Les Idées Blanches

Sordide

04/06/2021

Les Acteurs De L'ombre Productions

Je n’ai nul pays

Je n’ai nulle patrie

Mais j’embrasse l’espoir

D’un noir pouvoir 

 

Il y a deux ans, j’affrontais le jet de bile crasseux de Hier déjà Mort, et je découvrais SORDIDE sous un autre angle, après avoir dévoré les deux premiers tomes de son aventure. La France a Peur et Fuir la Lumière définissaient les contours d’une démarche qu’on plaçait sous l’égide facile du Black Metal, mais je n’ai jamais pu me résoudre à considérer les rouennais comme de simples chantres de la violence instrumentale et de la sécheresse de ton. Leur côté malsain les affilie d’office à l’extrême, c’est un fait, mais leur saine colère va plus loin qu’une bête révolte adolescente contre les convenances et les lieux communs. Je ne parle pas ici d’érudition et de textes fouillés, ni de références constantes à une certaine époque pointue de l’histoire de France, mais je parle de culture musicale et d’influences bien moins populaires que la moyenne des musiciens du cru. Les textes de SORDIDE ont toujours été concis, reposant sur un nombre minimal de mots, refusant les clichés des phrases choquantes pour mieux se concentrer sur la sonorité des phonèmes, et leur portée. Sur Les Idées Blanches, le trio a poussé le concept encore plus loin : pas plus de quelques vers par morceaux, mais des vers dont on se souvient des heures après l’écoute, pour peu qu’on les ait lus et non pas simplement discernés dans le magma ambiant.

Pour être franc, et aussi objectif puisse être cette chronique, autant l’avouer, SORDIDE n’a jamais autant mérité son nom de baptême

 

Cette phrase anodine placée en plein milieu de ma chronique précédente en disait long sur l’estime que je porte à ce groupe de Rouen. Il est évident qu’en choisissant un tel patronyme, les musiciens ne pouvaient se contenter d’un BM franc et massif, et devaient emprunter des chemins de traverse infestés de serpents bibliques et de pièges de la plèbe pour parvenir à leurs fins. Leurs fins en 2021, c’est d’abord une signature sur les Acteurs de l’Ombre, trop heureux de voir ce poulain souffreteux et vicieux rejoindre leur écurie, mais aussi ce nouvel album scellant le contrat. Les Idées Blanches de son titre pourrait passer pour un amalgame entre les idées noires et les nuits blanches, et c’est exactement ce qu’il est. Des nuits à ruminer l’avenir de la société, au moment même où son futur semble se teindre de bleu Marine. La problématique n’est pas nouvelle, mais l’incertitude de son issue l’est au contraire. Au moment où le monde se meurt de sa surexploitation et de son consumérisme galopant, les présidentiables jouent la carte sécuritaire, parlent de fermeture des frontières, de forces de police renforcées, alors qu’il conviendrait d’aborder de front le problème des récoltes perdues sous la sècheresse, et de la pauvreté toujours préoccupante d’une bonne partie du monde.

De tes ancêtres blancs comme neige

Et rejoins, bêlant, le cortège

Dans ta tanière tu te retranches

Pour ruminer tes idées blanches        

De son BM acide, dissonant, de ses cris larvés qui peinent à exploser, SORDIDE nous plonge dans les affres des tempêtes actuelles, et de la tournure dramatique que prennent les choses. Incapacités des gouvernants à imposer une politique écologique qui est pourtant notre dernière chance de survie, violence omniprésente, virus fabriqués en laboratoire et qui s échappent comme des souris de leur cage, l’heure n’est plus au bilan, mais à l’action. SORDIDE de son côté, agit avec les mots, mais sa musique vaut bien des avertissements. Un simple morceau comme « Les Idées Blanches » suggère à merveille la lancinance actuelle, le ressassement des idées rances, et cette frange de la population qui envisage son populisme comme la dernière bouée de sauvetage d’un navire qui sombre. Les guitares, totalement fausses dans les harmonies et les stridences, soulignent la bêtise crasse dans laquelle baignent ces individus bas de l’ancien Front National, croyant toujours que l’identité et son cortège de privilèges sont la clé. En France comme ailleurs, les extrêmes attirent, comme à chaque fois qu’une ère arrive à son terme. Et la nôtre est agonisante depuis longtemps, s’agitant encore sous les souvenirs des trente glorieuses qui sont pourtant enterrées depuis les années 70.

