On le sait depuis des années déjà, la scène Metal française n’a plus rien à envier à celle de ses homologues européens, et encore moins à ses lointains cousins canadiens et frères ennemis/amis américains. Les exemples illustrant ce constat sont trop nombreux pour être évoqués ici, même si je pourrais parler de GOJIRA, d’ETHMEBB, NIGHT, MALEMORT ou COWARDS.

Les COWARDS justement tiens, bonne pioche. Hébergés par l’écurie Deadlight Entertainment, qui s’avère être un sacré découvreur de talents cachés, nos tortionnaires bruitistes partagent une partie de la chaumière avec de nouveaux venus, pas spécialement plus amicaux ni engageants. Leur nom ?

NUISIBLE

Rarement groupe aura autant mérité et pas son nom. Ces normands originaires d’Evreux, au nombre de quatre dans leur formation rangée (Julien – guitare/chant, Alexandre – batterie/claviers, Damien – basse et Furet – guitare), et ont déjà publié une première démo en février 2015 (Demo 2015, merci la sobriété), ainsi qu’un single numérique en avant-première (« Reign Of Confusion », qu’on retrouve sur ce premier EP).

Alors NUISIBLE certes, puisque leur musique s’insinue dans votre cerveau et endommage votre système nerveux de façon irrémédiable, mais pas forcément parasite puisque ce Crust à dominante Darkcore fait partie des meilleurs du cru, en juxtaposant la violence la plus sourde, le Metal le plus lourd, et le Crust le plus court. Terriblement dense en termes artistiques, ce Inter Feces et Urinam Nascimur (en substance latine, « nous avons vu le jour au milieu du caca et du pipi »), est un véritable festival de l’horreur organique, qui multiplie les dissonances assourdissantes, les riffs massifs comme un premier cri une fois sorti de l’utérus, les hurlements de douleur face à un monde impitoyable, et surtout, les cassures de rythme, les mid tempi épais comme une couche de nouveau-né, pour finalement proposer un crossover général entre toutes les tendances les plus brutales du Core le plus radical.

Certes, ces normands ne sont pas aussi terrifiants que leurs camarades de chambrée de COWARDS, mais l’intensité exhalant des pistes de ce premier EP est si forte que la secousse fait encore frémir votre pauvre carcasse des heures après avoir rangé le CD entre deux bibles de Gutenberg pour être sûr d’en exorciser les effets démoniaques.

Tour à tour Downtempo, Crust, parfois Grind, mais surtout Hardcore métallisé jusqu’au bout des moignons, Inter Feces et Urinam Nascimur fait le même effet qu’une purge après une constipation cruelle, et soulage l’âme devenue sphincter après une accumulation d’idées noires dont ces vilains instrumentistes ne vous débarrassent pas vraiment. Alors, la coulée est impressionnante de pression et de débit d’autant plus que la production/lavement est d’une pression redoutable, donnant encore plus d’ampleur à des guitares/poires qui tronçonnent des riffs sans relâche.

Avec d’anciens LAZARE et AS WE BLEED aux commandes, les NUISIBLE ne font pas vraiment dans la dentelle, et pourtant ce premier EP sait faire preuve d’une finesse technique indéniable, en vous retirant le tube sans avoir besoin de lub’.

Sept pistes pour autant d’étapes sur le chemin de la vidange, et un passage en revue de tous les procédés brutaux de notre époque damnée, sans complaisance, mais avec aisance, et une fluidité incroyable dans la brutalité, sans pour autant se départir d’une certaine forme de légèreté harmonique hérité d’un Black/Crust tout à fait mélodique.

Difficile d’extraire un chapitre de ce recueil de vilénie instrumentale, dominée par un chant vraiment accablant de cruauté, qui semble exhorter à chaque intervention ses compagnons à extirper le pire d’eux-mêmes. Alors on allonge les idées, et celles-ci se montrent toujours plus néfastes et sombres, mais la franchise étant de mise chez ces truands-là, les pendules sont mises à l’heure dès l’entame grondante et soufflante de « Proletarian Hung ».

Tempête de blasts annonçant avec sournoiserie un BM pas du tout d’actualité, avant une rupture aussi brutale que limpide, et le Crust se taille alors les veines en plein tableau, pour nous éclabousser de son up tempo électrique, qu’une voix ignoble rend encore plus oppressant.

Bénéficiant d’une production gigantesque et profonde, les normands en profitent pour nous assener coups de boules sur uppercuts dans le foie, et même si le Hardcore n’est jamais loin (les chœurs menaçants de « Out Come The Wolves », ambiance affrontement post concert à NYC, le mid tempo écrasant et pesant de « Reign Of Confusion »), c’est bien le Crustcore qui survole l’algarade qui ne prend fin qu’avec la mort d’un des combattants.

Mais ne vous leurrez pas, la seule victime consentante de ce carnage, c’est vous. En associant la densité sadique des COWARDS et la lourdeur vomitive des DEAFHEAVEN, les NUISIBLE nous acculent dans une ruelle sordide avec une patience diabolique (« Night Wanderer » et son groove qui suggère le pas soutenu d’un pervers traquant ses victimes dans un centre-ville désert), avant de nous livrer à leur propre vindicte lubrique pour quelques minutes de débauche Crust qui nous laissent le slip sur les chevilles et la tête à l’envers (« Road Of The Great Torrent », manège infernal de va-et-vient animal hésitant entre un Grind/BM fatal et un Crust abyssal).

En final, «Forest Fire » ne suggère pas une quelconque allégeance à la délicatesse de Lloyd Cole, mais plutôt un désir de refermer la page avec une véhémence Crustcore intolérable, toujours méchamment teintée de nihilisme Black, en nous larguant dans les bas-fonds d’une cité de violence ou les cris se perdent dans l’indifférence.

Final en crescendo de noirceur palpable, pour un ultime downtempo ridiculisant MACHINE HEAD et AGNOSTIC FRONT dans un dernier élan méchamment séduisant, suscitant un genre de syndrome de Stockholm qui nous pousse à prendre en affection ces tortionnaires ambulants.

Force et honneur ?

Non, plutôt farce et horreur, tant ce premier EP ne fait preuve d’aucune empathie envers ses auditeurs, en accumulant avec une aisance presque amusante les plans les plus glauques et oppressants possibles. Une leçon de brutalité qui laisse muet et paralysé, scotché à son fauteuil comme un handicapé de la méfiance qui n’a pas vu le coup venir.

NUISIBLE ? Assurément. Mais aucun traitement ne sera efficace pour lutter contre l’invasion de ces saloperies bruitistes qui en un seul EP font plus de dégâts que bien d’autres rampants en une discographie patiemment construite.


Titres de l'album:

  1. Inter Feces et Urinam Nascimur
  2. Proletarian Hung
  3. Out Come The Wolves
  4. Reign Of Confusion
  5. Night Wanderer
  6. Road Of The Great Torrent
  7. Forest Fire

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/02/2017 à 17:01
85 %    677

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes