Eternal Cosmic Aeons

The Golden Age

03/03/2021

American Line Productions

Et si nous commencions la journée par le premier album d’un groupe mexicain qui n’a pas foutu grand-chose depuis sa création ? L’idée semble bonne, d’autant que l’album en question ne donne pas dans la dentelle (de Calais, évidemment). Fondé en 2004 à Tula, Mexique, THE GOLDEN AGE a connu le sien en 2005 en sortant une première démo éponyme qui sonnait comme le signal de départ d’une carrière fertile. Sauf qu’après cette démo, les musiciens ont complétement disparu dans la nature, à tel point que des avis de recherche ont été lancés pour les retrouver. Jamais personne ne localisa leurs traces, et c’est seize ans après leur disparition inquiétante qu’ils nous en reviennent comme si rien ne s’était passé, avec onze nouveaux morceaux sous le bras. Difficile de croire que plus de quinze ans ont été nécessaires à l’élaboration de ce répertoire, mais c’est pourtant avec seulement trente-six minutes de musique que le quatuor revient, assez fier de sa première réalisation.

Supporté par le label national American Line Productions, bien mexicain malgré son nom, Eternal Cosmic Aeons propose donc de réévaluer le potentiel d’un groupe que nous n’avions pu juger que sur la base d’une poignée de morceaux à l’époque. Proposé dans un digipack très coloré et attrayant, Eternal Cosmic Aeons développe donc des arguments d’un autre temps, sans toutefois s’ancrer dans un opportunisme old-school trop classique. Disposant d’une production underground très ferme et grasse, ce premier longue-durée est une plus-value non négligeable pour le quatuor (Saporro - chant, Ravenous Cujo - batterie, Necromancer - guitare et Mario Burzum - basse, comme quoi les mecs ont de l’humour), et présente une musique foncièrement brutale, mais totalement intelligible. Basée sur une fluidité Thrash et une épaisseur Death, Eternal Cosmic Aeons fait la part belle à une franchise radicale à la sud-américaine, teintant le tout d’une dextérité typiquement nord-américaine. En proposant des humeurs complémentaires mais toutes véhémentes, le groupe joue sur les divers niveaux de colère de ses deux styles de prédilection, butinant Thrash pour copuler Death, et dès l’entame saccadée de « Inhuman Beings Manifestation », leur démarche apparaît assez clairement, et les desseins se dessinent avec précision.

Un instrumental assez précis, constellé de riffs vils et perfides, sur lesquels vient se greffer un chant d’outre-tombe et de plantigrade fort marri d’avoir été réveillé avant la fin de son hibernation. Brièveté des interventions, allusions plus ou moins marquées au Thrash de papa (« Crucifixion »), densité des attaques toutes plus franches les unes que les autres (« The Antithesis of Creation »), l’honnêteté est de rigueur et le rendu très effectif. Jamais avare d’un plan supersonique, la rythmique formée par le tandem  Ravenous Cujo et Mario Burzum donne le ton de l’agression, accumule les breaks et les heurtés de cymbales, pour donner à cette musique un côté abrupt et imprévisible qui lui sied merveilleusement bien. Très capables, les musiciens prouvent que leur longue absence n’a pas nui à leur potentiel, et la démonstration est de force.

Bien sûr, rien de transcendant ni de novateur à l’écoute de ces titres qui s‘enchaînent à très bon rythme, mais une véritable joie d’écouter une musique traditionnelle et jouée avec fougue. Plus Death/Thrash que l’inverse, ce premier LP vient enfin concrétiser la vision d’un groupe que l’on pensait perdu pour le compte, mais qui finalement a su rester en forme. Avec une science de l’arrangement imposé pile au bon moment (la transition instrumentale et stellaire « Eternal Cosmic Aeons » qui coupe l’album en son milieu), une propension à se laisser aller niveau timing avec flair (« Archaic Macabre Ińvocation », le morceau le plus long de l’album, mais aussi le plus évolutif), des envies de violence tout sauf gratuite, mais méchamment lapidaire (« Stellar Vortex Machines », ce qui se rapproche le plus d’un Thrash Bay-Area classique, avec ce lick en gimmick mélodique qui reste dans le crane), THE GOLDEN AGE impose son métissage sans ambages, et signe une œuvre sinon fondatrice, tout du moins fédératrice.