Désacraliser le passé

Et lui faire cracher ses dents

Ses silences

Ses martyrs, ses massacres

Tout n’est pas simple dans cette vision, et tout n’est pas facile à accepter. Artistiquement, le trio (Nemri - chant/batterie, Julien Payan aka Nehluj - chant/guitare, et Nebhen - basse) utilise les codes du BM des origines, ce qu’on appréhende très bien sur l’entame de « Je n'ai Nul Pays », et son riff emphatique mais classique, mais les travestit de breaks nauséabonds, de mélodies létales, de déviations dangereuses. Les strates vocales s’empilent comme des cadavres sur un charnier, et les longs passages instrumentaux évoquent un ailleurs que l’on n’a pas vraiment envie de connaître, un ailleurs qui finalement, n’est rien d’autre que notre futur.

Le jeu très inventif de Nehluj, hérité du Post-Hardcore, de l’Alternatif, du Punk et du Metal permet de mélanger toutes les fragrances pour se montrer allusif à toutes les violences, alors, lorsque résonne l’impitoyable et cacophonique « Ruines Futures », personne n’est vraiment étonné du volume sonore et de la bestialité débridée. Toujours à cheval entre les genres, SORDIDE n’envisage finalement que le sien, insistant, crade, ténébreux, contagieux de ses idées sombres, évoquant « L'Atrabilaire », pour en arriver à une conclusion inévitable : « Ne Savoir que Rester ».

« Vers Jamais », comme « Postlude », propose une issue. Mais cette fois-ci, et malgré les mélodies, l’issue est inéluctable et peu réjouissante. Un monde marchant au ralenti, piétinant les espoirs comme des cendres s’écrasant dans une cheminée, et arpentant la terre avec pour seule échappatoire les regrets d’une inaction. Les Idées Blanches vous en donnera, et des nuits de laideur et de paranoïa.

Continuer

À hurler

À sombrer

À foncer

Vers jamais             

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Je n'ai Nul Pays

02. Ruines Futures    

03. L'Atrabilaire

04. Ne Savoir que Rester

05. Les Idées Blanches

06. Le Silence ou la Vie

07. Vers Jamais


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/06/2021 à 15:45
95 %    212

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Orphan
@193.248.54.231
24/06/2021, 09:41:34

"Les guitares, totalement fausses dans les harmonies et les stridences, soulignent la bêtise crasse dans laquelle baignent ces individus bas de l’ancien Front National, croyant toujours que l’identité et son cortège de privilèges sont la clé".....UZZZZZUUUUULLL  AHHH OUIIIIIIIIIII hmmmmmmmm.



Gargan
membre enregistré
24/06/2021, 09:46:07

C'est très pratique, les épouvantails.


resmo
@78.192.38.132
26/06/2021, 10:18:42

A oublier et très vite.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Très  bon album une bonne claque vivement du live .

26/09/2021, 09:12

RBD

Cette prolongation de "Surgical Steel" va certes ramener dans le camp des déçus ceux qui espéraient que ce précédent n'était qu'un tour de chauffe avant un "Heartwork II" ou un "Symphony of Putrefac(...)

25/09/2021, 22:24

Sakura

transophobe black metal

25/09/2021, 14:15

Je te sodom à l\'agent orange

@Drift : tu préfères quoi haineux? haïsseurs? Je vois en quoi en utiliser un anglicisme comme haters rend nul le reste de son propos. En tout cas, pour toi, j'ai une expression bien française : sac à merde.

25/09/2021, 14:13

drift

Encore un gogo qui parle "haters"

25/09/2021, 12:34

araf

Il est grand temps qu'ils arretent les frais

25/09/2021, 12:32

Gargan

Très futé comme commentaire. Je ne crois pas qu’il faille forcer les choses à ce niveau, sinon c’est l’effet repoussoir assuré. Faire écouter les classiques du rock / hard / heavy en crescendo, c’est déjà pas mal. Quand ta p(...)

25/09/2021, 10:30

Pine de pute

@KerryKing : espèce de gros blaireau, n'oublie pas la bière dans le biberon. Si ce sont des gros nazes comme toi qui sont les porte-flambeaux de "notre héritage", pas étonnant qu'on ne soit que rareent pris au sérieux. Et franchement, va te f(...)

25/09/2021, 07:26

Ander

Pas trop mal ce titre. J'aime bien le son de basse qui se démène derrière.

24/09/2021, 08:37

Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50