Facile et compliqué à la fois. Une rupture ? Résoudre une équation à quatre inconnues ? Non. Chroniquer l’album d’une légende qui n’a besoin de personne pour avancer et écrire elle-même ses chapitres, via des interventions musicales régulières.

Exemple.

Que pourrais-je dire sur ASPHYX qui n’ait été déjà écrit des dizaines de fois ? Qu’ils font partie du patrimoine depuis des lustres ? Que leur musique est aussi essentielle que peut l’être celle de PESTILENCE, DEATH ou UNLEASHED ?

Qu’ils étaient là en même temps, avant, pendant tout le monde ? Je crois que vous savez déjà tout ça. Alors le plus simple est de se référer à leur passé, proche si possible, et de laisser les nouveaux morceaux faire le reste.

Le dernier testament offert par Martin et sa bande, Deathhammer, datait de 2012. On y retrouvait évidemment toutes les composantes de ce Death morbide aux douces effluves Doom que le groupe embaume depuis ses débuts.

Il était donc quasiment évident que ce neuvième album studio ne révolutionnerait pas les méthodes de mise en bière, ce qu’il ne fait assurément pas, se contentant des techniques déjà largement éprouvées depuis le début des études médico-légales de Martin et ses acolytes.

Niveau infos, Incoming Death a été enregistré durant l’année 2016, et produit une fois de plus par Dan Swanö, avec un artwork évidemment signé par le trait si caractéristique d’Axel Hermann, dont le graphisme est si intimement lié aux cauchemars éveillés des bataves. Nous restons donc en terrain connu, et finalement, tout ça n’est pas plus mal. Les fans d’ASPHYX formant une horde de morts-vivants fidèles à la voix de leur maître, ces derniers ne seront pas déçus par cette nouvelle tranche de mort putride qui se hisse sans problème à la hauteur des précédentes. Un poil plus haut même, peut-être.

Je l’avoue, Martin Van Drunen, je suis fan. Il est en grande partie responsable de ma passion envers les deux premiers albums de PESTILENCE, de mon intérêt pour le second album plutôt faiblard de COMECON, et de ma fascination modérée pour ASPHYX. Une voix, une attitude, et une fidélité sans failles envers un style qui lui a tant donné et pour lequel il a lui-même tout donné. Ce qui n’empêche pas de faire preuve d’objectivité et de juger ce Incoming Death avec toute l’honnêteté que son écoute requiert. Et cette dite honnêteté me pousse encore à dire qu’ASPHYX sera à jamais à la hauteur de sa réputation. Oui, Incoming Death est convenu, non, il ne décontenancera personne, mais est-ce ce qu’on demande à un style aussi extrême et hermétique que le Death lourd et compact comme une terre de cimetière ? Non. Ce qu’on cherche avant tout, ce sont des riffs gras, des rythmiques à mi-chemin entre épilepsie et battements cardiaques à l’agonie, des lignes vocales grondantes et graves, et des ambiances délétères. Et sous cet aspect-là, ce neuvième album remplit parfaitement son contrat.

 

« C’est si typique du style ASPHYX. Direct, sans fioritures, basé sur trois riffs, du Death Metal pur »

 

C’est Martin qui parle de la bombe à fragmentation « Incoming Death », moins de deux minutes de violence instrumentale qui ne cherche pas le diable dans le cœur des innocents, mais qui fonce droit devant, sans se poser de question inutile. Composé par Paul et Stefan pour tester le son du studio, ce morceau lapidaire est en effet symptomatique d’une partie de l’approche du groupe depuis sa résurgence en 2007, mais qui ne décrit pas forcément avec précision le contenu de l’album, in extenso.

Le reste ? Pas mal de parties rapides, un nombre conséquent d’idées lourdes et sales, et surtout, une atmosphère de déliquescence qui prend à la gorge comme le parfum d’une putréfaction avancée dans une morgue abandonnée.

Un nouvel album d’ASPHYX, c’est une extension tacite du disque précédent, avec quelques nouvelles tonalités histoire de ne pas trop se répéter.

Cette formule s’applique bien évidemment ici, mais via des morceaux solides, tassés, qui ne laissent que peu de place au silence et aux respirations. Onze nouvelles odes dédiées à la mort, celle que les soldats voyaient approcher sur les champs de bataille.

On tangue entre les attaques éclair qui ne laissent que peu de chance de survie (« Candiriu », ouverture au riff ample et redondant, « Incoming Death », abordé plus haut), les positions tenues au prix d’un stress énorme sur fond de tempo martial qui se calque sur les pulsations du thorax (« Wardroid », écrasant et suintant de peur, « The Grand Denial », épique et moite, « Subterra Incognita », le plus Doom du lot), et les tactiques hybrides, sur mid tempo maladif (« Forerunners Of The Apocalypse », vilain comme du ENTOMBED atteint de gangrène, « It Came From The Skies », plus PESTILENCE qu’un moignon nécrosé).

Et puis, comme « cadeau » final, une longue suite, « Death : The Only Immortal », qui dans l’absolu pourrait représenter la synthèse la plus parfaite d’un style qui n’en finit pas de mourir, pour mieux renaître à chaque fois.

« And in strange aeons, even Death may die »

C’est un peu l’épitaphe qu’on pourrait graver sur la stèle de la carrière d’un groupe qui pourtant n’est pas encore sur son lit de mort.

ASPHYX, c’est un mélange, une fragrance qui recoupe la puanteur d’OBITUARY, la virulence post-mortem d’un réflexe nerveux de PESTILENCE, et la rigor mortis qui fige les muscles du ENTOMBED des années 90. Sauf que ces trois noms-là ne sont pas des références, encore moins des influences, mais des contemporains.

Avec Incoming Death, Martin et ses trois acolytes prouvent que le Death a encore de belles années à pourrir dans son cercueil déjà bien rongé, et plus concrètement qu’ils ont encore du jus à extirper du cadavre du Metal extrême.

 Peut-être pas encore à la hauteur des classiques comme Last One On Earth, mais largement aussi bon que la moyenne de leurs désincarnations.

Titres de l'album:

  1. Candiru
  2. Division Brandenburg
  3. Wardroid
  4. The Feeder
  5. It Came From The Skies
  6. The Grand Denial
  7. Incoming Death
  8. Forerunners Of The Apocalypse
  9. Subterra Incognita
  10. Wildland Fire
  11. Death: The Only Immortal

Site officiel


par mortne2001 le 17/10/2016 à 08:00
80 %    279

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


mazak
membre enregistré
17/10/2016 à 16:42:00
Tellement efficace !

grinder92
membre enregistré
17/10/2016 à 16:53:51
Moi c'est la voix de Martin dont je me lasse pas ! Elle est unique !
Le tout premier morceau d'eux que j'ai écouté c'est "Streams of the ancient wisdom" de l'album Last one on earth sur une compil de PIAS donnée par la FNAC ! c'était dans les années 90... Méga claque. Grattes hyper saturées, voix démente et morceau glauque et étouffant à souhait !
Du coup, je pensais qu'Asphyx était un groupe plutôt lent et j'ai limite été déçu quand j'ai écouté d'autres morceaux qui étaient bien plus rapides...

RBD
@77.206.216.107
30/10/2016 à 21:50:44
J'insisterais quand même sur les quelques efforts faits pour rendre ce disque plus varié que certains précédents. Sans se fourvoyer, il apporte des effets ultraclassiques encore inédits chez Asphyx. De plus, le tempo varie souvent. C'est un album fort inspiré.

Ajouter un commentaire


White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.