Eternal Cosmic Aeons

The Golden Age

03/03/2021

American Line Productions

Et si nous commencions la journée par le premier album d’un groupe mexicain qui n’a pas foutu grand-chose depuis sa création ? L’idée semble bonne, d’autant que l’album en question ne donne pas dans la dentelle (de Calais, évidemment). Fondé en 2004 à Tula, Mexique, THE GOLDEN AGE a connu le sien en 2005 en sortant une première démo éponyme qui sonnait comme le signal de départ d’une carrière fertile. Sauf qu’après cette démo, les musiciens ont complétement disparu dans la nature, à tel point que des avis de recherche ont été lancés pour les retrouver. Jamais personne ne localisa leurs traces, et c’est seize ans après leur disparition inquiétante qu’ils nous en reviennent comme si rien ne s’était passé, avec onze nouveaux morceaux sous le bras. Difficile de croire que plus de quinze ans ont été nécessaires à l’élaboration de ce répertoire, mais c’est pourtant avec seulement trente-six minutes de musique que le quatuor revient, assez fier de sa première réalisation.

Supporté par le label national American Line Productions, bien mexicain malgré son nom, Eternal Cosmic Aeons propose donc de réévaluer le potentiel d’un groupe que nous n’avions pu juger que sur la base d’une poignée de morceaux à l’époque. Proposé dans un digipack très coloré et attrayant, Eternal Cosmic Aeons développe donc des arguments d’un autre temps, sans toutefois s’ancrer dans un opportunisme old-school trop classique. Disposant d’une production underground très ferme et grasse, ce premier longue-durée est une plus-value non négligeable pour le quatuor (Saporro - chant, Ravenous Cujo - batterie, Necromancer - guitare et Mario Burzum - basse, comme quoi les mecs ont de l’humour), et présente une musique foncièrement brutale, mais totalement intelligible. Basée sur une fluidité Thrash et une épaisseur Death, Eternal Cosmic Aeons fait la part belle à une franchise radicale à la sud-américaine, teintant le tout d’une dextérité typiquement nord-américaine. En proposant des humeurs complémentaires mais toutes véhémentes, le groupe joue sur les divers niveaux de colère de ses deux styles de prédilection, butinant Thrash pour copuler Death, et dès l’entame saccadée de « Inhuman Beings Manifestation », leur démarche apparaît assez clairement, et les desseins se dessinent avec précision.

Un instrumental assez précis, constellé de riffs vils et perfides, sur lesquels vient se greffer un chant d’outre-tombe et de plantigrade fort marri d’avoir été réveillé avant la fin de son hibernation. Brièveté des interventions, allusions plus ou moins marquées au Thrash de papa (« Crucifixion »), densité des attaques toutes plus franches les unes que les autres (« The Antithesis of Creation »), l’honnêteté est de rigueur et le rendu très effectif. Jamais avare d’un plan supersonique, la rythmique formée par le tandem  Ravenous Cujo et Mario Burzum donne le ton de l’agression, accumule les breaks et les heurtés de cymbales, pour donner à cette musique un côté abrupt et imprévisible qui lui sied merveilleusement bien. Très capables, les musiciens prouvent que leur longue absence n’a pas nui à leur potentiel, et la démonstration est de force.

Bien sûr, rien de transcendant ni de novateur à l’écoute de ces titres qui s‘enchaînent à très bon rythme, mais une véritable joie d’écouter une musique traditionnelle et jouée avec fougue. Plus Death/Thrash que l’inverse, ce premier LP vient enfin concrétiser la vision d’un groupe que l’on pensait perdu pour le compte, mais qui finalement a su rester en forme. Avec une science de l’arrangement imposé pile au bon moment (la transition instrumentale et stellaire « Eternal Cosmic Aeons » qui coupe l’album en son milieu), une propension à se laisser aller niveau timing avec flair (« Archaic Macabre Ińvocation », le morceau le plus long de l’album, mais aussi le plus évolutif), des envies de violence tout sauf gratuite, mais méchamment lapidaire (« Stellar Vortex Machines », ce qui se rapproche le plus d’un Thrash Bay-Area classique, avec ce lick en gimmick mélodique qui reste dans le crane), THE GOLDEN AGE impose son métissage sans ambages, et signe une œuvre sinon fondatrice, tout du moins fédératrice.

Avec moins de quarante minutes de bousculade, le timing est parfait, et on déguste les pains dans la tronche en comptant nos dents perdues au passage. Sorte d’affolement dans le pit, Eternal Cosmic Aeons prône des valeurs de rage saine, tout en frisant parfois la lisière du chaos sur ses interventions les plus viriles (« Descended the Sky of Universe »). Pas grand-chose à jeter, puisque la vitesse est effective (et parfois méchamment, comme sur l’intro bourre-pif du monstrueux « The Dwell of the Cursed Arcane »), et puisque le groupe a le gusto de reprendre à son compte un classique de l’underground, via le « Asesino » des BESTIAL METALICA qui n’ont rien à voir avec Lars Ulrich, autant dire que le bilan est largement positif.

Un bon petit disque qu’on se glissera à nouveau entre les feuilles les soirs de solitude, ou les jours sans punching-ball. Mais vous auriez pu nous donner des nouvelles les gars, après quinze ans, on commençait à s’inquiéter un peu et la soupe avait refroidi.    

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Inhuman Beings Manifestation

02. Crucifixion

03. In Times of Primal Death

04. The Antithesis of Creation         

05. Eternal Cosmic Aeons

06. Archaic Macabre Ińvocation

07. Stellar Vortex Machines 

08. Descended the Sky of Universe 

09. Ancient Civilizations      

10. The Dwell of the Cursed Arcane

11. Asesino (BESTIA METALICA cover)


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 30/11/2021 à 18:33
78 %    79

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26