On le sait depuis des années déjà, la scène Metal française n’a plus rien à envier à celle de ses homologues européens, et encore moins à ses lointains cousins canadiens et frères ennemis/amis américains. Les exemples illustrant ce constat sont trop nombreux pour être évoqués ici, même si je pourrais parler de GOJIRA, d’ETHMEBB, NIGHT, MALEMORT ou COWARDS.

Les COWARDS justement tiens, bonne pioche. Hébergés par l’écurie Deadlight Entertainment, qui s’avère être un sacré découvreur de talents cachés, nos tortionnaires bruitistes partagent une partie de la chaumière avec de nouveaux venus, pas spécialement plus amicaux ni engageants. Leur nom ?

NUISIBLE

Rarement groupe aura autant mérité et pas son nom. Ces normands originaires d’Evreux, au nombre de quatre dans leur formation rangée (Julien – guitare/chant, Alexandre – batterie/claviers, Damien – basse et Furet – guitare), et ont déjà publié une première démo en février 2015 (Demo 2015, merci la sobriété), ainsi qu’un single numérique en avant-première (« Reign Of Confusion », qu’on retrouve sur ce premier EP).

Alors NUISIBLE certes, puisque leur musique s’insinue dans votre cerveau et endommage votre système nerveux de façon irrémédiable, mais pas forcément parasite puisque ce Crust à dominante Darkcore fait partie des meilleurs du cru, en juxtaposant la violence la plus sourde, le Metal le plus lourd, et le Crust le plus court. Terriblement dense en termes artistiques, ce Inter Feces et Urinam Nascimur (en substance latine, « nous avons vu le jour au milieu du caca et du pipi »), est un véritable festival de l’horreur organique, qui multiplie les dissonances assourdissantes, les riffs massifs comme un premier cri une fois sorti de l’utérus, les hurlements de douleur face à un monde impitoyable, et surtout, les cassures de rythme, les mid tempi épais comme une couche de nouveau-né, pour finalement proposer un crossover général entre toutes les tendances les plus brutales du Core le plus radical.

Certes, ces normands ne sont pas aussi terrifiants que leurs camarades de chambrée de COWARDS, mais l’intensité exhalant des pistes de ce premier EP est si forte que la secousse fait encore frémir votre pauvre carcasse des heures après avoir rangé le CD entre deux bibles de Gutenberg pour être sûr d’en exorciser les effets démoniaques.

Tour à tour Downtempo, Crust, parfois Grind, mais surtout Hardcore métallisé jusqu’au bout des moignons, Inter Feces et Urinam Nascimur fait le même effet qu’une purge après une constipation cruelle, et soulage l’âme devenue sphincter après une accumulation d’idées noires dont ces vilains instrumentistes ne vous débarrassent pas vraiment. Alors, la coulée est impressionnante de pression et de débit d’autant plus que la production/lavement est d’une pression redoutable, donnant encore plus d’ampleur à des guitares/poires qui tronçonnent des riffs sans relâche.

Avec d’anciens LAZARE et AS WE BLEED aux commandes, les NUISIBLE ne font pas vraiment dans la dentelle, et pourtant ce premier EP sait faire preuve d’une finesse technique indéniable, en vous retirant le tube sans avoir besoin de lub’.

Sept pistes pour autant d’étapes sur le chemin de la vidange, et un passage en revue de tous les procédés brutaux de notre époque damnée, sans complaisance, mais avec aisance, et une fluidité incroyable dans la brutalité, sans pour autant se départir d’une certaine forme de légèreté harmonique hérité d’un Black/Crust tout à fait mélodique.

Difficile d’extraire un chapitre de ce recueil de vilénie instrumentale, dominée par un chant vraiment accablant de cruauté, qui semble exhorter à chaque intervention ses compagnons à extirper le pire d’eux-mêmes. Alors on allonge les idées, et celles-ci se montrent toujours plus néfastes et sombres, mais la franchise étant de mise chez ces truands-là, les pendules sont mises à l’heure dès l’entame grondante et soufflante de « Proletarian Hung ».

Tempête de blasts annonçant avec sournoiserie un BM pas du tout d’actualité, avant une rupture aussi brutale que limpide, et le Crust se taille alors les veines en plein tableau, pour nous éclabousser de son up tempo électrique, qu’une voix ignoble rend encore plus oppressant.

Bénéficiant d’une production gigantesque et profonde, les normands en profitent pour nous assener coups de boules sur uppercuts dans le foie, et même si le Hardcore n’est jamais loin (les chœurs menaçants de « Out Come The Wolves », ambiance affrontement post concert à NYC, le mid tempo écrasant et pesant de « Reign Of Confusion »), c’est bien le Crustcore qui survole l’algarade qui ne prend fin qu’avec la mort d’un des combattants.

Mais ne vous leurrez pas, la seule victime consentante de ce carnage, c’est vous. En associant la densité sadique des COWARDS et la lourdeur vomitive des DEAFHEAVEN, les NUISIBLE nous acculent dans une ruelle sordide avec une patience diabolique (« Night Wanderer » et son groove qui suggère le pas soutenu d’un pervers traquant ses victimes dans un centre-ville désert), avant de nous livrer à leur propre vindicte lubrique pour quelques minutes de débauche Crust qui nous laissent le slip sur les chevilles et la tête à l’envers (« Road Of The Great Torrent », manège infernal de va-et-vient animal hésitant entre un Grind/BM fatal et un Crust abyssal).

En final, «Forest Fire » ne suggère pas une quelconque allégeance à la délicatesse de Lloyd Cole, mais plutôt un désir de refermer la page avec une véhémence Crustcore intolérable, toujours méchamment teintée de nihilisme Black, en nous larguant dans les bas-fonds d’une cité de violence ou les cris se perdent dans l’indifférence.

Final en crescendo de noirceur palpable, pour un ultime downtempo ridiculisant MACHINE HEAD et AGNOSTIC FRONT dans un dernier élan méchamment séduisant, suscitant un genre de syndrome de Stockholm qui nous pousse à prendre en affection ces tortionnaires ambulants.

Force et honneur ?

Non, plutôt farce et horreur, tant ce premier EP ne fait preuve d’aucune empathie envers ses auditeurs, en accumulant avec une aisance presque amusante les plans les plus glauques et oppressants possibles. Une leçon de brutalité qui laisse muet et paralysé, scotché à son fauteuil comme un handicapé de la méfiance qui n’a pas vu le coup venir.

NUISIBLE ? Assurément. Mais aucun traitement ne sera efficace pour lutter contre l’invasion de ces saloperies bruitistes qui en un seul EP font plus de dégâts que bien d’autres rampants en une discographie patiemment construite.


Titres de l'album:

  1. Inter Feces et Urinam Nascimur
  2. Proletarian Hung
  3. Out Come The Wolves
  4. Reign Of Confusion
  5. Night Wanderer
  6. Road Of The Great Torrent
  7. Forest Fire

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/02/2017 à 17:01
85 %    613

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Bonjour, moi aussi j’ai été arnaqué de plus de 178.000 euros, je l’ai rencontré sur Meetic un site de rencontres, il est parti soi-disant en Côte-d’Ivoire à Abidjan pour travailler (photographe), il vit dans un hôtel, et bien sûr il s’est fait agressé en sortant de cet hôtel, plus (...)


Ah oui, quand même...


De la dentisterie au marteau piqueur ! Un bonheur !


RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)