Scumanity

Néfastes

11/06/2021

Source Atone Records

Non content de nous briser les tympans via BENIGHTED, le facétieux Julien Truchan s’est dit qu’ayant un peu de temps, il pouvait encre provoquer quelques sales acouphènes en créant le projet idéal. Avec une culture déjà fermement implantée dans l’extrême, et un CV de sadique long comme le bras, le sympathique chanteur s’est dit qu’il n’avait pas à chercher bien loin pour trouver un moyen de nous pousser à bout. C’est ainsi qu’il a convié aux agapes de l’ultraviolence deux anciens comparses, Liem N’Guyen (guitare) et Olivier Gabriel (basse), et une fois le trio réuni, le résultat ne s’est pas fait attendre. Après avoir lâché en forme de bombes à fragmentation deux singles avant-coureurs, NEFASTES était né, et la réponse ne s’est pas fait attendre non plus. Alerté par le son assourdissant émanant du Net, le nouveau label Source Atone Records créé par Christophe Denhez et Arnaud Gillard a dégainé le contrat, permettant à la bande de sortir et distribuer son premier cri primal dans de bonnes conditions. Et soutenu par l’agence Singularités, le groupe est donc entre de bonnes mains pour propager la bonne parole et rendre tous les autres groupes si chétifs en ampleur que leur musique prend des airs de petit pet lâché après une soirée chili.

D’obédience Black Metal, NEFASTES est un concentré de haine condensé en trente minutes à peine, et responsable certainement de la surdité future d’un bon nombre d’auditeurs qui ne le seront plus. Equipés d’une boite à rythme programmée à fond les ballons, les trois compères ont donc pu se lâcher au moment de la composition, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils n’ont pas fait semblant. Sans aller chercher dans les racines nordiques l’essence de leur inspiration, Julien, Liem et Olivier nous proposent donc une sorte de Proto-BM, aride, sombre, éminemment bruyant, mais aussi créatif comme en témoignent les différentes nuances de « Charognards », qui n’est pas sans évoquer le TERRA TEEBROSA le plus nauséeux, entre Ambient super glauque et massacre BM des années 2000 avec trépanation et sacrifices de vierges virtuelles. Mais que les choses soient bien claires, seul le boucan et l’intensité intéressent ces gens-là, qui ont clairement des intentions malsaines, et qui les expriment sans ambages.

Une fois passé le test d’endurance du son de cette batterie dont les roulements de double grosse caisse évoquent les travaux publics un lundi matin à grands coups de marteau-piqueur, le reste coule de source, et ne vous laisse de toute façon pas le choix : vous devez encaisser ces attaques frontales, pour votre propre bien, et en forme de catharsis à la routine ambiante qui vous bouffe les neurones jour après jour. En choisissant de ne pas choisir et de rentrer dans le lard sans discontinuer, les NEFASTES méritent leur baptême à plus d‘un titre et lâchent la bombe que nous étions en droit d’attendre de cette année 2021 pourrie jusqu’à la moelle.

Certains argueront du caractère discutable de l’optique BM qui parfois ressemble plus à un Death poussé à l’extrême, la spécialité de Julien, mais qu’importent les étiquettes : Scumanity reste ce que vous pourrez écouter de plus violent, de plus impitoyable en ce mois de juin ensoleillé, précurseur d’un été caniculaire qui va nous laisser les pruneaux secs. Dès « Progéniture Décadente », le ton est donné, les thons lâchés en pleine mer, et les blasts mettent les choses au point : on n’est pas ici pour rigoler, ni pour se plaindre des oreilles qui sifflent comme après un concert de MOTORHEAD. Les riffs de Liem sont pleins et délicieusement Crust, à la manière d’un side-project du roublard Shane Embury, et la basse d’Olivier tourne, mais pas en rond, et propose des lignes déliées qui cimentent la rythmique dans les graves.

Le chant de Julien, évidemment au-dessus de tout soupçon adopte les accents BM de la nouvelle génération, entre cris porcins qui vrillent le marteau et l’enclume et raclage de gorge en règle, et l’homme domine du chef cet instrumental qui atteint parfois une intensité hors-normes, faisant ressembler le tout à un hurlement cathartique venu du fond des temps (« Fuck With The Bull, You Get The Horn »). Quelques dissonances pour le cachet norvégien, quelques coupures à la MARDUK, mais une véritable identité et un plaisir d’aller plus loin que les autres.

Pas de mauvaises surprises, mais de belles pointes de haine (« Ashes Return »), un final orgiaque avec intro séduisante et catchy, avant que le trio ne remonte dans les tours pour nous achever (« Carved Into The Flesh »). NEFASTES l’est, c’est un fait, mais comme une prise de conscience, comme un dernier avertissement avant le chaos suprême, comme une douleur ignoble avant la guérison. Ce cri des tripes nous prend de front, et nous oblige à voir la réalité décadente en face : nous sommes foutus, voués à l’extinction, alors autant partir dans un dernier coup d’éclat, avec la bande-son idéale : celle d’une apocalypse attendue, qui avec Scumanity se cale sur la bonne fréquence.

