Ethereality

Maverick

01/04/2021

Metalapolis Records

Un MAVERICK, c’est un marginal, un outcast, un franc-tireur, un non-conformiste, le genre qui se balade dans les rues avec cet air de défiance dans les yeux et qui refuse les règles de la société. Pas un paria, mais pas loin non plus, en tout cas, quelqu’un qui refuse la facilité d’une vie programmée. En musique, un MAVERICK est un groupe irlandais, de Belfast, qui depuis le début des années 2010 aligne les albums impeccables, pas si éloignés que ça d’ailleurs d’un Hard des années 80 transposé dans un idiome plus moderne. Fondé en 2012, ce quintet repose en grande partie sur l’osmose et la complicité entre deux frères, David et Ryan Balfour, respectivement chanteur et guitariste, qui se tirent la bourre pour tirer leurs compositions vers le haut. Epaulés en 2021 par un trio compétent (Ric Cardwell - guitare, Richie Diver - basse et Jason-Steve Mageney - batterie), les deux frangins continuent donc leur chemin, et nous offrent cette année leur quatrième longue durée, qui viendra encore une fois coller leur nom sur toutes les lèvres des amateurs d’un Hard puissant et mélodique. Avec ces dix nouvelles compositions, le quintet irlandais a tiré fort et vite et a visé le centre de la cible, celui qui vous accorde assez de points pour compter les hits. Visant la perfection à chaque couplet et refrain, le groupe a donc pondu pendant le confinement une sorte de best-of déguisé de ses trois premiers albums, touchant la quintessence d’un style qui pourtant n’excuse aucune approximation.

Huit ans après le premier EP, sept après la première intervention (Quid pro Quo), cinq après la seconde (Big Red) et trois après la troisième (Cold Star Dancer), Ethereality se devait donc non seulement de confirmer, mais d’appuyer, et asseoir définitivement la réputation grandissante de cette étoile montante du Hard Rock mélodique tel qu’on le pratique depuis le début des années 80. Pour les néophytes n’ayant jamais tendu leurs oreilles sur un album du combo, sachez que sa musique est en quelque sorte le cocktail parfait entre le Hard légèrement Glam et Punky des SKIDROW et LOVE/HATE, le Heavy mélodique d’HAREM SCAREM, et les astuces harmoniques des W.E.T, WORK OF ART, et autres ECLIPSE et FAIR WARNING, la niaque en plus, et l’authenticité en étendard. Et en découvrant les dix nouveaux hymnes de cette livraison, on s’y croirait, revenu en 1989 lorsque les deniers chefs d’œuvre des années 80 inondaient le marché et marchaient sur le podium du Billboard.

Tout y est, les riffs acérés, la voix puissante et lyrique, la rythmique de plomb, capable de s’assouplir ou de s’enhardir d’une double grosse caisse, le son plein et chaud, et cette pochette superbe signée par Cardaan, artiste ukrainien au trait précis et poétique. Disponible en vinyle, Ethereality est donc un bel objet, à posséder urgemment par tous les fans de musique riche et populaire, qui joue avec les clichés mais évite tous les poncifs. En découvrant ce nouvel album, on pense immanquablement à un lien naturel entre l’éponyme début de SKIDROW et le plus rageur Slave to the Grind, tant Ethereality mixe les deux approches avec flair. Immédiatement agrippé par l’agression, on se laisse aller à la nostalgie la plus saine, la qualité de l’album étant une parfaite caution pour ce retour dans le temps. Montant la qualité d’un cran, les frères Balfour livrent une performance hallucinante d’assurance, et signent les refrains et les chœurs les plus accrocheurs de leur carrière. Toutefois, inutile de vous attendre à une linéarité de fond, puisque les compositeurs ont pris soin de varier leur propos pour rendre cet album encore plus entêtant. En bons marginaux qu’ils sont, les irlandais tâtent le terrain vintage pour en extraire leur propre or, et des hits de la trempe de « Thirst ». Cette soif de mélodies pugnaces nous rajeunit, et nous replonge dans une adolescence entièrement vouée au cuir, au jean, aux cheveux longs et aux tendances Pop raidies d’une distorsion purement Heavy Metal. Loin des facilités, les irlandais accrochent la perfection et approchent l’illusion parfaite, signant une œuvre qui pourrait bien avoir vu le jour il y a plus de trente ans, si ce n’était cette production trop moderne pour passer pour du Beau Hill.

Le six-coups rempli, les balles enfoncées dans le barillet, le tir peut commencer, et il est diablement précis. Comme un desperado en plein duel, mais louchant quand même sur la belle restée sur le porche du bar, MAVERICK dégaine ses meilleurs coups, et aligne en quelques morceaux un carton plein, avec en exergue le superbe « Never », très Lesperance/Hess. Pas plus de quatre minutes, des voix qui s’unissent comme pour rendre hommage aux SLAUGHTER (« Switchblade Sister »), des riffs gluants qui collent le whiskey au plancher, de quoi se satisfaire d’un trip passéiste beaucoup plus efficace que la moyenne actuelle. Hésitant entre syncopes dansantes et up tempo énergique, MAVERICK propose donc des ambiances variées, parfois empruntes d’émotion (« Bells of Stygian », qui met admirablement bien en valeur le timbre de David), parfois débridées comme une fête après la bataille (« Angels 6 »), et nous offre son album le plus équilibré, et le plus fédérateur.

Rien de prétentieux dans tout ça, juste une efficacité réelle et pas en trompe l’œil pour flatter le cœur brisé des amoureux 80’s encore un peu trop englués dans leur sentimentalisme de jeunesse. De quoi se souvenir avec le sourire, mais surtout, une musique solide, hargneuse mais dansante (« Dying Star »), et parfois salement Heavy sur les bords et au milieu (« Ares », et encore un peu de HAREM SCAREM dans le texte). En gros, une superbe réussite, pour un paria qui s’intègre décemment très bien dans notre société old-school.

                 

  

                                                

Titres de l’album:

01. Falling

02. Thirst

03. Never

04. Switchblade Sister

05. Bells of Stygian

06. Angels 6

07. The Last One

08. Dying Star

09. Light Behind Your Eyes

10. Ares


Facebook officiel


par mortne2001 le 28/04/2021 à 18:28
90 %    667

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
afass

Generic and boring.

01/07/2022, 23:16

Arioch91

Achat prévu !

01/07/2022, 20:10

Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16