Fable

Leaving Eden

15/01/2021

Dark Star Records

Troisième rencontre avec les américains de LEAVING EDEN, alors même qu’après ma première chronique les concernant, j’étais certain de ne plus jamais les croiser dans les couloirs de la toile. Il faut dire que je n’ai jamais été un fan acharné de leur musique, et encore moins de leurs pochettes. Celle de The Agony of Affliction était salement vilaine, celle de Dream With Me méchamment moche, et celle de Fable ne fait pas exception la règle en étant atroce. Je ne sais pas qui est responsable de leur artwork, mais il semblerait que cette personne n’ait pas que des intentions bienveillantes à leur égard. Alors, par pitié, ne laissez pas vos yeux traîner trop longtemps sur ce montage digne des skyblogs adolescents des années 2000 au risque d’y laisser votre rétine. Une fois encore, le groupe fait fort et ose nous sortir un machin que Brennus n’aurait pas daigné utiliser pour une pochette de SATAN JOKERS.

Bref.

Nonobstant cette constatation plus résignée que réellement revancharde, les américains s’en reviennent donc pour nous présenter le fruit de leurs dernières réflexions, et si leur style ne s’écarte jamais de cette pluralité qui le définit si bien, ce nouvel album propose donc une musique excentrée une fois encore, riche d’expérimentations mélodiques, produite de façon un peu amateur, mais exhalant d’un parfum de naïveté assez touchant. Je l’avoue je ne signerai jamais l’hagiographie de LEAVING EDEN, mais une fois encore, je dois reconnaître que certains de leurs morceaux m’ont touché de leur mélancolie sincère, à l’image de ce très Folk et harmonieux « Detached ». Moins connoté Alternatif que certains de leurs anciens chapitres, ce Fable semble vouloir nous raconter une histoire différente, comme si les MAMAS AND PAPAS étaient revenus à la vie dans les années 90 pour y réapprendre la musique au contact des CONNELLS ou des SMASHING PUMPKINS. Si d’ordinaire, la musique des originaires de Boston s’oriente vers des thèmes électriques et éclectiques, Fable semble marquer une rupture avec les directions autrefois empruntées pour se montrer plus contemplatif et introspectif. Rassurez-vous, le Rock y est quand même largement présent, le Hard aussi d’une certaine façon, mais après plus de dix ans de carrière, le groupe a essayé quelque chose de différent qui ma foi…lui va plutôt bien.

Il faut dire que les musiciens naviguent depuis un certain temps, et qu’ils commencent à savoir ce qu’ils veulent. Alors après avoir enchaîné sans discontinuer les albums (Tied & Bound, en 2011, Between Heaven and Hell en 2012, Welcome to my World en 2014, Pinnacle en 2016, Out of the Ashes en 2017, Descending en 2018, The Agony of Affliction en 2019, Dream With me en 2020), et lâché une production par année depuis 2016, le quintet (Eric Gynan à la guitare, basse et chant, Jake Gynan à la batterie, aux synthés et à la programmation, Eve au chant, Alyssa Bailey White aux claviers et Rich Chouinard à la basse) se propose donc de légèrement dévier de sa trajectoire compos/reprises faciles pour oser un LP qui se rapproche parfois d’une version sage et Pop de PEARL JAM (« Might as Well Get Stoned »). Mais une fois encore, comme toujours avec eux, ce sont les morceaux les plus dilués et aérés qui retiennent l’attention, au détriment des titres plus accentués un peu trop convenus. Alors, en soixante minutes, le combo à largement le temps de se perdre dans le dédale de son imagination, et il incombe au fan de faire le tri dans ces quatorze morceaux, loin d’être tous indispensables.

Comme je le disais plus en amont, ce sont les inserts les plus abordables et mélodiques qui se taillent la part du lion, comme si les bostoniens avaient souhaité montrer un visage plus affable et abordable. Ainsi, la reprise du magnifique « The Rose » de Bette Midler, sans bénéficier de la puissance vocale de l’original parvient à séduire sans trop forcer, proposant une sorte de digression adolescente sur cette sublime chanson. Mais ce mélange de morceaux originaux et de reprises pourra une fois encore rebuter ceux qui ne connaissent pas l’univers de LEAVING EDEN, groupe décidément à part sur la scène. A la manière d’un bar band ne sachant pas faire la différence entre son répertoire de reprises et ses titres originaux, le quintet continue donc son chemin de combo à la limite de l’amateurisme, mais nous livre pour une fois un disque plus homogène.

