On le sait depuis des années déjà, la scène Metal française n’a plus rien à envier à celle de ses homologues européens, et encore moins à ses lointains cousins canadiens et frères ennemis/amis américains. Les exemples illustrant ce constat sont trop nombreux pour être évoqués ici, même si je pourrais parler de GOJIRA, d’ETHMEBB, NIGHT, MALEMORT ou COWARDS.

Les COWARDS justement tiens, bonne pioche. Hébergés par l’écurie Deadlight Entertainment, qui s’avère être un sacré découvreur de talents cachés, nos tortionnaires bruitistes partagent une partie de la chaumière avec de nouveaux venus, pas spécialement plus amicaux ni engageants. Leur nom ?

NUISIBLE

Rarement groupe aura autant mérité et pas son nom. Ces normands originaires d’Evreux, au nombre de quatre dans leur formation rangée (Julien – guitare/chant, Alexandre – batterie/claviers, Damien – basse et Furet – guitare), et ont déjà publié une première démo en février 2015 (Demo 2015, merci la sobriété), ainsi qu’un single numérique en avant-première (« Reign Of Confusion », qu’on retrouve sur ce premier EP).

Alors NUISIBLE certes, puisque leur musique s’insinue dans votre cerveau et endommage votre système nerveux de façon irrémédiable, mais pas forcément parasite puisque ce Crust à dominante Darkcore fait partie des meilleurs du cru, en juxtaposant la violence la plus sourde, le Metal le plus lourd, et le Crust le plus court. Terriblement dense en termes artistiques, ce Inter Feces et Urinam Nascimur (en substance latine, « nous avons vu le jour au milieu du caca et du pipi »), est un véritable festival de l’horreur organique, qui multiplie les dissonances assourdissantes, les riffs massifs comme un premier cri une fois sorti de l’utérus, les hurlements de douleur face à un monde impitoyable, et surtout, les cassures de rythme, les mid tempi épais comme une couche de nouveau-né, pour finalement proposer un crossover général entre toutes les tendances les plus brutales du Core le plus radical.

Certes, ces normands ne sont pas aussi terrifiants que leurs camarades de chambrée de COWARDS, mais l’intensité exhalant des pistes de ce premier EP est si forte que la secousse fait encore frémir votre pauvre carcasse des heures après avoir rangé le CD entre deux bibles de Gutenberg pour être sûr d’en exorciser les effets démoniaques.

Tour à tour Downtempo, Crust, parfois Grind, mais surtout Hardcore métallisé jusqu’au bout des moignons, Inter Feces et Urinam Nascimur fait le même effet qu’une purge après une constipation cruelle, et soulage l’âme devenue sphincter après une accumulation d’idées noires dont ces vilains instrumentistes ne vous débarrassent pas vraiment. Alors, la coulée est impressionnante de pression et de débit d’autant plus que la production/lavement est d’une pression redoutable, donnant encore plus d’ampleur à des guitares/poires qui tronçonnent des riffs sans relâche.

Avec d’anciens LAZARE et AS WE BLEED aux commandes, les NUISIBLE ne font pas vraiment dans la dentelle, et pourtant ce premier EP sait faire preuve d’une finesse technique indéniable, en vous retirant le tube sans avoir besoin de lub’.

Sept pistes pour autant d’étapes sur le chemin de la vidange, et un passage en revue de tous les procédés brutaux de notre époque damnée, sans complaisance, mais avec aisance, et une fluidité incroyable dans la brutalité, sans pour autant se départir d’une certaine forme de légèreté harmonique hérité d’un Black/Crust tout à fait mélodique.

Difficile d’extraire un chapitre de ce recueil de vilénie instrumentale, dominée par un chant vraiment accablant de cruauté, qui semble exhorter à chaque intervention ses compagnons à extirper le pire d’eux-mêmes. Alors on allonge les idées, et celles-ci se montrent toujours plus néfastes et sombres, mais la franchise étant de mise chez ces truands-là, les pendules sont mises à l’heure dès l’entame grondante et soufflante de « Proletarian Hung ».

Tempête de blasts annonçant avec sournoiserie un BM pas du tout d’actualité, avant une rupture aussi brutale que limpide, et le Crust se taille alors les veines en plein tableau, pour nous éclabousser de son up tempo électrique, qu’une voix ignoble rend encore plus oppressant.

Bénéficiant d’une production gigantesque et profonde, les normands en profitent pour nous assener coups de boules sur uppercuts dans le foie, et même si le Hardcore n’est jamais loin (les chœurs menaçants de « Out Come The Wolves », ambiance affrontement post concert à NYC, le mid tempo écrasant et pesant de « Reign Of Confusion »), c’est bien le Crustcore qui survole l’algarade qui ne prend fin qu’avec la mort d’un des combattants.

Mais ne vous leurrez pas, la seule victime consentante de ce carnage, c’est vous. En associant la densité sadique des COWARDS et la lourdeur vomitive des DEAFHEAVEN, les NUISIBLE nous acculent dans une ruelle sordide avec une patience diabolique (« Night Wanderer » et son groove qui suggère le pas soutenu d’un pervers traquant ses victimes dans un centre-ville désert), avant de nous livrer à leur propre vindicte lubrique pour quelques minutes de débauche Crust qui nous laissent le slip sur les chevilles et la tête à l’envers (« Road Of The Great Torrent », manège infernal de va-et-vient animal hésitant entre un Grind/BM fatal et un Crust abyssal).

En final, «Forest Fire » ne suggère pas une quelconque allégeance à la délicatesse de Lloyd Cole, mais plutôt un désir de refermer la page avec une véhémence Crustcore intolérable, toujours méchamment teintée de nihilisme Black, en nous larguant dans les bas-fonds d’une cité de violence ou les cris se perdent dans l’indifférence.

Final en crescendo de noirceur palpable, pour un ultime downtempo ridiculisant MACHINE HEAD et AGNOSTIC FRONT dans un dernier élan méchamment séduisant, suscitant un genre de syndrome de Stockholm qui nous pousse à prendre en affection ces tortionnaires ambulants.

Force et honneur ?

Non, plutôt farce et horreur, tant ce premier EP ne fait preuve d’aucune empathie envers ses auditeurs, en accumulant avec une aisance presque amusante les plans les plus glauques et oppressants possibles. Une leçon de brutalité qui laisse muet et paralysé, scotché à son fauteuil comme un handicapé de la méfiance qui n’a pas vu le coup venir.

NUISIBLE ? Assurément. Mais aucun traitement ne sera efficace pour lutter contre l’invasion de ces saloperies bruitistes qui en un seul EP font plus de dégâts que bien d’autres rampants en une discographie patiemment construite.


Titres de l'album:

  1. Inter Feces et Urinam Nascimur
  2. Proletarian Hung
  3. Out Come The Wolves
  4. Reign Of Confusion
  5. Night Wanderer
  6. Road Of The Great Torrent
  7. Forest Fire

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/02/2017 à 17:01
85 %    636

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)