Neon Light District

Neon Angel

08/09/2020

Sliptrick Records

Une pochette aguicheuse voire racoleuse, un trait qui rappelle immédiatement une époque que nous avons bien connue nous les quadras/quinquas, un groupe finlandais, et un titre qui ne laisse plus place au doute. Oui, les NEON ANGEL jouent un Rock/Metal très rétrograde, clairement influencé par les eighties, comme bon nombre de leurs compatriotes nationaux, suédois ou même norvégiens. Sauf que justement, ce jeune quintet ne joue pas la nostalgie comme tout le monde, et y insuffle une exubérance qui fait vraiment plaisir à entendre, et qui transforme ce premier LP en concentré d’énergie qui donne des fourmis dans les jambes et dans la nuque. Dans les faits, NEON ANGEL est un mélange des RUNAWAYS les plus juvéniles, d’une Pat Benatar de début de carrière, avec encore cette moue Punk sur son joli visage, de NENA et son hymne intemporel, le tout saucé comme de la Synth-Pop en revival, avec des claviers très présents, mais qui ne dénaturent pas le caractère Rock de l’ensemble. Quintet (Johanna Eteläkari – chant, Tuomas Saari – guitares, Juho Savikurki – claviers, Tomas Kurki – basse et Johannes Lahti – batterie) nous ramène donc aux grandes heures de l’hédonisme musical de ces fichues années 80 qui ne nous laisseront jamais l’esprit en paix, et développent une attitude frondeuse qui fait clairement plaisir à entendre, les produits du cru étant de plus en plus standardisés pour respecter une norme en vogue à l’époque. Ainsi, il est très difficile de dire de quel ou quel groupe les finlandais se rapprochent le plus, même si le souvenir des GO-GO’s du début de carrière dopées aux amphétamines de la nostalgie vient immédiatement en tête. Et finalement, en jouant profil bas et en capitalisant sur un anonymat encore relatif, les finlandais nous offrent l’un des meilleurs premiers albums revival de cette décennie, en jouant crânement leur carte, et en proposant des compositions infernales à faire passer la bande originale de Josie and the Pussycats pour une compilation d’EHPAD.

Tirant leur nom d’une compilation des RUNAWAYS justement, les NEON ANGEL en retrouvent l’esprit délibérément punky, dissimulé sous une épaisse couche de Pop-Rock enragé et dominé par les claviers. Mais en écoutant une petite bombe à la cerise comme « Love Addiction », impossible de résister à cette débauche d’euphorie qui donne envie de retrouver ses quinze ans et sa passion pour une musique jeune, fraîche et spontanée. Drivés par le chant incroyablement juvénile de Johanna Eteläkari, chanteuse passionnée comme on en connaît une tous les dix ans, et qui nous épargne les démonstrations de puissance, le groupe se permet toutes les ambiances et les audaces, et dose son effort avec beaucoup d’intelligence, passant par les atmosphères confinées et délicatement nocturnes (« Are You There ? »), pour mieux exploser tous les néons d’une rébellion adolescente tapageuse (« Another Kind Of Love »). Difficile de croire à l’écoute de ces huit morceaux que Neon Light District n’est qu’un premier album, tant il fait preuve d’une maîtrise incroyable dans l’impudeur. Modeste dans les proportions, ce LP est pourtant conséquent dans le rendu, et se permet l’accumulation de hits dans sa rétrospective eighties programmée, et lâche des tubes que les radios d’il y a quarante ans auraient diffusés jusqu’à plus soif, avec toujours en exergue cet équilibre instable entre guitare agressive et keyboards éthérés. Sans jamais relâcher son étreinte malgré des moments plus calmes, le tracklisting nous propose donc un trip dans le passé, un trip qui se souvient de ces mid tempi à l’américaine, avec velouté de couplets synthétiques et explosion électrique de refrains anthémiques (« City Is Sleeping », et sa cowbell à rendre fou Bruce Dickinson, yes, THE Bruce Dickinson). Un tracklisting qui n’oublie pas non plus que les eighties étaient espoir et euphorie, et qui nous balance la sauce à la moindre occasion, avec un Tuomas Saari qui ne se lâche pas en solo, mais qui griffe ses riffs avec un panache certain (« World On Fire »).

On pense donc à toutes les références déjà citées, mais aussi à une version de STARSHIP expurgée de tous ses tics les plus ridicules, à Alannah Myles, BLONDIE, mais aussi les punkettes les plus perméables au Rock et à la Pop, à Billy IDOL, et toute autre influence de cette période où tout était encore possible et où le Rock et l’AOR dominaient les débats et les ventes. Basse ronde, son parfaitement étudié, pour une performance à faire rougir de honte les THE LOCAL BAND, puisque les NEON ANGEL parviennent à faire mieux qu’eux, et avec des compos originales en plus. Outre la qualité indéniable des chansons, c’est surtout ce tempo bondissant infernal qui nous fait tomber amoureux de cet album, un tempo qui s’accorde très bien des intonations fluo et ado de Johanna Eteläkari, sexy comme une lycéenne pas très assidue, mais candide comme une jeune adulte qui veut mordre dans la vie à pleines dents. Et cet album pourrait incarner finalement la pomme tendue par le proverbial serpent pour faire chuter Adam, et l’obliger à s’abandonner aux plaisirs terrestres, sauf que nous, public, la croquons avec un appétit non dissimulé et sans aucun remord. On danse et on chante en chœur sur le terrible et survitaminé « Night Tripper », mais on se laisse aussi submerger par l’émotion du tendre et délicat « Simon », power-ballad qui termine l’album sur une petite touche d’amertume, mais qui permet à Johanna de s’exprimer dans un registre différent, plus sensible, tout en se montrant toujours aussi crédible.

