Bon, pas de tromperie sur la marchandise. Entre un trio constitué de trois olibrius répondant aux doux sobriquets d’Alcoholic Patrolator (guitare/chant), Michi von Einst (basse/chant), et Infernal Firedemon (batterie), un subtil pseudonyme comme INSULTER, et une maison de disques de la trempe de WITCHES BREW, inutile d’attendre autre chose qu’un bon Thrash germain franc et massif, ce qu’on comprend dès qu’on jette un coup d’œil à cette sémillante pochette dessinée par le petit Rudolf, onze ans, fasciné par l’au-delà et les démons depuis qu’il s’est enfilé l’intégrale de « Chair de Poule ». Sauf que la vérité, sans être totalement éloignée de ce tableau bien brossé, est quand même légèrement différente. Mais en faisant un petit effort de mémoire, et en y fouillant les souvenirs de groupes aussi essentiels que radicaux comme PROTECTOR et WHIPLASH, vous pourrez vous en approcher, de très près même, puisque cette horde de barbares se réclame en effet d’un Thrash subtilement blackisé, aux effluves gentiment occultes, mais à l’efficacité maximale. Fondé en 2006, ce groupe au line-up évolutif a dû attendre jusqu’en 2016 pour proposer son premier LP, Crypts Of Satan, qu’une démo (Thrashing Hell, vous voyez bien…) avait précédé quatre ans plus tôt. Evoluant désormais en power-trio depuis le départ de leur héros Unholy Masochist (ancien grogneur), les INSULTER ne s’en posent pas plus de questions pour autant, et continuent donc de tout dévaster sur leur passage, avec une brutalité teintée de naïveté qui fait plaisir à voir dans le petit Landerneau de l’extrême.

Se sevrant de Metal coulant dans les veines de tous les enfants du Thrash boom des 80’s, sans pour autant loucher uniquement du côté de leur patrimoine national, ces trois-là se montrent plus fins que tous les indices les décrivant ne le laissaient entrevoir. Sans non plus verser dans la démonstration, ils troussent des hymnes ultimes qui valent largement la peine d’être écoutés, et beaucoup plus élaborés et réfléchis que la moyenne du genre qui se contente souvent de tout bousculer comme un éléphant dans un mosh-pit. Se montrant aussi concis qu’ils ne sont évolutifs, ces allemands parviennent donc à combiner les ambiances malsaines et sombres du PROTECTOR le plus assoupli, et le radicalisme presque Core des WHIPLASH, se situant un peu à mi-parcours en optant souvent pour des tempi raisonnables et des riffs modulés. Nous avons d’ailleurs droit à des breaks assez sidérants de finesse, durant lesquels Alcoholic Patrolator et Michi von Einst font montre d’un certain panache en tapping (« Horny Necromaniac », on tremble à l’idée des exactions du bonhomme sur des cadavres), et même à des morceaux où l’atmosphère gentiment horrifique nous colle la trique, histoire de nous plonger en plein récit déviant avec maniaques et serial-killers peu avenants (« Past Rituals Of The Msianthrope », ciselé mais violemment Heavy, pour passer une bonne nuit). C’est donc loin du Thrash germain bourrin que ces trois olibrius placent leur destin, maniant la digression comme l’agression, et offrant donc un patchwork assez fascinant de cruauté pure et de sadisme sûr. Impossible à l’écoute de certaines crises de colère de ne pas penser à des pierres angulaires comme Golem ou Urm The Mad, bien que la cadence générale soit beaucoup plus abordable.

Et sans surprise, le tout est très plaisant, et se dévore en un instant, puisque les musiciens ont l’intelligence de ne pas s’égarer en route. Avec trente-cinq minutes au compteur, The Misanthrope joue la bonne longueur, et distille ses saillies en harmonie, ressuscitant avec un flair certain l’esprit chafouin du Thrash semi bestial des années 80, celui qui bousculait mais qui s’excusait, en plaçant sur son chemin quelques finesses à portée de main. Ainsi, les contretemps très efficaces de « Riders Of War » auraient fait un malheur en 85/86, tandis que l’ouverture sans pitié de « Legion’s Lust » aurait largement eu de quoi satisfaire les fans de Thrash diffus, un peu sourd sur les bords, mais dont on se saoulait jusqu’à la mort. Instrumentistes suffisamment performants pour jouer leurs propres plans, les INSULTER ne se montrent ni simplistes ni condescendants, et jouent honnêtement leur carte sans se soucier d’une quelconque crédibilité. Et ils ont raison, car lorsque leur rythmique tourne au marteau-pilon, la lourdeur en impose dans le salon, et « Zombie Force » de se répandre en une entame bien Heavy qui dégénère très vite en Speed Black tout compris. Difficile de faire la fine bouche face à une équation aussi bien résolue, qui ne comporte aucune inconnue, mais qui laisse quand même une part de liberté à l’interprétation qui de temps à autres s’enfonce dans les corridors de la mort (« ‘Til Dawn », feeling un peu OBITUARY sur les bords, et soudaine accélération dans le décor).

Neuf morceaux qui jouent assez varié pour ne pas lasser, mais qui pris dans la continuité, forment une belle ode à la violence débridée. En disposant d’un bon paquet de riffs efficients, les allemands jouent sur du velours tâché de sang, et ne peinent pas à nous convaincre de leur potentiel. On sent même que les ambitions pourraient monter d’un cran, à l’occasion d’un presque progressif « Infernal Warfare » qui frise la démonstration tout en restant d’une crudité carton. La voix convaincante et la guitare tranchante, Alcoholic Patrolator domine les débats de son timbre grave et gras, et en impose en tant que frontman, se hissant sans effort au niveau des Tony Portaro et autres Paul Arakaki, pouvant compter en arrière-plan sur une rythmique sans défaillance. On termine même ce nouveau chapitre par un mystique « Into Battle II : Misanthropic Death », faisant écho à la précédente conclusion de Crypts Of Satan, assurant de fait une ludique liaison. En choisissant de terminer son second LP par un titre aux connotations très sabbathiennes, le groupe a fait un choix culotté, mais qui paie, puisqu’on est immédiatement tenté de remettre la galette à son point de départ, pas encore rassasié de ce Thrash un peu roublard. Mais avec The Misanthrope, le trio de Friedrichsdorf prouve qu’on peut encore jouer du Thrash à tendance Black à l’ancienne, sans copier son voisin, ni verser dans le bestial chafouin. Un disque attachant et hautement recommandable à tous les nostalgiques de la vague radicale de la seconde moitié des 80’s, qui headbanguaient au  doux son de Power and Pain ou de Leviathan’s Desire.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. Legion's Lust
  3. Zombie Forces
  4. Horny Necromaniac
  5. Past Rituals Of The Misanthrope
  6. Riders Of War
  7. 'Til Dawn
  8. Infernal Warfare
  9. Into Battle II - Misanthropic Death

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/03/2018 à 17:48
80 %    192

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !