2010, et a patiemment travaillé pour obtenir le son si pur de ce premier longue-durée, qui se place dans une lignée de Metal hautement harmonique aux riffs classiques, le tout agité d'une énergie toute ibère nous ramenant aux grandes heures d'un JUDAS PRIEST hispanique, ou d'un ANGRA délocalisé derrière les Pyrénées. Mais qui dit classique ne dit pas banal, et les compositions présentées sur cet introductif Fenix vont faire se hérisser le poil des aficionados du Hard-Rock du soleil, qui n'est jamais le dernier à réchauffer les cœurs et faire se dresser les poings. Sorti en autoproduction, Fenix dispose d'un son gigantesque parfaitement ancré dans son époque, et distille les hits comme Midas transformait le plomb en or, pour nous offrir une bonne heure de testostérone mâtinée d'une touche de sensibilité latine. Refrains fédérateurs, couplets haut en décibels, breaks fins et soli malins, DAERIA connaît son boulot, et fait tourner l'usine à plein régime, pour un beau résumé de trente ans de sidérurgie Hard-Rock, qui continue aujourd'hui de passionner les foules et de nous mettre des coups de boule.

Mais qu'est-ce qui différencie ce disque du reste de la production actuelle? Son mixage au poil qui laisse de la place à tout le monde? Le niveau de ses instrumentistes qui atteint presque la perfection? Ses chansons simples mais vraiment entêtantes aux motifs accrocheurs? Un peu tout ça à la fois, et sincèrement, en tant que chantre de l'originalité et du décalage à tout va, votre serviteur à pourtant méchamment craqué sur ce Heavy rondement mené, amoureusement ciselé, sorte de mélange entre un ACCEPT vraiment remonté, un PRIMAL FEAR soudainement apaisé, un IRON MAIDEN revitalisé, un ANGRA déchaîné, et un MYRATH expurgé de ses atours orientaux prononcés. Le mélange vous sied? Tout va donc bien dans le meilleur des mondes, puisque le cocktail proposé par cette livraison enflammée est fort en alcool de distorsion, mais allégé par des couches de sirop en vocalises sucrées, mais véritablement investies. Saluons évidemment le travail incroyable accompli par le chanteur Angel Ortiz, qui en plus d'être très photogénique sait se servir d'un micro, imitant parfois quelques légendes de la glotte sans véritablement les piller. Timbre chaud, un peu rauque, qui s'accorde parfaitement du choix de s'exprimer dans sa langue natale très Rock, attitude, petits tics aigus qui s'intègrent parfaitement, et savant numéro qui n'en fait pas trop mais qui harangue le chaland de ses vers charmants. Et si Angel mérite ce premier plan, que dire de ses lieutenants Víctor Vázquez & Eimel Trejo qui tirent tous azimuts, décochant des salves de licks plombés, mais taillés finement pour ne pas écœurer, avant de se faire plaisir en sextolets incendiés pour propulser les chansons dans une dimension supérieure. Ajoutez à ceci de sobres volutes de synthé en contrepoint, histoire d'aérer, et une rythmique solide qui sait frapper et moduler, et vous obtenez un quintette sûr de son fait qui n'a pas hésité à tout lâcher.

Tout lâcher oui, mais avec beaucoup de finesse et d'intelligence. Un simple coup d'oreille au duveteux et précieux « Vacío » et son intro toute en séduction suffit à comprendre que nous n'avons pas affaire à des bûcherons, mais bien à des artisans forgerons, qui ne confondent pas puissance et précipitation, et qui savent nuancer la violence d'émotion. Une fois encore, c'est Angel qui brille et qui retient ses cordes vocales pour leur faire caresser une mélodie fatale, mais il partage le premier rôle avec le batteur Joel Marco, qui s'en donne à cœur joie dans les triples croches et autres syncopes, pour tenter de proposer autre chose qu'une frappe carrée et féroce. Bien sûr, les brûlots d'usage sont tous là, à commencer par le morceau éponyme, qui en plus de cinq minutes nous plonge les oreilles dans un bain bouillant de Heavy Metal entraînant, toujours à la lisière d'un Hard-Rock plus méchant que la moyenne, et brillamment modernisé par une optique subtilement alternative mais pas du tout opportuniste. Et comme les barcelonais n'en sont pas à un paradoxe près, ils flirtent avec les conflits, et enchaînent un titre soft avec une véritable déclaration d'intention, ce « Solo » à l'orée d'un Power Metal domestiqué mais pas castré, qui ose la montée du tempo pour prouver que nous n'avons pas affaire à des rigolos, mais bien à de vrais héros. Et si d'aventure vous cherchiez une dualité légèreté/pesanteur, je ne saurais que trop vous conseiller de vous repaître goulument de « Reina de Corazones », choisi pour être illustré d'une excellente vidéo, et qui manipule avec flair l'art du contre-pied, nous balançant à gauche d'un binaire survolté, pour mieux nous surprendre à droite d'une mélodie aérienne et racée. Mais tel est l'ADN des espagnols, qui survolent un panorama couvrant une surface étendue, et qui jouent brillamment avec les limites pour ne jamais verser dans le radotage de bas étage.

Et entre un « Héroe » qui ose une intro digne d'un DREAM THEATER sous amphétamines, avant de plaquer un riff pur NWOBHM, un « Lestat » syncopé comme le pas d'un vampire s'approchant du cou de sa victime, la guitare en avant et la cadence grandissante, et le final « Gea » qui semble remercier toutes les deux croches l'ACCEPT de Restless And Wild, Fenix a des allures de créature ailée née de cendres encore incandescentes, et qui prend enfin son envol pour déployer sa majesté. Un disque qui agrémente le classicisme d'une touche de contemporanéité bienvenue, et qui prouve s'il en était encore besoin que les espagnols sont toujours les maîtres sur leur propre terrain. Un album à écouter d'urgence pour se convaincre que le Heavy Metal est encore une tendance, et surtout, pour s'abreuver de chansons dynamiques et parfois atypiques, qui placent les DAERIA en pole position d'une nouvelle génération barcelonaise qui a les crocs !     

 

Titres de l'album :

                           01. Fénix

                           02. Cosmos

                           03. Laberinto

                           04. Luz de Luna

                           05. Vacío

                           06. Solo

                           07. Reina de Corazones

                           08. Héroe

                           09. Lestat

                           10. Gea

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/11/2018 à 14:05
85 %    395

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57