Avec moins de quarante minutes de bousculade, le timing est parfait, et on déguste les pains dans la tronche en comptant nos dents perdues au passage. Sorte d’affolement dans le pit, Eternal Cosmic Aeons prône des valeurs de rage saine, tout en frisant parfois la lisière du chaos sur ses interventions les plus viriles (« Descended the Sky of Universe »). Pas grand-chose à jeter, puisque la vitesse est effective (et parfois méchamment, comme sur l’intro bourre-pif du monstrueux « The Dwell of the Cursed Arcane »), et puisque le groupe a le gusto de reprendre à son compte un classique de l’underground, via le « Asesino » des BESTIAL METALICA qui n’ont rien à voir avec Lars Ulrich, autant dire que le bilan est largement positif.

Un bon petit disque qu’on se glissera à nouveau entre les feuilles les soirs de solitude, ou les jours sans punching-ball. Mais vous auriez pu nous donner des nouvelles les gars, après quinze ans, on commençait à s’inquiéter un peu et la soupe avait refroidi.    

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Inhuman Beings Manifestation

02. Crucifixion

03. In Times of Primal Death

04. The Antithesis of Creation         

05. Eternal Cosmic Aeons

06. Archaic Macabre Ińvocation

07. Stellar Vortex Machines 

08. Descended the Sky of Universe 

09. Ancient Civilizations      

10. The Dwell of the Cursed Arcane

11. Asesino (BESTIA METALICA cover)


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 30/11/2021 à 18:33
78 %    209

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Le week-end de la Vierge de Fer

Simony 03/07/2022

Live Report

Discography 1985/2022

mortne2001 02/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

"J'aime beaucoup la configuration du Trabendo, la scène en contre-bas permet de voir ce qu'il s'y passe où que l'on soit dans la salle" Je pense tout le contraire, où que l'on soit dans la salle on voit rien du tout je(...)

04/07/2022, 17:20

Arioch91

Je n'ose imaginer le boulot passé à rédiger une telle rétrospective !Respect total et merci beaucoup !

03/07/2022, 19:41

Olivier

Merci pour cette très belle bafouille ! J'adore N.D. depuis ses débuts, mais je suis surtout un fan des premières années, et pour moi, la première fracture intervient lorsque Lee quitte le navire - je ne suis pas très fan de la voix de Ba(...)

03/07/2022, 18:38

Buck Dancer

Vraiment très sympa cette rétrospective d'un groupe qui le mérite largement et bravo pour le travail ! Perso j'ai découvert Napalm ave l'EP " Mass Appeal Madness", d&apos(...)

03/07/2022, 14:07

RBD

Seigneur, quel travail ! J'écoute Napalm depuis plus d'un quart de siècle, c'est l'un des deux ou trois groupes de niveau professionnel que j'ai vu le plus. Mais jamais je n'aurais osé me lancer dans un exposé pareil. Rien que pour ç(...)

03/07/2022, 12:06

Simony

Putain !!!!!!! Alors moi j'adore Utopia Banished, c'est l'album qui m'a fait découvrir NAPALM DEATH c'est certainement pour cela, c'est aussi pour ça que j'ai pas de suite compris ce qu'était Scum lorsque j'ai voulu remonter les al(...)

03/07/2022, 10:06

NecroKosmos

Superbe travail !! Moi aussi, je suis un fan ultime de NAPALM DEATH. Je suis leur carrière de près depuis que j'ai découvert le groupe à la sortie de FROM ENSLAVEMENT... et n'ai jamais décroché malgré leurs prises de risques ou changement(...)

03/07/2022, 07:22

Benstard

Ouais pareil , la production est générique a mort, bon c'est quasiment tout les groupes comme ça , mais entre la guitare avec ce son de gratte en mode pédale brancher sur une table de mix et la batterie avec la caisse claire ultra numérique...mais bon ce gr(...)

02/07/2022, 14:45

afass

Generic and boring.

01/07/2022, 23:16

Arioch91

Achat prévu !

01/07/2022, 20:10

Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11