De l’horreur en boite pour lucides assumés.      

  

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Progéniture Décadente

02. Fuck With The Bull, You Get The Horn

03. Make Apocalypse Great Again

04. Supplice  

05. Scumanity

06. Charognards

07. Ashes Return

08. Carved Into The Flesh


Facebook officiel


par mortne2001 le 26/06/2021 à 17:53
85 %    490

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KRISS

Fan des 4 premiers albums évidemment je suis déçu, même si j’ai apprécié surgical steel, je trouve ce dernier album sans saveur, et une viande sans gout ce n’est pas festif.J’abandonne.

20/09/2021, 21:20

Gargan

ça n'a absolument rien à voir, mais l'écoute m'a rappelé l'impression que j'ai eue à l'époque à l'écoute de "towers of frozen dusk" d'Evoken, l'expression auditive d'un putain de mo(...)

20/09/2021, 20:29

POMAH

Une énorme claque, dans la même veine que Abyssal Vacuum et Amnutseba

20/09/2021, 17:06

Bones

En passant ces 2 albums au pressoir pour en extraire toute la flotte et les moments passables, on aurait facilement obtenu la matière brute d'un Appetite 2.Immense gâchi. Du coup c'est une doublette que je ne ressors jamais. Ca me gave de zapper des pistes.

20/09/2021, 12:45

Bones

En pleine découverte de cet album, acheté samedi.Mais bon sang, on y retrouve des moments d'excellence !  Ces mélodies tordues et vicieuses, ces rythmiques velues, ces petits passages qui blastent, ces vocaux au papier de verre...  on est complètemen(...)

20/09/2021, 12:42

Kerry King

November Rain faut dire la vérité, ce titre démonte tout à tout niveau, Axl et Slash y sont a leur top.

20/09/2021, 11:14

Humungus

!!! !!! !!! O-BLI-GA-TOI-RE !!! !!! !!!

20/09/2021, 09:54

Gargan

C’est juste moi ou la pochette est vraiment moche ?

20/09/2021, 06:41

Buck Dancer

Comme j'aime pas les Guns, j'attends maintenant la chronique du Black Album. 

19/09/2021, 13:56

Hoover

Un grand merci pour cette belle chronique. A ceux qui pourraient dire qu'il aurait mieux fallu une chronique deux fois moins longue avec juste les meilleurs morceaux, j'ai la même réponse que pour les Use your illusion: je veux le tout, et qu'importent les longueurs.

19/09/2021, 13:45

Arioch91

Gun's Roses, à l'instar d'autres comme Cotlett Crüe/Ratt/Poison me sont tous passés au-dessus de la tête sans même que je m'y intéresse.Le seul morcif que je connais d'eux est Welcome to the Jungle et uniquement parce qu'i(...)

19/09/2021, 12:21

Gargan

La succession don't cry /back off bitch m'a toujours bien fait rire, on passe du romantique au bien vulgaire sans transition. Civil war (mon coeur balance aussi avec november rain, forcément), ça reste toujours parfaitement d'actualité, aussi bien outre-altanti(...)

19/09/2021, 11:59

Humungus

Oh et pis crotte !"Novembre rain" reste quand même la mieux merde.Cf. "« November Rain » n’est ni plus ni moins que le « Bohemian Rapshody » d’Axl"

19/09/2021, 10:42

Humungus

Pfiouuu !!!Ça c'est de la chro.Perso, "Civil war" reste ma préférée.PS : "Aurait-il fallu condenser tout ça en un seul double album, ne contenant que l’indispensable ?"OUI !!!

19/09/2021, 10:28

totoro

Trop de morceaux qui font que je ne reviens que sur ceux que j'aime ("You Could Be Mine", "Breakdown", "Locomotive", "November Rain", "Pretty Tied Up", "Shotgun Blues", "14 Years", "Get In The Ring", "Yester(...)

18/09/2021, 23:59

Simony

Autant je reconnais l'importance de ces deux albums dans l'histoire du Rock, autant ils glissent sur moi sans que je m'y accroche. A un moment donné, je devais posséder le volume II mais c'est vraiment long pour moi, j'ai préféré rester (...)

18/09/2021, 21:16

Gargan

Très belle pochette et bonne surprise, travail de compo au dessus du lot + basse bien en avant.

18/09/2021, 18:47

Jus de cadavre

Rah bordel ce que j'aime ce groupe. La prod est un chouilla trop propre pour le style, mais bon dieu ça défouraille ! La bagarre !

18/09/2021, 17:43

metalrunner

Tu rajoutes la voix d Dickinson et voila le dernier album de Maiden  

18/09/2021, 09:11

POMAH

C'est fougueux ce truc... je ne m'attendais pas à cela.

18/09/2021, 08:41