J’avoue avoir pris plus de plaisir que d’habitude à écouter leur musique, très automnale et en demi-teinte, avec des morceaux comme « Fable » qui reprend à son compte les recettes du Rock gothique pour les confronter à celle d’un Pop Rock un peu désabusé et triste. La production, un peu hésitante, a encore du mal à doser le chant et la puissance des guitares, mais l’ensemble tient debout, et incarne le meilleur d’une démarche de guingois qu’on a encore un peu de mal à suivre.

Plus renfermé sur lui-même, le groupe bifurque donc, mais lâche de temps à autre un titre plus convenu et symptomatique des nineties alternatives. C’est « Broken » qui joue ce rôle en 2021, et sans être un hit, concédons-lui une efficacité à la BREEDERS. LEAVING EDEN, décidément très à l’aise s’égare même sur le chemin du progressif gothique et folklorique, avec le long « Amen », chanté d’une voix grave et qui rompt un peu le schéma tout en respectant la ligne de conduite. Moment agréable, qui rappelle un peu le NIGHTWISH de transition de Dark Passion Play.   

Alors, sans me fédérer à sa cause qui lui est propre et que je n’ai pas encore réussi à décrypter totalement, LEAVING EDEN propose pour une fois une œuvre plus complète et moins erratique. Et sans adhérer immédiatement à leur fan-club, je peux peut-être espérer que dans les années à venir, le quintet de Boston saura faire la part des choses et solidifier sa musique. Et surtout, virer son graphiste avec un bon coup de pied au cul.       

 

                                                                                                                                                        Titres de l’album:

01. Born Inside of Me

02. The Eyes of a Curious Man

03. Broken

04. Detached

05. Borrowed Time

06. If It Feels Alright

07. Might as Well Get Stoned

08. In a World That’s Lost

09. The Rose

10. Fable

11. The World is Yours

12. Who I Am

13. Amen

14. Black Wolf


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/03/2022 à 14:03
72 %    118

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20

Satan

@ Gargan : Pour le coup le réalisateur est apparemment un membre de Gaerea par ailleurs...

10/08/2022, 21:36

zfiaj

épingleR

10/08/2022, 18:04

Gargan

Peut être plus au réalisateur du clip d'être blâmé, mais ça fait du buzz pour les deux après tout.

10/08/2022, 10:07

Hip Fire

❤️

10/08/2022, 05:28

Satan

Oui c'est assez moyen, même si pour le coup le seul vrai reproche vient du fait d'avoir utilisé le même décor. Car je rappelle que les univers musicaux sont drastiquement différents, donnant un rendu final lui aussi différent.

09/08/2022, 23:36

Orphan

Copié un clip pas terrible, d'un groupe du même pays au même endroit...bordel la s'est fort. A cela tu rajoutes la dégaine d'Mgla, la cagoule serigraphié et tu est à un niveau de fils de puterie pas mal la. 

09/08/2022, 09:29

Moshimosher

Ah, ouais... tout de même... ça craint ! 

09/08/2022, 00:36

Saul D

ca me rappelle mon premier numéro acheté du fanzine METALORGIE ( ils parlaient des démos de DEATh POWER), le #10 avec Kevin Kuzma et Blood Feast en couverture...

08/08/2022, 16:08

Simony

Sold out en 5 heures....

08/08/2022, 12:42

Gargan

Ils ont troqué le look pirate à celui de paysan (bottes et gibson, c'était assez inédit), un peu dommage &nb(...)

08/08/2022, 10:15

Humungus

Pour les frontaliers, ils seront également au Metal Méan le 20 août.

08/08/2022, 07:01

gasdf

Jamais aimé ce style pseudo-brutal et ce groupe.

06/08/2022, 21:08

Muqueuse chiasseuse

Gatecreeper, c'est du pseudo death d'homosexuel variolé du singe.

05/08/2022, 21:07

Muqueuse chiasseuse

Deux doigts coupe-faim.

05/08/2022, 21:04