Alors, j’en conviens, la pochette est en effet aguicheuse voire racoleuse. Mais son contenu évite toute la vulgarité d’une simple appropriation old-school pour proposer sa vision des choses, plus smooth, mais surtout, plus créative, plus euphorique, plus enthousiasmante que ces disques d’AOR à la mode de chez eux qui s’empilent dans nos dossiers avec une régularité un peu trop tétanisante. Un soupçon de folie, beaucoup d’énergie, une foi sans faille et surtout, une confiance en ses propres moyens qui fait plaisir à entendre. De quoi se balader dans les rues d’Helsinki la nuit, et de se poser sous un néon pour attendre la femme de sa vie. Qui aura, à n’en point douter, la voix enjôleuse de Johanna.                    

                                                                                                                                                                                                          

Titres de l’album:

01. Another Kind Of Love

02. Neon Angel

03. Love Addiction

04. Are You There ?

05. City Is Sleeping

06. World On Fire

07. Night Tripper

08. Simon


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/10/2020 à 17:55
90 %    134

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report

Les 7 pêchés capitaux : Pierre

Simony 24/09/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Raumsog

Ah on les voit les anciens crevards de VS!   

26/10/2020, 10:13

Betrayed

Je ne savais pas que ça existait encore ce truc.Souvenirs de VS...   

25/10/2020, 09:26

KaneIsBack

Haha, Shaka écrit des news ici, maintenant ?   

24/10/2020, 17:03

Solo Necrozis

Pas de nibards mis en évidence. Voilà, je fais gagner du temps à certains.

24/10/2020, 11:40

Humungus

Ca sonne effectivement à mort CANNIBOUL.Très bon donc.Pis j'adore cette pochette.

23/10/2020, 19:51

Saddam Mustaine

Il y a 8 mois il n'y avait de pandémie, et tout le monde s'en foutait les stades étaient pleins comme les concerts...Donc dans 8 mois impossible a dire, et les plus pessimistes ne vous laissez pas décourager par la dictature sanitaire de ce pauvre monde de fo(...)

23/10/2020, 19:41

Humungus

Satan + 1.J'avais encore quelques espoirs il y a peu, mais l'ITW de Barbaud dans le Figaro (???) me les a définitivement enterrés...Allez... On croise tout de même les doigts hein... ... ...

23/10/2020, 07:31

POMAH

Ouais y'a quelques Labels tu sens bien qu'ils sont géré par des mecs avec de fortes convictions. Van, Avangarde comme tu le soulignais, Iron Bonehead, y'en a d'autres bien sur. Mais eux clairement quand ils sortent un trucs que je ne connais pas je me dit Houlaaa(...)

23/10/2020, 03:47

Buck Dancer

Si, sur YouTube ! 

22/10/2020, 23:26

Satan

Il n'y aura pas des festivals l'été 2021, soyons réalistes.

22/10/2020, 22:28

Reg

The same ^^

22/10/2020, 18:55

NecroKosmos

Rien que pour Didier SUPER, je suis capable d'y aller. 

22/10/2020, 18:27

Simony

On ressent parfaitement la recherche de qualité dans les sorties du label, j'ai un peu la même image d'Avantgarde en Italie également.

22/10/2020, 14:11

David

Superbe reportage ! Bien dépaysant et qui montre que le métal est vraiment universel !manque peut être un peu de photos.

22/10/2020, 08:25

Harry Klein

J'aurais préféré pouvoir entendre un nouveau titre de Mavorim <3 mais qu'à cela ne tienne, bonne nouvelle ! et j'aime bien Ad Mortem aussi, mais moins. 

22/10/2020, 07:00

Buck Dancer

La pochette me dit vaguement quelque chose mais jamais écouté cet album. Le morceau en écoute est très très bon. Merci pour la découverte. 

22/10/2020, 04:52

Satan

Von? Laissez-moi rire...

21/10/2020, 21:49

Satan

Teaser années 80 au niveau du montage? Car là, j'espère que le gars qui a fait ça a été empalé au haut d'une colline depuis...

21/10/2020, 21:46

Zen

L'albûûûm VI de Seth ?!OK je file ...

21/10/2020, 20:27

Humungus

Putain c'est trop bon ce truc !J'connaissais pas du tout...Futur achat donc.PS : Y m'énerve ce mortne2001 à connaître plus de groupes que moi... ... ...

21/10/2020, 16:15